Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 6

***

Chapitre 5 : Le Diable contre les Amoureux

Partie 6

« Hein… ? »

Miyabi s’était touché la poitrine d’un air perplexe.

« Je… !! »

Elle avait sursauté en réalisant quelque chose et m’avait regardé avec surprise.

« Yu-Yuuto… Je t’ai, je t’ai… fait, quelque chose d’aussi horrible… »

L’expression de Miyabi s’était déformée en voyant mon apparence abîmée.

« Désolée, je suis désolée… Yuutooo. »

Miyabi avait sangloté et des larmes avaient coulé de ses yeux.

J’avais souri et touché la joue de Miyabi.

« C’est bon maintenant. La magie unique d’Ibiza est brisée. »

« E... eeeeeh !? »

Ce n’était pas seulement Miyabi qui avait l’air incrédule.

Ibiza transpirait aussi sous le choc.

« Impossible… il n’est pas possible que quelque chose comme ça soit… un rituel magique à grande échelle devrait être nécessaire pour la transplantation ! Sais-tu à quel point j’ai dû me préparer !? Le territoire de la famille ainsi que le sang du jeune démon qui est un descendant direct de sang pur — »

Ibiza s’était rendu compte qu’il était inconsciemment en train de s’épancher et s’était immédiatement tu.

« Tu ne dois t’inquiéter de rien, Ibiza. Je comprends maintenant, après avoir obtenu cette formule magique. La force de ta magie unique, ainsi que sa faiblesse. Et aussi la raison pour laquelle tu as besoin de la magie de sang des Yuugaoze. »

« … Hah, ne débite pas des trucs au hasard — . »

« La magie de la lignée de sang des Yuugaoze est une magie qui permet de connecter un lien avec les autres ainsi que de rompre ce lien. »

« — !! »

Ibiza avait serré les dents. En revanche, Miyabi avait froncé les sourcils parce qu’elle ne comprenait pas ce que je voulais dire.

« Lien avec d’autres… ? »

« Peu importe que l’autre partie soit humaine ou démoniaque, cette magie formera une connexion avec quelqu’un qui semble pouvoir apporter un bénéfice au lanceur et stabilisera fermement cette connexion. C’est comme ça que ton ancêtre est monté en grade pour devenir un margrave dans le monde des humains… tu as aussi dit ça, n’est-ce pas, Miyabi ? »

« Je l’ai mentionné, mais… c’était avec le pouvoir de ma lignée magique !? »

« Ouais. C’est pourquoi — . »

J’avais désigné l’Ibiza.

« Tu veux la magie de la lignée de sang des Yuugaoze. Afin de compenser la faiblesse de ton Psiconnect ! »

« Ne dis pas n’importe quoi ! Mon Psiconnect est inégalé !! Il n’y a aucune faiblesse dedans !!! »

« Alors, je vais te le montrer maintenant. »

« — Eh ? »

Le sourire d’Ibiza s’était crispé.

« Essaie de faire de moi ton captif. »

J’avais montré ma propre poitrine avec mon pouce.

« En ce moment, je possède la magie que tu souhaites. Si tu peux me mettre sous ce Psiconnect, tu pourras utiliser ce pouvoir. »

Ibiza m’avait lancé un regard haineux et avait fait un pas en arrière.

« — Ne sois pas arrogant, humain. Il n’y a aucune chance que je suive tes ordres. »

« Fuh… »

« Aaa ? Qu’est-ce qui te fait rire, espèce de bovin ? »

— Donc c’était comme ça.

Finalement, le directeur Gandou m’avait tout dit dès le début.

« Tu vois, les démons sont plus honnêtes avec leur désir que les humains. Si c’est un humain, ils ont diverses autres émotions qui leur servent de frein. Mais les démons sont différents. Une fois qu’ils ont décidé d’une chose, ils sacrifient tout le reste, peu importe s’ils deviennent une gêne pour les autres. Accomplir leur propre désir et élargir leurs gains autant que possible sont des vertus pour eux. »

Un démon était honnête avec ses désirs.

Des humains avaient des émotions diverses qui les retenaient.

« Ibiza. Ton Psiconnect ne fonctionne pas avec l’humain. »

« … tsu !? »

« Et même contre les démons, son effet sur quelqu’un avec un égoïsme réduit est faible. Surtout contre une cible comme les Amoureux, il est difficile pour cette magie d’affecter quelqu’un qui est lié par l’amour et la confiance. Même à l’instant, Miyabi a rejeté ton souhait avec ses sentiments envers moi. Elle n’a pas essayé d’offrir tout ce qu’elle a pour toi. »

« … »

— En outre, le directeur avait également dit ceci.

« Pourquoi ce type fait-il une fixation sur la magie de la lignée des Yuugaoze ? Sa force et sa faiblesse se trouvent là. »

En d’autres termes,

« La magie de la lignée de sang des Yuugaoze est une magie permettant de couper et de connecter la relation avec d’autres personnes. Elle peut couper ton lien de sang, et inversement, elle peut aussi le renforcer. En d’autres termes, c’est une épée à double tranchant. C’est pourquoi tu as utilisé un sale tour en coulisse pour prendre le contrôle de la maison Yuugaoze. »

Miyabi s’était mordu les lèvres de frustration.

« À cause de cela… il a utilisé l’amour de mes subordonnés… »

Ibiza avait brossé ses cheveux et avait levé les yeux au ciel.

« Ah, merde… ennuyeux. »

Lorsqu’il avait ramené son regard vers le bas, ses yeux étaient rouges et brillants.

D’innombrables chaînes s’étaient étendues du corps d’Ibiza à ce moment-là.

Les chaînes qui étaient invisibles avant cela étaient maintenant visibles.

« Assez de toutes ces ruses gênantes. Je vais te tuer et sacrifier Miyabi par la force brute. »

Ibiza avait saisi les chaînes et avait tiré de toutes ses forces.

« Venez ! Mes captifs ! »

Puis l’arrière du bâtiment scolaire, qui était vide jusqu’à présent, avait été visité par une dizaine d’élèves en tenue d’éducation physique.

« Ibiza-sama ! Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Ce type… ne me dit pas qu’il veut se battre au milieu de ce festival d’athlétisme !? »

Il y avait douze personnes au total.

… Si l’on ajoute le collier sectionné de Miyabi et Gigara hospitalisé, ils étaient quatorze au total. En d’autres termes, la limite supérieure du Psiconnect était de quatorze personnes — la même que la limite supérieure des cartes.

« Yuuto… il y en a beaucoup, mais peux-tu le faire ? »

Miyabi avait l’air inquiète. J’avais souri pour la rassurer.

« Oui. Juste ça, ce n’est pas un problème. »

Miyabi avait souri ironiquement.

« Quelle confiance ! »

« La princesse des amoureux est forte après tout. »

« … Attends, moi ? »

« Je peux utiliser la magie, mais, honnêtement, il m’est difficile de bouger beaucoup en ce moment. Si tu les vaincs, Miyabi, je pourrai couper la chaîne du Psiconnect en utilisant cette ouverture. »

« Désolée… à cause de moi… mais, les prendre tous toute seule, c’est — . »

« Non. Je crois que tu peux le faire si c’est toi, Miyabi. »

« Yuuto… »

« La technique que tu m’as montrée ici avant… a fait voler les cartes d’Ibiza en utilisant ça. »

« Eh !? M-Mais… Je n’arrive toujours pas à l’utiliser correctement. »

— Arcana.

Peux-tu réparer la formule magique dans le corps de Miyabi ?

{Possible. Avec un contact direct avec le corps, le circuit magique à l’intérieur du corps sera corrigé pendant la construction de la formule.}

Bon !

J’avais fait le tour du dos de Miyabi et l’avais enlacée par-derrière.

« Yu-Yuuto !? »

« Miyabi ! Crois en moi ! Tu peux le faire ! »

« Ouais… quand tu me serres comme ça, j’ai l’impression que je peux vraiment le faire… »

La confiance était revenue dans les yeux de Miyabi.

« Je compte sur toi, princesse des Amoureux ! »

« Laisse-moi faire “gyaru” !!! »

Le mana débordait et le corps de Miyabi avait faiblement brillé.

À l’intérieur du corps de Miyabi, des circuits magiques avaient été connectés et une formule magique avait été construite. Le flux de ce mana était étroitement surveillé par l’Arcana — .

{Rapport. Erreur découverte dans le circuit magique de la poitrine. Contact direct requis.}

Veux-tu dire que j’ai besoin de toucher ses seins ? Dans cette situation !?

{Amas de circuits magiques dans la poitrine, confirmé. Réparation impossible sans contact direct.}

« Désolé ! Miyabi ! »

J’avais attrapé la poitrine de Miyabi par-derrière.

« Kyahn ! Yu-Yuuto, nnaaaaaaaahn ♥ !!! »

Dans ma main, j’avais senti les circuits magiques à l’intérieur de la poitrine de Miyabi se relier et se corriger.

« E-eh ? En quelque sorte… Je me sens mieux ? »

J’avais lâché le corps de Miyabi qui avait l’air perplexe.

« Miyabi ! »

« Oui… — ! J’ai l’impression que je peux le faire ! »

À ce moment-là, les cartes d’Ibiza qui étaient sur leur garde contre moi avaient attaqué simultanément.

« Il n’y a que deux ennemis ! »

« En plus, ce sont les Amoureux ! Tuez l’humain et la cancre en un clin d’œil ! »

Tout le monde avait déployé un cercle magique en courant.

« … Ne nous sous-estimez pas trop. »

Miyabi avait baissé sa taille, avait reculé son poing, puis elle avait tordu son corps.

En ce moment, tout le corps de Miyabi était dans une formule magique. Le mana le traversait.

Cela s’était écoulé de ses jambes jusqu’à sa taille, en passant par les abdominaux, dessinant une spirale dans les deux collines de sa poitrine. Puis cela avait accéléré avant de s’écouler dans le bras en y ajoutant des mouvements de torsion.

Cette manière d’agir avait augmenté l’accélération.

C’était incomparable par rapport à avant.

Et puis les battements du cœur, le pouls et le rythme du mana s’étaient synchronisés.

C’était l’instant où l’accélération s’était accentuée jusqu’à l’extrême.

Le bras droit de Miyabi avait tout libéré.

.

« Frappe galactique !! »

.

Son poing s’était avancé.

Cela avait libéré une onde de choc et un tourbillon d’air d’une puissance inimaginable.

Face à cette puissance, les adversaires ne pouvaient même pas s’approcher.

Les douze cartes du démon avaient été impuissantes avant de s’envoler.

Le cercle magique dans tout son corps, l’accélération et la sortie du mana, le corps de Miyabi, ils étaient tous en synchronisation.

 

 

C’était une frappe qui renforçait à l’extrême la magie habituelle de combat à mains nues.

La combinaison de la magie et de l’attaque physique avait éradiqué les cartes d’Ibiza.

Les douze chaînes rouges s’étendaient au-dessus de ma taille.

— Maintenant !

« Découpe de connexion ! »

J’avais déplacé ma main droite comme une épée sur le paquet de chaînes qui flottait dans l’air.

Les chaînes avaient été déchirées et coupées sans aucune résistance.

Les cartes d’Ibiza qui s’étaient effondrées sur le sol tentèrent de se relever avec une expression douloureuse — .

« Eh… H-Hein ? »

Ils faisaient un visage perplexe comme s’ils venaient de se réveiller.

« Eh… Ibiza… sama ? Pourquoi est-ce que je… pourquoi est-ce que je l’aime autant ? »

Avec cela, Ibiza n’avait plus de captif.

Il n’y avait que les douze étudiants debout, abasourdis, et Ibiza qui serrait les dents.

« Putain de toi… »

« Tu n’as même plus un seul individu captif, tu sais ? »

« Kuh… »

« Maintenant, c’est l’heure de l’événement principal. Nous allons avoir la guerre du Roi-Démon entre les Amoureux et le Diable ici. »

Mais Ibiza souriait sans crainte.

« Oh, oh, oh, ne sois pas un humain arrogant. J’ai déjà appris du Fidezenon auparavant. Si c’est un pur concours de force, un humain ne tient même pas la chandelle contre un démon. Sans parler du fait que je suis le démon le plus fort, l’un des candidats au titre de Roi-Démon ! »

« C’est très vivant ici. »

— Cette voix.

Celle qui était venue avec ses beaux cheveux noirs flottant au vent était la reine des Amoureux.

« Lizel-senpai !! »

« On dirait que tu as mis une barrière pour repousser les gens, mais c’est en vain si tu appelles tous ces gens ici en même temps, Mitsuishi Ibiza. »

Elle affichait un sourire envoûtant et empli de sang-froid.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire