Masou Gakuen HxH – Tome 3 – Chapitre 4

Bannière de Masou Gakuen HxH ***

Chapitre 4 : Il s’agit d’un Traitement Médical jusqu’à la Fin, Desu

***

Chapitre 4 : Il s’agit d’un Traitement Médical jusqu’à la Fin, Desu

Partie 1

Une nuit passa après l’attaque ennemie.

{Dix mille mètres carrés de surface doivent être remplacés. Quatorze bâtiments commerciaux sont à moitié détruits ou complètement détruits. Six autres sont endommagés. Même la zone de sécurité souterraine a également été touchée dans une certaine mesure, mais nous estimons qu’elle sera réparée dans trois jours.}

Le rapport de dégâts d’Ataraxia était projeté sur le mur du laboratoire.

Le rapport de dommage de Kei qui se tenait à côté de cette image était regardé par Reiri et Kizuna avec des sentiments désagréables.

{Heureusement que l’ennemi a atterri dans la zone commerciale. C’était un après-midi en semaine, donc il y avait peu de gens qui sortaient. Nous pouvons penser que les dommages humains sont minimes. De plus, les installations de R et D ne sont pas endommagées.}

« Kizuna, est-ce que ta blessure va bien ? » Reiri regarda le bandage enveloppant la main de Kizuna et parla.

« Ouais. C’est juste une égratignure, » répondit Kizuna.

Kizuna qui avait perdu connaissance avait été transporté à l’hôpital, puis il s’était réveillé un peu après. La situation dans l’hôpital donnait l’impression d’être un hôpital en pleine zone de conflit. Les membres de l’unité de défense qui avaient intercepté Gravel avaient été amenés ici l’un après l’autre. Cette scène avait été gravée dans les yeux des personnes présentes. Des gens gémissaient alors que du sang coulait hors de leurs corps. Des individus qui avaient exprimé leur ressentiment tout en laissant couler des larmes. Des personnes qui étaient devenues incapables de bouger. Il ne pouvait pas y voir autre chose qu’une image du pandémonium.

« Est-ce le minimum de dégâts humains... ? » demanda Kizuna.

Amaterasu et les Maîtres n’avaient pas pu rivaliser face à un seul ennemi.

{Les statistiques actuelles sont les suivantes : quinze décès, trois disparus, vingt-six blessures graves et cinquante-trois blessures légères. En plus de cela, il y a Himekawa et Yurishia d’Amaterasu, qui sont actuellement hospitalisées pour un examen. Aine a été libérée et se rétablit chez elle.}

« Et puis, il y a les dommages infligés aux Maîtres, mais... Gertrude a des fractures aux os un peu partout dans son corps, ainsi que des brûlures et des lacérations dans diverses parties. En outre, elle est entrée en unité de soins intensifs en raison d’un saignement important. Brigit a des fractures au bras droit, à la clavicule et à la jambe droite. Et puis des ecchymoses sur tout le corps, des lacérations à divers endroits, il faudra un mois pour une guérison complète. Dans tous les cas, elles ne peuvent être considérées comme une force de combat effective. Nous sommes en train de parler avec ceux de l’Ouest des États-Unis pour renforcer nos forces. »

L’image de l’ennemie appelée Gravel et les données d’analyse étaient affichées à l’écran.

{En ce qui concerne la capacité de combat de l’ennemi et les capacités de l’armure magique, nous souhaitons attendre une analyse plus approfondie. Mais plus que cela, le point qui devrait être le plus mis en avant est cette fois-ci l’objectif de l’ennemi. Ce n’est pas pour nous exterminer ou même pour occuper Ataraxia, l’objectif de l’ennemi est Zeros, ainsi qu’Aine.}

Kizuna n’avait plus pu le supporter et intervint. « Ceux-là. Pourquoi veulent-ils Zeros et Aine ? »

Reiri secoua la tête. « Nous ne savons pas la raison. Je veux plutôt te demander à la place. N’as-tu jamais rien entendu de la part d’Aine ? »

« Eh, non... rien du tout, » répondit Kizuna.

« Cette fois, c’est une véritable défaite, mais nos gains ne sont pas nuls. Par rapport à Aldéa, cette personne de l’Autre Univers appelée Gravel est plus facile pour communiquer avec tout le monde. Il y a aussi beaucoup de faits établis à ce sujet, » déclara Reiri.

Kei acquiesça un peu et passa sa main sur le clavier.

{La capacité et l’arme magique de l’ennemi utilisent une source d’énergie appelée puissance magique. Et puis, nous pensons qu’ils utilisent le terme « Lémurie » pour faire référence au monde de ce côté-ci, et il semble que dans cette Lémurie, la consommation du pouvoir magique est étonnamment importante. Nous pensons que la raison pour laquelle ils ne s’éloignent pas trop des Entrées est aussi pour cette raison.}

« N’est-ce pas, tout comme les Heart Hybrid Gears ? Ce pouvoir magique dont parlent ces groupes, n’est-ce pas ce que nous appelons le Compteur Hybride ? »

{Exactement. Honnêtement, il y a beaucoup de ressemblances entre l’armure magique de l’ennemi et l’Heart Hybrid Gear. Et puis la question est, leur compréhension de la dénomination individuelle des Heart Hybrid Gears et même de leurs capacités individuelles. C’est déconcertant ! Nous ne pouvons que penser que quelqu’un leur fournit des informations.}

Reiri croisa les bras et afficha un regard acéré.

« Kei, que tu veux dire par là ? En vérité, c’est que peut-être Hida Nayuta est vraiment allée à l’Autre Univers, n’est-ce pas ? » demanda Reiri.

{C’est seulement raisonnable de penser ça. C’est pourquoi nous voulons plus d’informations sur l’Autre Univers. Qu’il s’agisse d’obtenir des connaissances sur les armures magiques ou de pouvoir localiser le professeur..., quelles que soient les informations qu’elle possède, elles sont liées à la méthode de contre-mesure du Compteur Hybride.}

« En d’autres termes, tu nous dis de continuer à progresser comme ça, même si hier nous avons été mal menés ? » demanda Reiri.

Kei resta silencieuse et tira un peu sur son menton.

« Nee-chan, je suis aussi d’accord. La prochaine fois, nous allons absolument vaincre cette ennemie. Nous allons la capturer et lui faire cracher tout ce qu’elle sait ! » déclara Kizuna.

« Cependant, comment vas-tu te battre contre elle ? » demanda Reiri.

« C’est... cette fois, nous avons été pris au dépourvu, nous n’avons donc pas pu utiliser l’Hybridation Culminante. Si nous ne pouvions utiliser l’Armement Corrompu, nous pouvons vaincre même cette Gravel ! » déclara Kizuna.

« Mais même l’Armement Corrompu n’est pas invincible. Le Pulvérisateur d’Aine a également été bloqué par Aldéa, » déclara Reiri.

« C’est... c’est vrai, » déclara Kizuna.

« De plus, cette ennemie nommée Gravel est probablement une pro du combat. Même s’il s’agit d’une armure magique, elle a une capacité qui n’est pas inférieure à celle de nos Heart Hybrid Gears. Le principal problème est qu’il devient inversement plus difficile d’utiliser l’Armement Corrompu si Ataraxia est abordé par l’ennemi. Si nous devenons insouciants, nous serons endommagés encore plus que cette fois, » déclara Reiri.

Kizuna avait grogné. Certes, l’Armement Corrompu possédait un pouvoir de destruction écrasant, mais en raison de ce pouvoir considérable, il était difficile à utiliser. S’il était utilisé sans précaution, il pourrait même mener au naufrage d’Ataraxia.

{Reiri, je propose de mettre en œuvre le plan C.} déclara Kei.

Reiri afficha une mine compliquée. « Est-il possible d’être mis en œuvre ? »

{Il est toujours en cours de vérification. Mais, il y a une bonne possibilité de le faire. Au contraire, si cela est impossible — .} Commença Kei.

Reiri posa sa main sur son front et enfonça son corps dans sa chaise.

« Il n’y a pas d’autre moyen. Est-ce ce que tu veux dire ? » demanda Reiri.

Kizuna était complètement incapable de comprendre, de quoi parlaient ces deux-là.

« Attendez ! De quoi parlez-vous avec ce plan C ? » demanda Kizuna.

« Nous allons l’annoncer tôt ou tard. Alors, attends encore un moment, » déclara Reiri.

{J’ai hâte d’y être.} Déclara Kei.

Mais plutôt que de l’attendre avec impatience, il ne pouvait que ressentir un mauvais pressentiment.

***

Partie 2

Après que Kizuna fut sorti du laboratoire, il était retourné au dortoir avec la limousine que Reiri lui avait préparée.

Il avait grimpé jusqu’au cinquième étage réservé à Amaterasu en utilisant un ascenseur, avait emprunté le couloir et était retourné dans sa propre chambre. Au milieu du chemin, ses jambes s’arrêtèrent devant une porte.

« Aine..., » déclara-t-il.

Son examen aurait dû être terminé même avant lui et elle devait déjà être retournée au dortoir. Kizuna tendit la main pour frapper à la porte. Pourquoi l’ennemi visait-il Aine ? Aine en savait-elle quelque chose ?

Il voulait savoir ça. Cependant, même s’il lui demandait, il était fort peu probable qu’elle puisse lui répondre.

Même en pensant cela, Kizuna frappa à la porte.

« Aine, tu es là ? » demanda Kizuna.

Au bout d’un moment, une voix revint de la porte.

« Kizuna ? Quel est le problème ? Si c’est un journal, je n’en ai pas besoin, » répondit Aine.

« Depuis quand penses-tu que je suis devenu vendeur de journaux ? » s’écria Kizuna.

« C’est pourquoi je n’ai besoin de rien comme un détergent, » déclara Aine.

« Je ne prévois pas de t’offrir ça ! Mais à la place de cela, j’ai quelque chose à te demander si tu veux bien, » déclara Kizuna.

La porte s’était alors ouverte.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Aine.

« C’est à propos de l’ennemi que nous avons combattu hier, peux-tu me consacrer un peu de ton temps ? » demanda Kizuna.

« ... Bon, dans ce cas, entre, » déclara Aine.

Aine hésitait un peu, mais elle avait finalement ouvert largement la porte et invita Kizuna à entrer.

Le contenu de la pièce était fondamentalement la même que celle de Kizuna, cependant...

« Il y a beaucoup de livres, » déclara Kizuna.

Des romans, des mangas, des albums de photos, des guides de voyage, etc., des livres de tous les genres avaient été empilés pour former des tours. Ces tours de livres se tenaient au-dessus de tout ce qui se trouvait dans la pièce. Non seulement les livres, mais il y avait aussi une grande quantité de disques sur lequel était enregistré des images qui s’accumulait là.

C’était une grande différence par rapport à la pièce utilisée par Aine lorsqu’elle était enfant dans le Laboratoire Nayuta.

« Est-ce que tout cela est des données ? Est-ce pour rechercher des indices sur les brides de mémoire dont tu te souviens ? » demanda Kizuna.

« Oui, c’est vrai. C’est un peu dispersé ici, je suis désolée, » déclara Aine.

Tu appelles ça un peu ? pensa Kizuna.

Il n’y avait presque pas de place pour ses pieds, et il ne pouvait même pas marcher tout droit. Il se déplaça avec difficulté jusqu’au canapé devant la télévision, mais des livres y avaient également été placés. Aine déplaça les livres présents sur le canapé vers la table et elle construisit une nouvelle tour.

« S’il te plaît, assieds-toi, » déclara Aine.

Il s’était alors assis sur le canapé.

« Ah — ... euh. Comment ça se passe avec tes recherches ? As-tu trouvé un indice, comme la ville ou le pays d’où tu es ? » demanda Kizuna.

« Je n’ai rien trouvé du tout, » déclara Aine.

« Est-ce que c’est ainsi... alors, des choses qui ont éveillé tes intérêts, ou une connaissance que tu savais avant même de lire le livre..., y a-t-il quelque chose comme ça ? » demanda Kizuna.

« Il n’y a rien comme ça dans ce que j’ai parcouru. Mais grâce aux connaissances accrues acquises à la suite de la lecture et au visionnage de vidéos, j’ai surtout pu comprendre que partout dans le monde, il y a beaucoup de choses amusantes en dehors des combats, » déclara Aine.

« C’est génial ! » déclara Kizuna.

Kizuna avait souri par pur réflexe. En regardant ce sourire, les battements du cœur d’Aine devinrent plus rapides. Elle lui tourna le dos, mais sa joue légèrement colorée fut alors visible.

« A-Alors, quel est le problème ? Tu as dit que tu voulais parler de l’ennemi d’hier, » déclara Aine.

« Ah, à propos de ça... cette femme Gravel, son objectif semble être toi, Aine, n’est-ce pas ? C’est pourquoi je pensais que tu pourrais en savoir quelque chose, » déclara Kizuna.

Aine se souvient de ses échanges avec Gravel et d’Aldéa.

{Je veux demander une chose. Te souviens-tu de quand tu étais une enfant ?}

{Oui ! Je suis sûre que vous ne comprenez pas le sens de ce dont je parle, n’est-ce pas ! Ah ! Mais ce n’est pas nécessaire de s’en inquiéter ! Oui, laissez-moi tout ! Je vais vous sauver à coup sûr !}

— Qu’est-ce qu’elles disaient ?

« ... Rien. Je suis celle qui voudrait le leur demander à la place, » déclara Aine.

« N’y a-t-il aucun indice ou un autre détail, dans ce que tu te souviens ? » demanda Kizuna.

Aine frissonna un peu avant que son corps ne tremble vraiment.

« Aine ? » demanda Kizuna.

Tandis que Kizuna regardait Aine, il s’était rappelé une question simple.

— D’où vient Aine ?

Aine avait été découverte à Chidorigafuchi, sur l’île japonaise, quand elle était enfant.

Finalement, sa famille n’avait pas pu être retrouvée et elle n’avait pas compris, d’où venait-elle et que faisait-elle avant qu’elle ne perde la mémoire.

Aine avait fait face à Kizuna avec un visage qui semblait fixe.

« Kizuna... tu vois, chaque fois que j’ai fait l’Hybridation Culminante avec toi, les choses dont je me souviens... non, les choses que je pense provenir ma mémoire, quand je les regarde à nouveau, cela me fait penser que cela n’est en fait pas un souvenir, » déclara Aine.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » demanda Kizuna.

« Les souvenirs dont je me souvenais sont tous irréels. Ce que je me rappelais en premier lieu, c’est une nature magnifique et une ville magnifique, ainsi qu’une grande horloge mécanique, et tout cela est toujours normal. Je pensais qu’ils pourraient être quelque part en Europe. Mais, les choses dont je me souvenais de la Hybridation Culminante auparavant, un château d’un blanc pur construit au sommet d’une cascade, d’une ville noire et d’un château noir. Une personne qui ressemblait à une reine d’un film, chevauchant une gigantesque statue de pierre et un palanquin alors qu’elle agite la main. Et puis les silhouettes de tant de personnes couvrant la surface et qui sont toutes à genoux, » déclara Aine.

« C’est... certain que cela ne semble pas être ton expérience personnelle, » déclara Kizuna.

« N’est-ce pas ? Au contraire, j’ai l’impression de regarder un film. Ce n’est pas quelque chose qui me concerne, j’ai pensé que c’était peut-être juste un livre que je lisais dans mon enfance, ou un film que j’avais vu. C’est pourquoi..., » déclara Aine.

« C’est pourquoi ? » demanda Kizuna.

« Même si je fais une Hybridation Culminante, je pense que je ne pourrai toujours pas comprendre qui je suis. Et même, il vaut peut-être mieux ne plus le faire..., » déclara Aine.

« Qu’est-ce que tu as dit !? » demanda Kizuna.

Ces mots étaient quelque chose qu’il n’aurait jamais espéré entendre d’Aine, qui souhaitait tellement une arme puissante à longue portée.

Non, mis à part les pensées d’Aine, il avait aussi sa propre situation. Désormais, des ennemis puissants comme Gravel pourraient à nouveau apparaître. À ce moment-là, si l’Armement Corrompu d’Aine devenait inutilisable, ce serait une grande perte pour leur force de bataille.

« Pas seulement ça... récemment, même l’Hybridation des Coeurs me donne une impression étrange, » déclara Aine.

« Étrange, tu dis ? Étrange, comment ? » Demanda Kizuna.

« Au moment où nous avons fait l’Hybridation des Coeurs au labo et avant cela aussi, je me suis sentie... comme si j’allais me souvenir de quelque chose. C’était comme une brume et ce n’était pas très clair, mais c’était ce que je ressentais. C’est pourquoi..., » déclara Aine.

Avec un regard comme pour la supplier de lui pardonner, Aine leva les yeux vers Kizuna.

Non... c’est mauvais, pensa Kizuna.

Si elle ne faisait pas l’Hybridation des Coeurs, on ne pouvait pas s’attendre à ce que son Compteur Hybride se rétablisse.

Et ensuite, si son Compteur Hybride arrivait à zéro, alors Aine mourrait.

« Attends, s’il te plaît, attends, Aine. Cela, même une telle mémoire est aussi un indice, non ? Bien sûr, tu ne comprends pas si c’est à propos de toi ou pas, et peut-être que cela ne concernait qu’une scène de film. Mais, fondamentalement, si nous comprenons de quel type de film il s’agit, nous pourrons en déduire quelque chose de plus. La chose dont tu ne veux pas te souvenir, c’est peut-être quelque chose qui ressemble à un film d’horreur... par hasard, peut-être que c’est quelque chose d’un souvenir effrayant de ton enfance ? » demanda Kizuna.

« C’est peut-être vrai, mais... je, j’ai déjà —, » déclara Aine.

— en plus, tu ne veux plus faire l’Hybridation des Coeurs.

Ces mots allaient sortir de sa bouche même maintenant.

« S’il te plaît, Aine. À partir de là, les combats vont devenir encore plus féroces. À ce moment-là, l’Hybridation des Coeurs et l’Hybridation Culminante deviendront des armes puissantes. Si nous attendons un rétablissement naturel, ce n’est pas impossible, mais il sera très difficile de continuer à combattre l’ennemi, » déclara Kizuna.

« C’est ce que je comprends. Mais... ah, » déclara Aine.

Kizuna enlaça le corps d’Aine. Son corps tremblait légèrement.

« As-tu peur, Aine ? » demanda Kizuna.

« Pas particulièrement... je n’ai pas peur ou quoi que ce soit..., » déclara Aine.

La main d’Aine entoura le dos de Kizuna. Elle se frotta le visage contre le torse de Kizuna.

« Oui, je vais bien, » déclara Aine.

— Je n’ai plus peur, pensa Aine.

« Écoute-moi Aine. Certes, si tu te souviens d’un souvenir qui ressemble à un rêve inconnu, tu deviendras anxieuse, et je le comprends, » déclara Kizuna. « Mais peu importe le type de mémoire, car ce passé existe et Aine, tu es ici en ce moment. Peu importe le genre de passé dont tu te souviendras après cela, Aine est Aine, et rien ne changera. Ne le penses-tu pas ? »

Kizuna se sépara doucement d’Aine, puis il regarda ses yeux rouges.

L’instant suivant, un violent embarras se fit sentir. Ils avaient tous les deux un visage si rouge que la vapeur pouvait en sortir.

Merde, à quel point cela peut-il être encore plus embarrassant que l’Hybridation des Coeurs ? pensa Kizuna.

« Alors j’y vais maintenant. Aah, c’est vrai ! » déclara Kizuna. « À propos de ce dont nous avons parlé tout à l’heure, l’objectif de Gravel est l’Heart Hybrid Gear Zeros, Aldéa l’a également déclaré. Elles sont sûrement venues chercher Zeros, et peut-être pas directement toi. »

« Je suppose que oui... oui ! C’est vrai, sûrement c’est comme ça ! » déclara Aine.

Kizuna était sorti de la pièce après avoir fait effondrer autour de lui deux tours de livres.

Dans la pièce qui était devenue silencieuse, Aine poussa un profond soupir.

Elle se dirigea vers la chambre à coucher avec des pas chancelants, puis elle s’allongea lourdement sur le lit.

— Kizuna a dit ces choses, mais, ces choses qui me sont venues à l’esprit lors de la réalisation de l’Hybridation Culminante, c’était certainement quelque chose comme un fragment de ma mémoire. Il n’y a aucune base à cela. Mais c’est comme ça.

Mais, ils ne sont pas quelque chose que je souhaiterais avoir.

C’est pourquoi, je ne dois plus faire de l’Hybridation Culminante.

En moi, il existe ce genre d’avertissement qui sonne avec force.

Mais, pensa Aine.

Aine se remémora alors des bras de Kizuna qui l’enlaçaient, la sensation de la poitrine sur laquelle elle avait appuyé sa joue. Elle avait tracé l’endroit où Kizuna l’avait touché du doigt.

Si Kizuna me le demande, alors je vais..., pensa Aine.

Et ainsi rapidement, Aine fut invitée par le sommeil et elle se dirigea vers le monde des rêves.

Et ensuite, elle murmura quelque chose en se dirigeant vers le rêve. « La déesse danse... du néant et de la mort, et de l’empereur... et ensuite... de l’éternité. »

***

Partie 3

Kizuna inclina largement son corps en arrière et s’étira. Par ce temps clair et dégagé, il pouvait voir les nuages ​​blancs flotter dans le ciel bleu. Sous ce ciel bleu, six pistes alignées avaient été placées là.

« Salut — je »

*DON*, avec de telles voix, les étudiants s’étaient précipités. Leurs corps débordaient de vivacité alors qu’ils parcouraient la piste.

C’était le deuxième groupe de première année de Kizuna qui était en classe d’éducation physique.

Aujourd’hui, ils avaient été mesurés dans les épreuves d’athlétisme, et les résultats devaient confirmer leurs performances de base en capacité physique. Néanmoins, Kizuna était le seul étudiant de sexe masculin. Cette classe d’éducation physique était bien plus dure que la classe d’études.

Parce que —,

Kizuna courait le long de la piste et il regardait ses camarades de classe.

Un instant, il avait confondu leurs silhouettes avec le fait qu’elles étaient toutes nues. Tout en correspondant au mouvement de leur corps pendant le cours, les seins avaient beaucoup plus rebondi qu’à l’accoutumée.

Et c’était sans même mentionner la dépression évidente qui constituait leurs fesses, car même la ligne subtile du corps était complètement exposée au soleil sans que rien puisse le cacher.

C’était tout simplement une évidence. Tous les étudiants suivaient le cours en combinaison de pilote.

Il observait chaque jour les silhouettes des pilotes d’Amaterasu, mais il ne voyait généralement que la silhouette de ses camarades de classe en uniforme. Maintenant, ces camarades de classe couraient avec les courbes de leur corps pleinement exposé, le rendant totalement stimulé par tout cela.

Non, non. C’est trop grossier de les regarder quand ce n’est même pas un devoir, pensa Kizuna.

Kizuna détourna son visage et leva les yeux au ciel.

« Hm ? C’est —, » balbutia Kizuna.

Des silhouettes humaines étaient visibles au-dessus du ciel dans la zone voisine. Une traînée de lumière était présente autour d’une silhouette. Et assez rapidement, deux silhouettes s’étaient affrontées dans le ciel.

Cœur hybride ? Non, c’est les Armures Techniques que Shikina-san a fabriquées. Est-ce qu’une formation pratique les utilise en ce moment ? Maintenant que je m’en souviens, Sylvia me l’a aussi dit, pensa Kizuna.

{Ah, mais depuis un moment, nous avons commencé à utiliser des Armures Techniques pour la formation, desu. Je travaille dur pour que je puisse aussi rapidement devenir utile au combat pour le capitaine.}

Kizuna avait sorti son smartphone et confirma le programme du collège. À l’heure actuelle, ceux qui suivaient un cours pratique étaient exactement la classe de Sylvia.

Eh bien ! Ça devrait aller pour moi de sauter un peu le cours, pensa Kizuna. J’ai promis à Sylvia que j’irais la voir. Même si je reste ici à regarder les silhouettes impudiques de mes camarades de classe, ce n’est qu’un supplice.

Kizuna avait alors fait mine d’aller aux toilettes et se dirigea vers la zone voisine. Après avoir passé la porte sans surveillance et franchi un couloir, il trouva l’entrée en direction de la piste d’entraînement.

La piste était presque aussi grande qu’un terrain de football. C’était trop étroit pour que des Heart Hybrid Gears puissent s’y battre sérieusement, mais il devina que cela ne posait pas de problème pour la pratique des Armures Techniques.

Les étudiants étaient rassemblés au milieu du terrain. Il avait deviné qu’il pourrait y avoir environ cinquante personnes. Le nombre de garçons était à peu près le même que celui des filles, alors peut-être que la classe d’aujourd’hui était une leçon combinée de deux classes.

Quatre Armures Techniques étaient déjà dans les airs, ils semblaient attendre le signal du début du match.

« Est-ce que… Sylvia !? » demanda Kizuna.

Il y avait deux filles et deux garçons. Parmi eux, il y avait une personne qui était terriblement petite, alors c’était sans doute Sylvia.

En la regardant ainsi, il pouvait bien comprendre que même parmi les étudiantes de la même année, elle était vraiment petite. Même s’ils portaient le même équipement, l’Armure Technique que portait Sylvia ressemblait à un peu trop grande.

L’Armure Technique n’avait pas un design aussi raffiné que la vraie affaire. Un cadre qui ressemblait à un exosquelette avait été mis à nu, dégageant une impression farouche. À l’intérieur, Sylvia, vêtue de son costume de pilote, était bien ajustée au centre.

Au même moment, avec la sonnerie de départ, les quatre Armures Techniques avaient commencé à bouger.

Afin de contrôler la situation, ils avaient pris de la distance et tourné. En regardant les mouvements désordonnés que chaque Armure Technique faisait, il semblait que ce n’était pas une bataille au hasard, mais une bataille royale.

Il n’y avait pas d’arme particulière pour chaque Armure Technique, ils portaient tous les quatre des fusils d’assaut classiques à la main. Une Armure Technique parmi eux tirait de loin. Le but était… Sylvia. Calme-toi, il n’y a aucune chance de frapper de si loin. Cependant, ça me rend déjà nerveux dès le début… hein ?

Sylvia volait au milieu des balles à venir sans la moindre hésitation. Et puis, alors qu’elle s’était approchée de son adversaire, elle avait préparé son fusil avec un mouvement calme et avait visé de façon précise.

Et puis elle avait appuyé sur la gâchette.

L’épaule de l’Armure Technique qui tirait sur Sylvia avait été peinte de liquide rose. Il semblait que les balles qu’ils utilisaient étaient des balles de peinture.

« Oui ! » Cria Kizuna par réflexe.

C’est super, elle est vraiment calme en ce moment. C’est génial, continu comme ça ! pensa Kizuna.

Les deux autres avaient pivoté et avaient visé Sylvia depuis deux directions en même temps avant de tirer. Pour une raison inconnue, ils coopéraient pour vaincre en premier ce puissant adversaire. Sylvia retourna son corps avec un mouvement réduit. Ses jambes s’ouvrirent largement, alors qu’elle contrôlait parfaitement son corps avec ses propulseurs. Ce léger mouvement empêchait les deux autres Armures Techniques de cibler correctement leur objectif.

Uooo, c’est génial Sylvia ! pensa Kizuna.

Kizuna était excité comme si c’était lui-même qui se battait. Non, son excitation était encore plus intense que ça. Sylvia avait facilement accédé au dos de son adversaire et elle y avait placé des balles de peinture.

Cependant, l’Armure Technique restant tirait sur Sylvia d’en haut.

Danger ! Comme prévu, il n’y a pas d’esquive possible là. Mais elle a vaincu deux Armures Techniques toute seule. C’est une trop belle performance. Je dois la louer plus tard, Pensa Kizuna.

Dès l’instant où il pensait que Sylvia avait été abattue, Sylvia avait démontré un changement de direction soudain sans aucun mouvement préalable. Elle tournoyait tout en visant son adversaire avec la bouche du canon de son arme.

Elle a évité ça !? Mais, elle ne peut pas frapper de cette façon impossible, pensa Kizuna.

La poitrine de l’adversaire avait été touchée par un liquide rose.

« Quoi… »

Les étudiants avaient fait entendre des voix joyeuses.

{Match fini. Tout le monde descend !}

La voix de l’instructeur s’était fait entendre par les haut-parleurs, et toutes les Armures Techniques étaient lentement descendues au sol. À la fin du match, Sylvia et les trois autres avaient discuté en riant sans se soucier de rien.

Les trois autres n’étaient pas mal non plus. Cependant, le talent de Sylvia était exceptionnel. L’excellente évaluation sur elle était sans exagération une vérité. Pour le dire honnêtement, on pourrait même l’appeler un prodige.

« Sylvia-chaaan ! Incroyable. »

« C’est génial — moi, Sylvia — ! »

Sa popularité parmi la même année était également grande. Mais c’était surtout la fougue des garçons qui le dérangea un peu.

Quand ils avaient finalement atterri sur le terrain, la jambe de l’Armure Technique qu’un garçon avait mise s’était empêtrée avec une autre armure.

« Ah ! Dangereux ! » cria Sylvia.

Sylvia qui se tenait sur le côté était rentrée en collision et elle s’était effondrée sur le sol. Des cris s’étaient fait entendre parmi les étudiants.

Kizuna se précipita et se dirigea vers la position de Sylvia.

« Sylvia ! Ça va !? » demanda Kizuna.

« Hein  ? Ca-Capitaine !? Pourquoi es-tu ici, desu ? » demanda Sylvia.

Tout en restant allongée sur le sol, Sylvia leva des yeux de surprise vers Kizuna.

Les étudiants environnants avaient l’air surpris du fait qu’un lycéen était apparu soudainement. « Hé, qui ? » « Qu’est-ce qui se passe avec lui, agissant si familier avec Sylvia-chan ? » On pouvait entendre des voix bavardes comme celles-là un peu partout.

Ah —, c’est bien que les mauvaises rumeurs ne se soient pas répandues dans la classe de Sylvia, mais… je suis peut-être trop téméraire, pensa Kizuna.

Puis, en repensant à tout cela comme si c’était quelque chose pour laquelle il ne pouvait pas faire autrement, Kizuna appuya sur le bouton de déverrouillage de l’Armure Technique et libéra Sylvia.

« Ouais. Après tout, j’ai promis d’aller voir ton cours pratique, » déclara Kizuna.

« Hehehehe, j’ai montré au capitaine mon côté négatif, désolée, » déclara Sylvia.

Elle se leva en se grattant maladroitement la tête.

« Qu’est-ce que tu dis ? C’était génial. Tu as un grand talent, » déclara Kizuna.

« V-Vraiment, desu ? — As –, » cria Sylvia.

Son genou se plia soudainement d’un coup sec et elle faillit tomber. Kizuna serra son corps dans ses bras pour l’empêcher de tomber.

« Oh, ça va !? » demanda Kizuna.

« Moi je vais bien, desu. J’ai montré encore une fois au Capitaine un acte inconvenant… même si, enfin, le Capitaine est venu me regarder…, » déclara Sylvia.

Sylvia avait les larmes aux yeux.

Kizuna souleva le corps de Sylvia sans rien demander.

Pour ainsi dire, c’était ce qu’on pouvait appeler le porté de la princesse, et les camarades de classe de Sylvia avaient applaudi.

« Ca-Capitaine !? » s’écria Sylvia.

« Ton pied s’est tordu quand tu es tombée, non ? Nous allons à l’infirmerie en ce moment, » déclara Kizuna.

Tout en ignorant les étudiants hébétés et l’instructeur, Kizuna commença à courir avec Sylvia dans ses bras.

Après avoir couru pendant cinq minutes, il était arrivé au bâtiment de l’école du département lycée. Sans même prendre la peine de changer de chaussures d’intérieur, il se précipita ainsi à l’infirmerie.

« Attends, l’institutrice n’est pas là ! » déclara Sylvia.

Dans ce cas, ne devrait-on pas aller au laboratoire ? Se demanda Kizuna.

« E, euh, capitaine… tu n’as pas besoin d’être aussi inquiet, ce n’est pas quelque chose de grave, desu. Je pense qu’il sera guéri si nous faisons une compression, » déclara Sylvia.

« Même moi, je peux m’en occuper si c’est juste ça, mais… de toute façon, regardons l’endroit blessé, » déclara Kizuna.

Kizuna reposa Sylvia et la fit asseoir au bord du lit.

« Oui. Ah ! Mais il est impossible que le capitaine fasse quelque chose comme…, » déclara Sylvia.

« C’est bon ! Alors assieds-toi docilement, » déclara Kizuna.

La combinaison de pilote de Sylvia était une pièce qui lui recouvrait le cou et la poitrine, mais c’était un habit avec la nuque ainsi qu’une partie de l’arrière grandement ouverte. La coupure dans les emmanchures et la région basse était largement ouverte, tandis que des gants jusqu’au-dessus de ses coudes et des collants jusqu’à sa cuisse protégeaient ses membres.

Kizuna avait enlevé ce collant. Une jambe blanche délicate avait révélé son apparence. La cheville de cette jambe était gonflée et rouge.

« Oh, ça a l’air douloureux. »

Il allait d’abord calmer la douleur. Il avait sorti une nouvelle serviette de l’étagère en verre, la trempa dans de l’eau et la tordit légèrement, puis il commença à l’essuyer sur la jambe de Sylvia.

C’était vraiment mince et petit. C’était comme si elle était une espèce complètement différente de lui.

« Ha… le froid est agréable, desu, » déclara Sylvia.

Sylvia soupira en raison d’une sensation agréable.

« Ah, c’est un peu tard pour le dire, mais merci beaucoup d’être venu me voir. Euh, ça…, qu’à penser le capitaine de tout ça ? Les compétences pratiques de Sylvia sont…, » déclara Sylvia.

« Oui, ça m’a surpris. Sylvia, tu es vraiment excellente. Tu as un talent incroyable, » déclara Kizuna.

« V-Vraiment, desu !? » demanda Sylvia.

Sylvia se pencha vers l’avant et ses yeux brillèrent.

« Ouais, c’est vrai… attends, je t’ai dit, ne bouge pas ! » déclara Kizuna.

« Ou — iiii ♪, » s’écria Sylvia.

Elle souriait avec joie en étant de bonne humeur.

Il ne plaisantait pas. Le sens de l’équilibre de Sylvia et sa capacité à saisir l’espace étaient remarquables. Mais après avoir été qualifié d’excellente pilote, cela signifiait qu’elle arriverait rapidement sur le champ de bataille. Cela signifiait également que le danger serait son compagnon constant. Si elle avait aussi des affinités avec le Noyau et l’Hybridation des Coeurs, alors…

En regardant Sylvia qui souriait comme un ange, ses sentiments devinrent complexes.

« Hm ? Capitaine, est-ce que quelque chose ne va pas ? » demanda Sylvia.

« Ah ! Non rien. Euh, peut-être y a-t-il aussi des ecchymoses à d’autres endroits. Pourquoi ne pas vérifier si tout est correct ? » demanda Kizuna.

« Oui ! »

Elle avait répliqué avec une réponse énergique et elle avait commencé à enlever les autres collants et gants. Au moment où ses membres étaient devenus nus, le taux d’exposition de sa tenue était devenu soudainement très élevé.

Est-ce que la conception de la tenue était aussi érotique sans les gants et les collants… ? Attends, je me demande quoi en ce moment ! pensa Kizuna.

« … Ah, c’est tellement éraflé et meurtri ici et là…, » déclara Kizuna.

Les ecchymoses sur la peau blanche et lisse semblaient douloureuses, et il se sentait incapable de laisser cela ainsi. Il avait alors fouillé l’étagère à pharmacie et il avait trouvé un baume pour les bleus.

Voyons voir ! Comment l’utiliser… ? Alors, prenez la quantité appropriée sur votre doigt et étendez-la avec un massage au centre du point douloureux… hein, pensa Kizuna.

Kizuna avait pris le baume dans sa main et il commença à caresser la cheville de Sylvia avec un massage.

« Ah…, » s’exclama Sylvia.

« Est-ce que ça fait mal ? » demanda Kizuna.

« Non… ça fait du bien, desu, » déclara Sylvia.

Ses mots qui s’échappaient avec son soupir étaient étrangement érotiques.

Oh, celle qui est devant toi est Sylvia ! Il faut que je garde mon calme ! Kizuna secoua la tête et se persuada de ça.

Il avait également fait glisser sa main sur la cuisse avec le baume appliqué dessus. La peau de Sylvia était vraiment douce, lisse, et c’était vraiment comme la peau d’un bébé. Peu importe où il touchait, c’était doux. Il avait même l’impression qu’il était peut-être celui qui se sentait bien, même si c’était lui qui massait.

La main de Kizuna avait avancé à l’intérieur de la cuisse, jusqu’à la direction de l’articulation de sa cuisse.

 

 

Comme je le pensais, plus que cela… mais je dois traiter la blessure, pensa Kizuna.

Il avait fait attention à ne pas toucher plus haut que ça, alors que son doigt s’avançait très près de l’articulation de la cuisse.

« Fua… ahh, en quelque sorte, c’est la première fois, je me sens comme ça, desu, » déclara Sylvia.

Les joues de Sylvia étaient teintes en rose. À l’intérieur des yeux fascinés et rétrécis, ses yeux humides brillaient.

Cette expression était envoûtante et il ne pouvait pas penser que cela venait d’une enfant. La gorge de Kizuna avait englouti sa salive de manière audible.

« Y a-t-il d’autres endroits qui font mal ? » demanda Kizuna.

« Oui… si le capitaine peut, il faudrait faire aussi mon dos…, » déclara Sylvia.

Sylvia s’était tordu le corps pour lui montrer le dos. On aurait dit qu’elle prenait un air coquet. Le cœur de Kizuna s’était mis à bondir. Il était tombé dans une hallucination, comme si une femme adulte se tenait devant lui avec la silhouette d’une jeune fille.

Calme-toi ! Ce moi qui ait fait face à des femmes aux corps érotiques comme Aine et Yurishia, alors je ne perdrais pas contre une silhouette aussi enfantine ! Rassemble donc tes sentiments ! pensa Kizuna.

Kizuna répondit d’une voix aussi calme que possible. « Ton dos, c’est ça ? D’accord. »

Il se sentait mal à l’aise que ce soit pour grimper sur le lit ou faire se lever Sylvia. Il entoura sa main de l’avant.

– En y réfléchissant, cette posture est assez dangereuse, pensa Kizuna.

Son doigt lui toucha timidement le dos, puis son doigt descendit doucement le long de sa colonne vertébrale.

« HAaAAANn! » Une douce voix haletante se joua aux oreilles de Kizuna.

Son sentiment de calme avait été brisé instantanément.

Sylvia se tordit comme si elle avait été touchée par de l’électricité, alors qu’elle semblait convulsée.

« Oh, ça va ? Est-ce que ça fait mal… ? Cela ne semble pas si bien que ça, non ? » demanda Kizuna.

Sylvia répondit, haletante. « Oui, oui… quelque chose semble picoter, Sylvia se sent étrange d’une manière ou d’une autre. C’est… la première fois, desu. Sylvia est-elle malade ? »

« Non, je pense que tu vas bien… peut-être, » déclara Kizuna.

Sa clavicule était visible sur sa poitrine pliée. Et puis, même si elle était petite, se trouvait la poitrine mince, légèrement bombée. Au centre se trouvaient deux petites saillies qui ne se distinguaient pas jusqu’à présent. Elles commençaient à proclamer leur existence.

Même si cela n’était généralement pas visible jusqu’à présent, cela poussait très clairement la combinaison de pilote, lui apprenant sa forme.

« Sylvia, plus que ça —, » déclara Kizuna.

« Funyu ? Quelque chose ne va-t-il pas, capitaine… ? » demanda Sylvia.

Une lumière brillante était présente dans ses yeux violets.

– C’est ça ! Ne me dis pas !?

Non, il n’y a pas de doute. C’est le signe de l’Hybridation des Coeurs. Si je pense comme ça, alors cet état de luxure chez Sylvia est également compréhensible.

Mais, elle n’a toujours pas de Noyau installé en elle, n’est-ce pas  ?

L’explication à laquelle je peux penser est… la capacité d’Eros, n’est-ce pas ?

Par hasard, est-ce que c’est… un moyen d’enquêter sur la compatibilité pour l’Hybridation des Coeurs ?

« Ca, Captainnne… Sylvia, ça…, » s’exclama Sylvia.

Les larmes avaient commencé à couler depuis les yeux de Sylvia, alors elle se frottait les cuisses.

Maintenant qu’il en était arrivé là, il ne pouvait pas s’en empêcher.

« Sylvia, je vais te réconforter maintenant, » déclara Kizuna.

« Hayu? » demanda Sylvia.

La main de Kizuna caressa avec amour le dos de Sylvia.

Il caressa comme pour confirmer la forme de son omoplate dans son dos, puis sa main descendit jusqu’à sa taille.

« Fuu !? »

Incapable de le supporter, le corps de Sylvia avait bougé et sa poitrine avait été poussée plus loin. C’était comme si elle attendait avec impatience les caresses stimulantes de Kizuna, alors que sa poitrine tremblant était devant le visage de Kizuna..

Kizuna effleura doucement cette poitrine puis il le saisit légèrement.

« Haaau ... — ! »

Une sensation de douceur pouvait être ressentie venant de la très petite poitrine. Il enleva temporairement sa main, puis toucha doucement la poitrine avec sa paume. Il fit rouler l’un des bouts pointus que sa paume sentait comme dans un massage.

« Auu ! Ah ! Hauu ! »

Le corps de Sylvia avait bondi à intervalles réguliers comme si elle avait été électrocutée.

Les doigts de Kizuna pincèrent doucement les protubérances sur cette poitrine.

« KYAUUUuuuuuuuu — … nh… hhaaaaa- ! »

C’était juste un peu, mais un jet de lumière violette était sorti du corps de Sylvia. Cela brillait, s’entremêlant légèrement avec la lumière rose du corps de Kizuna avant de disparaître.

Après ça, Sylvia semblait être épuisée puis elle s’était effondrée sur le lit. Sa respiration était agitée comme si elle venait juste de terminer un entraînement intense. Elle transpirait légèrement, avec une expression de transe présente sur son visage.

Il n’y avait pas d’erreur. Sylvia avait une compatibilité importante avec les Noyaux.

Elle avait un talent exceptionnel doté de capacités de pilote importantes et cela était doublé de sa grande compatibilité avec un Noyau. Elle était sûrement la candidate la plus forte en tant que prochaine membre d’Amaterasu.

Kizuna caressa le visage de Sylvia. Ses cheveux blonds étaient moelleux comme des plumes. C’était vraiment agréable au toucher. Sylvia avait blotti sa tête contre la main, comme le ferait une enfant gâtée, tout comme si elle se sentait bien.

« Si tu savais tout cela, alors tu serais vraiment heureuse, n’est-ce pas…, » murmura Kizuna.

Mais, le cœur de Kizuna était sombre en ce moment.

***

Partie 4

« Tous les membres sont donc rassemblés, » déclara Reiri.

Reiri entra dans la salle de conférence du quartier général de commandement. Cette salle pouvait contenir environ deux cents personnes. Elle avait la forme d’un demi-cercle avec des sièges donnant l’impression que c’était un escalier. Tout cela lui donnait une atmosphère semblable à celle d’une salle de classe d’une université. C’était une salle spacieuse, mais il y avait moins de dix personnes assises dedans.

Tous les membres d’Amaterasu, donc quatre personnes, étaient assis là. Heureusement, Yurishia et Himekawa avaient pu sortir de l’hôpital sans problème de santé durable après cinq jours. Et puis, il y avait aussi quatre membres des Maîtres. Cependant, deux des filles étaient des personnes que Kizuna n’avait jamais vues jusqu’à maintenant.

Les autres individus présents étaient Reiri et un Américain d’âge moyen qu’il ne connaissait pas. Cet homme d’âge moyen ressemblait vraiment à une star de Hollywood avec son corps robuste. Il portait plusieurs médailles sur la poitrine de son uniforme militaire. Il devina que c’était le commandant de l’Ouest des États-Unis dont il avait entendu parler auparavant. Mais, peut-être n’avait-il pas l’intention de vraiment parler, car à la place, il était assis dans un coin et il observait la situation dans la salle de réunion.

« Une semaine s’est écoulée depuis l’assaut de Gravel, » déclara Reiri. « Actuellement, Ataraxia s’est retiré à cinq cents kilomètres au sud-est d’Okinawa. Nous restons dans cette position pour le moment. »

Un écran géant, comme celui d’un cinéma, projetait une carte. Cela affichait la position actuelle d’Ataraxia.

« Ces groupes de l’Autre Univers vont sûrement résoudre leur problème de distance de croisière tôt ou tard. Si cela se produit, c’est la fin pour nous, » déclara Reiri. « Et cela n’est pas seulement pour cet Ataraxia, mais aussi pour le megaflotteur du Japon, et pour celui de l’Ouest des États-Unis. Il ne fait aucun doute que nous allons tous sombrer dès que cela arrivera. Avant que cela ne se produise, il est nécessaire d’établir une méthode susceptible de nous permettre de résister à l’ennemi. »

Yurishia leva la main. « Mais, deux Maîtres sont devenus incapables de combattre à la suite de la bataille d’avant. Nous n’avons même pas pu causer la moindre égratignure sur cette femme appelée Gravel. Y a-t-il une sorte de stratégie pour cela ? »

« Nous l’avons, » déclara Reiri.

La salle de conférence redevint bruyante.

« Je vais d’abord présenter notre renfort. Il y a un ajout de deux Maîtres venant de l’Ouest des États-Unis, » déclara Reiri.

Deux filles étaient debout.

« E-rrr, je suis Clémentine Barrows. Ma spécialité est le tir à longue distance. Pensez à moi en tant que remplaçant de Brigit. Bien, occupez-vous bien de moi, » déclara Clémentine.

Elle avait comme caractéristique d’avoir de longs cheveux orange tressés en trois. Ses vêtements et son attitude occidentale donnaient l’impression de provenir du bon vieux temps de l’Amérique. Était-elle originaire de la campagne américaine ? Ou alors, elle pourrait être simplement une fan du genre Far West.

Après que Clémentine se soit assise, l’autre fille avait ouvert la bouche.

« Sharon Cunningham. Je fais ce que je veux, alors s’il vous plaît, c’est correct de ne pas s’occuper de moi, » déclara Sharon.

Elle était une fille aux cheveux gris avec apparemment aucune motivation. Ses yeux à demi fermés semblaient vouloir dire que c’était même gênant de venir dans cette salle de conférence. Mais ce qui le dérangeait encore plus que son attitude était ses vêtements. C’était extrêmement déplacé. Un habit de goth-loli noir était présent sur tout son corps.

« Nous… ! Eh bien, leur compétence est une chose que vous connaissez ! Elles sont les personnes idéales pour remplacer Brigit et Gertrude, » déclara Scarlet.

Scarlet ajouta alors quelque chose dans ce qu’elle venait de dire.

« Quant à ceux que je viens de mentionner, Gertrude a déjà été ramenée dans l’ouest des États-Unis. Son traitement se poursuivra à l’hôpital là-bas. Et puis Brigit, elle peut retourner au front après environ un mois, alors elle reste sur Ataraxia. Cependant, elle sera au repos pendant un mois. Es-tu d’accord avec ça ? »

Brigit était assise toute seule au fond de la salle de conférence.

« Tu m’écoutes, Brigit ? » demanda Scarlet.

Il n’y avait pas eu de réponse, même quand Scarlet l’avait appelée.

Cependant, elle murmurait comme si c’était un monologue. « … Je suis encore capable de me battre. Je dois vaincre cette femme et accomplir mon devoir. »

Kizuna avait alors parlé à Scarlet qui était assise dans un endroit légèrement séparé de lui. « On dirait qu’elle a subi un grand choc mental, n’est-ce pas ? »

« Oui. Je suis un peu inquiète. Juste au cas où, je vais aussi aller voir un médecin pour obtenir des conseils afin de l’aider, » déclara Scarlet.

Scarlet fronça ses sourcils avec inquiétude.

Mettant de côté l’échange entre ces deux personnes, Himekawa leva la main et elle posa une question.

« Un tel renforcement est apprécié, mais en échange, les megaflotteurs du Japon et de l’Ouest des États-Unis ne sont-ils pas en sous-effectif à cause de cela ? » demanda Himekawa.

« À l’heure actuelle, ils séjournent dans une zone océanique sûre, le danger est donc faible, » répondit Reiri. « Mais plutôt que de penser à ça, c’est notre situation ici qui est dans un danger immédiat. Ainsi, plutôt que de réduire notre force pour un “juste au cas où”, nous avons jugé que nous devrions nous concentrer sur la menace qui est juste devant nos yeux. »

Kizuna se leva. « Laissons cela de côté, le problème est Aldéa et Gravel. Dites-nous s’il existe une contre-mesure contre ces deux-là. »

« Certes, ces deux individus sont forts. Aldéa dispose de boucliers pouvant bloquer le Pulvérisateur et Gravel possède une lance capable de repousser le Cadre Différentiel. Même avec l’Armement Corrompu, il sera difficile de les vaincre. En conséquence, nous avons conçu le plan C…, à savoir la nouvelle hybridation. »

— Une nouvelle hybridation ?

« Ceci est notre nouveau pouvoir, l’Hybridation Connective !! » déclara Reiri.

Reiri leva les yeux vers le moniteur.

« Kei, je vais te laisser l’explication, » déclara Reiri.

{Roger.}

Une fenêtre était apparue devant les visages de toutes les personnes présentes. C’était la communication de Kei qui était dans le laboratoire.

{L’Hybridation Connective a été étudiée jusqu’à présent sous le nom de code du plan C. Les détails du plan sont Eros et deux autres Heart Hybrid Gears, en d’autres termes, trois Heart Hybrid Gears effectuant simultanément une Hybridation des Coeurs. Lorsque plusieurs Heart Hybrid Gears effectuent l’Hybridation des Coeurs en même temps, il se produira un phénomène de résonance entraînant un effet multiplié, ce qui ne peut pas être obtenu à partir d’une Hybridation des Coeurs avec deux Heart Hybrid Gears.}

{Le résultat obtenu sera que l’énergie produite sera formidable. Il est possible d’alimenter l’Heart Hybrid Gear avec une énergie offensive élevée, et cela même par rapport à l’Hybridation des Coeurs normale. Et puis, il a également un effet similaire pour l’Hybridation Culminante. En utilisant cette Hybridation Connective, vous obtiendrez un Armement Corrompu avec une puissance d’attaque encore plus élevée.} Continua Kei.

« Euh, attendez une seconde. En d’autres termes, vous me dites de faire une Hybridation Culminante avec deux autres filles, pour un total de trois personnes ensemble ? » demanda Kizuna.

{Exactement.} répondit Kei.

Himekawa s’était levée alors qu’elle était dans un état chaotique. « S, s’il vous plaît, attendez ! Peu importe pourquoi, le fait… de faire de tels… actes si pervers avec d’autres personnes, c’est impossible — ! »

Reiri répondit d’une voix composée. « L’Hybridation des Coeurs et l’Hybridation Culminante partagent l’affection et le plaisir en réunissant votre cœur et votre corps. Cependant, pour encore plus de puissance, une nouvelle forme d’excitation et des sentiments violents de corruption sont efficaces. Avec cette Hybridation Connective, leur mise en œuvre est possible. »

« C-C’est sans vergogne ! Licencieux ! » cria Himekawa.

{Non seulement cela, mais avec l’Hybridation Connective, un nouveau sentiment qui ne peut être obtenu par une Hybridation à deux est transformé en énergie. En d’autres termes, avec encore plus d’affection envers deux personnes, et plus d’amitié et de confiance des autres femmes, toutes ces émotions qui ne peuvent être produites à partir d’un simple couple seront combinées. En conséquence, vous pouvez obtenir une force encore plus puissante par rapport à une hybridation à deux.}

Scarlet leva la main avec un visage troublé. « E, euh, je ne comprends pas vraiment ce dont vous parlez, mais… en premier lieu, quel genre de chose faites-vous dans cette Hybridation des Coeurs ? »

« Vous faites des choses obscènes avec Kizuna, » Yurishia répondit nonchalamment.

« Obscène. »

Toutes les membres des Maîtres étaient devenues silencieuses. Après un moment, Scarlet ouvrit la bouche.

« … Juste au cas où, je demande ceci pour être sûr. Est-ce sérieux ? » demanda Scarlet.

Yurishia avait répondu avec désinvolture. « Je le jure devant Dieu. »

Après un moment, le cri des Maîtres avait retenti.

« EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !? »

« C’est quoi ce truc ? Je n’ai jamais entendu parler de ça ! »

« Impossible ! Êtes-vous stupides, les gars ? »

« Les mystères de l’est. »

Et ensuite, Reiri avait porté le coup de grâce. « Vous êtes des petites filles bruyantes ! Ne criez pas simplement en raison de quelque chose d’obscène, adolescentes dans la puberté ! »

En mettant de côté les redoutables Maîtres, Kizuna avait parlé à Kei par l’intermédiaire de la fenêtre de communication.

« Shikina-san, c’est génial que les filles soient alimentées avec cette Hybridation Connective, mais que vais-je devenir ? » demanda Kizuna.

{J’imagine qu’une sorte d’effet apparaîtra probablement aussi dans Eros. Cependant, nous ignorons totalement quel genre de chose se passera. Nous ne comprendrons pas avant de l’avoir essayé.}

« Donc, cela ne fait que laisser cela au hasard, » déclara Kizuna.

{Il n’y a aucune garantie de sécurité absolue. Malgré tout, avez-vous un problème à le faire ?} demanda Kei.

« Ça ne me dérange pas. C’est exactement ce que je souhaite, » Kizuna répondit immédiatement.

Si tout le monde était dans un état de surpuissance, alors leurs chances de survie seraient tout aussi élevées. En plus, il ne pouvait pas se permettre de choisir sa méthode.

« Hé, tout le monde n’a pas d’objection, non ? » Kizuna avait alors posé la question aux membres d’Amaterasu.

Cependant, ce qui était revenu était le regard fâché de Himekawa.

« Pervers ! Violeur ! Il est hors de question que quiconque souhaite une chose aussi impudique ! Il y a aussi les habitants de l’Ouest des États-Unis ici, alors faites attention à votre déclaration ! Qu’allez-vous faire si nous, les Japonais, sommes traités comme des pervers ! » déclara Himekawa.

« Hein !? Non, c’est un malentendu ! Je ne le pense pas pour cette raison ! » déclara Kizuna.

Kizuna regarda les Maîtres afin de se faire comprendre. Mais —,

Scarlet reculait avec un visage rouge. « Hahaha… tu es vraiment Eros n’est-ce pas ? »

« Vous êtes vraiment une masse de désirs ambulants, comme le disait la rumeur. Cela vous rend plutôt rafraîchissant. Cependant, je ne veux pas participer à tout cela. »

« Les Japonais sont en plein Hentai. Vous avez tous dix ans d’avance sur nous uniquement dans ce domaine. »

Il y avait une fille qui lui avait fait une impression étrange. C’était ce qu’il pensait, mais il n’avait même pas le sang-froid pour répliquer.

« C’est un malentendu ! C’est un devoir, je ne sais pas vraiment —, » déclara Kizuna.

« Alors, à propos de qui remplira réellement cette tâche…, » déclara Reiri.

Reiri croisa les bras et son regard traversa les participants. Himekawa avait capté ce regard et se leva.

« Moi, je n’en veux pas ! Quelque chose comme ça…, le faire avec trois personnes est anormal ! » cria Himekawa.

« Alors, qu’en est-il de Yurishia ? » demanda Reiri.

« Cela ne me dérange pas vraiment de le faire, » Yurishia replaça ses cheveux blonds et répondit avec une attitude posée.

« C’est génial. La combinaison que nous pensons recommander pour le premier essai est Aine et Yurishia, » déclara Reiri.

« Eh… » Quand Aine leva son visage, ses lèvres étaient bien serrées.

— Je vois. Comme je le pensais, elle hésite à faire une Hybridation Culminante.

Mais, à partir de maintenant, je ne peux pas imaginer que nous puissions survivre sans le faire. Je ne peux que lui demander maintenant de supporter cela, pensa Kizuna.

Kizuna regarda Aine qui baissait les yeux avec un corps tendu.

Soudainement, il s’était remémoré d’Aine qui tremblait dans ses bras ce jour-là.

Non… comme je le pensais, ce n’est pas bon !

Après avoir vu Aine dans cet état, il n’y a aucun moyen que je fasse simplement pression sur elle ! pensa Kizuna.

C’était une autre affaire si son Compteur Hybride entrait dans la zone rouge, mais pour le moment, c’était différent. D’ailleurs, c’était encore acceptable s’il n’y avait que l’Hybridation des Coeurs à faire, mais en pensant à quel point Aine était effrayée par l’Hybridation Culminante, il n’y avait aucun moyen de le faire pour Aine.

Mais qui la remplacera ?

Il faut quelqu’un de profondément associé à Yurishia, avec une bonne relation, et rythme correspondant —, pensa Kizuna.

Dans l’esprit de Kizuna, il se remémora de Yurishia et Scarlet à travers des flashs.

Elles s’étaient disputées avec un langage abusif, mais au milieu de tout cela, il y avait aussi quelque chose qui lui faisait sentir qu’il y avait une longue association entre elles. Elles comprenaient l’autre partie, sachant tout ce qu’il y avait à savoir sur l’autre. L’échange lors de leurs querelles lui avait aussi fait étrangement sentir qu’il y avait un lien entre elles.

Et puis, il s’était rappelé ce jeu de danse. C’était comme si cela avait été arrangé à l’avance, car elles étaient parfaitement synchronisées.

Elles semblaient avoir une discorde entre elles, mais leur relation n’était-elle pas excellente avant cela ?

S’il pouvait simplement résoudre la source de ce conflit, cela irait. Un tel sentiment d’assurance s’était rapidement mis à grandir à l’intérieur de Kizuna.

Kizuna se leva. « Attendez une seconde ! Je recommande le groupement de Yurishia et Scarlet ! »

« HAAA !? » Scarlet fit entendre une voix hystérique et se leva. « Ne fais pas une blague stupide ! Je ne suis pas une… »

Les yeux de Kizuna croisèrent les siens avec une force qui semblait bouleversante.

« Femme… bon marché… comme, comme ça si, » continua Scarlet.

Ses joues se gonflèrent de rouge, puis son regard se déplaça dans tous les sens. La fin de sa phrase devint incompréhensible et elle baissa les yeux.

– C’est quoi sa réaction ? Se demanda Kizuna.

« Quelque chose ne va pas, Scarlet ? » Alors que Kizuna lui demandait encore une fois, Scarlet revint à elle-même et leva les yeux vers lui. Elle regardait fixement Kizuna.

Son visage redevint rouge en un éclair.

« Tu… Tu es ennuyeux ! Si, s’il n’y a vraiment pas d’autre moyen, alors une Hybridation des Coeurs avec Kizuna, eh bien, je ne serais peut-être pas disposée à le faire, mais je pourrais simplement le permettre… Pas ça ! Je déteste ça, mais je pourrais le supporter de toute façon, en tout cas, c’est ça ! C’est bien ça ! Mais former une paire avec Yurishia, c’est la seule chose que je refuse à tout prix de faire ! » déclara Scarlet.

Yurishia écoutait la consternation de Scarlet qui parlait sans arrêt, alors que son visage était complètement contracté.

« … C’est vrai. Je suis réticente à être d’accord avec Scarlet, mais ce n’est que là que j’ai le même avis avec elle, » déclara Yurishia.

Scarlet jeta un regard noir à Yurishia qui parlait sans motivation.

« C’est vraiment un accord exaspérant. Plutôt que de faire cette Hybridation Connective ou quelque chose avec toi, il est toujours préférable de faire une Hybridation des Coeurs avec moi seule ! » déclara Scarlet.

« … Je vois. Fait comme tu veux, » déclara Yurishia.

Yurishia se leva de son siège avec un soupir et se dirigea directement vers l’entrée.

« Quoi — ? C’est quoi cette attitude ? Attends, ne t’enfuis pas ! » cria Scarlet.

Yurishia ignora la provocation de Scarlet et quitta la pièce comme ça.

— Après cela, ils avaient continué à parler, mais à la fin il n’y avait pas eu de conclusion.

La réunion avait été suspendue et la question du couplage pour la Hybridation Connective sera à nouveau discutée plus tard.

« Merde, quel est le problème avec ça… ! », s’exclama Kizuna.

Kizuna avait franchi la porte du quartier général de commandement puis il était descendu dans la rue. Il était déjà passé 9 heures et le ciel était devenu complètement noir. Les panneaux d’affichage numérique qui se trouvaient le long de la route étaient étincelants avec toute une variée de couleurs. La vue des présentoirs alignés dans une ligne ordonnée ressemblait à un défilé de lumière.

Kizuna réfléchissait en marchant seul dans la rue magnifiquement éclairée.

— Dans un tel cas, n’y a-t-il pas d’autre moyen que de demander à Aine de supporter cela ? Se demanda Kizuna.

Cependant, quand il se remémora du visage effrayé d’Aine, il n’avait plus vraiment envie de la forcer.

Néanmoins, il était également difficile de compter sur Himekawa. Elle avait déjà montré un rejet si fort, alors il savait qu’il ne serait pas facile de la persuader.

Dans son cœur, l’image qui y était fortement présente en lui était, comme prévu, Yurishia et Scarlet.

« Hé, Kizuna. » Soudain, une voix l’appela des ténèbres.

— Qui est-ce ? Se demanda Kizuna.

Il se retourna tout en se mettant sur ses gardes. Une longue queue de cheval rouge était sortie de l’obscurité pour se révéler sous le réverbère.

« Scarlet ? » demanda Kizuna.

« Oui… puis-je un peu te parler ? As-tu du temps ? » demanda Scarlet.

Sa manière d’agir alors qu’elle le regardait timidement était étrangement douce.

« Cela ne me dérange pas, mais de quoi veux-tu parler ? » demanda Kizuna.

« Juste un petit peu… cela ne prendra pas beaucoup de temps, » déclara Scarlet.

Scarlet s’était assise sur le banc de l’arrêt de bus. Kizuna s’était également assis à côté d’elle.

Kizuna attendit alors que Scarlet commence à parler. Cependant, il semblait que les yeux de Scarlet avaient été captivés par l’éclat lumineux des écrans numériques.

« Hey ! À propos de la conversation —, » déclara Kizuna.

« Je ne veux pas perdre face à Yurishia, » Scarlet avait soudainement commencé à parler.

« Ah ! Donc c’est à propos de ta mauvaise relation avec Yurishia, je sais que tu détestes Yurishia. Mais, je ne sais pas la raison. Qu’est-ce qui s’est passé entre vous  ? » demanda Kizuna.

« Qu’est-il arrivé… c’est parce que cette femme est une lâche, » déclara Scarlet.

Kizuna inclina la tête. La Yurishia que Kizuna connaissait n’était pas une lâche. Au contraire, elle avait plutôt un aspect qui tentait de résoudre elle-même le problème.

« Hey, si quelque chose est arrivé avec Yurishia dans le passé, alors peux-tu me l’apprendre ? Sinon, je ne peux pas croire ce que tu dis, Scarlet, » déclara Kizuna.

« Hein ? » s’exclama Scarlet.

Scarlet regarda Kizuna avec un visage qui sembla être pris de court.

« Je suis le capitaine d’Amaterasu. En outre, je ne la connais que depuis peu de temps, mais je pense aussi connaître Yurishia de mon côté. Je ne peux pas associer le mot lâche à Yurishia. Alors que c’est passé avant ça, dis-le-moi, » déclara Kizuna.

Scarlet regarda de nouveau le défilé de lumière et murmura. « Bien. Alors je vais te l’apprendre. Tu vois, cette femme m’a utilisée, pour devenir l’as des Maîtres… Le super as de Maîtres, elle m’a utilisée comme tremplin. »

***

Partie 5

— C’était arrivé juste après le 2e autre conflit avec un autre univers. Quand Yurishia se battait encore en tant que membre de l’armée américaine. À ce moment-là, Yurishia combattait avec Scarlet contre les armes magiques apparues depuis l’entrée présente dans l’Amérique du Nord.

L’armée américaine avait rapidement formé une unité de Heart Hybrid Gears issue du partage de la technologie japonaise. Le nombre de tenues était plus grand que les Japonais, et c’était une grande unité qui se vantait d’avoir un nombre total de cinquante engins dans l’ensemble de l’Amérique. Cependant, à ce moment-là, les pilotes étaient encore plongés dans l’obscurité concernant le fonctionnement des Heart Hybrid Gears.

Malgré tout, les femmes pilotes qui pilotaient les Heart Hybrid Gears devenaient la cible de la popularité en tant que seul moyen de vaincre les armes magiques. Elles étaient traitées comme des sportives de première classe ou des stars d’Hollywood.

C’était aussi le moment où l’invasion provenant entrée n’avait toujours pas progressé à l’intérieur des terres. Les gens continuèrent à gagner leur vie jusqu’à ce moment-là, ils oscillaient entre le bonheur et la peur issus des reportages sur les champs de bataille parus dans la presse. Même au milieu de tout cela, les résultats de la guerre avec les Heart Hybrid Gears qui gagnaient en vainquant les ennemis de l’Autre Univers avaient rendu toute l’Amérique folle.

C’était donc arrivé à cette époque. D’excellents pilotes avaient été rassemblés de partout en Amérique et une unité d’élite allait être formée. Une telle rumeur se répandait partout.

C’était les Maîtres.

Les Heart Hybrid Gears étaient déjà populaires dans des conditions normales. S’il y avait une telle équipe où les meilleurs se réunissaient, alors cela attirerait sans aucun doute l’intérêt des masses.

Un peu après, une telle rumeur avait commencé à se répandre. Soudain, une entrée s’était manifestée à la périphérie de Los Angeles. Cette nouvelle s’était répandue rapidement. Et puis, une importante force d’armes magiques était apparue à partir de cette entrée et elle avait approché de la zone urbaine proche.

C’était une armée d’un total de cent armes magiques. C’était l’une des plus grandes forces depuis le deuxième conflit avec un autre univers.

Los Angeles avait été en sécurité jusqu’à présent, et il n’y avait aucune unité qui y était stationnée. Ceux qui pouvaient se diriger là-bas pour intercepter la force ennemie n’étaient que les deux responsables de l’entrée de l’Arizona. C’était Yurishia et Scarlet.

Avant le deuxième conflit avec un autre univers, ces deux filles avaient reçu un entraînement dans la même équipe. Elles s’étaient largement fait connaître en raison de leur puissance de combat individuelle élevée et de leur superbe combinaison.

Et puis toutes les deux étaient parties ce jour-là.

Mais ce qui était différent de la normale était la sortie tardive de Yurishia.

« Scarlet ! » s’écria Yurishia.

« Ah, tu es enfin arrivée ! Bon sang, qu’est-ce qui ne va pas Yurishia ? » demanda Scarlet.

Yurishia avait rattrapé Scarlet alors qu’elle se dirigeait vers Los Angeles.

« Pardon. Je n’ai pas pu établir de contact à cause d’un dysfonctionnement dans la transmission, » déclara Yurishia.

« Ah, je vois. Nous sommes déjà assez proches de l’entrée maintenant, » déclara Scarlet.

Le mur mystérieux qui libérait des armes magiques de l’Autre Univers, cette chose qui s’appelait une Entrée causait un dysfonctionnement de la transmission. Dans de nombreux cas, elles ne pouvaient pas contacter la base une fois qu’ils étaient loin d’elle.

« Juste avant que je parte, un nouvel ordre est arrivé, » déclara Yurishia.

« Hein ? Même s’ils nous ont dit d’aller à Los Angeles après ça, que faisons-nous ? » demanda Scarlet.

« L’ennemi avançant vers Los Angeles ayant changé de direction, il semble qu’ils commencent à se retirer dans l’Entrée. Au contraire, il semble qu’il y ait du mouvement en Arizona, » déclara Yurishia.

« Je vois… c’était donc une diversion, » déclara Scarlet.

« Oui. C’est bien ça. Il n’y a pas moyen de laisser ça se faire. J’ai l’instruction de nous séparer en deux groupes et d’observer chaque point, » déclara Yurishia.

« Roger. Alors qu’allons-nous faire ? » demanda Scarlet.

« Je vais à Los Angeles. Après avoir confirmé la retraite de l’ennemi, je me dirigerai vers l’Arizona. C’est pourquoi, Scarlet, tu —, » déclara Yurishia.

« Je vais en Arizona ! Roger —, » déclara Scarlet.

☆☆☆

« — Alors, que s’est-il passé après ça ? » Kizuna avait exhorté Scarlet qui était devenue silencieuse à continuer son histoire.

Un bus s’était arrêté devant Kizuna et Scarlet. La porte était ouverte, mais ils n’avaient montré aucun signe de vouloir y monter. La porte s’était alors fermée avec colère et le bus était parti.

« … Quand je suis allée en Arizona et c’était juste comme Yurishia l’avait dit. Il y avait des armes magiques. En outre, il y avait aussi quelque chose que nous n’avions jamais vu auparavant, » déclara Scarlet.

« Quelque chose que vous n’aviez jamais vu ? » demanda Kizuna.

« À cette époque, il s’agissait de la première fois où cette catégorie était observée au monde, un Dragre, » déclara Scarlet.

– Dragre. C’est donc cette chose qui combattait auparavant Yurishia sur une île non peuplée, pensa Kizuna.

« Les combattants de l’armée de l’air et les tanks de l’armée de terre ont été écrasés comme des jouets, » déclara Scarlet. « Je ne savais pas quoi faire contre l’ennemi que je voyais pour la première fois. Malgré tout, je l’ai combattu avec une autre unité Heart Hybrid Gear qui s’est précipitée à partir d’une base différente se trouvant à proximité. »

Scarlet avait mis de la force dans ses doigts croisés.

« En combinant nos forces, nous avons coincé le Dragre jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un peu à faire. Mais, lorsque nous avons atteint ce point… chacune de nous avait épuisé ses forces. Son énergie s’était épuisée et il était devenu incapable de bouger. La gueule du Dragre s’est ouverte vers moi et je pouvais voir la flamme s’accumuler à l’intérieur de cette bouche. Si cette flamme a été envoyée, c’est la fin. J’ai prié Dieu. »

Scarlet souleva la tête et leva les yeux vers le ciel nocturne.

« Puis elle est apparue là-bas. »

Scarlet plissa les yeux dans le ciel nocturne où il n’y avait rien.

« C’était une lumière dorée qui ressemblait à la fureur divine. Ce rayonnement qui tomba du ciel et qui extermina le Dragre en une seule attaque. Et puis, les nuages se sont dissipés et elle est descendue… Yurishia Farandole. »

Les yeux de Scarlet semblaient regarder cette scène.

« C’était vraiment comme la descente d’un ange. Tu dois penser que c’est un cliché exagéré, mais… mais à ce moment-là, nous avons été émues et avons pleuré, quant à la façon dont nous avions risqué notre vie, sur le caractère sublime de l’existence de Yurishia. À ce moment, Yurishia était sans aucun doute notre dieu. »

En disant cela, Scarlet baissa les yeux.

« Mais ce n’était pas ça. »

« Scarlet ? » demanda Kizuna.

« Quelques jours plus tard, j’ai découvert que l’ordre que Yurishia m’avait dit n’existait pas. L’ennemi qui se dirigeait vers Los Angeles n’a pas changé de direction ni quoi que ce soit d’autre. Il n’y avait pas non plus d’ordre pour me dire de retourner en Arizona, » déclara Scarlet.

Scarlet avait parlé avec contrariété.

« De plus, les armes magiques qui ont attaqué Los Angeles étaient nombreuses, mais la plupart du temps, cela n’était que des adversaires de la catégorie C ou D ayant une faible puissance de combat. En échange de cela, l’adversaire auquel nous avions été confrontés était de catégorie A qui avait été vue pour la première fois… c’était l’ennemi le plus puissant à l’époque, » déclara Scarlet.

Scarlet avait dirigé un regard dur sur Kizuna.

« Yurishia savait que les armes magiques attaquant Los Angeles étaient de faibles ennemis ! Elle était en retard dans la mission, car elle vérifiait cette information. Et ensuite, pour pouvoir monopoliser cet exploit, elle m’a chassée vers l’Arizona et m’a fait faire face au formidable ennemi ! » déclara Scarlet.

« Non ! Attends une seconde Scarlet. Est-ce ce que Yurishia t’a dit ça ? » demanda Kizuna.

« Il est hors de question que cette femme sournoise avoue honnêtement tout cela ! » déclara Scarlet.

« Mais…, à propos du fait que tu as été sauvée par Yurishia… n’est-ce pas un fait ? » demanda Kizuna.

Scarlet se pencha vers l’avant avec force comme si elle allait mordre à Kizuna.

« Elle attendait jusqu’à ce que nous ayons gravement endommagé le Dragre avant de prendre la partie la plus délicieuse pour elle-même ! » déclara Scarlet.

Kizuna avait faibli sous son regard menaçant.

« Ce jour-là, Yurishia est devenue une superstar. Elle a vaincu seule des centaines d’armes magiques. Elle était le héros qui avait sauvé la ville. Puis elle s’est précipitée vers ses camarades qui étaient à leur limite et a vaincu l’ennemi le plus puissant, le héros invincible. On lui a donné des surnoms vraiment exagérés, la Reine des Cents, l’Ace des Aces, la plus Puissante au Monde, c’était tellement marrant, » déclara Scarlet.

Les larmes montèrent au coin des yeux de Scarlet.

« Et ainsi, elle a été choisie comme la supposée As des Maîtres. À ce moment-là, j’ai compris. Aah, je me suis maintenant habituée, » déclara Scarlet.

La tête penchée de Scarlet se heurta à l’épaule de Kizuna.

« Scarlet…, » déclara Kizuna.

« Même si je… pensais à elle comme à une amie à l’époque, même si je l’idolâtrais, même si elle m’avait tout dit, je ferais n’importe quoi si c’était pour l’amour de Yurishia, pourtant malgré cela…  ! »

Scarlet fit entendre une voix mêlée de sanglot.

« C’est pourquoi… j’ai travaillé à mort. Même après le départ de Yurishia… J’ai décidé de rembourser Yurishia un jour et j’ai donc continué à me battre. Et puis… j’ai finalement réussi à devenir l’as des Maîtres…, » déclara Scarlet.

Kizuna enlaça doucement Scarlet.

« Après un certain temps… j’ai entendu dire que Cross que portait Yurishia était un noyau qui consommait la vie pour combattre… je me sentais troublée à cause de cela, mais j’avais envie de lui pardonner à cause de cela… mais…, » déclara Scarlet.

Scarlet avait enfoui son visage contre la poitrine de Kizuna, endurant désespérément sa voix qui pleurait.

Kizuna la caressa doucement.

« Ki, Kizuna, tu es… gentil, n’est-ce pas… tu es fort, » déclara Scarlet.

« Qu’est-ce que tu dis ? Tu es bien plus forte que quelqu’un comme moi, n’est-ce pas ? » déclara Kizuna.

« Parce que… tu m’as protégée de l’attaque de Gravel, » déclara Scarlet.

« Aah, cela. C’est parce que je n’ai rien du tout à part ma Sauvegarde Vitale, » déclara Kizuna.

Kizuna avait souri amèrement.

Scarlet avait souri avec des yeux devenus complètement rouges.

« Tu as été simplement soufflé par une seule attaque de faible puissance de Gravel, n’est-ce pas ? » demanda Scarlet. « Je l’ai déjà entendu dire que si tu ne fais pas une Hybridation Culminante, ta force de combat est égale à zéro, n’est-ce pas ? Mais, je pense que c’est incroyable. »

« Ne sois pas sarcastique. Même ainsi, cela me dérange, » déclara Kizuna.

Scarlet secoua la tête.

« Non, ce n’est pas ce que je veux dire. Même si tu comprends que tu ne peux pas te battre avec un ennemi avec ta force, tu te tiens toujours devant lui. Je pense que c’est une chose incroyable à faire… Je, je pense que c’est… cool, » déclara Scarlet.

« Ha !? Hein ? C’est… que…, » déclara Kizuna.

Kizuna jeta un coup d’œil vers les yeux de Scarlet.

« Parce que, la fois où tu m’as sauvée, cette fois aussi contre le Dragre… quand j’ai senti que je ne pouvais pas faire face à l’ennemi, je suis devenue incapable de faire quoi que ce soit, » déclara Scarlet.

« Scarlet…, » déclara Kizuna.

« Hé, Kizuna… puis-je être comme ça… un peu plus ? » demanda Scarlet.

Au lieu d’une réponse, il caressa la tête de Scarlet et sa queue de cheval qui s’étendait de là.

— Et puis, il se résolut fermement dans son cœur.

***

« Gravel. La préparation à l’attaque est terminée. Nous pouvons y aller à tout moment, » déclara Aldéa.

Aldéa et Gravel étaient immobiles sur une plage de sable blanc. Les deux femmes portaient un manteau à capuchon et fixaient la mer. Devant ce regard, au-delà de l’horizon, il devrait y avoir la forteresse en mouvement de l’ennemi, Ataraxia.

« La préparation afin que nous puissions partir à tout moment est terminée. Si nous ne nous dépêchons pas, ils vont se déplacer dans un endroit où nous ne pouvons pas les rejoindre, tu sais ? » déclara Aldéa.

À proximité de la mer, une grande force d’armes magiques, des Vikings, se tenait à moitié submergée. Il y avait environ une centaine d’Albatros dans la zone, tandis qu’une grande flotte de cuirassés de cinq cents mètres et plusieurs cuirassés de milliers mètres attendaient des instructions en haute mer.

« Aah… c’est vrai, » déclara Gravel.

Gravel avait reçu la brise marine avec tout son corps et avait fermé les yeux avec une sensation agréable.

« Renvoyons la flotte à Vatlantis, » déclara Gravel.

« Ha ? » demanda Aldéa.

« Mais ce ne sera pas bien si nous n’avons rien du tout… alors, prenons avec nous deux cuirassés, ainsi que le nombre minimum d’armes magiques, et renvois le reste. Nous sommes également revenues ici sans leur fournir un pouvoir magique décemment, après tout. Faisons en sorte qu’ils se reposent lentement. »

Aldéa doutait de ses oreilles.

« Attends, on ne va pas sortir ? » demanda Aldéa.

Gravel se tourna vers Aldéa et sourit, puis elle ôta son manteau. Sous le manteau, un bikini doré était apparu. La couleur dorée se reflétait bien sur ses membres bruns voluptueux.

« C’est agréable ici. Le ciel et la mer aussi sont si beaux. Nous ne serons pas punies même si nous nous relaxons un peu en attendant, » déclara Gravel.

Laissant derrière elle un sourire malicieux, elle se précipita vers la mer.

Il n’y avait aucune présence humaine à perte de vue sur l’ancienne plage privée d’un hôtel de grande classe. Gravel s’enfonça dans la mer émeraude qui s’étendait devant ses yeux.

« C’est quoi ça, alors même si je me suis préparée en vitesse parce que tu avais l’air pressé ? » déclara Aldéa.

Aldéa glissa son manteau contre son épaule tout en parlant d’un ton insatisfait. Son corps souple portait un bikini blanc ne couvrait que faiblement son corps.

« Quoi ? Alors Aldéa, n’envisages-tu pas également de nager ? » demanda Gravel.

Gravel avait fait entendre une voix joyeuse alors qu’elle flottait dans la mer.

« C’est vrai. D’ailleurs, même si j’avais prévu de te faire nager à contrecœur avec moi, c’est maintenant gâché, » déclara Aldéa.

« Je suis vraiment désolée pour ça, » déclara Gravel.

« Vraiment. Alors… tu abandonnes déjà Zeros ? » demanda Aldéa.

Leurs deux corps se balançaient dans les vagues, dérivant sur la mer qui brillait telle une émeraude.

« — Non, c’est parce que c’est ennuyeux d’y aller plusieurs fois. Cette fois, l’autre partie viendra à nous, » déclara Gravel.

« Hein  ? » demanda Aldéa.

Gravel continuait de regarder les nuages blancs et murmurait. « Ils viendront. Sans aucun doute. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire