Le Monde dans un Jeu Vidéo Otome est difficile pour la Populace – Tome 1 – Chapitre 11 – Partie 2

♥♥♥

Chapitre 11 : L’Insensé

Partie 2

Il s’agissait des vacances d’été.

Marie avait reçu l’ordre de rester à l’académie, puis un messager provenant de la famille royale était venu lui dire ce qui allait se passer à partir de maintenant.

Le messager était un fonctionnaire du gouvernement et avait parlé d’une manière indifférente.

Le contenu avait stupéfié Marie.

« A-Attendez une minute. Qu’entendez-vous par déshéritage ? » s’écria Marie.

Ceux qui étaient rassemblés étaient Julian, Marie, et les autres garçons qui étaient des cibles de conquêtes.

Seul le messager parlait calmement et d’une manière professionnelle. « C’est comme je viens de vous le dire. Son Altesse Julian a été déshéritée. Il n’est plus le prince-héritier. À partir d’aujourd’hui, il n’est plus que prince. Il a également été décidé que les quatre autres seront déshérités par leurs ménages. Son Altesse, le prince héritier... non, Son Altesse a rompu ses fiançailles avec Anjelica, mais les femmes fiancées aux quatre autres ont également envoyé des lettres. »

Jilk, Brad, Chris et Greg... tous les quatre avaient reçu les lettres de leurs fiancées et ils affichaient des expressions légèrement tristes.

Ils avaient compris que le contenu de la lettre porterait sur la rupture officielle de leur mariage.

Marie s’y était opposée. « C’est bien trop pour avoir perdu un duel ! C’est trop cruel ! »

Greg avait parlé à Marie d’une manière un peu embarrassée. Tout le monde était étrangement calme malgré la défaite contre Léon.

« C’est très bien ainsi. Marie, c’est un signe de notre résolution. »

« Hein ? »

Chris avait commencé à parler de quelque chose qu’ils avaient caché à Marie jusque-là.

« Nous avons demandé l’annulation de nos fiançailles il y a quelque temps. Nos ménages et nos fiancées nous ont demandé de reconsidérer la question, mais il semble qu’ils avaient eu des doutes après cette affaire récente. Nous avions décidé de rompre officiellement nos engagements. Cependant, c’est une bonne chose. Grâce à cela, nous pouvons apprendre à nous connaître. »

Marie était la seule à ne pas le savoir, mais tout le monde, sauf Julian, essayait de garder le secret.

Il en était résulté un déshéritage. Ils n’étaient plus les successeurs de leur foyer.

Julian fut le premier à être l’héritier du trône, mais c’était maintenant un prince qui ne pouvait plus l’espérer maintenant qu’il avait été ainsi rabaissé.

Même Jilk, qui s’était vu garantir un statut de baron après l’obtention de son diplôme, devait maintenant être chevalier. Cependant, maintenant, il ne pouvait plus avoir de poste officiel puisqu’il n’avait plus de territoire à gérer.

Les trois autres avaient connu des situations similaires.

Avec l’événement récent, les quatre hommes ne pouvaient pas s’attendre à être soutenus par leur ménage.

En dehors de Julian, il semble qu’ils aient été jugés uniquement sur leur valeur d’utilité dans la création de relations pour le bien de la famille royale. Leurs familles envisageaient de recourir aux mariages diplomatiques avec ceux d’autres pays.

Julian avait penché sa tête.

« Je ne peux plus être à tes côtés, Marie. Cependant, je prierai toujours pour ton bonheur, » déclara-t-il.

Marie avait alors subi un vertige.

Le malheur de Marie était réel. Le simple fait d’imiter la protagoniste, Olivia, ne rendrait pas son histoire réalité.

Sa situation actuelle était le résultat de son charme extérieur et de son expérience de sa vie antérieure.

Greg avait ri pour donner à Julian une certaine tranquillité d’esprit. « Hey, tu peux me laisser ta part de protection de Marie. En plus, ce n’est pas drôle de perdre comme ça. En tant qu’aventurier actif, je me vengerai de ce foutu Léon. Peut-être que je devrais partir à l’aventure à la recherche d’une armure qui est une relique perdue ? »

Chris avait fait un petit sourire. « C’est vrai. Ce n’est peut-être pas si mal. »

Brad avait l’air un peu amusé. Il avait une expression qui semblait plutôt soulagée. « Nous ne sommes que quatre barons de nom. Avec nous quatre, on se débrouillera d’une façon ou d’une autre. »

Jilk semblait un peu triste. « Votre Altesse, je suis désolé. Les choses ne se seraient pas passées comme ça si je l’avais arrêté. »

Julian secoua légèrement la tête.

Il avait un léger sourire, mais il semblait sombre. « Tu n’as pas besoin de t’excuser. Tant que vous tous, vous protégez Marie, j’aurai l’esprit tranquille en tout temps. »

Kyle avait mis ses mains derrière la tête. « Tout le monde a beaucoup réfléchi quant à toi. Comme ça doit être agréable, Maîtresse. »

Tout en souriant comme si c’était ce qu’elle pensait, Marie avait plongé dans les ténèbres.

« E-Euh, c’est vrai, » déclara Marie.

Hein ? Ne plaisantez pas, n’êtes-vous pas des idiots !? Pourquoi avez-vous tous abandonné ainsi que votre position et votre fortune !? Je veux dire, vous êtes maintenant tous sans occupation finalement, non ? Comment comptez-vous vivre ? En tant qu’aventuriers ? Je détesterais absolument vivre comme ça ! M-Maintenant qu’on en est arrivé là, je dois trouver une solution.

Marie, qui s’était mise à penser de façon pragmatique, s’était sentie lugubre en voyant les garçons rire.

Le fonctionnaire du gouvernement avait commencé à partir maintenant que tout avait été dit et fait.

« Alors, je vais prendre congé, » déclara-t-il.

Tout en pensant que la quantité de travail qu’elle aurait à faire serait plus importante que ce que faisait le fonctionnaire, Marie avait l’impression que son avenir idéal s’éloignait.

C’était lié au fait d’aimer avoir quatre petits amis qui allaient être sans emploi à l’avenir.

C’était trop différent du résultat qu’elle désirait.

Pourquoi ça s’est passé comme ça ? Ce n’est pas le futur que je voulais !

 

♥♥♥

L’île flottante que j’avais découverte était mieux entretenue que lorsque je m’étais inscrit à l’académie.

Les robots faisaient de leur mieux, qu’il fasse jour ou nuit, et étaient en train d’améliorer le niveau de vie du territoire.

Je pensais que tôt ou tard, je serais indépendant ici, et pendant que le royaume désordonné serait en panique, j’observerais paisiblement, mais —

« Pourquoi doivent-elles me suivre ? » murmurai-je.

Quand j’étais venu voir comment les champs se portaient et comment les robots s’occupaient d’eux, Olivia et Anjelica m’avaient aussi suivi ici.

Anjelica regarda les champs qui avaient été magnifiquement alignés.

« N’est-ce pas merveilleux ? » demanda-t-elle. « C’est assez rafraîchissant, car les occasions comme celle-ci sont rares. Après tout, les territoires des barons en plein développement semblent être en pleine effervescence. Même venir voir ça serait vraiment problématique. »

Ma famille était occupée aujourd’hui en raison de mes investissements, et elle était en plein développement tout au long de la journée. Les voies navigables étaient aménagées pour améliorer les routes, et bien d’autres tâches se faisaient.

Le port avait également été agrandi et devenait de plus en plus surpeuplé à mesure que les dirigeables arrivaient et partaient sans arrêt.

Olivia regarda les champs avec une expression sérieuse.

Elle s’était accroupie pour regarder le sol et notre environnement.

« C’est incroyable. Je n’ai jamais vu une terre aussi belle malgré le fait que les personnes ne soient pas là, » déclara Olivia.

Anjelica inclina la tête.

« Vraiment ? J’ai pensé que c’était beau parce que les personnes n’étaient pas là, » déclara Anjelica.

Olivia n’était pas d’accord. « C’est le contraire. La terre ne peut pas être aussi bien entretenue sans qu’il y ait des personnes. Les robots ont fait ça ? C’est incroyable. »

J’avais hoché la tête. C’était pénible à expliquer, alors j’étais d’accord avec elle en lui disant : « C’est vraiment incroyable. »

Anjelica avait bien regardé autour d’elle.

« Hein ? Quelque chose sent bizarrement. »

Il semble qu’elle était curieuse face à l’odeur qui était portée par le vent.

« Aah, ça..., » déclarai-je.

J’avais guidé les deux filles vers l’endroit d’où venait l’odeur.

♥♥♥

Il y avait un bain extérieur préparé sur l’île flottante.

Seule une petite structure à ciel ouvert avait été mise en place à côté, laissant à Anjelica et à Olivia la possibilité d’observer le paysage sans obstacle.

L’eau était tiède, ce qui la rendait un peu différente du bain habituel. Il n’y avait rien de différent dans l’eau, mais c’était comme si elle collait à la peau.

Olivia avait lavé les cheveux d’Anjelica après l’avoir fait s’asseoir dans l’eau.

 

 

« Anjelica, tes cheveux longs sont très jolis, n’est-ce pas ? » déclara Olivia.

« ... C’est parce que Son Altesse a dit qu’il aimait les cheveux longs et jolis. J’ai bientôt l’intention de les faire raccourcir un peu. Les coiffer est vraiment gênant, » répondit Anjelica.

Olivia avait rincé les bulles de savon à l’eau chaude.

« Tout bien considéré, c’est un bel endroit, » déclara Anjelica.

Anjelica regarda le paysage tout en louant l’île flottante que le Léon possédait. Le soleil couchant était visible, mais c’était luxueux d’être dans un bain dégagé tout en regardant le paysage.

Olivia ressentait la même chose. « Il semble qu’il l’ait découvert avant de s’inscrire à l’académie et qu’il en ait fait son propre territoire. Il a l’intention d’être indépendant ici dans le futur... désolée. »

« C’est bon. Ses luttes sont à cause de moi. Je veux qu’il soit indépendant ici. C’est irritant de voir que mon moi actuel ne peut qu’espérer que les choses s’arrangent sans pouvoir le moindrement l’aider, » déclara Anjelica.

Elles ne savaient pas comment l’indépendance de Léon allait résulter.

Anjelica ne pouvait que prier pour que son père gère bien les choses.

« Malgré tout, le nombre d’aventuriers qui réussissent à atteindre cet idéal est faible. Tout ce qui est supérieur à cela est dans le domaine des héros et des aventuriers des légendes. Non, même s’il ne fait rien d’autre, il pourrait même devenir un aventurier légendaire, » déclara Anjelica.

Cette fois, Anjelica avait lavé les cheveux d’Olivia.

« Est-ce si grand que ça ? J’avais la forte impression que les aventuriers étaient des individus qui défiaient les donjons... » demanda Olivia.

« C’est vrai, » répondit Anjelica. « C’est peut-être l’image que les roturiers ont comme les gains initiaux sont immenses pour eux. Cependant, plutôt que de gagner leur vie dans des donjons, les nobles aiment s’aventurer avec des dirigeables. Découvrir de nouvelles terres et défier des donjons inconnus. Parfois, des artefacts perdus provenant de ruines historiques apparaissent. Il semblerait que mon père et mon frère aîné étaient espiègles à l’époque et qu’ils aient vécu des aventures téméraires, alors ils tiennent Léon en haute estime. »

Anjelica avait regardé la poitrine d’Olivia. La sienne était grande, mais maintenant qu’elle y pensait, elle se rappelait que celle de Marie était petite.

Peut-être qu’il n’aimait pas les femmes aux gros seins ? Non, je devrais déjà oublier ça, se demanda Anjelica.

« Est-il impressionnant que Léon ait découvert une nouvelle île avec un petit bateau ? » demanda Olivia.

Anjelica avait gloussé. « Oui, c’est impressionnant. Avec ce qu’il a fait, il n’aurait pas été surprenant qu’il soit mort avec un seul petit faux pas. C’est la plus grande réalisation réalisée depuis bon nombre de décennies. »

Le troisième fils d’une famille de barons avait connu un grand succès. C’était suffisant, c’était immense.

« ... Je t’envie, » déclara Anjelica.

« Hein ? » s’exclama Olivia.

Anjelica rinça les cheveux d’Olivia en parlant de ses vraies pensées. « Tu es son amoureuse, non ? Vous êtes toujours ensemble, alors je pensais que vous alliez vous marier. Je voulais être comme vous deux. »

L’expression d’Olivia est devenue sombre. « ... La différence entre Léon et moi est trop grande, je ne lui conviens pas. »

Bien qu’étant dans la classe avancée, Olivia était une roturière. Elle ne pouvait pas être compatible avec Léon, qui était un noble.

Pour Olivia, Léon était dans une position inatteignable.

Anjelica s’en était alors souvenue. « Excuse-moi. C’est vrai. Tu es l’étudiante d’honneur. »

Ensuite, Olivia avait parlé. « Je pense... que Léon t’aime bien, Anjelica. »

« Pourquoi penses-tu cela ? » demanda Anjelica.

Anjelica avait attendu la réponse d’Olivia en enlevant les bulles de savon avec de l’eau.

« Après tout, il est allé si loin pour te défendre. Je suis jalouse de ça. J’ai un peu mal au cœur en me demandant si j’aurai mon tour, » déclara Olivia.

« ... Tu veux être comme moi ? C’est impossible. Je suis une femme horrible. Sinon, Son Altesse ne m’aurait pas abandonné, » déclara Anjelica.

Les deux filles s’étaient plongées complètement dans le bain après s’être lavées, et elles avaient contemplé le magnifique coucher du soleil.

♥♥♥

Les deux filles étaient entrées dans la source chaude.

Je ne voulais pas rater cette opportunité.

« ... C’est le moment que j’attendais depuis si longtemps ! » m’exclamai-je.

Mes yeux étaient injectés de sang à cause de l’excitation.

La vapeur blanche et le parfum nostalgique avaient fait trembler mon âme. Cette île flottante était mon domaine. J’étais libre de faire ce que je voulais.

« L’événement tant attendu est arrivé ! » m’exclamai-je.

Luxon flotta près de moi et parla. « Ce n’était rien d’autre qu’un succès. Le poisson grillé peut-il servir de plat d’accompagnement ? »

« Ouais, mais fais vite ! » m’exclamai-je.

Sur le dessus d’une table se trouvait la vapeur blanche provenant du riz fraîchement cuit.

Comme je n’avais pas encore de miso, j’avais fait une soupe avec quelque chose qui l’imitait.

J’avais aussi des poissons de rivière grillés et salés.

Je suis sûr que ces deux-là ne comprendraient pas, mais j’attendais ça avec impatience depuis ma naissance...

« Je verse des larmes de bonheur, » déclarai-je.

« Comme c’est mignon. Tu peux me vénérer tout en mâchant dans le plaisir, » déclara Luxon.

« Je te pardonne juste pour cette fois. Alors, on dîne tous ensemble ? » lui demandai-je.

Quand j’avais essayé de le manger, et le goût était similaire, mais légèrement différent. Cependant, c’était quand même du riz. Après avoir cassé le poisson grillé en morceaux avec mes baguettes et l’avoir placé sur le riz, je l’avais avalé.

« Ah ~ ~, c’est le bonheur, » m’exclamai-je.

« Tu as vraiment l’air heureux. Il semble qu’un dirigeable inconnu s’approche du port, » déclara Luxon.

Pendant que je mangeais, Luxon avait détecté un dirigeable s’approchant de chez moi.

♥♥♥

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Claramiel

Claramiel

Bonjour, Alors que dire sur moi, Je suis Clarisse.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre ! Les vrais plaisirs de la vie xD

Laisser un commentaire