Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 1 – Chapitre 13 – Partie 1

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 13 : Travailler main dans la main ~ Le point de vue de Lily ~

Partie 1

« Ce n’est pas possible… »

J’étais restée là, complètement hébétée. Je n’arrivais pas à comprendre ce qui venait de se passer. Les événements qui nous avaient assaillis l’un après l’autre étaient tout simplement beaucoup trop agités. Nous avions été soudainement attaqués par trois crocs de feu. C’était une bataille désavantageuse, mais nous avions quand même réussi à combiner nos forces pour leur résister.

Cependant, juste à ce moment-là, un autre monstre d’un niveau clairement différent avait soudainement rejoint la mêlée. Selon les connaissances de Mizushima Miho, le monstre qui ressemblait à une femme bestiale jaillissant d’une énorme araignée s’appelait une arachne dans la colonie. J’avais déjà vu ce genre de monstre à plusieurs reprises lorsque je n’étais qu’un slime errant dans la forêt.

Mais celle que nous avions vue ce soir était dans une tout autre dimension que celles que j’avais vues auparavant. C’était une belle, mais inquiétante, arachne blanche. En me souvenant de son apparence et de ce qu’elle avait fait, mes cheveux s’étaient dressés sur la tête.

L’arachne blanche avait commencé par tuer deux des crocs de feu en un instant. Et alors que nous étions là, hébétés, elle avait capturé mon maître en l’éloignant avec ses fils. Je m’étais assez éloignée de mon maître pour pouvoir intercepter un croc de feu. Ainsi, Rose avait agi à ma place. Malgré cela, l’arachne blanche avait comblé la distance qui les séparait en un seul souffle et l’avait fait s’envoler trop vite en déplaçant une seule de ses pattes.

Les Arachnes étaient capables d’attaques particulières en utilisant leurs fils, mais à l’inverse, ils n’étaient pas censés être bons en combat simple et rapproché. Et pourtant, Rose avait été vaincue par une seule attaque.

Une arachne normale n’était pas une si grande menace. Mais il ne faisait aucun doute que celle contre laquelle nous nous battions ici était une exception face à qui nous ne pouvions que trembler auparavant. Si le combat avait continué, nous aurions été anéantis.

La seule raison pour laquelle cela ne s’était pas produit était simplement parce que l’arachne blanche ne pensait rien de nous. Après avoir chassé Rose, elle avait atteint son objectif et s’était retirée de la zone… avec mon maître à ses côtés.

J’avais immédiatement essayé de la poursuivre, bien sûr. Mais l’arachne blanche avait mis des toiles partout pour bloquer notre poursuite. Poursuivre une arachne, dont la spécialité était basée sur l’habitude de l’araignée de se mettre à l’affût, était une entreprise bien trop téméraire. Il aurait été possible de la tenir en respect si j’avais utilisé la magie, mais mon maître risquait de se faire prendre dans la ligne de mire, et j’avais donc hésité à en utiliser.

Lorsque je m’étais fait prendre par une toile et que j’avais été maintenue en place pendant quelques secondes, l’arachne blanche géante avait complètement disparu dans l’obscurité de la forêt.

Avec mon maître… Mon maître… Maître, Maître, Maître, Maître, Maître, Maître, Maître, Maître, Maîtrrrrreee !

« … oh. »

Je dois récupérer mon maître !

« Rose ! » J’avais crié le nom de ma petite sœur. « Tu vas bien, n’est-ce pas ? Réponds-moi ! Lève-toi ! Nous devons aller chercher notre maître ! »

Elle avait pris un coup de l’arachne, mais ce n’était pas suffisant pour la tuer. C’est ce que je croyais. La loyauté que Rose vouait à notre maître pouvait même dépasser l’amour que je lui offrais. Il était impossible qu’elle meure de façon aussi éhontée lorsque notre maître a été enlevé.

« … Mes plus sincères excuses, Lily. J’ai subi une défaite embarrassante. »

Comme prévu, Rose était sortie de l’obscurité de la forêt et avait répondu à mon appel. J’étais tellement soulagée de la voir que j’avais failli tomber. C’est alors que j’avais réalisé à quel point j’étais mal à l’aise.

La peur de perdre ma mignonne petite sœur en qui j’avais une confiance absolue. L’anxiété de devoir me battre contre ce puissant monstre toute seule. Je sentais les larmes me monter aux yeux, un soulagement de l’angoisse que je tentais d’ignorer.

Cependant, ce n’était pas le moment de pleurer.

« Je ne sais pas quoi dire pour ma défense. Je n’ai jamais pensé que cela nous enlèverait notre maître, » déclara Rose.

« Il en va de même pour moi. Tiens bon, je vais te guérir tout de suite, » déclarai-je.

J’avais remis ma force dans mes muscles détendus et j’avais commencé à jeter de la magie curative sur Rose.

« Comment est-ce maintenant ? Peux-tu te battre ? » demandai-je.

« Oui. Mais… Il semble que ce bras ne sera d’aucune utilité, » répondit Rose.

Le bras gauche de Rose, qui tenait son bouclier, avait un énorme trou à mi-hauteur de son avant-bras. Il était à peine maintenu par un seul morceau de bois. Malgré les petites fissures et les déformations, cela dépassait de loin les capacités de ma magie de guérison.

Le bouclier de Rose s’était brisé en deux après avoir été frappé de plein fouet. L’autre moitié se trouvait sur le sol où elle avait été frappée.

« De penser que je serais réduite à un tel état avec une seule frappe… Je me sens inutile, » déclara Rose.

« Non, ce n’est pas du tout vrai, » répondis-je.

Au contraire, il était impressionnant qu’elle ait réussi à se défendre. Si elle ne l’avait pas fait, le corps de Rose aurait probablement été brisé en morceaux. Malgré tout, de tels éloges ne la réconforteraient pas lorsque son maître lui aurait été volé. Je pouvais sentir la brûlante vexation dans son cœur à travers notre cheminement mental.

« Cela ne serait pas arrivé si tu étais aux côtés de notre maître…, » déclara Rose.

« Pas du tout. Ça aurait été pareil de toute façon, » répondis-je.

Je ne disais pas cela uniquement pour la consoler. On pouvait certainement dire que j’étais la plus forte entre nous. En tant que slime mimétique, je possédais mon pouvoir naturel de prédation et le mimétisme des capacités de ceux que je mangeais. Jusqu’à présent, j’avais mangé une marionnette magique, un croc de feu, un tréant et Mizushima Miho. Je n’étais qu’une copie inférieure à tous les originaux, mais j’étais capable d’utiliser toutes leurs capacités en tandem. Selon les circonstances, il y avait une chance assez élevée que je puisse vaincre Rose si je pouvais les mettre tous à contribution.

Cependant, je n’avais aucune chance contre cette arachne blanche. Je mourrais sûrement 100 fois en 100 batailles. C’est dire à quel point l’écart entre nous était grand.

« Un haut monstre… »

C’était un être qui dépassait complètement la classification des monstres. Il ne devait pas y avoir tant de monstres qui pouvaient devenir une telle chose dans cette forêt. Il était impossible que moi-même, un monstre unique non adapté au combat, et Rose, un spécimen rare d’un monstre commun, puissions gagner simplement en combinant leurs forces. Cependant, cela n’avait pas d’importance.

« Nous devons reprendre notre maître même si cela nous tue, » avais-je dit.

« Bien sûr. Je le sauverai, même au prix de ma vie, » déclara Rose.

Nos sentiments étaient synchrones. Nous devions protéger notre maître même si nos corps étaient en ruine. C’était le sens de notre vie de serviteurs… Ou, du moins, c’était censé l’être. C’est précisément pour cela qu’un certain doute était apparu.

« Cette arachne blanche… est une servante tout comme nous, » déclarai-je.

Au début, je pensais que je me trompais, mais elle était à tous les coups la servante de mon maître. Nous, les serviteurs, étions liés à notre maître par un cheminement mental, donc nous étions aussi capables de nous comprendre. J’avais ressenti le désir ardent de l’arachne blanche avec cette même connexion. Pour le dire avec des mots…

« “Ceci m’appartient…” Je pouvais la sentir penser qu’à travers notre cheminement mental, » déclarai-je.

Le simple fait de me souvenir de son égoïsme violent m’avait donné des frissons dans le dos. Je ne pouvais que prier pour que l’intention de l’arachne blanche en enlevant mon maître ne soit pas de lui faire du mal.

« J’ai également interprété son objectif de cette manière, » déclara Rose en faisant un signe de tête. « Je ne sais pas d’où vient une telle avarice, mais il ne fait aucun doute qu’elle a enlevé notre maître juste pour assouvir son propre désir. »

« C’est vrai. C’est impardonnable, » déclarai-je.

« Mais étant donné qu’elle a volé notre maître, je pense que la possibilité qu’elle le tue immédiatement est assez faible. Ce simple fait est un peu un soulagement, » déclara Rose.

« C’est peut-être vrai… Mais je ne pense pas qu’elle va montrer à notre maître suffisamment de considération. » J’avais entendu un grincement au fond de mon oreille. J’avais fini par faire grincer mes molaires avant de m’en rendre compte. « Tu l’as vu aussi, n’est-ce pas ? Notre maître a été gravement blessé quand elle l’a kidnappé. »

Heureusement, rien ne semblait assez grave pour menacer sa vie, mais cela n’a pas changé le fait qu’il était gravement blessé. Je pouvais sentir l’angoisse de mon maître à travers notre cheminement mental à ce moment-là. Le fait de m’en souvenir m’avait fait m’emplir l’estomac de flammes ardentes.

« S’il te plaît, calme-toi, Lily, » déclara Rose.

« Je le sais ! »

Après avoir crié de manière irréfléchie, j’avais fait grincer des dents une fois de plus. Mon maître souffrait sûrement. Rien que d’y penser, j’avais eu envie de courir vers lui tout de suite.

« Quoi qu’il en soit, nous devons partir à la chasse dès que —, » commençai-je.

Portée par cette vague d’émotion, j’avais commencé à encourager Rose, mais j’avais été interrompue par quelqu’un que j’avais complètement oublié…

« Lily. Rose. C’est bien de courir après Majima-senpai et tout ça, mais est-il encore en vie pour commencer ? »

« … ! Qu’est-ce que c’est ? » J’avais renvoyé un regard vers la voix. « Il est visiblement encore en vie ! Ne soyez pas stupide ! »

Un humain, tout comme mon maître, se tenait là devant moi. C’était la fille plus jeune qu’il avait prise sous sa garde. Elle s’appelait Katou Mana. C’était une amie proche de la fille que j’imitais, Mizushima Miho.

Rose s’était avancée avant que je ne dise autre chose. « Permettez-moi de m’excuser, Katou. »

C’était assez inhabituel pour elle, vu qu’elle ne s’affirmait pas beaucoup, mais elle l’avait probablement fait parce qu’elle sentait à quel point j’étais sur les nerfs. Ma petite sœur agissait pour m’empêcher d’aggraver la situation, alors je m’étais retirée. Mon cœur était, bien sûr, beaucoup moins calme à ce sujet. Même en considérant la mort de mon maître, c’était un acte impardonnable pour moi.

« Nous devons courir après notre maître, » déclara Rose.

« Oui, je comprends cela. Mais comme je l’ai dit, avez-vous des preuves qu’il est toujours en vie ? Ou espérez-vous simplement qu’il le soit ? » demanda Katou.

« Vous — ! »

Katou avait réitéré ses soupçons antérieurs, et cela avait ranimé la colère brûlante qui m’habite. Rose, cependant, ne montrait aucun signe de perturbation.

« Bien sûr, j’ai la conviction que notre maître est toujours en vie. Le fait que nous, les serviteurs, soyons encore conscients est une preuve indiscutable de sa sécurité, » déclara Rose.

« Que voulez-vous dire ? » demanda Katou.

Rose avait répondu aux doutes de Katou sur un ton indifférent. Il n’y avait ni colère ni panique dans sa voix. Elle avait retrouvé son calme, contrairement à moi.

« À l’époque où nous n’étions que des monstres, nous ne possédions rien que l’on puisse appeler une volonté ferme, » déclara Rose.

« À l’époque où vous n’étiez que des monstres ? » demanda Katou.

Rose avait poursuivi d’une voix calme. « Oui. Avant de rencontrer mon maître, avant de devenir sa servante, mon ego était très faible. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire