Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 2 – Chapitre 3 – Partie 3

***

Chapitre 3 : La silhouette en bloomer des héroïnes

Partie 3

« Yuuto, quelle est ta justice selon toi ? »

Ma justice ?

Je n’y ai jamais réfléchi profondément.

Ces mots vagues, quel genre de tâche me confiaient-ils ?

« Je suis désolé. Jusqu’à présent, je n’y ai jamais vraiment réfléchi… »

« Je vois. »

Je me demande ce qu’était la justice.

S’agissait-il de vaincre le méchant ?

Alors, qu’est-ce que le mal ?

Dans le monde réel, le mal et le bien n’étaient le plus souvent qu’une simple question de désaccord sur les intérêts des deux parties.

C’est pourquoi les gens se considéraient comme des justiciers alors que l’autre côté était mauvais.

Mais, c’était différent de la justice idéale.

Comment me suis-je senti, à cette époque, quand j’étais un enfant ?

Mes sentiments à cette période que je ne pouvais pas bien exprimer avec des mots, si je devais le définir en mots alors — .

« Je pense… que c’est l’amour et… la confiance… »

« … L’amour et la confiance. »

Lizel-senpai avait répété mes mots.

« C’est — . »

Alors que Senpai était sur le point de me demander quelque chose,

« Le dîner est terminé ! Tout le monde, descendez manger ! »

La voix de maman avait appelé à ce moment-là depuis le premier étage.

C’est comme si j’étais soudainement ramené à la réalité.

Lizel-senpai avait souri gentiment.

« Allons-y. »

« J’ai attendu ! Dîner ~ dîner ♪. »

Miyabi avait également sauté sur ses pieds.

« E-Euh… d-d’accord. Descendons. »

D’une manière ou d’une autre, je… m’étais inconsciemment passionné sur le sujet et j’avais prononcé des mots embarrassants !

Embarrassant !

J’étais descendu dans le salon tout en étant troublé par la façon d’évacuer ce sentiment d’embarras.

Là, la table avait déjà quelques chaises supplémentaires qui avaient été apportées d’une autre pièce. En plus de cela, il y avait du riz au curry pour six personnes qui dégageait une bonne odeur.

« C’est une très bonne odeur… normalement, je n’aurai pas vraiment l’occasion de manger ça, donc je suis contente. »

« Uuu, je ne peux plus endurer ! Je veux manger rapidement ! »

Reina, qui portait un tablier, était arrivée avec un plateau contenant de l’eau et des légumes marinés. Son expression souriante avait complètement changé par rapport à avant.

« Les aliments ont tous été apportés avec ça, desu desu. »

« Merciu ♪, Reina-chan, toi aussi, assieds-toi. »

Maman était sortie de la cuisine et le dîner avait commencé après que chacun se soit assis sur sa chaise et ait dit « Itadakimasu. »

Même si c’était un curry normal comme d’habitude, le goût était un peu différent aujourd’hui. Peut-être avait-il meilleur goût parce qu’il était mangé avec tout le monde. C’était une sensation agréable.

Mais, quand Miyabi avait parlé du festival d’athlétisme,

« Eeh !? Je ne savais pas ça ! Tu es horrible Yuu-kun ! Je veux aussi aller regarder !! »

Maman avait commencé à piquer une colère. C’était vraiment troublant.

+++

Quelques jours plus tard, l’entraînement pour le festival d’athlétisme avait commencé.

Les cours de l’après-midi avaient été annulés. Tous les élèves de l’académie avaient été invités à enfiler leurs vêtements d’éducation physique et à répéter dans la cour de l’école pour l’événement à venir. Après cela, les élèves avaient eu le temps de s’entraîner librement.

J’avais terminé mon entraînement et j’avais inspecté la cour de récréation.

De l’autre côté du parcours, on commençait à construire des tribunes pour le public et d’autres choses du même genre. L’échelle était clairement différente du festival d’athlétisme d’une école secondaire normale.

« Les préparatifs sont assez poussés bien que ce soit une idée spontanée du directeur. »

J’avais parlé à Miyabi à côté de moi. Elle m’avait répondu avec une expression perplexe.

« Non non, cela se fait chaque année, tu sais ? C’est juste que l’annonce de l’événement qui est trop soudain cette fois. »

« Alors c’est comme ça… »

Comme je le pensais, ce directeur était vraiment négligent.

Mis à part ça, Miyabi et moi étions tous les deux en tenue d’éducation physique. C’est pourquoi je ne savais pas où regarder.

Il est peut-être trop tard pour le mentionner maintenant, mais la tenue d’éducation physique de fille de l’académie du roi du diable était…,

— En fait, des bloomers !!

Les fesses dodues étaient enveloppées dans un bloomer rouge serré. Lorsque j’avais levé le regard pour éviter de voir le bas du corps, les seins qui dépassaient telle des fusées étaient entrées dans mon champ de vision cette fois-ci.

Elle ne portait pas non plus de maillot en dessous, donc la chemise blanche élastique exposait généreusement les seins massifs de Miyabi.

« Hm ? Qu’est-ce qui ne va pas, Yuuto ? Ton visage est rouge. »

« R-Rien… plus important, comment est la maison de Lizel-senpai ? »

« Hm. C’est confortable ici. Mais… »

Bien sûr, sa propre maison lui semblerait bien mieux. Cependant…,

Miyabi avait fait un sourire éclatant.

« Non ! Comme prévu pour la maison Himekami ! C’est tout “étincelant étincelant” et “dojaaan” là-bas ! »

Nous en avions également discuté avec Lizel-senpai, mais à l’heure actuelle, le manoir et le territoire de la maison Yuugaoze appartenait entièrement à la maison Mitsuishi. Il était impossible de les reprendre.

Cependant, je voulais faire quelque chose à ce sujet. À ce rythme, c’était vraiment pitoyable pour Miyabi, Miyako-san, et tous ceux de la maison Yuugaoze.

« Yuuto, Miyabi. »

« Ah, Lizel-senpai !? »

Lizel-senpai courait dans la cour dans sa tenue d’éducation physique. Au fait, la couleur du bloomer de Senpai était bleue. Je m’étais demandé si chacun pouvait choisir sa propre couleur préférée ?

« Le regroupement a été décidé. »

Elle avait dit ça et avait montré un papier.

« Les classes A et C sont rouges, les classes B et D sont blanches. Les classes de tous les niveaux sont divisées en équipe rouge et blanche comme ceci. Cependant, les cartes des candidats au titre de Roi-Démon rejoindront l’équipe à laquelle leur candidat au titre de Roi-Démon respectif appartient. »

Et puis,

Équipe blanche Amoureux, Étoile, Chariot

Équipe rouge Jugement, Pendu, Diable

Le document expliquait cela.

« Lizel-senpai, cela signifie que tu es dans la même équipe blanche que moi ! »

« Oh ! Alors nous sommes tous ensemble ! » dit Miyabi.

« C’est vrai. Faisons de notre mieux ensemble, » dit Lizel-senpai.

« Oui ! »

Merde, pour une raison inconnue, ce festival athlétique semblait soudainement amusant !

« C’est ça, faites de votre mieux. Après tout, moi aussi, je suis dans la même équipe ! ★. »

─ Cette voix,

Quand je m’étais retourné, Hoshigaoka Stella se tenait là dans sa tenue de sport.

De plus, elle portait un bloomer blanc.

Pour couronner le tout, la longueur de sa chemise était étrangement courte. Son nombril était exposé. Ses fans ne baveraient-ils pas en la voyant comme ça ?

Ou plutôt, cette apparence volerait même le regard de ceux qui n’étaient pas ses fans.

« Oh, mon Dieu, Lizel ! On dirait que ton candidat roi-démon est complètement envoûté par mon charme au lieu du tien. Est-ce que ça va ? »

Quand je m’étais retourné, Lizel-senpai avait les yeux rivés sur moi.

« Tu te trompes, Lizel-senpai ! Je suis — . »

Senpai était passée devant moi comme si elle n’avait pas entendu mon excuse. Elle s’était tenue devant Stella.

« Stella. Viens-tu encore te mêler de nos affaires ? »

« Il semble que vous soyez en querelle avec Ibiza, n’est-ce pas ? Avez-vous besoin d’aide ? »

« Ce n’est pas tes affaires. »

« C’est froid. Au moins, amusons-nous ensemble au festival d’athlétisme. En tant que coéquipier, il se peut que je doive parfois demander ta coopération, Lizel. »

« Moi… ? Pour quoi faire ? »

« C’est toujours un secret ★. »

Elle avait fait un clin d’œil et avait souri gentiment. On aurait dit que des étoiles s’étaient envolées de son clin d’œil. C’était un visage souriant qui ferait tomber n’importe quel homme amoureux d’elle.

« Plus important encore, Yuuto, ce serait mieux si tu gardais les yeux ouverts, tu sais ? Les élèves prometteurs seront après tout immédiatement happés par d’autres candidats au titre de Roi-Démon. »

 

 

« Garder les yeux ouverts… ? »

Quand j’avais regardé de nouveau dans la cour de l’école, il y avait beaucoup d’élèves qui s’entraînaient dur pour toutes sortes de concours.

Des élèves qui couraient sur la piste, ou qui faisaient du saut en longueur, du saut en hauteur, ou encore deux élèves qui formaient une paire et échangeaient de la magie entre eux. Il y avait aussi des élèves qui se battaient contre des monstres factices — attendez, hein ?

« Pourquoi se battent-ils ? N’est-ce pas un entraînement pour le festival d’athlétisme ? »

Lizel-senpai s’était tournée vers moi.

« Le festival athlétique de l’académie du Roi-Démon est fondamentalement similaire au festival athlétique des humains. Mais, il y a des éléments de magie et de combat incorporés dans les matchs. Par exemple, vous ne courrez pas seulement normalement dans le relais, vous pouvez aussi y utiliser la magie. Dans la course d’obstacles, il n’y aura pas de haies, mais des monstres factices seront placés pour faire office d’obstacles. C’est quelque chose comme ça. »

« Je vois… comme prévu de la part de l’académie du Roi-Démon. Même ainsi, tout le monde est vraiment enthousiaste. »

Stella m’avait regardé avec des yeux qui semblaient vouloir dire : « Pourquoi dis-tu l’évidence ? ».

« Bien sûr qu’ils le font. Après tout, le festival d’athlétisme est une bonne occasion d’attirer l’attention des candidats au titre de Roi-Démon. C’est un endroit pour se montrer pour les étudiants qui n’a pas encore été choisi comme carte. »

Une carte, hein… le directeur avait certainement aussi dit que le type de cartes que nous pourrions rassembler serait essentiel pour la Guerre du Roi-Démon. Les étudiants qui n’étaient pas des candidats au titre de Roi-Démon voudraient devenir une carte de candidat fort.

À une certaine distance de nous, une fille aux cheveux blonds et à la peau brune était entourée de plusieurs étudiants.

« Neith Carnac-sama ! Je suis doué pour la magie des flammes ! Je vous serai sûrement utile ! S’il vous plaît, faites de moi votre carte !!! »

« S’il vous plaît, utilisez-moi plutôt que quelqu’un comme ça ! Ma compétence spéciale est le mouvement à grande vitesse ! Avec cette compétence, je peux même être utile dans votre vie quotidienne ! Vous pouvez même m’utiliser comme votre serviteur pour les tâches subalternes !! »

Neith elle-même était accablée par la pression des élèves qui voulaient être ses cartes. Elle reculait en larmes.

« Tout le monde… calmez-vous. Plutôt que de choisir quelqu’un comme moi, les autres candidats sont… »

« Non ! Neith-sama est merveilleuse ! Votre force cachée ! Et puis par-dessus tout, votre gentillesse ! »

« Auuuu… »

La candidate au titre de Roi-Démon semblait sur le point d’éclater en sanglots. C’était un peu pitoyable de la regarder, mais ce n’était pas comme si elle était brutalisée. Il serait grossier de mettre mon nez là-dedans.

« Neith est étonnamment populaire. »

Quand j’avais dit ça, Stella m’avait regardé fixement, comme si je l’avais malmenée.

« Haa ? Es-tu en train de dire que Neith est plus populaire que moi ? »

« Non non ! Ce n’est pas ça. Personne ne dit rien de tel. »

Comme prévu de la part d’une célébrité. Elle était sensible au sujet de la popularité.

Même ainsi, son visage en colère était effrayant. Parlons d’autre chose pour la distraire.

« Euh… y a-t-il un étudiant qui a attiré ton attention, Stella ? »

« Moi ? Pas question. Il n’y a personne ici que je vais approcher de mon propre chef. »

Elle avait dit ça en tournant son regard vers Lizel-senpai.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire