Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 6 – Partie 1

***

Acte 6

Partie 1

De son point de vue, un homme regarda dédaigneusement les forces du Clan de la Foudre alors qu’elles s’échappaient de l’attaque en tenaille et commençaient à quitter le champ de bataille. Il hurla d’un rire rauque.

« Tu t’es vanté avec tant d’assurance à Narfi de l’avoir vaincu en premier, et pourtant il semble qu’à la fin tu n’as pas réussi à le faire, hein ? Mon “frère” roux. Keh heh heh heh ! HAHAHAHAHAHAHA ! »

En un mot, il était troublant à regarder.

La partie supérieure de son visage était recouverte d’un masque noir de jais, à l’exception de ses yeux perçants, d’où semblait jaillir une sinistre aura de folie.

Le reste de son corps était tout à fait différent : son visage inférieur était bien défini et joli, et il était grand, mince et fin, avec des cheveux fins et dorés. Cette apparence noble n’avait fait qu’accentuer le sentiment d’étrangeté déformée qui l’habitait.

Cet homme était Hveðrungr, patriarche du Clan de la Panthère.

« Je savais qu’il y aurait un piège, » dit Hveðrungr. « Ce n’était pas loin. »

À l’origine, le plan de Hveðrungr était de faire percer les défenses du « mur de chariots » du Clan du Loup par Steinþórr, et à ce moment-là d’amener également ses forces sur la scène. Ils combineraient la force des deux armées et se concentreraient sur le front, se dirigeant vers l’avant pour éliminer l’ennemi d’un seul coup d’épée.

Mais pendant qu’il faisait ces plans, une pensée soudaine lui était venue à l’esprit.

Hveðrungr était absolument certain que Steinþórr pouvait percer le mur de chariots. Yuuto, qui s’était déjà battu contre le monstrueux Einherjar, n’anticiperait-il pas la même chose et ne formulerait-il pas une stratégie en réponse ?

Cette prédiction s’était réalisée.

Si le Clan de la Panthère avait suivi le scénario et avait chargé juste après le Clan de la Foudre, ils se seraient également trouvés attirés par la formation ennemie. Écrasé entre les mâchoires du loup, pour ainsi dire.

Mais comme ils ne l’avaient pas fait…

« Maintenant, je t’ai fait utiliser ta technique signature, Yuuto. Keh heh heh heh heh hehe... » Le rire de Hveðrungr refusa de se calmer, et il porta une main à sa bouche.

Au cours des mois d’hiver, il avait utilisé certaines des relations personnelles qu’il avait nouées à l’époque où il était le commandant en second du Clan du Loup, et il avait étudié en profondeur les données de chaque bataille que le Clan du Loup avait menée au cours des deux dernières années.

C’est ainsi qu’il avait appris leur stratégie « le Marteau et l’Enclume », où les unités qui attaquent par le front attiraient l’attention de l’ennemi, et une autre force très mobile les attaquait rapidement par le flanc ou l’arrière.

Le Clan du Loup ne s’attendrait certainement pas à ce que la même stratégie soit utilisée contre eux. Non seulement cela les prendrait par surprise, mais c’était aussi une excellente stratégie parce qu’elle s’accordait très bien avec la composition et le tempérament des armées respectives du Clan de la Panthère et du Clan de la Foudre.

Ainsi, le plan ayant été décidé, Hveðrungr avait fait tous les efforts possibles pour augmenter ses chances de succès.

Il avait déjà eu vent du fait que les filles du patriarche du Clan de la Griffe Botvid, ce vieux renard rusé qui avait si souvent tourmenté le Clan du Loup dans le passé, étaient tombées avec Yuuto. Il avait donc pris grand soin de préserver le secret de l’opération.

En dissimulant à fond la relation entre Clan de la Panthère et le Clan de la Foudre, et en simulant des escarmouches pour feindre un intérêt continu envers la ville de Myrkviðr, il avait détourné une partie de l’attention du Clan du Loup dans cette direction.

Quant au déplacement de son armée principale, il les avait envoyés dans la région de Vanaheimr par petits groupes au fil du temps, les déguisant en caravanes marchandes ou les transportant par bateau pour que l’ennemi ne les découvre pas.

Une fois à Vanaheimr, il les avait délibérément fait passer par des pistes à animaux, des routes dangereuses et éloignées des routes principales, afin d’éviter les yeux des espions.

En fait, tout cela n’avait été fait que pour cet instant.

En ce moment, le flanc faiblement défendu de l’armée du Clan du Loup était exposé juste devant le Clan de la Panthère. Les défenses murales des chariots avaient été mises en place sur les lignes de front du Clan du Loup, concentrées sur l’avant.

De plus, le Clan du Loup venait de terminer une bataille acharnée contre le Clan de la Foudre, et il devrait être en train de se remettre de cette tension.

Il avait passé des années à travailler pour se venger de son humiliation, et maintenant les conditions ne pouvaient pas être plus idéales.

Hveðrungr déplaça son bras vers l’extérieur, faisant en sorte que son manteau attrape l’air de façon dramatique, et d’une voix forte, donna son ordre. « Tout le monde ! Le temps est venu de venger la honte que nous avons subie ! Tuer, tuer et tuer jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien ! À toutes les troupes… chargez !! »

 

☆☆☆

« Une autre attaque ennemie !? D’où viennent-ils ? » David grimaça en regardant la légion de cavaliers armés qui s’était soudainement manifestée.

Selon toute apparence, ils devaient être du Clan de la Panthère.

Ils étaient l’ennemi que le Clan du Loup avait combattu pour la dernière fois sur des terres loin au nord, à Náströnd, au nord de la rivière Örmt.

C’était un ennemi qui ne devrait pas être ici et maintenant.

« Qu’est-ce qui se passe ici !? » cria David.

David était loin d’être incompétent en tant qu’officier, c’était un homme d’un talent exceptionnel, ayant été promu assistant du second de la famille Jörgen à l’âge relativement jeune de vingt-huit ans.

Il était déjà décidé qu’il échangerait un jour le Serment du Calice directement avec le Patriarche Yuuto, de sorte que le clan avait aussi de grands espoirs pour sa future carrière.

Mais cet homme compétent était maintenant en proie à une extrême confusion.

L’unité David était, jusqu’à il y a un instant, occupée à attaquer les forces du Clan de la Foudre qui se frayaient un chemin jusqu’au centre de la formation du Clan du Loup.

Cette nouvelle attaque ennemie les avait pris complètement par-derrière.

« On doit faire demi-tour ! » David s’empressa de crier. « À toutes les troupes ! Inversez le cap ! »

Malgré l’ordre rapide, sa formation avait réagi par des mouvements aussi lents que de la mélasse.

L’unité David était un régiment d’infanterie de 500 hommes. À cette taille, il n’était même pas facile de tourner la formation dans l’autre sens.

Plus que tout, ses soldats étaient confus.

Ils venaient de « gagner », et avaient imprudemment choisi de s’arrêter pour un moment de repos.

Comme pour le fait de rattacher une corde complètement tendue qui s’était rompue, il n’était pas facile de rétablir la tension et la concentration au combat une fois qu’elle avait été relâchée.

Alors qu’ils luttaient pour se reprendre en main, le Clan de la Panthère réduisit la distance et commença son attaque.

 

☆☆☆

« Prends ça, et ça, et ça, et ça ! » Váli avait tiré flèche après flèche dans la succession continue même s’il se tenait sur un cheval.

Il n’était peut-être pas impressionnant comparé à un monstre comme Steinþórr, mais il était quand même un maître de l’arc et le plus grand archer à cheval du Clan de la Panthère.

Chacune de ses flèches avait précisément frappé leur cible, juste entre les yeux des soldats du Clan du Loup.

Il n’avait reçu aucune contre-attaque. Les soldats du Clan du Loup continuaient tout simplement à paniquer alors qu’ils subissaient ses attaques.

« Haha ! Lent comme des limaces ! » Váli jubilait.

Lors de la dernière guerre, le Clan du Loup et ses trois coups de volée d’arbalètes avaient réussi à repousser l’élite des cavaliers sous le commandement de Váli. Ce groupe de soldats paniquait tellement qu’ils ne ressemblaient même pas à la même armée pour lui.

« Eh bien, ça marche très bien pour moi. Je vais leur demander de me rembourser pour ce qui est arrivé à mes hommes avant ! » Váli haussa la voix et cria à ses cavaliers. « Très bien, bande de salauds, attrapez-les ! »

Les soldats du Clan de la Panthère avaient répondu en rugissant à l’unisson. « Yeaaaaaaaahhhhh !! »

Mettant de côté leurs arcs, ils préparèrent des lances et plongèrent directement dans les rangs du Clan du Loup.

L’un d’eux profita de l’élan de la charge de son cheval pour passer sa lance à travers un soldat du Clan du Loup après l’autre telle une brochette. Un autre déchaîna une frappe horizontale rapide comme l’éclair avec le fer de lance qui déchira le cou de son ennemi. Un autre encore utilisait son cheval directement comme une arme, fonçant sur les soldats et les envoyant voler.

Face à cet assaut rapide et furieux, la formation du Clan du Loup n’offrait que peu de résistance réelle, et ils commencèrent à tomber comme des mouches.

C’était unilatéral, complètement et véritablement unilatéral.

Le chaos et la confusion n’avaient fait qu’accroître la panique, rongeant le cœur des soldats restants. Et, à la fin…

« Aaaaauughh ! Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir ! »

« Je n’en peux plus ! Je n’en peux plus !! »

Quelques soldats avaient jeté leurs armes et avaient essayé de fuir pour sauver leur vie.

La vue d’une personne fuyant avait servi de catalyseur, se propageant de soldat en soldat.

En quelques instants, cela avait balayé toute l’unité et maintenant, il y avait un véritable flux de soldats qui tentaient de fuir.

« Merde, ne courez pas ! » cria leur général. « Battez-vous ! Pourquoi ne vous battez-vous pas, bande d’idiots ? »

Mais à ce stade, même si leur commandant aboyait sur eux, ça ne servirait à rien. Ses ordres n’allaient pas influencer les combattants qui étaient tombés dans un état de peur et de confusion si frénétique. Ils avaient simplement continué à courir, essayant de trouver un moyen d’échapper à la bataille.

« Hmph, ça doit être le chef de ce groupe. » Repérant sa cible avec ses yeux aiguisés, Váli sourit cruellement et se lécha les lèvres. Il donna un coup de pied à son cheval et diminua rapidement la distance.

« Quoi !?? » Le général ennemi s’écria de surprise en remarquant l’approche de Váli, mais il était déjà trop tard.

« À bientôt ! » La lance de Váli traversa la poitrine de l’homme.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire