Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 3

***

Chapitre 5 : Le Diable contre les Amoureux

Partie 3

Et donc Neith avait obtenu la première place dans la course d’obstacles. Elle avait également battu le record du temps le plus rapide de l’histoire.

Quant à moi… j’avais été disqualifié.

Ils m’avaient dit que je faisais juste un tour sur le char de Neith… eh bien, je ne pouvais certainement pas réfuter cela.

Alors que j’allais retourner à notre siège après la course,

« Qu’est-ce que tu fais, hein ! »

Hoshigaoka Stella se tenait sur mon chemin les bras croisés.

« Désolé, Stella. Je me rattraperai au dernier relais. »

« Bien sûr que oui ! Je vais aussi participer à ça, tu sais ? Je te décerne une étoile de la mort si tu y fais preuve d’une course honteuse ! »

Qu’est-ce que c’est ? avais-je pensé, mais j’étais resté silencieux parce que j’avais l’impression qu’elle me gronderait davantage si je demandais.

Et puis Neith avait incliné sa tête à plusieurs reprises à ma place.

« Je suis désolée, parce que j’ai fait quelque chose d’inutile… »

« Aah, bon sang, c’est bon. En échange, tu devras travailler dur pour le dernier relais. Je serai la dernière coureuse, donc tu cours avec juste le bon rythme pour préparer le terrain pour que je puisse briller. Tu comprends ça, Neith ? »

« Oui, oui. J’ai compris. »

Et puis le doigt de Stella avait claqué vers moi.

« Je n’ai pas d’attente pour toi, donc ça n’a pas d’importance. Au moins, ne prends pas trop de retard en tant que premier coureur. Neith reprendra la distance après cela de toute façon. Mais je te tuerai si tu prends tellement de retard qu’il nous serait impossible de le rattraper. »

« Ro-Roger ! »

Et puis elle avait pointé vers Neith à nouveau.

« Et puis toi aussi, Neith ! Ne prends surtout pas trop d’avance ! Passe-moi le relais tant que tu es juste un peu derrière l’adversaire ! »

Stella avait ensuite pris une jolie pose après avoir dit cela.

« Et puis je passe devant l’adversaire ! C’est le scénario ★. »

J’avais finalement été libéré après qu’elle m’ait fait jurer de faire de mon mieux pour mener à bien un tel scénario.

Lizel-senpai et Miyabi s’étaient approchées de moi après le départ de Stella et Neith.

« Merci pour ton travail, Yuuto. »

« C’était vraiment intéressant ! La course a été très animée ! »

« Merci. Je suis heureux que vous disiez cela. »

« Bien, mais, je n’ai pu que faire “ahahahah” quand tu as été disqualifié ! »

C’était inutile de dire ça. Ne le dis pas en souriant comme ça.

Contrairement à Miyabi qui était comme ça, Lizel-senpai me fixait d’un regard passionné.

« Merci pour Neith. »

« Non, je n’ai pas vraiment… »

Cependant, Lizel-senpai souriait comme si elle savait tout. Ce sourire était comme celui d’une sainte mère. Mais même Lizel-senpai qui souriait comme ça était un démon…

On m’avait dit que le démon était une créature égoïste, mais, en regardant Lizel-senpai, j’avais pensé que ce n’était pas tout le cas.

Neith me l’avait dit. Senpai agissait comme un pur démon quand elle était enfant.

« Cela me fait penser à un truc. Senpai, tu étais vraiment terrifiante quand tu étais enfant, n’est-ce pas ? »

Je m’étais senti un peu malicieux et j’avais essayé de demander ça.

Peut-être pourrais-je voir Senpai s’agiter à nouveau.

« … Eh ? »

Cependant, les yeux de Lizel-senpai s’étaient ouverts en grand et elle s’était raidie.

« Yuuto ? Tu… »

L’état de Lizel-senpai semblait être un peu étrange.

Ai-je dit quelque chose de mal ?

Est-ce que j’ai marché sur un sujet qui était un sujet douloureux pour Lizel-senpai !?

« C’est… Je suis désolé ! J’ai eu des nouvelles de Neith. Elle a dit que Senpai était un peu effrayant quand tu étais petite. »

On aurait dit que la tension avait quitté les épaules de Lizel-senpai après que j’ai dit ça.

« Ah, c’est ce que tu voulais dire… »

Et puis elle avait froncé les sourcils, légèrement gênée.

« Franchement, cette Neith… comment dire…, c’est plus comme mon histoire sombre, ou peut-être comme une indiscrétion de jeunesse… J’étais imbue de moi-même à cette époque. J’étais convaincue que j’étais la plus grande du monde. C’est embarrassant. »

« Je suis désolé. J’ai déterré ton passé, Senpai, sans réfléchir… »

Je m’étais senti désolé, mais… comme je le pensais, Senpai était mignonne quand elle était embarrassée.

« Hee ~, je suis vraiment intéressée par ton passé quand tu étais enfant, Senpai. Hé Yuuto. Appuie plus sur “gui gui” pour les détails. »

« Mais franchement, non… la personne elle-même n’aime pas ça. »

« Eh ? »

Il semblerait que Miyabi ait reçu un appel téléphonique. Elle avait sorti son smartphone de son bloomer et avait regardé l’écran.

La surprise et la tension s’étaient répandues sur son visage.

« Miyabi ? »

« Alors, désolée… Je vais laisser ma place pour un moment. »

Elle avait fait semblant de sourire et était partie en vitesse.

… J’avais l’impression qu’il y avait quelque chose d’étrange venant d’elle.

Lorsque Miyabi avait disparu dans la foule, je m’étais souvenu de son visage lorsqu’elle fixait le smartphone.

Ça n’avait pas l’air d’être un problème insignifiant vu son allure.

… Comme je le pensais, c’est inquiétant.

J’avais dit à Senpai que j’allais aller aux toilettes pour un moment et j’avais couru après Miyabi.

+++

Je m’étais frayé un chemin dans la foule à la recherche de Miyabi. Puis j’avais vu les queues de cheval jumelles blondes par-derrière.

« Oh, Miyabi ! »

« Yuuto ? »

Miyabi s’était arrêtée et s’était retournée. Son expression était trouble, comme je le pensais.

« Qu’est-ce qu’il y a ? »

« Eh… euh… »

Miyabi semblait hésiter à dire ou à ne pas dire, mais

« Je suppose que c’est bon si c’est Yuuto… garde le secret pour les autres, d’accord ? En fait… Rebecca m’a envoyé un message. Elle dit qu’il y a quelque chose qu’elle veut parler avec moi, juste toutes les deux. »

« Rebecca était ? »

Une des filles qu’Ibiza avait enlevées. Une noble qui était la subordonnée de Miyabi dans le passé.

Miyabi avait sorti son smartphone et avait regardé le message qui venait d’arriver tout en marmonnant.

« Elle m’a demandé de venir seule derrière le bâtiment de l’école. Elle a dit qu’elle était contrôlée par Ibiza, mais qu’elle était revenue à la raison. Mais quand elle pense à tout ce qu’elle a fait jusqu’à maintenant, elle ne peut rien dire aux autres. Elle est effrayée et ne sait pas quoi faire. Elle voulait que je l’aide… »

Avait-elle retrouvé ses esprits ?

Était-ce comme quand Maki avait retrouvé ses esprits quand Gigara avait pris sa place ?

Dans ce cas… est-ce qu’un ramassage du monde diabolique était aussi venu pour Rebecca, tout comme Maki ? Cependant, il semblerait qu’elle n’avait toujours pas été envoyée dans le monde des démons.

Quelque chose… n’était pas normal.

« Miyabi, nous devons être prudents. »

« Oui. Mais… Je ne peux pas ignorer ça. »

Miyabi… même si elle t’a fait tout ça, tu es vraiment…

« J’ai compris. Je vais aussi venir avec toi. »

« Oui… merci. »

Nous nous étions dirigés vers l’arrière du bâtiment de l’école.

Beaucoup de gens étaient venus en raison du festival d’athlétisme. Et pourtant, il n’y avait personne à l’arrière du bâtiment de l’école.

C’était comme si tout le monde évitait consciemment cet endroit.

Quand nous étions arrivés derrière le bâtiment, Rebecca nous attendait là.

« Miyabi ! Tu es venue ! »

« Rebecca… — »

Miyabi avait couru. J’avais suivi derrière elle.

« Hé, Rebecca. Juste un — . »

Juste un peu plus — c’était alors…

{Attention. Détection de l’activation d’un cercle magique juste en dessous.}

— Quoi !?

Un cercle magique s’était formé juste sous nos pieds.

« Miyabi ! Cours ! »

« Eh — . »

Mais c’était trop tard. Le cercle magique avait brillé encore plus fort et j’étais tombé à genoux avec Miyabi.

« Kuh… c’est quoi, ça !? »

Je m’étais senti gravement étourdi et incapable de me tenir debout.

« Ma… ma tête, vacille… Re-Rebecca, vas-tu bien ? »

Rebecca avait regardé Miyabi avec un sourire froid.

« Tu as cru ce message ? Vraiment, quelle fille crédule ! »

« Pas… possible. »

Cette fille… !!

« Kuh… Arcana, c’est quoi cette magie !? »

{Analyse… c’est une magie rituelle qui a été préparée dans le sol. Elle s’active à l’instant où la cible entre dans le cercle magique, lui ôtant son sens de l’équilibre et sa capacité à réfléchir. Il y a des sorts aux quatre directions pour l’activer.}

J’avais regardé les extrémités du cercle magique. Il y avait quatre points qui étaient légèrement bombés.

— Là !

Il était difficile de se concentrer à travers ce vertige. Mais si c’était juste de la magie de base !

« Détonation ! »

J’avais tiré une magie de base de type explosion quatre fois de suite. Le sol avait légèrement éclaté en quatre endroits.

« T-Tu es un bâtard !? »

Rebecca m’avait jeté un regard haineux, mais elle avait fait un bond en arrière avec sa garde levée.

J’avais agrippé mes jambes chancelantes et m’étais relevé tant bien que mal.

« Miyabi ! Vas-tu bien ? »

« O-Oui… Je vais bien maintenant. »

Miyabi s’était également tenu la tête en se levant. Puis elle avait tourné un regard perplexe vers Rebecca.

« Rebecca… qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Hmph… même s’il devrait être facile de te capturer pendant que tu es distraite par le festival d’athlétisme afin que je puisse te présenter à Ibiza-sama… »

Ses mots avaient été coupés et elle m’avait lancé un regard furieux.

« Dire que le candidat au titre de Roi-Démon, là-bas, arrive aussi… comme je le pensais, le fait de ne pas t’avoir achevé avant cela m’est revenu en pleine figure. »

« Comme je le pensais, le piège dans la course d’obstacles est votre fait ! »

« Évidemment. Nous, les cartes d’Ibiza-sama, ferons tout pour le rendre heureux. Pour l’instant, ce qui rendra Ibiza-sama le plus heureux, c’est de lui présenter Miyabi. Tu te mets en travers de son chemin. »

« Pourquoi !? Même si je suis venue ici parce que je suis inquiète pour toi, Rebecca ! »

« C’est pour ça que… tu es stupide. »

Rebecca avait souri avec condescendance.

« Tout ce temps, je t’ai regardé de haut. Tu as agi avec suffisance juste parce que tu es née en tant que Yuugaoze. Pourquoi mon statut est-il plus bas que le tien ? »

Miyabi était restée abasourdie par le choc.

« Ibiza-sama m’a donné ses conseils à ce moment-là. Il m’a montré comment renverser le Clan Yuugaoze pour que je puisse monter plus haut. L’amour et le lien entre moi et Ibiza-sama t’ont entraînée vers le bas. J’ai offert tout ce que j’avais à Ibiza-sama. C’est la preuve de mon amour et de ma confiance. »

Rebecca avait parlé avec une expression extatique. Miyabi n’avait pas pu en supporter davantage et avait crié.

« Arrête ! Tu as vu ce qui est arrivé à Maki, non !? Ce type ne pense rien de vous tous ! Il pense au mieux seulement à toi comme à un outil jetable ! Il ne t’aime pas ! Pourquoi ne comprends-tu pas ça !? »

« Ne parle pas comme tu le souhaites ! »

Rebecca avait crié avec un visage qui ressemblait à celui d’un ogre.

« Cette personne m’aime ! Je le sais sans aucun doute ! »

« Es-tu d’accord même si tu finis comme Maki !? »

« Je suis d’accord avec ça. »

« … !? »

Rebecca répondit avec une expression enchantée.

« Si c’est pour aider cette personne. Si cette personne est heureuse grâce à cela, si elle m’aime, alors je ne me soucie pas de ce qui arrive à ce corps. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire