Monster no Goshujin-sama (LN) – Tome 1 – Chapitre 12

Bannière de Monster no Goshujin-sama (LN) ***

Chapitre 12 : La tyrannie de l’araignée blanche

L’air lui-même semblait gelé. Les seules choses qui bougeaient étaient le feu de joie qui se balançait et les ombres qui en naissaient. Nos regards étaient tous fixés sur l’intrus soudain.

« … Une arachne ? »

Le nom s’était répandu par réflexe de mes lèvres. Je l’avais entendu à la Colonie. C’était un monstre que l’on disait être une araignée géante avec la figure monstrueuse d’une femme sortant du haut de son corps.

Il était assez courant dans les jeux d’avoir des monstres ayant une forme mi-humaine. Cependant, parmi les monstres de ce monde, du moins dans la région de la Colonie, seule l’arachne avait une apparence proche de celle d’un humain.

Malgré tout, il était impossible de confondre une arachne avec un humain. Ce n’était pas seulement à cause de son corps inférieur disgracieux. Comme le laisse entendre la description « d’une araignée géante avec la figure monstrueuse d’une femme sortant de son corps supérieur », c’était l’apparence de la femme qui était bien plus monstrueuse que tout autre chose.

Leur bouche s’étendait jusqu’à leurs oreilles, deux grands crocs sortaient de leurs lèvres. Leurs yeux étaient plus proches des cavités circulaires et ils n’avaient pas de paupières. Le blanc de ces yeux était rouge sang. La surface de leur peau semblait raide, et leur corps extrêmement maigre présentait une structure osseuse artificielle à l’intérieur. Même si la partie inférieure de leur corps était complètement sectionnée, personne ne pouvait confondre le corps d’une arachne avec celui d’un humain.

Si les arachnes ressemblaient davantage aux humains, il n’aurait pas été exclu que certains membres de l’équipe d’exploration hésitent à les chasser. Il était tout à fait possible que des victimes naissent d’une telle erreur. Il y avait en fait un précédent pour ce genre d’erreur de jugement.

L’équipe d’exploration était composée de tricheurs. Même s’ils possédaient un pouvoir énorme, ils manquaient fondamentalement d’expérience au combat. Ainsi, lorsqu’ils rencontraient un monstre qu’ils n’avaient jamais vu auparavant, il y avait parfois des pertes dues à la bataille qui s’ensuivait. Il y a eu un cas où des étudiants tués lors d’une telle rencontre se sont transformés en monstres morts-vivants, alors qu’ils étaient incapables de tuer des monstres qui ressemblaient à leurs anciens amis, encore plus d’étudiants sont morts.

Quoi qu’il en soit, je n’avais jamais entendu parler d’une telle précédence avec une arachne. Au contraire, elle avait une forme si monstrueuse qu’elle suscitait un fort sentiment de répulsion, au point que les membres de l’équipe d’exploration en parlaient souvent.

C’était le monstre connu sous le nom d’arachne que je connaissais. Mais celle que j’avais sous les yeux était complètement différente de ce que j’avais entendu. La femme au sommet de l’araignée blanche était loin d’être monstrueuse. On pourrait même dire qu’elle avait l’air douce. Ses traits de visage avaient encore l’apparence d’une jeune fille. Elle n’avait pas l’air d’avoir plus de vingt ans. La seule chose inhumaine chez elle était ses yeux rouges, mais ceux-ci ne dégageaient pas non plus une sensation de monstruosité.

Elle portait des vêtements légèrement transparents qui semblaient être faits de soie d’araignée et d’un tissu de mousseline ressemblant quelque peu à de la soie. Cela ne cachait pas du tout les lignes élégantes de son corps. Elle avait l’air délicate, et pourtant elle avait de belles courbes. C’était comme si elle était une œuvre d’art conçue pour tenter les hommes. Il n’y avait pas de place pour l’objection. C’était une beauté. Cette vérité éclipsait même le fait qu’elle était issue d’une énorme et monstrueuse araignée.

« Heehee. »

Un sourire s’échappa de ses lèvres rouge vif alors qu’elle jeta lentement ses yeux rouges sur chacun de nous. Je pouvais intuitivement dire qu’elle était ici à la recherche de quelque chose. Mais quoi ? Ou peut-être, qui ? Au moment où cette pensée m’était venue à l’esprit, les cloches d’alarme qui résonnaient dans ma tête s’étaient faites plus fort encore. Avant que je ne m’en rende compte, ses yeux rouges étaient sur moi.

Elle avait plissé ses yeux. « … Je t’ai trouvé. »

Même si elle avait la voix claire d’une fille, je sentais un frisson me parcourir la peau. J’avais été convaincu par pur instinct que c’était la calamité que nous ne voulions jamais rencontrer. En d’autres termes, un haut monstre. L’arachne blanche devant mes yeux était une véritable horreur qui dépassait complètement le terme de monstre.

« Courr — !? » Mes mots s’étaient évaporés avant que je n’aie pu les dire. « Ugh… Oooh !? »

Au moment où j’avais senti quelque chose claquer sur mon côté droit, une force formidable s’était exercée sur mon corps. J’avais essayé de m’attacher au sol par réflexe, mais je n’avais pas pu résister du tout à cette force. Mon corps aurait dû être aussi lourd que celui de n’importe quel autre garçon de 17 ans, mais je m’étais mis à flotter dans les airs. Au même moment, j’avais entendu un bruit qui me faisait dresser les cheveux sur la droite de mon corps, qui était soumis à un stress énorme.

« Agh, gah... !? »

Une douleur aiguë avait traversé mon système. Elle avait secoué ma vision.

« … ! … !? »

Ma voix ne voulait pas sortir. Quelque chose était cassé. J’avais tellement mal que je ne savais même pas d’où venait la douleur. Ma conscience déclinante était à peine soutenue par ma peur, par un sentiment de danger qui me disait que je ne pouvais pas m’évanouir. Mais elle n’avait pas pu tenir pour toujours.

J’avais regardé en bas. Il y avait une substance adhésive blanche collée sur moi, des bras à la poitrine. C’était une toile d’araignée. Elle s’étendait en un long, long fil… qui était relié à la main de l’arachne.

L’arachne avait dû me tirer vers elle en utilisant ce fil. La même chose était probablement arrivée au croc de feu qui avait été pris en plein vol et qui s’était écrasé la tête la première contre un arbre. Ce qui voulait dire que si cette arachne se sentait si menacée, elle pouvait aussi me transformer en une tache rouge sur un arbre. Mais le danger que cela se produise n’était pas encore passé. Ma vie était entre les mains d’une horreur terrifiante. Il était impossible que mes compagnons se contentent de regarder en silence.

« Maître ! »

La première à se lancer dans l’action pour me sauver de la main de l’arachne blanche avait été Rose. Elle l’avait fait sans hésitation. Elle était la plus proche de moi, à environ cinq mètres de l’endroit où l’arachne m’avait piégé, mais une telle distance n’était rien pour elle. Quand je l’avais vue bouger, sa hache était déjà en train de descendre.

« Libérez mon — . »

Dans l’instant qui avait suivi, elle avait disparu.

« — Gyah !? »

Rose avait crié d’angoisse. Elle avait été emportée dans un buisson, son corps de bois s’agitant. Je ne pouvais que la regarder en état de choc. Je savais ce qui s’était passé, mais je ne voulais pas l’accepter. L’arachne blanche n’avait fait que repousser l’une de ses jambes avec désinvolture. C’est tout. Et elle avait totalement écrasé Rose.

Je n’avais même pas eu le temps de m’inquiéter pour elle parce que l’arachne blanche s’était mise à courir à un rythme terrifiant. Je ne pouvais pas bouger le côté droit de mon corps à cause de mes blessures, et je ne pouvais opposer aucune résistance significative. Non pas que je puisse faire quoi que ce soit contre un ennemi qui avait fait tomber Rose en une seule attaque, même si tout mon corps pouvait très bien bouger.

La lumière du feu de joie s’éloignait de plus en plus, et la forêt autour de moi s’enfonçait dans la nuit. En même temps, la douleur avait dépassé mes limites, et ma conscience avait été engloutie par l’obscurité.

« Maîtttttrre ! »

La dernière chose que j’avais vue, c’était Lily — au bord des larmes, la main tendue vers moi.

 ◆ ◆

La bulle de ma conscience avait éclaté lorsqu’elle avait touché la surface de l’eau entre le rêve et la réalité. Un frisson m’avait assailli à mon réveil. J’avais commencé à trembler, mes yeux n’étaient qu’à moitié ouverts. Un instant plus tard, je m’étais souvenu de ce qui s’était passé juste avant que je perde conscience.

« Où… !? »

Mon corps avait décollé du sol à la hâte.

« Argh ! »

Une douleur intense s’était soudain abattue sur mon côté droit, me faisant gémir.

« Ugh… Gah… Haah… U-Ugh… »

Au bout d’une dizaine de secondes, j’avais réussi à reprendre ma respiration et j’avais ensuite jeté un coup d’œil à mon corps. Cette vue m’avait complètement choqué. Des morceaux de ma chemise s’accrochaient à la partie supérieure de mon corps, et mon côté droit était dans un état désastreux.

Tout d’abord, le contour de mon poignet était bizarre. Certains de mes doigts étaient pliés dans le mauvais sens. J’avais entendu dire que les côtes étaient faciles à casser, et ils criaient de douleur comme pour renforcer ce fait. De plus, ma cheville était probablement tordue. Je sentais une douleur lancinante au niveau du pied.

Heureusement, j’étais engourdi face à cette douleur, peut-être parce que le pire était passé pendant que j’étais inconscient. Mais je ne pouvais pas vraiment bouger comme ça. Non pas que je puisse faire quoi que ce soit même si je pouvais bouger. Après tout, j’étais complètement incapable de me battre seul. J’étais complètement impuissant. En réalisant cela, mon corps s’était mis à trembler violemment.

Il fait froid… Il fait si froid… J’ai l’impression que je vais mourir de froid… Lily… Rose…

Les deux monstres n’étaient pas à proximité. Je ne pouvais pas sentir leur présence à travers notre cheminement mental comme je l’avais fait tout ce temps. Je ne pensais pas qu’un tel sentiment me laisserait si désespéré.

« … Merde. Ne perds pas ton sang-froid, » murmurai-je pour moi-même.

J’avais grondé mon propre cœur pour avoir voulu me mettre en boule par peur. J’avais une responsabilité en tant que maître de Lily et Rose. Elles étaient sûrement inquiètes pour moi. Il fallait que je retourne les voir et que je leur fasse savoir que j’allais bien.

En fait, j’aurais pu mourir pendant que j’étais inconscient. C’était une chance que je sois encore en vie, en tenant compte de cela. Une telle pensée n’aurait peut-être apporté qu’une tranquillité d’esprit temporaire, mais même ainsi, je devais au moins éviter de sombrer dans la panique. C’est pourquoi j’avais encouragé mon cœur affaibli et j’avais jeté un coup d’œil autour de moi en me relevant.

« C’est… »

« C’est mon nid. »

Une voix envoûtante avait répondu à mes marmonnements. Je m’étais figé, puis je m’étais lentement retourné. Une fille aux cheveux blancs et purs, fins comme des fils, était là et me regardait.

« V-Vous êtes… »

La jeune fille reposait son menton sur les poils de ses pattes d’araignée blanches en me regardant d’un air enjoué. Il n’y avait aucune erreur. C’est l’arachne qui m’avait attaqué juste avant que je perde conscience.

« Votre… nid… ? »

Je venais juste de remarquer que je n’étais pas couché directement sur le sol. Il y avait un plancher en bois en dessous de moi. C’était un peu un désordre de bûches de taille raisonnable jetées sur une toile d’araignée, mais c’était en fait un plancher de la taille d’un petit gymnase.

J’avais été mis au repos dans un espace qui me semblait relativement plat. Peut-être que cette araignée faisait preuve de considération envers mes blessures. Mais il était fatal de continuer en supposant qu’elle me montrait de la sympathie.

De nombreux arbres avaient servi de piliers naturels pour le nid. Il n’y avait pas de murs, mais il y avait un plafond qui semblait être soutenu par une toile d’araignée. Il y avait des cocons suspendus au plafond par des fils, de mystérieuses lumières rouges scintillaient à l’intérieur, qui éclairaient faiblement le nid.

Il semblerait que j’ai été traîné jusqu’à son domicile. En plus de cela, j’étais tout seul. C’était une situation sans espoir.

« Que comptez-vous… ? »

J’avais fait face à l’arachne blanche une fois de plus et j’avais dégluti inconsciemment. La peur m’avait glacé le cœur. Néanmoins, j’avais forcé sans raison mes mâchoires solidifiées à bouger.

« … Attendez! Plus important encore… Qu’est-il arrivé à Lily et Rose ? »

La jeune fille avait ri d’une manière vraiment amusée. « Hmm. Ainsi, vos pensées se dirigent vers vos serviteurs avant votre propre bien-être ? »

 

 

« Ne vous inquiétez pas. Je n’ai aucun intérêt à prendre des vies aussi insignifiantes. Il n’y a qu’une seule chose que je désire. »

« … Moi ? » demandai-je.

L’arachne blanche fit un signe de tête. « En effet. »

Il semblait que je n’allais pas me faire tuer tout de suite. Après y avoir réfléchi davantage, il aurait été assez simple pour cette fille de me tuer là-bas. Donc, il devait y avoir une raison pour qu’elle fasse un effort pour m’amener ici. Je ne pouvais que prier que ce ne soit pas pour quelque chose de cruel comme prendre son temps pour me manger dans son propre nid. Je n’avais aucun moyen de lui résister si c’était le cas.

« Pourquoi moi ? » J’avais rassemblé toutes mes forces pour demander.

« Ne pouvez-vous pas le dire ? Il n’y a pas moyen que vous ne puissiez pas. Vous devez savoir très bien ce que je suis, » répondit-elle.

Même quand elle l’avait dit comme ça, c’était quand même la première fois que je rencontrais cette arachne. Il n’y avait aucune chance que j’oublie d’avoir vu le spécimen devant moi. Non seulement son apparence se détachait, mais son existence même dépassait toutes les autres. Je pouvais affirmer avec certitude que je ne l’avais jamais rencontrée auparavant. Je ne pouvais donc pas savoir ce qu’elle était. Ou… il n’y avait aucun moyen que je le sache.

« … Attendez. »

J’avais immédiatement refusé la seule possibilité qui me venait à l’esprit. Cependant, je ne pouvais pas mal interpréter ce sentiment en moi. Il venait de mon instinct, d’un pouvoir qui n’appartenait qu’à moi.

« Ce n’est pas possible… Ma tricherie… ? »

« Hmm ? Je ne comprends pas vraiment quand vous le dites comme ça. » La fille avait alors fermé un de ses yeux rouges. « Mais je crois que je suis exactement ce que vous pensez que je suis. »

Son timbre sonnait comme si elle trouvait tout dans ce monde infiniment amusant.

« N’est-ce pas, mon Seigneur ? » Ces simples mots, amoureusement déversés de ses lèvres rouge vif s’étaient fait entendre.

« Pas possible… »

La réalité n’avait pas changé, même si je l’avais niée. Le monstre qui se trouvait devant moi avait été dompté par ma tricherie.

En d’autres termes, elle était ma servante.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire