Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Tome 1 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Magika No Kenshi To Shoukan Maou ***

Chapitre 1 : L’Épéiste dans la Division Magique

Partie 1

Kanae Hayashizaki était une épéiste connue sous le nom de la “Tempête Féline“.

Alors qu’elle était enfant, elle alla défier de nombreux dojos et les battit sans subir la moindre défaite. Sa queue de cheval était telle la queue d’un chat noir, s’agitant dans l’air alors qu’elle se battait. Les attaques de ses kodachis [1], combinées avec son style à deux lames, frappaient sans interruption et étaient, sans aucun doute, tel un coup de vent frappant avec une infinité d’épées.

Sa forme de combat était donc bien appropriée pour son surnom de la “Tempête Féline”.

Cependant, son visage endormi ressemblait vraiment à celui d’un ange.

Les rideaux étaient actuellement entièrement tirés et la lumière du soleil matinal brillait dans la sombre pièce. Mais même ainsi, elle dormait encore, telle une princesse endormie dans un profond sommeil, et ne montrait aucun signe de vouloir se réveiller. Sa peau était blanche dans la mesure où la lumière avait créé une lueur sur ses joues. Ses longs cheveux noirs, qui étaient normalement attachés, étaient actuellement dans le désordre. Le visage habituel de la sévère escrimeuse était maintenant innocent et détendu.

... Ceci faisait si longtemps depuis qu’il l’avait vu la dernière fois et elle était depuis devenue très mignonne. Kazuki la regardait, fasciné à cette vue.

Non, non, attends. Ce n’était pas le moment de regarder ma petite sœur avec une telle fascination. Se dit Kazuki en se rendant compte de ses actuelles pensées.

« Hey ! Réveille-toi rapidement. Le petit déjeuner est déjà prêt. » (Kazuki)

Kazuki Hayashizaki infusa un geste d’amour en lui secouant les épaules. Mais à ce moment-là――.

« ― Nii-sama [2]. Une ouverture ! » (Kanae)

Les yeux de Kanae, dont il pensait endormie, s’ouvrirent brusquement.

« Quoi !? » (Kazuki)

Les mains et les pieds de Kanae devinrent tels des tentacules et ils l’attrapèrent pour le tirer d’un coup, jusqu’à se retrouver sous la couverture.

Les petites et douces mains et jambes de Kanae s’enroulèrent fermement tout autour du corps de Kazuki. Et en seulement un court laps de temps, elle avait réussi à amener Kazuki sur son lit et l’avait étroitement serré dans ses bras. Puis, Kanae révéla un sourire intrépide.

« Nii-sama, qui était attiré par quelque chose de mignon comme le visage ensommeillé de son Imouto [3], est devenu négligent. Le lit est un champ de bataille pour les hommes et les femmes. Ceci est l’art de l’Hayashizaki-Ryuu, la “Tentation de la Plante Morte, la Stratégie de la Fleur qui attire les Insectes”. » (Kanae)

« ... Ne te contente pas d’inventer au hasard une telle technique ridicule. » (Kazuki)

Kanae frotta alors son visage contre la poitrine de Kazuki tout en batifolant avec lui. Quant à Kazuki, il fut abasourdi par la situation et se contenta de soupirer.

« Les sentiments de Nii-sama, le parfum de Nii-sama. Ceci a vraiment été une longue période. Hier, même si, quand enfin Kanae a finalement eu l’occasion de retourner à la maison, Nii-sama n’a même pas été disposé à dormir avec moi. Ceci devait simplement être parce que tu étais gêné, j’ai donc échafaudé un plan. Comme prévu, tu étais gêné, n’est-ce pas ? » (Kanae)

« Je ne suis pas gêné ! ... Sauf maintenant. Si ceci était arrivé dans le passé, alors cela aurait été correct. Mais en ce moment, nous sommes tous deux des lycéens et il est dégoûtant pour un frère et une sœur d’être ainsi accrochés ensemble. Je t’ai déjà dit de ne pas te coller à moi comme cela ! » (Kazuki)

« Ne traite pas l’amour pur de Kanae entre frère et sœur comme quelque chose de dégoûtant ! » (Kanae)

Kazuki Hayashizaki était un épéiste. — Cependant, le fait qu’elle avait un complexe de frère sévère [4] était vraiment son seul inconvénient.

Bien que Kazuki veuille s’échapper et se débattre, les mains et les jambes de Kanae qui étaient enroulées fermement autour de son corps ne bougeaient pas d’un millimètre. Ses bras et ses jambes dégageaient une pâle lumière bleue.

La raison pour laquelle elle pouvait utiliser un tel niveau de force était, car elle avait renforcé son corps avec de la Magie.

Alors qu’ils faisaient du bruit, la couverture glissa. ― Et c’est seulement alors que Kazuki remarqua un fait effrayant.

« ... Toi, qu’est-ce que tu portes là ? Bien que nous soyons déjà au printemps, que ferions-nous si tu attrapais un rhume. » (Kazuki)

Kanae portait un pyjama où l’on pouvait presque voir sa peau en dessous.

Sa mince taille et ses hanches rondes étaient clairement visibles à travers le tissu translucide.

« Nii-sama, qu’en penses-tu ? Ceci est la Kanae qui a été mise à jour en tant que lycéenne. Comme Kanae n’avait pas vu Nii-sama depuis si longtemps, alors il s’agit aujourd’hui de l’anniversaire où elle voulait montrer son charme féminin à Nii-sama. » (Kanae)

Kanae, dont le visage était devenu rouge, colla encore plus son corps contre Kazuki et se mit à se frotter contre lui. Ses petits seins changeaient lentement de forme alors qu’elle faisait cela.

Le lit est un champ de bataille... Kazuki commença à prendre une profonde respiration ce qui lui permit de se calmer.

« Tu es bien ma mignonne Imouto... Donc, je ne vais en aucun cas avoir du désir envers mon Imouto. Alors, descends de là rapidement. » (Kazuki)

« Hehe ! Tu le dis d’une manière si mignonne. Tu me traites réellement comme une dame mature. Ou plutôt est-ce comme une enfant ? » (Kanae)

« Quelle Kanae mature es-tu, idiote !? Il n’est déjà plus le temps d’être au lit. Alors, lève-toi rapidement. » (Kazuki)

« Kanae est encore endormie. Fu——Fu——♪ » (Kanae)

« ... Pourtant, c’est bien la première fois où je te vois dans ce genre de vêtement de nuit impudique. » (Kazuki)

« Kanae, qui n’est pas retournée à la maison depuis une si longue période est une princesse. Donc, si tu n’utilises pas une méthode appropriée pour réveiller une princesse, alors Kanae ne quittera pas le lit. » (Kanae)

« Quelle est la méthode pour réveiller une princesse ? Peu importe, tu es né et as été éduqué en tant que samouraï. » (Kazuki)

« En parlant de la méthode pour réveiller une princesse, il s’agit bien évidemment d’un baiser. Alors, Nii-sama vient ici. » (Kanae)

« Woahh, ne te rapproche pas ! Ne mets pas ton visage si proche ! » (Kazuki)

Kazuki essaya de nouveau de s’échapper... Cependant, bien sûr, s’il ne devait utiliser que sa force physique, il lui serait impossible de s’échapper aux étreintes renforcées par la magie de sa sœur.

Il était impuissant actuellement, mais Kazuki pouvait lui aussi utiliser la “Magie d’Amélioration Physique sur son propre corps.

Faisant ressortir l’énergie se trouvant en lui à l’aide de son esprit, lui permettant ainsi de faire circuler son Pouvoir Magique à travers tout son corps. Et au même instant, une importante puissance physique jaillit du corps de Kazuki, tout comme l’avait fait Kanae dès son réveil. Et en un instant, il se détacha de l’emprise des mains et des jambes de Kanae et put ainsi quitter le lit.

Si les conditions avaient été les mêmes, alors il n’aurait certainement pas perdu contre son Imouto sur le plan de la force.

« Méchant ! » (Kanae)

« Pourquoi méchant ? Tu es celle qui a utilisé la première, la Magie d’Amélioration, n’est-ce pas ? » (Kazuki)

Une fois que ces mots glaciaux vinrent de Kazuki, Kanae regarda Kazuki en affichant les yeux larmoyants d’un chiot.

« ... Ne fais pas une expression comme si tu étais un petit animal qui vient d’être abandonné. Dans ce cas, je vais te faire sortir de force du lit. » (Kazuki)

Kazuki enroula ses bras autour de la taille de Kanae et doucement, la souleva du lit. Si tel était le cas, il devrait rapidement finir le travail de servir une princesse. L’expression de Kanae s’éclaira soudainement d’un sourire.

« Nii-sama ! Ceci est l’Art Secret Final du Hayashizaki-Ryuu, le “Portée de la Princesse” ! » (Kanae)

« N’invente pas au hasard un tel Art Secret ! Nous, provenant de l’école Hayashizaki-Ryuu, ne disposons pas d’un tel Art Secret Final ! » (Kazuki)

Cette personne ne devait pas dire quelque chose de si louche à propos de notre école.

« C’est énervant ! Nii-sama, vraiment, j’ai les nerfs... Le portée de la princesse est presque comme un rêve... Même si cela a été si difficile de se lever, Nii-sama, à la fin, a dû faire une telle chose comme dans mes rêves... cette situation est-ce qu’on appelle une vision du paradis... » (Kanae)

Kazuki, en manipulant le corps de sa sœur, a fait que Kanae, qui avait une expression rêveuse, s’était tournée sur elle-même.

Magika No Kenshi To Shoukan Maou – Volume 01 – Chapitre 1 Partie 1 Image 01 Kanae portée par Kazuki

« D’accord, c’est fini. » (Kazuki)

« Si court !? Le sentiment de flotter dans les nuages a seulement duré un moment si éphémère !? Ceci fut bien trop court !! » (Kanae)

« Hey, avant de prendre le petit déjeuner, va te changer ! Cette apparence est scandaleuse. » (Kazuki)

Kazuki plaça Kanae sur le sol. Elle pinça ses lèvres et piqua une crise.

« ... Parce que je suis une princesse, je ne peux pas changer de vêtements par moi-même. Nii-sama, s’il te plaît, aide-moi à me changer. » (Kanae)

« Pourquoi as-tu dit tout d’un coup ces paroles si entêtées ? Est-ce que tu joues encore à être une princesse ? » (Kazuki)

« Parce que, Nii-sama, ne m’as-tu pas déclarer hier soir, que, puisque nous ne nous sommes pas revus depuis si longtemps, tu ferais tout ce que je demanderais, non ? Nous, les épéistes, devons tenir nos promesses ! » (Kanae)

Je ne suis plus un épéiste... Juste au moment où cette phrase était sur le point de sortir de sa bouche, le regard de Kazuki tomba sur le dos de sa main gauche. Dessus, un motif elliptique en forme d’œuf y était imprimé.

Une “Énigma”. Il s’agissait là du symbole provenant d’un autre monde qui avait changé le destin de Kazuki.

« Bien que je l’ai vraiment dit hier, je ne pensais pas que tu ferais des demandes telles que des baisers et de t’aider a changé tes vêtements. Si nous devions faire de telles choses entre frère et sœur, alors ceci ne serait pas une relation normale, mais des actes pervertis. » (Kazuki)

« Quoi qu’il en soit, Nii-sama n’ayant pas de convoitise envers sa Kanae, alors ceci n’est pas un problème non ? ... Où est-ce que Nii-sama ne peut pas s’échapper au charme excitant de Kanae ? » (Kanae)

Kanae révéla des yeux provocateurs et leva les deux mains. Kazuki fut outré par cette phrase.

En raison du défi lancé par son Imouto, il devait répondre à tous ses devoirs en tant que frère.

Utilisant le mental formé en tant qu’épéiste, Kazuki ouvrit le pyjama de Kanae. Ceci lui donna un sentiment identique au fait de peler une mince peau. Une peau blanche comme la neige fut progressivement révélée devant ses yeux. Kanae, *Mojimoji* [5], tortillait pendant ce temps son corps.

« E-Elle a été vue... l’apparence de Kanae ne portant que des sous-vêtements. Je suis actuellement vue par Nii-sama... S’il te plaît, regarde-moi attentivement mes... » (Kanae)

« Pourquoi es-tu si excitée ? Es-tu une perverse ? Je ne vois rien. Je ne vois rien du tout. Et même si je voyais quelque chose, je ne vais pas avoir des pensées perverses envers mon Imouto portant seulement des sous-vêtements... Et où est ton uniforme ? » (Kazuki)

Kanae montra le haut d’une table où un uniforme plié avait été placé dessus.

L’uniforme féminin de la “Division Épée” de l’“Académie Nationale des Chevaliers, Caryatide” était une blouse aux manches étroites dans le style d’un kimono avec une minijupe hakama [6] de style féminin, combinant ainsi dans cette tenue le style japonais et occidental.

Après avoir aidé Kanae à mettre sa tenue, Kazuki fut finalement soulagé et soupira.

« D’accord. Par rapport à ce genre de pyjama, tu es bien mieux avec ce type de vêtements. » (Kazuki)

Il s’agissait là de la vraie épéiste, la “Tempête Féline”.

Ceci dit, tous les sabreurs aimaient à peaufiner leur image ; leurs surnoms ainsi que leurs techniques.

Kazuki avait également eu un surnom autrefois... Mais, ceci était déjà une chose du passé.

« Le genre de Nii-sama, vêtu d’un uniforme flambant neuf, est également très, très convenable ! » (Kanae)

Kazuki était vêtu d’un style différent de celui de l’uniforme de Kanae. Parce qu’il entrait dans une division différente de celle de Kanae.

Il était vêtu d’un blazer, qui était de haute qualité, fabriquée à partir de “Soie Alchimique”.

Une éblouissante broderie contenant un “Système de Gemmes” avait été placée un peu partout sur le tissu. Les parties métalliques des boutons en métal de la ceinture avaient été réalisées par un entrelacement de métal de couleur arc-en-ciel précieuse appelée “Métal Marbré”.

Il s’agissait d’un uniforme masculin qui était infusé généreusement par la véritable essence de l’“Alchimie”.

« Nii-sama avec une telle veste d’intellectuel est vraiment une merveilleuse combinaison. Ceci est le type qui me donne un sentiment de vouloir embrasser Nii-sama. Nii-sama, je t’aime — Haah, Haah. » (Kanae)

« Calme-toi, Kanae. En tant qu’épéiste Hayashizaki, tu ne peux pas te permettre de perdre ton calme... Ne respire pas si irrégulièrement devant ton frère. » (Kazuki)

« Mais, bien que mon apparence portant l’uniforme ait été saluée par Nii-sama, et que cela m’ait rendue heureuse, Kanae espère en outre que Nii-sama soit plus conscient des sous-vêtements sexy que je portais antérieurement. Bien que je sois ton Imouto, ceci l’est seulement de nom... » (Kanae)

« Exactement, parce que tu es mon Imouto de nom, je dois être plus consciente de cela. » (Kazuki)

Kazuki, qui était autrefois un orphelin, était dans une situation où il avait été adopté dans la prestigieuse et ancienne famille d’épéistes — la famille Hayashizaki.

En d’autres termes, Kanae était la fille de cette famille à qui il devait une grande dette.

« Même si c’est seulement un baiser sur les joues, cela serait déjà très bien. Je veux le baiser de Nii-sama. Si triste... » (Kanae)

Kanae révéla une expression comme si elle avait perdu un duel et murmura cela. Elle avait placé ses deux kodachis à sa taille. Elle était déjà habituée depuis longtemps au poids extrêmement lourd de véritables épées. Elle tourna son regard vers le côté de la taille de Kazuki.

« Nii-sama... Bien que cela soit très cool de te regarder porter cet uniforme... Mais, comme prévu, tu n’as pas apporté ton épée ? » (Kanae)

« Comment puis-je l’apporter ? Je ne suis après tout pas un étudiant de la Division Épée. » (Kazuki)

Écoutant la réponse qui ne laissait aucune place pour le débat, Kanae dévisagea la main gauche de Kazuki avec colère.

« Tout ceci, parce que cette putain d’Énigma a soudainement émergé sur la main gauche de Nii-sama ! » (Kanae)

« Il est déjà trop tard pour en parler... j’ai déjà laissé derrière moi les sentiments liés à l’épée. » (Kazuki)

À l’âge de quatorze ans, les personnes, ayant des qualités magiques qui avaient été reconnues par les “Divas”, recevaient une Énigma sur le dos de la main gauche, au moment où leur magie commençait à se développer.

Les personnes qui possédaient une Énigma, devaient obligatoirement entrer dans la Division Magique pour y étudier et étaient donc destinées à former un contrat avec une Diva.

Kanae Hayashizaki était une épéiste. Et Kazuki Hayashizaki — à partir d’aujourd’hui sera un Mage Invocateur.

Notes

  • 1  Le kodachi (小太刀) est un sabre japonais (太刀) de petite taille ().
  • 2  Nii-sama : signifie grand frère, mais le sama indique un profond respect, forme très honorifique.
  • 3  Imouto (ee-mo-oo-toh) est le Romaji japonais de “petite sœur".
  • 4  Brocon, décrit une sœur qui aime réellement son frère.
  • 5  Mojimoji : est l’effet sonore de gigoter.
  • 6  Hakama : Le hakama est un pantalon large plissé, muni d’un dosseret rigide. Il était traditionnellement porté par les nobles du Japon médiéval, et notamment les samouraïs.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît.

Laisser un commentaire