Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 4

***

Chapitre 5 : Le Diable contre les Amoureux

Partie 4

Un applaudissement était venu de quelque part.

« Wooow, comme c’est émouvant ! C’est vraiment la meilleure, Rebecca ! Tu es vraiment la meilleure ! »

La silhouette d’un homme frivole était apparue du couvert du bâtiment.

— Mitsuishi Ibiza !

Il s’était approché à pas légers et avait enlacé l’épaule de Rebecca.

« Je suis désolée, ce type est arrivé, donc le plan était… »

« C’est bon, c’est bon ! Je sais que tu as fait de ton mieux, Rebecca ! Je t’en suis totalement reconnaissant ! Honnête. »

« Ibiza… »

Rebecca avait rougi et avait fixé Ibiza. C’était tout à fait le visage d’une fille amoureuse, l’exact opposé du visage qu’elle nous adressait.

Rebecca aussi n’était probablement qu’une de ses victimes. Le véritable ennemi qui devait être vaincu était —,

« Ibiza ! N’y avait-il pas une trêve jusqu’à la fin du festival d’athlétisme ? »

« Hein, qu’est-ce que tu dis ? »

Ibiza avait soulevé un coin de sa bouche.

« Crois-tu en une promesse de ton ennemi ? Es-tu ce que les gens appellent un idiot de la paix ? Ce genre de chose n’a pas d’importance s’il y a une chance de gagner. Après tout, c’est le gagnant qui est justice. »

« Faux ! Une promesse est une promesse, même si c’est entre ennemis ! Tu as trahi la confiance d’autres personnes ! »

« C’est bien pourquoi tu es un idiot. Pourquoi fais-tu confiance à un ennemi, hein ? Tu es vraiment lent dans ta tête. »

« Ne confonds pas la sournoiserie avec l’intelligence ! »

« L’être humain est vraiment un idiot qui ne peut être sauvé. Les gens sont rusés parce qu’ils sont intelligents. »

Rien de ce que j’avais dit n’avait atteint Ibiza.

Ibiza m’avait parlé avec encore plus de condescendance.

« Je n’ai aucun intérêt pour toi, mais, en ce moment, l’équipe rouge est légèrement désavantagée, n’est-ce pas ? En tant que prochain Roi-Démon, il n’y a aucune chance que je puisse laisser derrière moi une défaite au festival d’athlétisme. Ce relais des candidats au titre de Roi-Démon est parfait, je vais te faire le manquer pour que tu sois disqualifié. Alors le score appartiendra aussi à l’équipe blanche. »

« Trou du cul… »

« L’un des candidats au titre de Roi-Démon sera également tué avec ça. Ainsi, je vais aussi devenir le MVP du festival d’athlétisme ! C’est le meilleur ! C’est le meilleur moment, n’est-ce pas !? »

Ibiza était de bonne humeur. Rebecca aussi riait joyeusement.

« Oui, c’est charmant ! Tu es intelligent et aussi décisif, tu es incroyable, Ibiza. »

Rebecca avait pris Ibiza dans ses bras en jouant. Ibiza avait également ri joyeusement.

« Au fait, Rebecca-chan. Ta remplaçante va bientôt arriver, alors peux-tu me rendre ce collier ? »

Rebecca avait fait un visage perplexe.

« … Un collier ? Quel collier ? »

« Haha, je ne pourrai pas le récupérer si tu vas dans le monde des démons en le portant encore. Et donc… »

Les yeux d’Ibiza brillèrent en rouge. Un frisson m’avait parcouru le dos.

— Cette sensation !?

Ibiza utilisait sa magie unique !

« … Eh ? »

On aurait dit que Rebecca venait de se réveiller.

« Eh, je… eh ? Je, j’adore Ibiza… vraiment ? »

À l’instant où elle avait murmuré cela, une boue noire s’était répandue sous ses pieds.

Et puis des bras étranges s’étaient tendus à partir de là. Ils avaient attrapé les chevilles de Rebecca.

« Hih !? N-NOOOOOOOONNNNNNNNN !! »

« Hahaha, il n’y a pas besoin d’avoir peur ! Tu viens de dire que tu ne te soucies pas de ce qui peut t’arriver si c’est pour ton amour pour moi ! »

« Eh ? Oui… mais, l’amour ? Pourquoi suis-je… tombé amoureuse de quelqu’un comme ça ? »

Le corps de Rebecca avait commencé à s’enfoncer.

« Hii ! Sto-stop ! »

« Rebecca !? »

Elle avait remarqué la voix de Miyabi et l’avait regardée avec une expression désespérée.

« Mi-Miyabi ! Miyabi-sama ! Au secours ! JE, JE… ! »

« Hahahaha ! N’est-ce pas trop tard pour faire semblant maintenant ? Tu viens juste de laisser échapper tes vrais sentiments à l’instant. Ces mots étaient sans aucun doute ce que tu penses vraiment. Ce sont tes propres mots ! »

« C’est… si c’est pour le bien de quelqu’un que j’aime, si c’est pour ça… n-non, je ne t’aime pas ou quoi que ce soit, pourquoi, pourquoi ai-je fait, pour quelqu’un comme ça — . »

Le visage de Rebecca s’était déformé et des larmes avaient coulé.

« NOOOOOOOOOOOOOOOOOO ! STOPPPPPP ! Je ne veux pas devenir une esclave ! À l’aide ! Non ! Pas une esclaveeee !! Pourquoi est-ce que je dois subir quelque chose comme çaaaaa !! »

« Rebecca ! »

Le corps de Rebecca avait été traîné dans la boue noire au même moment où Miyabi avait fait un mouvement pour courir vers elle.

« Qu… »

Rebecca était déjà en train de disparaître dans la boue noire.

« Re-Rebecca… pas possible… »

Miyabi était tombée à genoux et avait tremblé. Des larmes avaient coulé de ses yeux et des gémissements avaient jailli de sa bouche.

« A, a, AAAAAAAAAAAAAA-NOOOOOOOOOOOOOOOO !!! »

« Miyabi… — !? »

Un frisson glacial avait parcouru mon dos à cet instant.

— C’est !?

« Ah… »

Le dos de Miyabi s’était redressé de manière tendue.

« … Eh ? »

L’état de Miyabi était étrange.

La voix d’Arcana résonnait dans ma tête à ce moment-là.

{Attention, un grave dysfonctionnement s’est produit dans la carte de la princesse.}

Ne me dis pas… !

Je m’étais accroupi et m’étais approché du dos de Miyabi.

« Vas-tu bien ? Miya — »

« Ah ! Attention Miyabi-chan !! Derrière toi !!! »

— Eh ?

Ibiza avait parlé sur un ton tendue. Miyabi avait réagi à cela et…

« Haah ! »

Elle avait balancé son poing en se retournant.

« Guga !? »

Un impact avait transpercé ma poitrine.

La silhouette de Miyabi s’éloigna rapidement.

Le paysage autour de moi avait tourné et une douleur intense avait traversé tout mon corps. J’avais rebondi sur le sol et avais glissé sur plusieurs mètres avant de m’arrêter définitivement.

Mes côtes avaient craqué. Tout l’oxygène contenu dans mon poumon était sorti par ma bouche.

« Guu… ha… h… »

C’était un magnifique coup de poing… qui ne pouvait pas être esquivé, en utilisant la Maximisation…

Merde… ma poitrine me fait mal… ku, mon, souffle… !

« Ah !? Yu-Yuuto !? D-Désolée !!! »

Le teint de Miyabi avait changé. Ibiza avait parlé avec force.

« Hahaha, il n’y a pas besoin de s’inquiéter pour ce type. »

« Qu-Qu’est-ce que tu appelles, ce type ! »

« Parce que, Miyabi-chan — tu m’aimes, n’est-ce pas ? »

Le visage de Miyabi était devenu rouge vif.

« C’est… »

Miyabi… comme je le pensais, c’est la magie unique d’Ibiza !!!

« M-Mais… Moi aussi, j’aime Yuuto — . »

*Pan* — un son sec avait résonné.

Le visage de Miyabi avait été détourné.

Sa joue était rouge et enflée. Du sang coulait de ses lèvres.

Ibiza venait de gifler fortement le visage de Miyabi.

« Ah… »

Miyabi était étourdie. Elle avait touché sa joue du bout du doigt.

« Miyabi-chan, tu es prête à tout pour le bien de l’être aimé, n’est-ce pas ? Tu es prête à tout si c’est pour moi, n’est-ce pas ? Si c’est pour l’amour, tu peux même transformer le monde en ennemi, n’est-ce pas ? »

« C’est… »

Ibiza avait frappé la joue de Miyabi une fois de plus. Un bruit d’éclatement avait résonné et le visage de Miyabi avait basculé dans l’autre sens.

« Arrête ! IBIZAAAAAAAAAAAAA !! »

Je m’étais levé. Cependant, une douleur intense traversait ma poitrine et ma conscience s’était dissipée rien qu’en criant.

Mes côtes pourraient être cassées.

… Je ne pouvais que prier pour qu’aucun de mes organes ne soit percé.

« Ne t’avise pas de toucher à Miyabi ! Ibiza ! »

« C’est quoi cet ancien petit ami ? Maintenant, Miyabi-chan est à moi… ah ! C’est vrai, j’ai eu une bonne idée !! »

Ibiza avait enlacé l’épaule de Miyabi qui se tenait la joue.

« Miyabi-chan, tue ce type. »

« … Eh !? »

Miyabi avait levé les yeux vers Ibiza avec perplexité.

« Je serai ruiné si ce type ne meurt pas. L’avenir de Miyabi-chan sera également perdu alors. »

« Ruine… avenir… »

« Aide-moi s’il te plaît, Miyabi-chan. Sauve-moi. »

Miyabi était déconcertée et trempée de sueur froide.

« M-Mais… Je suis, la carte de Yuuto… »

Les sourcils d’Ibiza s’étaient contractés en entendant la réponse de Miyabi.

« Oh, tu es ma carte en ce moment, n’est-ce pas ? Reprends-toi, Miyabi-chaaan. »

Cependant, Miyabi se tenait immobile dans la tourmente.

C’est… qu’est-ce qui se passe ?

… En effet, ce n’était pas qu’un simple contrôle mental. Miyabi maintenait toujours sa propre volonté.

Maintenant que j’y pense… quand je parlais avec le directeur Gandou dans le bureau du directeur.

Quand j’avais dit que les capacités d’Ibiza étaient contrôlées par l’hypnotisme, le directeur avait dit : — .

« C’est proche. Mais c’est fondamentalement différent. »

D’ailleurs, Ibiza lui-même l’avait dit avec ces mots.

« Hahahaha ! N’est-ce pas trop tard pour faire semblant maintenant ? Tu viens juste de laisser échapper tes vrais sentiments à l’instant. Ces mots étaient sans aucun doute ce que tu penses vraiment. Ce sont tes propres mots ! »

Si c’était vraiment la vérité… ?

Dans ce cas, qu’est-ce qui était différent ? Qu’est-ce qui avait changé ?

Ibiza avait chuchoté à l’oreille de Miyabi avec une voix cajoleuse.

« Pas de problème. Je ferai de toi ma carte après la mort de ce type. C’est pour ton amour envers moi, alors ce type… tue-le pour moi, d’accord ? »

— L’amour.

Des larmes s’accumulaient dans les yeux de Miyabi et elle tremblait comme pour afficher la discorde au sein de son cœur.

« Mais… mais… »

« Bon sang, c’est ennuyeux. C’est la première fois qu’il y a quelqu’un qui résiste autant… se pourrait-il que tu sois capturée par des choses insignifiantes, comme la compassion, ou la morale, ou ce genre de choses, comme les humains ? »

« Eh… qu’est-ce que tu veux dire ? »

Miyabi avait levé les yeux vers Ibiza avec anxiété, tout en ayant des sueurs froides.

« C’est pour cela que je te dis, tu dois juste vivre au nom de ton amour envers moi ! »

Les yeux rouges d’Ibiza avaient brillé.

Un frisson encore plus froid que tout ce qui s’était passé jusqu’à présent m’avait traversé.

— !?

C’était juste pour un instant. J’avais vu quelque chose là.

C’était comme une image rémanente, qui restait dans ma mémoire. C’était — une chaîne rouge.

Un collier rouge relié à une chaîne rouge était enroulé autour du cou de Miyabi.

Était-ce là la véritable forme de la magie unique d’Ibiza ?

Alors, si je pouvais le couper !

Cependant, je n’avais pu le voir que pendant un instant. Je ne pouvais plus rien voir maintenant.

Il est probable que je ne pourrais même pas le toucher.

Merde ! Je ne peux pas sauver Miyabi sans faire quelque chose pour ça !?

« Miya — !? »

Miyabi s’était tournée vers moi alors que j’allais l’interpeller.

Tsk !

J’avais mal à la poitrine. Je n’arrivais pas à me concentrer. Les réactions de mon corps étaient ternes.

J’avais désespérément formé une magie défensive avec mon esprit lent.

« Blindage ! »

J’avais bloqué le coup de poing de Miyabi avec mon bras gauche.

« … Gah !? »

Il y avait eu un bruit de craquement.

Une douleur intense m’avait transpercé la tête depuis mon bras.

« Gha… uh ! »

Même l’os de mon bras !? Je ne sentais plus rien dans mon bras !!

Je continuerais à me faire briser comme ça !

Cependant, je ne pouvais pas combattre Miyabi sérieusement ! Alors — .

« Ibiza ! J’ai juste besoin de te battre directement ! »

J’avais activé la Foulée et j’avais frappé le sol, en esquivant l’attaque de Miyabi.

Actuellement, j’avais pu augmenter ma capacité de mana grâce à Miyabi !

Je pouvais aussi activer la magie avancée !

J’avais alors matérialisé un grand cercle magique. Il était clair que cette magie était une mauvaise nouvelle juste par la présence qu’elle émettait.

Le cercle magique bouillonnait, comme s’il voulait déjà tout réduire en cendres.

Une flamme s’était écoulée comme une lave de lettres et de diagrammes magiques.

Et puis —,

« Fidezenon ! »

La face de l’enfer avait ouvert sa bouche.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire