Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Tome 1 – Chapitre 3 – Partie 4

Bannière de Magika No Kenshi To Shoukan Maou ***

Chapitre 3 : Mio Amasaki

Partie 4

Mio avait couru jusqu’à sa propre chambre. Après avoir presque arraché son uniforme, elle l’avait jeté dans un coin de la pièce. Et c’est seulement en portant ses sous-vêtements qu’elle sauta sur son lit. Elle avait alors enfoui son visage dans l’oreiller et avait versé des larmes de façon impulsive.

... Après une courte période de temps, les voix des autres membres du Conseil des Étudiants purent être entendues.

Mais c’était bien trop éhonté, et tout cela était bien trop inutile. En ce moment, elle ne voulait pas les rencontrer.

Perdue, perdue, perdue, perdue, perdue, perdue. J’ai perdu !!! pensa-t-elle.

... il y a 5 ans, parce que Kazu-nii était fort, et il avait disparu de Nanohana.

Elle était si seule après ça. Mais, plus tard, son propre talent magique avait été repéré et elle s’était retrouvée au sein d’une famille adoptive.

Quand elle pensa qu’elle était également une personne forte, elle sentit qu’elle serait capable de conquérir sa solitude.

Alors, elle se mit à penser que sa propre Magie... était plus forte que l’Épée du Hayashizaki...

Cependant, elle avait quand même perdu face à lui... Trop fort.

Et cette personne n’avait toujours pas changé par rapport au passé...

... Cette personne était comme ça depuis le début. Peu importe comment quelqu’un le défiait, il resterait totalement indifférent. Cependant, si ses compagnons de Nanohana étaient méprisés, il semblait se transformer complètement en quelqu’un d’autre et il devenait empli de colère. Il choisissait souvent de combattre face à de telles personnes méprisables.

Bien que les adultes pensèrent à l’époque que le côté de la personnalité de Kazuki qui entrait facilement dans les combats était mauvais... Mais pour nous, qui étions encore des enfants, Kazu-nii était un frère aîné très fiable.

Kazu-nii n’avait pas changé du tout. On dirait qu’elle qui se disputait ainsi avec lui, était l’idiote.

Mais cette personne, quand Mio avait fait sa présentation tape-à-l’œil, et lui avait même fait signe, il ne l’avait pas reconnu.

Même si cela était une occasion rare que nous entrions tous les deux dans la Division Magie, il pensait toujours aux techniques d’Épée d’Hayashizaki.

En vérité, le fait d’être capable de le rencontrer encore une fois l’avait rendue très heureuse... mais, après ça, elle était tellement en colère qu’elle ne pouvait pas lui pardonner

Elle voulait vraiment se rapprocher de lui et voulait parler des histoires de leur passé commun.

... Depuis combien de temps était-elle ainsi couchée sur le lit ?

« Hé, Amasaki... Le dîner est prêt, » une voix passa à travers la porte de sa chambre.

Il s’agissait d’une voix extrêmement maladroite. Cependant, dans cette voix, vous pourriez ressentir un sentiment différent de celui de la colère.

C’était la douce voix de Kazu-nii. Cependant, à cause de ça... elle voudrait se comporter d’une manière plus volontaire.

« ... Les repas que tu as faits, je ne les veux pas ! » déclara-t-elle en retour.

... Cependant, cette personne, qui aimait se mêler des affaires des autres, ne permettrait certainement pas ce genre de comportement malsain qui consistait à ne pas manger le dîner.

Tout comme dans le passé. S’il devait se soucier ainsi d’elle, alors peut-être qu’il ne la mettrait pas de côté, et cela, quoiqu’il arrive.

Même si elle savait que cela n’était pas autorisé, elle avait quand même décidé d’adopter ce genre d’attitude.

***

Je ne peux pas la laisser comme ça. Si cette personne est Mio, alors c’est encore plus vrai. En entendant sa réponse, Kazuki pensait ça. Comment pourrais-je lui permettre d’être impulsive et de manquer un repas, moi qui suis la femme de ménage ici ? Ainsi, après avoir pris une profonde respiration, il avait soudainement fait irruption dans la pièce.

« Ne pas manger est définitivement interdit ! Viens vite manger ! » déclara-t-il.

Après avoir ouvert violemment la porte avec un important élan... Ce qui était alors apparu devant ses yeux était Mio, qui ne portait que ses sous-vêtements.

« Eh, tu es vraiment venu !? Attends une minute... Je n’ai jamais dit que je porte toujours ça...! » s’exclama-t-elle.

Au moment où elle avait paniqué et s’était levée du lit, les deux sommets devant sa poitrine avaient rebondi.

« ...UWAHH!? Désolé ! » dit Kazuki.

Bien qu’il déclarait cela, son regard était toujours attiré par elle et il pensait donc qu’il se ferait crier dessus à cause de ça. Cependant, Mio avait immédiatement enveloppé une serviette autour de son corps et avait utilisé la serviette pour se couvrir la bouche.

Il ne savait pas trop ce qu’elle marmonnait avec la phrase qui suivit. « ... En ce moment, tu te soucies toujours de moi... »

« ... Qu’est-ce que tu dis ? Qui pourrait entendre ce que tu murmures à travers cette serviette ? » demanda-t-il.

Juste au moment où Kazuki avait prévu de quitter la pièce, un cœur rouge était apparu en provenance du corps de Mio et s’était envolé jusqu’à lui. Il était donc resté là, paralysé par les événements.

Mio était comme un enfant qui aimait se disputer, et elle avait émis d’une voix faible. « R-Rien ! Je ne veux pas dîner. Je ne veux pas manger les repas que tu as faits. »

« Je ne peux pas juste te laisser seule, de plus, les senpais sont toutes inquiètes pour toi... Est-ce parce que tu me détestes et que tu ne veux pas me voir, et donc que tu ne veux pas descendre ? » demanda-t-il.

« Uuuuu. C’est exact... je... suis toujours en colère contre toi... » Mio avait utilisé un son ressemblant à un moustique et avait parlé à Kazuki à travers la serviette.

... Après avoir été à nouveau réuni, je l’ai constamment blessée et j’ai même fait un duel contre elle, pensai-je.

« Je suis désolé... mais s’il te plaît, viens manger le dîner, je t’en supplie, » déclara-t-il.

« Hein !? Je ne déteste pas ça !! » dit-elle.

Les yeux de Kazuki écarquillèrent totalement. Mio avait affiché une expression du genre « Insiste » et l’avait rapidement fait disparaître.

« ... Je ne déteste pas ça ! Alors, “je ne déteste pas ça signifie que je ne déteste pas vraiment ça !”[1]. » dit-elle.

« A-Ahhh... Quoi !? C’est donc dans ce sens... c’est vraiment facile d’être mal compris ! » s’exclama-t-il.

« Mais s’il te plaît, ne te trompe pas sur un point, » dit Mio. « Je ne... prévois pas de te traiter comme dans le passé ! Ne continue pas à me traiter comme ta petite sœur ! »

« Le passé est le passé, le présent est le présent, n’est-ce pas ? » répondit-il. « On se sent un peu seul comme ça. »

« ... Toi, même si c’est le Moi du présent, est-ce que tu t’inquiètes encore pour moi ? » demanda-t-elle.

« Bien sûr ! Je ne vais certainement pas te permettre de ne pas manger, » répondit-elle.

Les yeux de Mio s’écarquillèrent. Un cœur rouge sortit alors de sa poitrine. Il s’agissait de la preuve que son niveau de positivité augmentait. Si c’était ainsi, alors même si elle était toujours en colère, elle ne le détestait pas.

Si c’est le cas, alors cette personne était finalement... juste en train de se disputer et de jouer avec lui.

« Heu... Est-ce vrai !? Tu vas donc toujours t’inquiéter pour moi... Mais mon estomac n’a vraiment pas faim, » dit Mio.

« Alors, faisons ça. Je serai toujours ton esclave tout comme avant, » déclara-t-il, tentant de régler la situation.

« Hein !? A-Alors même que j’ai perdu le duel... ? » Demanda-t-elle, surprise.

« ... Alors, Maître, parce que ton esclave a fait le dîner, s’il te plaît, viens le manger, » déclara-t-il.

Après avoir paralysé pendant un moment, elle avait finalement compris les intentions de Kazuki et elle redressa fièrement sa poitrine.

« ... J’ai compris, » dit-elle. « Il n’y a pas d’autre moyen d’agir... Et c’est seulement parce qu’il n’y a pas d’autre moyen d’agir ! Car mon estomac me dit qu’il n’a pas du tout faim. Parce que je suis le maître, je dois récompenser la loyauté de mon esclave. »

« Ohhh oui ! Tu dois le faire, » dit-il.

Il ne pouvait que maintenir ce genre de relation avec elle, relation qui n’avait pas été claire jusqu’à présent.

Cependant, si le niveau de positivité augmentait... Alors, il devrait être possible d’avoir une relation comme dans le passé.

« Le passé est le passé, le présent est le présent », même si on lui avait dit ça, ça ne voulait pas dire que c’était quelque chose qui le pousse à être solitaire.

« C’est vrai. Tu n’es que mon esclave ! » déclara Mio. « Seulement un esclave... alors tu devras donc rester à mes côtés à partir de maintenant ! Ne me fais pas de choses étranges et n’essaye pas de partir d’ici ! »

« Je le sais déjà. Et de pouvoir rester dans le Manoir des Sorcières est une bonne chose, » déclara-t-il simplement.

Mio hocha constamment la tête afin de montrer qu’elle était d’accord avec ce qu’il disait. Alors qu’elle faisait ça, un nouveau cœur rouge était apparu en provenance de sa poitrine.

« Descendons maintenant ! » Après avoir dit ça, Kazuki quitta la pièce.

« ... Ha oui ! Pour le bento de demain, tu n’as pas besoin d’en faire un, » déclara Mio.

« Hein !? » s’exclama-t-il. « Allons-nous à la cafétéria ? »

« Je vais le faire pour toi... bien que tu sois mon esclave, mais je suis quand même celle qui a perdu..., » annonça-t-elle.

***

Lors du déjeuner du lendemain. Tout comme hier, Leme et Mio s’étaient toutes deux réunies à côté du siège de Kazuki.

La différence vis-à-vis d’hier était que c’était Mio qui avait cuisiné le karaage.

« ... Bon ! A-t-il vraiment le goût qu’il avait lors que nous étions à Nanohana ? » demanda Mio. « À ce propos, j’avais toujours voulu faire la même chose et me pratiquer après que je sois arrivée dans la Famille Amasaki, mais je n’ai jamais pu le faire correctement. »

... Comme prévu, c’est aussi un avant-goût de nos souvenirs. Pensa-t-il.

« À ce propos, l’assaisonnement effectué en avance est la clé de la réussite, » expliqua-t-il. « Mais la prochaine fois que nous le ferons ensemble, tu devras aussi porter une tenue de femme de chambre ! »

« Quoi ? Qu’est-ce que c’est que cette expression de bonheur !? » Demanda-t-elle. « Es-tu si heureux de cuisiner avec ton maître ? Je ne vais absolument pas la porter... cette stupide tenue. »

Kazuki ne pouvait pas s’empêcher de laisser voir ses émotions, Mio sembla bouder et c’était là qu’elle avait déclaré des mots haineux.

« Heu !? À propos de ça, Amasaki-san..., » demanda l’une de leurs camarades de classe. « Puis-je vous demander quelque chose ? Finalement, votre relation n’est-elle pas très bonne avec lui ? »

Totalement surprises, les personnes qui se trouvaient à côté d’eux avaient regardé le bento que Kazuki mangeait, et qui avait été confectionné par Mio.

« Nullement. Vous vous trompez ! Ce mec est juste un esclave !! » déclara-t-elle, surprise de la question. « ... Il est seulement Mon Esclave ! Bien que ce type soit un idiot d’épéiste de Rang-E... si quelqu’un de plus faible que moi ose le mépriser, alors je ne lui pardonnerai en aucun cas ! »

Mio avait émis un rugissement pour toutes les personnes se trouvant dans la salle de classe.

Si elle faisait ce genre de déclaration, alors seulement Koyuki, qui était du même rang qu’elle, pourrait y répondre.

... Cette fille me protège-t-elle ? Se demanda-t-il.

« Q-Qu’est-ce que tu regardes ? Mange vite ! » déclara-t-elle quand elle vit qu’il la regardait.

Elle avait alors utilisé les baguettes, avait ramassé son karaage et avant rajouté une fois de plus « Mange vite !! » Avant de placer les baguettes devant le visage de Kazuki.

« ... Ne fais pas si soudainement des choses comme “Haaa...”, » déclara Kazuki qui se sentait troublé par l’acte de Mio.

« J-Je n’avais pas prévu de le faire ! C’est seulement quelque chose de semblable à nourrir un chien ! » répliqua-t-elle alors qu’elle venait d’être percé à jour.

« Leur relation n’est pas extrêmement bonne... C’était plutôt comme s’ils étaient entièrement entrés dans leur propre monde... » déclara l’une des camarades de classe.

« Oubliez ça ! Si c’est juste nous, alors peu importe ce que nous ferons, dès maintenant, nous ne gagnerons jamais contre l’un ou l’autre, » déclara une deuxième élève qui regardait la scène.

« ... En parlant de ça, elle était vraiment géniale. Je parle de l’attaque Iai de Hayashizaki-kun, » déclara l’une des camarades de classe.

« Oui, c’est vrai ! Je m’en souviens bien de ce combat. Je me rappelle parfaitement de ça ! Il a chargé tout en frappant au dernier instant ! »

L’atmosphère autour de Kazuki avait dès ce jour changé. Et Mio, dont il n’avait pas pu comprendre jusqu’à maintenant son attitude, avait finalement été comprise.

« Et toi ! De quoi ris-tu en secret ? » demanda Kazuki à une Mio qui semblait extrêmement heureuse.

« Non, je me sens juste très heureuse, » répondit Mio. « Alors, à partir de maintenant, s’il te plaît, occupe-toi bien de moi. »

« D’accord ! Mais pourquoi es-tu si heureuse ? » demanda-t-il. « Je n’ai rien fait qui puisse te rendre heureuse..., oublie ça, et puisqu’on ne peut rien y faire, je serai toujours avec toi à partir de maintenant. »

Bien qu’elle parlait encore, le visage de Mio révélait toujours un léger sourire. Il semble que ses véritables sentiments aient été involontairement révélés...

À ce moment, quelque part près de la poitrine de Mio, il y avait une lumière qui était alors apparue. En regardant un Kazuki qui semblait extrêmement surpris, même la personne impliquée dans cette scène, Mio, avait affiché une expression du genre. « Que se passe-t-il ? ».

La lumière s’était finalement transformée en une clé... et elle était entrée directement dans l’anneau de Kazuki.

C’était ce dont Leme avait parlé, la clé de son cœur...

***

... À partir de cet instant-là, Kazuki n’était plus un Mage Invocateur inutile.

Notes

  • 1 C’est un peu confus ici, mais la première moitié de la phrase (phrase précédente) signifie qu’elle ne veut pas laisser Kazuki quitter la pièce, mais la dernière moitié (phrase actuelle) signifie qu’elle ne se soucie pas si Kazuki quitte la pièce.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire