Ma maison est un point de concentration de magie – Tome 2 – Chapitre 68

Bannière de Ma maison est un point de concentration de magie ***

Chapitre 68 : Réunion nocturne clandestine

Cette nuit-là, alors que les jeunes chevaliers du château de Prusse étaient sur le point de dormir…

« Ahh… quelle journée facile… »

Cela faisait déjà un moment que l’attaque du maître du donjon était terminée.

Récemment, leur travail consistait à aller à l’entraînement, à patrouiller dans le château et à patrouiller dans la ville… alors c’était tout.

Le reste du temps était consacré à boire avec leurs collègues.

« Ouais, je suis reconnaissant que nos devoirs se soient terminés pacifiquement aujourd’hui. »

« Je suis content de ne pas avoir eu à utiliser mon équipement de combat pendant quelques jours. Ce serait formidable que ces jours paisibles continuent… afin que nous puissions prendre notre temps à boire jusque tard dans la nuit et nous reposer. »

« Haha, sans aucun doute. »

Les jeunes chevaliers se détendirent et étaient sur le point de s’allonger dans leur lit quant à ce moment…

« — !? »

Tout le monde sentit un froid glacial couler le long de leur colonne vertébrale alors qu’une pression monumentale pesait sur eux.

« Qu-quoi !? »

Certains étaient tombés de leur lit et un autre s’était figé comme s’il était gelé.

« Je-je ne peux pas… b-bouger… qu’est-ce que c’est… ? »

« Est-ce… une vague… de magie… ? »

Alors que les souffles des jeunes chevaliers se bloquèrent dans leur gorge à cette pensée, ils entendirent le rugissement du chevalier senior de l’extérieur de leur chambre.

« TOUTES LES TROUPES ! ÉQUIPEZ-VOUS ! »

Après avoir entendu les ordres hurlés de leur supérieur, la respiration des jeunes chevaliers recommença de surprise.

Ils avaient alors commencé à s’équiper à la hâte.

« Ummmm, où était mon équipement ? »

« Attendez ! Allumez d’abord  ! »

Tout allait mal dans la pièce sombre alors qu’ils essayaient de s’équiper.

« Je rentre ! »

Dit une voix en ouvrant la porte. Leur chevalier supérieur était debout.

« Cinq d’entre vous, hein. Vous prenez votre temps. Ou peut-être que vous ne supportez pas la magie et que vous ne pouvez pas bouger ? »

« U-uummmm… .. oui. »

Ils hochèrent la tête tout en se sentant gênés.

« U-umm qu’est-ce qui se passe !? »

« C’est un exercice de préparation surprise… est-ce votre premier ? »

Les jeunes chevaliers échangèrent des regards et acquiescèrent.

C’était des débutants qui avaient commencé ici il y a seulement 2 mois.

« Ils font ça parfois. C’est peut-être paisible maintenant, mais les monstres peuvent toujours venir attaquer depuis la forêt magique ou le donjon de la ville Fort. Vous ne pouvez pas baisser la garde, cela semble être la politique du Capitaine des Chevaliers. »

« Est-ce que c’est vrai ? Normalement, on ne ressent jamais un pouvoir magique aussi écrasant et effrayant, non ? »

« Eh bien… normalement, même avec l’énorme pouvoir magique de la Princesse émis, nous serions encore capables de nous lever… mais aujourd’hui, c’est anormalement puissant, donc je pense que c’est spécial. »

Il y avait de la sueur froide sur le visage du chevalier supérieur.

Son visage était également un peu pâle.

« J’ai ressenti de la peur quand le roi-dragon est venu… mais c’est honnêtement au-dessus de ça. Même moi, j’ai failli en laisser un peu s’échapper. Allez-vous bien, les gars ? »

« U-uhmmm… probablement… »

Plusieurs d’entre eux semblaient suspects… mais environ la moitié d’entre eux semblaient avoir résisté.

« Eh bien… hmm ? Je suppose que ce genre de chose se produirait normalement si vous buvez suffisamment d’alcool… si vous vous en occupez rapidement, ça devrait aller. »

« Euh… OK ! »

« OK, continuez l’exercice. Nous patrouillons dans le château ! »

« Roger ! »

Et ainsi les chevaliers avaient commencé à patrouiller autour du château.

***

« … Euh, il semble y avoir une agitation dans le château… est-ce que tout va bien ? » (Daichi)

J’étais debout à côté du château avec Dianeia et pour une raison inconnue, j’avais entendu une grande agitation.

C’était assez fort pour que je puisse l’entendre presque clairement de l’extérieur.

« Haha, ça ne fait rien. » (Dianeia)

Dit Dianeia en riant négligemment.

« Les chevaliers viennent de ressentir votre pouvoir magique et entrent maintenant en état d’alerte. » (Dianeia)

« Euh, est-ce bon ? » (Daichi)

Je ne dérange pas leur repos, n’est-ce pas ?

« Non, j’avais prévu ça. J’allais demander à Anne-dono de libérer une partie de son pouvoir magique. » (Dianeia)

« Oui, parfois tu as besoin d’un sentiment de danger alors j’allais coopérer. » (Anne)

« Oh, alors je suis venu et c’est devenu pratique… Je vois. » (Daichi)

C’était une petite lueur d’espoir. Mais je pense que sans le revêtement d’Hesty, ils se réveilleraient tous en fuyant…

« Est-ce que je peux vraiment venir en ville ? » (Daichi)

« Eh bien, la plupart des gens ne peuvent pas vraiment ressentir la magie, donc ça va. Rappelez-vous que vous êtes arrivé en ville l’autre jour sans revêtement et que vous alliez bien, non ? » (Dianeia)

Huh… je suppose qu’elle a raison. Je n’avais pas de revêtement à ce moment-là.

« Tant qu’ils ne vous rencontrent pas directement, ils devraient en principe aller bien, alors, venez en ville plus souvent ! » (Dianeia)

« Ahh, eh bien… parfait. » (Daichi)

Je suis un gars qui préfère rester à la maison… c’est essentiellement ma nature.

« Alors, tu avais besoin de donner des trucs à Dianeia, non Anne ? » (Daichi)

« Euh, oui. C’est vrai. Voici le médicament et les livres demandés. » (Anne)

« Oh, je vais les lire. Vous avez mes remerciements. » (Dianeia)

Livres ? Avait-elle quelque chose qu’elle voulait rechercher ?

« C’est juste un peu de recherche. Je veux devenir un peu plus forte en tant que mage, alors je pensais rechercher dans les connaissances des dragons. » (Dianeia)

« Tu es si sérieuse. » (Daichi)

« C’est mon seul point remarquable. Oh, pourquoi êtes-vous venu me rencontrer, Daichi-dono ? Ç-ça ne pouvait pas être pour yobai (se faufiler dans la chambre d’une femme la nuit pour des relations sexuelles)… » (Dianeia)

« Non, j’avais juste quelque chose que je voulais demander. » (Daichi)

« Oh, je vois… » (Dianeia)

Elle semblait très déçue… mais si je venais pour ça, je n’amènerais pas Anne avec moi.

« Eh bien, ce n’est pas un endroit où parler, passons à un endroit plus agréable pour discuter. Y a-t-il un endroit où tu aimerais aller ? »

« Je m’en fiche particulièrement. Mes affaires ici sont pour la plupart terminées, je pense que ce serait bien si c’était un endroit que Daichi-sama choisissait. »

Un endroit dans lequel je trouve confortable de discuter… c’est principalement limité à ma maison… ou à ma boutique.

« Eh bien, si c’est pour parler, l’espace de vie de ma boutique devrait être bon. » (Daichi)

Hesty est là aussi et elle devrait aussi entendre cette discussion.

Le fait de venir ici était un exercice infructueux… mais j’allais juste y penser comme une belle promenade.

« Ah, c’est ça ? En fait, je voulais aussi voir l’intérieur de la boutique de Daichi-sama ! » (Anne)

« Eh bien, Daichi-dono. Je vais être un peu intrusif. Devrions-nous nous téléporter ? » (Dianeia)

« Ouais, je te laisse faire ça. » (Daichi)

Et donc Dianeia nous avait téléportés une fois de plus dans mon magasin.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires :

Laisser un commentaire