Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 7 – Acte 4 – Partie 3

***

Chapitre 4 : Acte 4

Partie 3

Alors que Mitsuki et Yuuto marchaient sur le chemin du retour dans la lumière sombre, Mitsuki avait parlé avec un soupir prolongé. « Les fleurs de cerisier étaient vraiment jolies, n’est-ce pas ? Je sais que je les vois chaque année, mais je ne m’en lasse jamais. »

Le temps passe vite quand on s’amuse, comme on le dit souvent. Après le stand de tir, ils avaient fait le tour des autres stands, s’étaient promenés sans but à l’intérieur du parc, avaient rejoint Ruri et s’étaient prélassés, et avaient même joué au badminton ensemble. Avant qu’ils ne s’en rendent compte, il était déjà tard.

« Oui, tu as raison, » dit Yuuto.

Du point de vue de Yuuto, le visage heureux et souriant de Mitsuki était aussi encore plus joli, et plus mignon, mais bien que cette pensée lui soit venue à l’esprit, il s’était retenu de la dire à haute voix, et avait simplement hoché la tête.

Ce genre de déclaration semblait trop affectée, trop ringarde, trop embarrassante. Mais c’était aussi ce qu’il ressentait vraiment.

« Pourtant, j’aurais aimé que nous puissions aussi rester pour profiter des fleurs de la nuit. » Mitsuki ferma les yeux et sourit, comme si elle regardait une image de ses souvenirs.

Au parc Hachio, les cerisiers en fleurs étaient éclairés par des projecteurs la nuit, créant une scène magnifique, bien différente de celle de la journée.

Du moins, c’est ce que Yuuto avait entendu dire. Lui-même ne l’avait jamais vu. C’était l’un de ces cas où, ayant grandi en tant qu’habitant du coin, il n’était pas allé souvent dans les lieux touristiques de sa propre région.

En voyant à quel point Mitsuki était déçue d’avoir manqué cette chance, Yuuto avait lui-même eu envie de voir les fleurs de cerisier de nuit.

« On ne peut rien y faire, » dit-il doucement. « Tu as un couvre-feu. »

« Uuuugh, ouais, je sais, mais… »

« Et puis, ce n’était peut-être pas intentionnel, mais l’autre soir, j’ai débarqué dans ta chambre au milieu de la nuit. Après une chose pareille, si je te faisais arriver en retard à ton couvre-feu, ta famille penserait vraiment le pire de moi. »

Il était impossible que les parents d’une adolescente aient une bonne impression d’un garçon qui avait soudainement fait irruption dans la chambre de leur fille tard dans la nuit. Yuuto avait de la chance de ne pas avoir été dénoncé à la police à ce moment précis.

« Cependant, je ne pense pas qu’ils penseraient que tu es pire, » déclara Mitsuki.

« Donc, ils pensent déjà plutôt le pire de moi, alors !? »

« Non, non. Maman a toujours voulu avoir un fils, et elle dit toujours des choses comme “Si seulement quelqu’un comme Yuu-kun pouvait faire partie de ma famille”, et des choses comme ça. »

« Oui, mais c’était il y a trois ans. »

« Ce n’est pas différent maintenant. En fait, je pense que l’opinion qu’elle a de toi s’est améliorée. Elle t’a même complimenté, en disant que tu es devenu un homme vraiment bien. »

« Euh… Je suis à peu près sûr que je ne suis pas si attirant que ça… Est-ce que ta mère aime les gars avec mon type de visage ou quelque chose comme ça ? »

« Heehee, c’est peut-être ça. C’est ma mère, après tout. Ah… » Une fois les mots sortis, Mitsuki s’était arrêtée et avait mis ses mains sur sa bouche.

Apparemment, elle venait de se rendre compte qu’elle avait aussi dit, indirectement, que Yuuto était aussi son type.

Yuuto était sûr que Mitsuki allait rapidement enchaîner avec quelque chose pour détourner l’attention ou changer de sujet, mais au lieu de cela, elle s’était mordu la lèvre inférieure, et comme si elle avait décidé de quelque chose d’important, elle s’était retournée pour regarder Yuuto.

« Hé, cette question que Ruri-chan t’a posée pendant le déjeuner au restaurant ? Pourrais-tu maintenant me dire ta réponse ? »

« Hein ? » Pendant une brève seconde, Yuuto n’avait pas compris ce qu’elle voulait dire, mais son esprit s’était tout de suite dirigé vers la seule question qui convenait.

Que ressens-tu pour Mitsuki ?

« Hé… donne-moi ta réponse, » plaida Mitsuki d’une voix faible, puis elle avait doucement fermé les yeux.

Yuuto avait compris ce que cela signifiait, il n’était pas assez fou pour le manquer.

Qu’est-ce qu’il ressentait pour Mitsuki ?

Il n’avait même pas besoin de penser à la réponse. Il l’avait toujours aimée, même avant d’aller à Yggdrasil.

C’est juste qu’il s’était juré, au fond de son cœur, de ne jamais le lui dire à haute voix avant d’être revenu dans le monde moderne.

Il posa une main délicate sur l’épaule de Mitsuki. Elle frissonna légèrement, ce qui lui indiqua à quel point elle était tendue en ce moment.

Et c’était quelque chose qu’il ne pouvait savoir que parce qu’il était ici avec elle maintenant, à la toucher.

Il n’y avait plus de barrières d’espace et de temps entre eux.

Il n’avait plus besoin de se retenir plus longtemps.

Alors, pourquoi ? Pourquoi hésitait-il maintenant ? Yuuto secoua la tête, essayant de bannir la partie de lui qui était faible.

« Mitsuki… »

Il se décida et prononça à haute voix le nom de la fille qu’il aimait dans son cœur, comme pour l’inciter à continuer. Yuuto rapprocha ses lèvres des siennes…

Bip ! Delelee ! Deedeleleeee ! ♪

Au moment où leurs lèvres étaient sur le point de se toucher, le smartphone de Mitsuki s’était soudainement mis à sonner, et les deux individus avaient sursauté et ils s’étaient écartés l’un de l’autre.

« Um, um, er… » Mitsuki était en panique.

« … Vas-y et réponds, » murmura Yuuto, lui faisant signe de le faire.

« O-okay. »

Elle avait maladroitement sorti le smartphone de son sac. Sous le regard de Yuuto qui se trouvait juste à côté d’elle, il prit une énorme inspiration.

Il sentit son cœur s’emballer.

Ses émotions étaient fortes, et il n’arrivait pas à se calmer, mais même cela n’était pas un mauvais sentiment.

Cependant, le temps qu’il avait passé à apprécier ces sentiments compliqués avait été interrompu par les mots suivants de Mitsuki.

« Yuu-kun. Je ne sais pas ce qu’ils disent, mais on dirait qu’ils t’appellent. Ils n’arrêtent pas de dire, “Yuuto ! Yuuto !” »

Yuuto avait haleté. « Félicia ! Est-ce Félicia !? »

Il attrapa brutalement le smartphone des mains de Mitsuki quand elle le lui tendit, et cria le nom de la personne à qui il avait donné son propre smartphone.

« Cette voix ! Yuuto ! C’est toi, Yuuto !? »

« Ingrid !? » La voix au téléphone n’était pas celle de son adjudante aux cheveux d’or, mais celle de la fille aux cheveux rouges qui avait été sa partenaire de confiance à la forge. « Pourquoi c’est toi qui… »

« Ohh, c’est parce que les jumelles m’ont apporté la chose. »

« … Ah. Je comprends maintenant. » Cette petite information était suffisante pour que Yuuto ait une idée générale de la situation.

Comme le temps était compté, ils avaient renvoyé le téléphone avec les jumelles, les deux personnes les plus rapides du Clan du Loup, à Iárnviðr pour le remettre à Ingrid.

Pour Yuuto, qui avait eu l’impression que chaque instant était une éternité en attendant des nouvelles, c’était une excellente décision. Il n’en attendait pas moins de son adjuvante Félicia, en qui il avait placé une confiance absolue.

« Bon, alors ! Dis-moi, quelle est la situation en ce moment !? Que s’est-il passé à Gashina ? »

Yuuto était également curieux de savoir comment les choses se passaient à Iárnviðr maintenant qu’ils savaient sûrement qu’il était parti, mais bien sûr la chose la plus importante dans son esprit était de savoir comment les événements avaient évolué avec les armées près du Fort de Gashina.

Tout le monde aurait su que lui, le commandant en chef, était absent, alors que l’armée était au beau milieu du champ de bataille. Il n’y avait pas de situation plus précaire pour eux que celle-là.

Alors que Yuuto déglutit anxieusement, Ingrid poussa un petit soupir, puis prit la parole. « Ils ont perdu. Il y a eu une attaque soudaine la nuit, et la défense du mur de wagons a été brisée… »

« Agh ! Alors, qu’en est-il de tous ceux de l’armée ? Qu’est-il arrivé à Run, et Félicia !? »

« Pour l’instant, on dirait qu’elles ont pu fuir dans la forteresse et qu’elles ont survécu. »

« Je… Je vois. » Yuuto avait commencé à soupirer de soulagement.

« Mais c’était il y a deux jours. Quant à maintenant, je ne sais pas… »

« Ah… ! »

C’est vrai, réalisa Yuuto. Contrairement à l’ère moderne, à Yggdrasil il n’y avait aucun moyen de transmettre des informations instantanément en temps réel.

Le Clan de la Panthère avait l’usage du trébuchet, et le Clan de la Foudre avait Steinþórr et sa rune destructrice Mjǫlnir, le Briseur.

Une petite forteresse comme Gashina ne serait pas un obstacle pour des ennemis aussi puissants.

Plus il y pensait, plus l’anxiété de Yuuto augmentait. Il voulait plus que tout se précipiter à leur secours maintenant.

Cependant…

Yuuto avait tourné son regard vers ce qui était juste en face de lui maintenant.

Il y avait là la fille qu’il voulait rencontrer depuis si longtemps, qu’il souhaitait toucher à nouveau depuis si longtemps, et elle le regardait avec de l’inquiétude dans les yeux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire