Maou Gakuen no Hangyakusha – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : La première fois dans l’Académie du Roi-Démon

Partie 1

{Réveillez-vous.}

« Hmm… »

{Il est temps de se réveiller, mon maître.}

Mon corps s’était agité alors que je me trouvais sur le lit.

C’était quoi cette voix ? Ce n’était pas le son familier de mon alarme. Ce n’était en aucun cas le son électronique que j’avais configuré par défaut dans mon smartphone et ce n’était pas non plus la voix de ma mère.

C’était la voix d’une femme qui semblait un peu mécanique… De plus, le libellé était étrange. Qui appelait-elle maître ?

« … Est-ce que j’ai déclenché l’alarme avec un bruit étrange pendant que je dormais à moitié ? » murmurai-je en me le demandant à voix haute.

Je m’étais frotté les yeux en m’asseyant dans mon lit.

« … Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

Une carte avait été placée à côté de mon oreiller.

Il s’agissait d’une jolie carte étincelante. Il y avait l’image d’un homme et d’une femme nus se faisant face et un ange à l’arrière-plan leur donnant la bénédiction.

{C’est un Arcana du Roi-Démon, l’Arcana des Amoureux.}

La voix de tout à l’heure résonna dans ma tête. J’avais pris la carte à côté de mon oreiller.

Est-ce que cette carte… parlait ?

C’est stupide, c’est ce que je pensais, mais c’était la seule possibilité que je pouvais imaginer. D’abord, pourquoi y avait-il quelque chose comme ça dans ma chambre ? Était-ce la carte de papa ou de maman ?

Je descendis l’escalier en pyjama et entrai dans le salon. Maman préparait le petit déjeuner dans la cuisine. Papa était assis sur le canapé et regardait les infos sur Internet en utilisant une tablette.

Ils devraient tous les deux avoir environ 40 ans, mais ils avaient l’air étrangement jeunes. J’avais hésité à qui je devais demander avant de montrer la carte à papa.

« Hey, est-ce toi papa qui a mis cette carte à côté de mon oreiller ? » lui demandai-je directement.

« Hm ? Quoi ? Tu n’as même pas dit bonjour —, » répliqua-t-il.

Papa était sans voix en voyant la carte dans ma main. Sa tablette lui avait glissé des mains et s’était cognée contre son pied, mais il n’avait même pas tremblé.

« Oh, n’était-ce pas doulo — . »

« Ma — ! Maman — !! Reg-Regarde-moi ça !! » cria mon père.

Maman était venue au salon paniqué par les cris soudains de papa.

« Chéri !! Qu’est-ce qui ne va pas !? » demanda ma mère.

« Yu-Yuuto est… Yuuto est choisi comme candidat pour être le prochain roi-démonnnnnnnnnnn !! » cria mon père.

« Eh !?? »

Maman s’était aussi raidie dès qu’elle avait vu la carte. Les larmes s’étaient immédiatement accumulées dans ses yeux.

« Attends… Qu’est-ce qui ne va pas ? Maman — ? » demandai-je.

« YUU — KUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUB !! »

Elle m’avait soudainement serré dans ses bras.

« Quoi — !? Attends !? » demandai-je, paniqué.

Qu’est-ce qui se passe !? La dernière fois que maman m’avait tenu dans ses bras, c’était à l’école primaire ! Ou plutôt, qu’est-ce qui se passe entre ces deux-là !?

J’avais regardé papa pour demander de l’aide, mais il pleurait aussi.

« Écoute-moi, Yuuto. C-c-c-c-c-c-calme-toi et f-f-f-fais attention, » déclara mon père.

« Ouais… d’abord, tu calmes, papa. »

« Ce que tu as là, c’est un Arcana du Roi-Démon, » annonça mon père.

— Arcana du Roi-Démon ?

« Connais-tu les cartes de tarot, Yuuto ? » demanda mon père.

« Eh bien, plus ou moins… c’est la chose que tu utilises pour dire la bonne aventure, n’est-ce pas ? » demandai-je.

« C’est exact. Les cartes de Tarot sont divisées en arcanes majeurs et arcanes mineurs. Cette carte est l’un de ces Arcanas… l’Arcana de l’Amour. C’est aussi la première fois que papa le voit, » déclara mon père.

Je tournai à nouveau mon regard vers la carte. Il y avait écrit dessus.

« Hee… eh ? Alors ce n’est pas papa ou maman qui l’a mis à côté de mon oreiller ? Alors comment —, » demandai-je.

Maman m’avait saisi le bras et m’avait secoué de toutes ses forces.

« Yuu-kun, c’est parce que tu es choisi pour être candidat pour le prochain roi-démons !! » annonça Maman.

— Candidat pour le prochain roi-démons ?

Je m’inquiétais de la santé mentale de mes parents.

Je n’aurais jamais pensé qu’ils auraient encore chuunibyou à cet âge. Mes parents ne pouvaient pas être sous-estimés.

« Tu vois… papa et maman, en fait, on travaille pour la race des démons…, » déclara mon père.

J’avais l’impression que j’allais m’évanouir.

« Qu’est-ce que vous voulez dire par là ? Vous faites-vous piéger pour entrer dans une secte étrange ? » demandai-je.

« Ce n’est pas ça. Je voulais dire qu’on a fait un contrat avec un démon, » déclara mon père.

Leur maladie était vraiment grave. Mes parents n’étaient pas bons. Je devais faire quelque chose tout de suite.

« Papa n’a pas réussi à trouver un travail dans le passé… là, un démon m’a invité. Les conditions étaient aussi bien meilleures par rapport à une entreprise normale… eh bien, à cause de cela, papa a rejoint une entreprise qui était gérée par la race des démons et qui travaillait comme soutien pour faciliter l’activité des démons dans le monde humain, » déclara mon père.

« H-hee… quand, papa a dit démon, tu parles d’un supérieur que tu détestes ou quoi ? » demandai-je.

« Je sais que c’est difficile à croire quand tu entends quelque chose comme ça venant de nulle part, mais… par exemple, » déclara mon père.

Mon père étendit la paume de sa main et une petite flamme s’éleva de là.

« Eh !? »

Qu’est-ce que c’est ? Un tour de magie ?

« Juste pour que tu le saches, ce n’est pas un tour de passe-passe, » déclara mon père.

J’avais vérifié partout dans la paume de papa, mais je n’avais pas trouvé de gadget du tout. Papa avait souri et m’avait montré l’anneau à l’annulaire gauche de sa main gauche.

« C’est le pouvoir de l’anneau qu’un démon m’a donné. Je les ai reçus en récompense de mes dix années de service ininterrompu, » expliqua mon père.

Papa m’avait montré la bague tout en ayant l’air étrangement heureux. Cette bague n’était-elle pas une alliance ?

« Maman aussi, montre-lui, » déclara mon père.

« Je suppose… ah ! » déclara ma mère.

Ma mère avait regardé dans la direction de la poêle à frire qui était encore chauffée par le feu dans la cuisine et avait tendu la main vers la cuisinière à gaz. Ensuite, le cadran de réglage du poêle avait tourné et le feu s’était arrêté.

« … Vraiment ? » m’écriai-je.

Maman ressemblait soudain à Luke Skywalker.

« Je ne peux faire que ça… ah, mais cette bague a aussi un effet anti-âge ! C’est vraiment ce qu’il y a de mieux ! » déclara ma mère.

Ma mère me montra aussi la bague sur l’annulaire gauche de sa main gauche. Pourtant, après avoir entendu l’histoire de ces deux-là, l’existence des démons n’était plus si difficile que ça…

« Tes parents voulaient vivre comme des démons au lieu d’humains… parfois, on pensait comme ça. Mais —, » déclara ma mère.

« Un humain ne peut pas devenir un démon. Peu importe à quel point un humain travaille pour eux, au mieux on leur donnera le titre de démon honorifique. Même cela est impossible à atteindre à moins que vous ne fassiez une grande contribution pour la race des démons, » déclara mon père.

« Même cette bague, son effet anti-âge est étonnant, mais… son autre effet ne peut être utilisé au mieux que pour cuisiner. Alors que la bague de papa ne peut être utile que pour faire un feu de camp, » déclara ma mère.

Maman, tu n’as pas besoin de dire ça. Je suis étonné que tu puisses dire une chose aussi cruelle, maman.

Papa avait aussi l’air un peu blessé, mais il s’était immédiatement remis sur pied et m’avait parlé. « Le monde des démons possède un système de classes strict. C’est pourquoi nous avions abandonné, et pourtant… de penser que tu pourrais… »

Mon père se frotta les yeux en larmes.

« En tout cas, de toute façon. Maintenant que nous en sommes arrivés là, nous devons nous occuper immédiatement de la procédure de transfert scolaire, » déclara mon père.

« Hein ? Transfert scolaire ? » demandai-je.

Maman avait recommencé à secouer mon corps quand j’avais demandé ça.

« C’est ça ! Exactement ! Aaah ! Yuu-kun, tu vas devenir étudiant à l’Académie Ginsei ! Maman est vraiment heureuse ! » déclara ma mère.

« Attends un peu ! C’est quoi ce transfert d’école soudain ? » demandai-je.

Ma mère essuya ses larmes de joie du bout du doigt et répondit en respirant fort. « C’est la règle. Un candidat Roi-Démon doit s’inscrire à l’Académie Ginsei. »

« Académie Ginsei… Qu’est-ce que c’est ? » demandai-je.

J’avais regardé mon père d’un air perplexe. Puis mon père hocha la tête en pleurant.

« L’Académie Ginsei — alias l’Académie du Roi-Démon. C’est l’académie où les démons nobles et de grande classe vont aller, » répondit mon père.

— L’académie du Roi-Démon.

Mes parents travaillaient en fait pour les démons…, candidat Roi-Démon, un transfert depuis mon école dans une académie où les démons allaient, c’était une vente spéciale à prix réduit de développements choquants à la chaîne et j’avais l’impression que ma conscience allait me quitter.

En plus, apparemment, je ne pouvais pas éviter d’être transféré dans cette académie du roi-démons. J’avais l’impression que ce serait mauvais pour moi de refuser après avoir vu le bonheur de mes parents.

En plus, pour être honnête, je me sentais aussi un peu excité. Ce n’était pas comme si j’étais insatisfait de ma vie médiocre.

Mais, il n’y avait aucun homme qui ne serait pas excité d’apprendre qu’il y avait réellement un monde spécial à l’intérieur de ce monde qui semblait contenir des mystères ou des miracles.

De plus, je pourrais recevoir la qualification pour entrer dans ce monde.

Puis —,

« Je vais à l’académie du Roi-Démon. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires :

  1. Merci pour le chapitre.

Laisser un commentaire