Le manuel du prince génial pour sortir une nation de l’endettement – Tome 2 – Chapitre 5 – Partie 5

***

Chapitre 5 : Un conflit d’opinions

Partie 5

Contrairement à Wein, Lowellmina n’avait pas de pions pour enquêter sur Geralt pour elle, mais elle avait dû saisir son tempérament de leur temps à la capitale impériale. Elle savait qu’elle ne pouvait pas s’occuper de lui avec des méthodes normales.

Et même là, elle savait qu’elle pouvait lui faire faire ce qu’elle voulait. Elle le leur montrait à tous. Son sourire en était un de confiance et de fierté.

Mais c’est alors que le sujet de leur guerre de volontés s’était exprimé, en remarquant que Wein et Lowellmina communiquaient entre eux en silence.

« … Oh oui, vous m’avez envoyé cette lettre tous les deux. Vous êtes de vieilles connaissances ? » demanda Geralt, une sombre jalousie couvant dans sa voix.

Le duo s’en était rendu compte. En fait, ils s’attendaient à ce qu’il nourrisse du ressentiment, ce qui signifiait qu’ils n’étaient pas du tout effrayés.

« Ouais, de quand j’étudiais à l’étranger dans l’Empire ? Mais wôw. Quel dommage ! Si je vous avais connu à l’époque, Seigneur Geralt, je me serais lié d’amitié avec vous. » Ils l’avaient tissé dans la vérité avec des mensonges.

Geralt avait fait un petit signe de tête. « … Huh. J’ai passé un long moment dans la capitale, mais je n’avais pas entendu de rumeurs sur toi, Prince Wein. Comment as-tu passé tes journées là-bas ? »

S’il avait été stupide et honnête et avait dit qu’il avait falsifié son identité pour aller à l’académie militaire et s’était classé premier de sa classe, Geralt se serait tordu le visage au-delà de ses limites.

Wein avait parlé en demi-vérités. « Je voulais m’immerger dans les arts, mais j’avais tant à apprendre dans l’Empire. J’ai passé la plupart de mon temps dans un manoir là-bas. La seule forme de divertissement que j’avais venait de l’entraînement avec mon épée. »

Si c’était vrai, il ne serait pas anormal que Geralt n’ait pas entendu parler de lui. Mais dans une tournure inattendue des événements, Geralt s’était accroché à quelque chose.

« Hein… Es-tu bon avec une épée ? » demanda Geralt.

« … Eh bien, j’ai un minimum de familiarité, » répondit Wein.

Wein avait senti que cela pourrait prendre une tournure négative, mais n’avait pas eu le temps d’empêcher Geralt de continuer.

« Quelle coïncidence! Je suis assez confiant dans mon talent avec une épée. »

Tu plaisantes. Il n’avait fallu qu’un instant pour que Wein et Lowellmina arrivent à la même conclusion.

Eh bien, tout le monde dans la salle aurait la même réalisation. D’après son corps, sa masse musculaire, son jeu de pieds et tout le reste, il devait être loin d’être un épéiste.

Alors pourquoi mentirait-il ?

Il est furieux que Lowa et moi soyons copains-copains. Il complote probablement pour me battre à l’épée et se remettre à ma place, Wein l’avait deviné.

Si c’était le but, n’importe qui dirait qu’il aurait dû choisir un autre défi. Mais Geralt n’avait pas choisi le combat à l’épée au hasard.

Ils n’avaient aucune idée que Geralt rayonnait de satisfaction lorsqu’il gagnait régulièrement contre ses propres serviteurs. Eh bien, c’était plutôt comme s’il ignorait que ses serviteurs luttaient quotidiennement pour trouver les meilleurs moyens d’être vaincus — tout cela pour éviter d’invoquer sa colère.

En tout cas, Geralt ne mentait pas quand il disait qu’il était doué avec l’épée. Du moins, il le pensait.

Bon sang. Qu’est-ce que je fais ? Les yeux de Wein s’étaient fixés sur Lowellmina.

Elle avait répondu avec son propre regard de choc. Tu n’as pas d’autre choix que de lui donner un combat décent. Apaise-le.

Hum, je suis désolé. Une bataille « décente » ? C’est la partie difficile.

Je vais t’encourager. Woo-hoo. Tu peux le faire. Allons-y. Lowellmina avait l’air plutôt calme, puisqu’elle allait juste assister au spectacle.

Maudit sois-tu, Wein l’avait maudit.

« Et alors ? Qu’est-ce que tu en dis ? Faisons la démonstration de notre habileté à l’épée devant la princesse Lowellmina, » proclama Geralt.

Sa déclaration avait mis la pièce en émoi. Bien sûr que si. Geralt et Wein étaient tous deux des personnages importants. Si l’un d’eux était blessé, ce serait un énorme problème.

« Votre Altesse…, » Ninym avait fait un pas en avant, derrière lui.

Wein l’avait retenue avec une main. « Ne vous inquiétez pas. Ce sera un bon spectacle. Les épées de bois, » ordonna-t-il, en retirant son manteau et en en prenant une.

Il se tenait au centre de la salle. Les vassaux et les serviteurs s’étaient précipités pour faire de la place.

Geralt lui avait fait face avec une épée de son cru. « Et les règles du jeu ? »

« Celui qui lâche son épée le premier perd. »

Ils s’étaient fait face en adoptant tous deux une position.

C’est alors que tout le monde était certain de la victoire de Wein.

Ce n’était pas à cause du népotisme. Son adversaire était instable sur ses pieds, tremblant sur place. En comparaison, le souffle, le regard et l’épée de Wein étaient réguliers, ce qui rend la différence entre leurs capacités très claire.

Mais les deux combattants pensaient à autre chose.

Le prince sera dompté. Geralt était certain de sa propre victoire.

Très bien, je vais emballer ça avec un minimum de dégâts. Wein était occupé à penser à leur réputation et à ce qui pourrait s’ensuivre par la suite. Je dois laisser Geralt avoir toute la gloire si je veux que mon plan fonctionne, mais j’ai aussi un nom à respecter. Je ne peux pas me permettre de perdre sans une bonne bagarre.

Ce qui signifie que sa meilleure cible était — l’épée en bois dans les mains de Geralt. Sa prise était faible, et il serait facile de la faire tomber. Wein lâcherait son épée en même temps que Geralt. Ce serait une égalité.

C’est pourquoi il avait établi ces règles comme condition de victoire.

Pour être honnête, il est tellement affalé qu’il ne peut pas se servir de cette épée. Je parie qu’il va se vautrer. Je vais l’essouffler en quelques coups et ensuite agir selon ce que j’ai décidé.

Avec son plan gravé dans la pierre, les choses s’étaient mises en place.

« HYAAAAH ! » Geralt cria en donnant un coup de pied au sol, comme s’il n’était plus capable de supporter le silence, en se dirigeant vers Wein.

Il n’y avait rien de délibéré dans ses frappes alors qu’il s’était précipité vers le prince. Ce serait facile à contrer, mais ce n’était pas la victoire dont il avait besoin.

« Heh —. »

Les épées en bois s’entrechoquèrent, et un bruit sourd et sec résonna dans la salle.

Puis deux fois. Trois fois de suite.

Wein avait analysé les mouvements et la position de l’épée de Geralt alors qu’il faisait semblant d’être repoussé.

Avec le temps, la respiration de son adversaire était devenue laborieuse et sa charge s’était affaiblie, comme Wein l’avait prévu. Le moment était venu. Wein avait retenu sa respiration, avait calculé son moment et…

— Maintenant !

Il avait chargé.

Geralt avait trébuché sur ses jambes.

« Quoi ? »

Était-ce parce qu’il était ivre ou parce qu’il avait été poussé dans ses derniers retranchements par la force de son adversaire ?

La réponse n’était pas claire.

Geralt avait cependant perdu l’équilibre comme s’il était en parfaite synchronisation avec la charge de Wein.

Il s’avança, la tête baissée, et bizarrement, elle se propulsa vers l’épée que Wein avait avancée dans l’intention d’arracher l’arme de Geralt de ses mains.

HEY MAINTENANT ! Wein avait fait un cri interne. À ce rythme, la tête de Geralt deviendrait une œuvre d’art épouvantable que personne n’oserait regarder deux fois.

NOOOOOOOOOOOO ! TOURNEEEEE ! Wein avait concentré toute sa force dans ses bras.

Et en réponse à ses muscles et à ses prières, l’épée de bois avait miraculeusement changé de trajectoire, avait frôlé le visage de Geralt et s’était écrasée sur l’épée dans son poing faible.

Un bruit sourd et un cri aigu s’étaient superposés. Un bruit sourd quand Geralt était tombé, et l’autre quand son épée avait claqué à terre. Wein était resté figé sur place après avoir fini son mouvement d’attaque. Il s’était lentement détaché de sa position et avait laissé tomber son épée.

Des acclamations avaient éclaté autour de lui.

D’un point de vue extérieur, cela semblait être une victoire parfaite pour Wein.

Comme Geralt avait été abattu dès le début, même la délégation impériale applaudissait — rejoignant les vassaux de Natra, qui le soutenaient depuis le début.

Wein était sous les applaudissements, et Lowellmina était dans le public. Les deux se disaient :

BONTÉ DIVINEEEE ! JE SUIS DANS LE PÉTRIN MAINTENANT !

POURQUOI DIABLE AS-TU FAIT ÇA ?

Leurs cris silencieux étaient à l’unisson.

Parce qu’il avait utilisé toutes ses forces pour changer la trajectoire de l’épée, il n’avait pas pu lâcher prise comme prévu quand ils s’étaient affrontés.

Ce qui signifiait qu’il n’avait pas eu la chance de faire une égalité.

Peut-être que je peux les tromper en lâchant l’épée maintenant… ? Wein aurait pu essayer ce petit tour, mais le public n’y aurait pas cru.

Tous les engrenages dans sa tête tournaient alors qu’il se dépêchait de trouver autre chose à faire.

« Votre Altesse ! » Ninym l’avait appelé.

Wein se tourna, et là, le visage empli de honte et de rage de Geralt se trouvait là. Il avait ramassé son épée tombée, en essayant de presser Wein.

— Oh, merde.

À ce moment, Wein avait paniqué à cause de l’attaque-surprise — enfin, il aurait pu, s’il était quelqu’un d’autre. Wein pourrait se défendre avec sa propre épée, facilement. Mais cela ferait plus de dégâts à Geralt, qui se comportait comme un lâche pour avoir traqué Wein malgré sa défaite incontestable. Il serait incroyablement difficile pour Geralt de sauver la face.

Je pourrais me défendre. Mais ça ne changera pas le fait qu’il m’a attaqué. Parer ferait la même chose. En tout cas, je n’ai pas d’autre choix que de l’éviter. Et naturellement, pour faire croire que je n’esquive pas — !

Pourrait-il le faire ?

Il n’avait pas d’autre option.

Wein avait attendu que Geralt se rapproche, avait calculé l’attaque de tout son cœur et de toute son âme —

Et il l’avait esquivé, tournant pour lui faire face comme s’ils venaient de passer l’un devant l’autre.

C’est parfait !

Il pouvait insister sur le fait que Geralt venait de trébucher et de manger la terre en allant chercher son épée. Wein avait établi un contact visuel avec Geralt juste en face de lui.

Je m’excuse d’avoir divulgué cette information si tard dans la partie, mais il est essentiel de mentionner que le banquet avait lieu au deuxième étage.

Et pendant qu’ils se battaient, les deux individus s’étaient rapprochés de façon précaire des murs.

Et bien sûr, les murs avaient des fenêtres, comme c’était souvent le cas.

Et Geralt avait plongé en plein dedans.

« Ah, » dit Wein.

La vitre s’était brisée en morceaux lors d’une collision frontale.

« Oh, » dit Lowellmina en guise de surprise.

Geralt n’avait pas seulement brisé la vitre avec son élan. Sa moitié supérieure était passée à travers le cadre.

« « Attenm — . » » le duo avait haussé la voix, regardant sa moitié inférieure s’élever lentement —

Et il avait glissé par la fenêtre.

Ils avaient entendu un violent coup contre le sol.

« — »

Tout le monde dans la salle était sous le choc en voyant cette scène.

Ninym avait été la première à réagir instantanément et à récupérer suffisamment pour se déplacer. Elle s’était avancée et s’était frayé un chemin à travers la foule, s’agrippant au cadre de la fenêtre et sautant vers le bas. Sauter du deuxième étage n’était rien pour elle.

Et alors, dans l’ordre, Wein, Lowellmina et les serviteurs grimpèrent à la fenêtre en signe de protestation et regardèrent par-dessus son rebord.

« S-Sire Geralt !? »

« Ninym ! Est-ce qu’il va bien ? » demanda Wein.

Sous les yeux de tous, Ninym s’était agenouillée à côté de Geralt, qui était étendu sur le sol, et avait vérifié son état. Quelques instants passèrent avant qu’elle lance un regard sinistre.

« Eh bien. Je ne sais pas quoi dire. » Elle avait regardé les deux et avait parlé nerveusement. « Je suis terriblement désolée, mais il est décédé. »

Wein et Lowellmina s’étaient tournés pour se regarder en parfaite synchronisation.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre
    Le truc est toujours tellement improbable que c'est impossible de deviner ce qu'il vas se passer la seul certitude qu'on à c'est que sa vas foiré .

Laisser un commentaire