Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 5 – Partie 1

***

Acte 5

Partie 1

« Bien, bien, bien. On dirait que je suis coincé à m’occuper du fort cette fois. » Alors que ses yeux finissaient de scruter le document, l’homme poussa un petit soupir.

C’était un homme maigre et plutôt sombre, mais avec un regard intensément aiguisé qui rappelait un loup affamé à la recherche de proies.

Il s’appelait Skáviðr, l’assistant du commandant en second du Clan du Loup. Mais il était aussi connu sous le sinistre alias de Níðhǫggr, l’assassinat par ricanement, et craint de nombreux membres de son clan, ainsi qu’à l’extérieur.

Assis en face du grand bureau de Skáviðr, la patriarche du Clan de la Corne, Linéa, gloussa un peu. « Héhé ! Eh bien, pour nous, du Clan de la Corne, il n’y a rien de plus rassurant que de voir l’ancien Mánagarmr restant ici avec nous à Myrkviðr. »

Des cavaliers armés avaient été repérés à maintes reprises dans les environs près de la ville de Myrkviðr, probablement dans le cadre d’une force de reconnaissance du Clan de la Panthère. L’autre jour, il y avait eu des rapports d’une escarmouche avec quelques dizaines d’entre eux, dans une petite forteresse voisine qui avait été construite pour améliorer les défenses de la région.

Il était évident que le Clan de la Panthère n’avait pas renoncé à reprendre Myrkviðr.

« En ce moment, notre mission est de protéger Myrkviðr, afin que Grand Frère puisse se battre sans se soucier de la frontière ici, » dit Linéa. « Le fait qu’on vous ait confié ce domaine montre à quel point il a confiance en vous, alors… »

« Est-ce que j’avais vraiment l’air si bouleversé ? » demanda Skáviðr.

« Ahahaha ! Juste un petit peu. » Linéa tenait son pouce et son index à moins d’un pouce l’un de l’autre.

En effet, il n’y avait eu qu’une très légère différence dans son ton. C’était juste assez pour qu’une personne comme Linéa puisse le remarquer, puisqu’elle l’avait rencontré et avait passé du temps avec lui à de nombreuses reprises pendant les mois d’hiver.

Cependant, l’homme avait généralement un visage de pierre, de sorte que même une petite démonstration d’émotion dans son expression était une grosse affaire.

C’est pourquoi Linéa avait dit ça, mais maintenant elle le regrettait, se demandant si elle n’avait peut-être pas été trop curieuse en le faisant.

« J’apprécie votre gentillesse. Je vois pourquoi un si jeune patriarche sert de patriarche de clan. Vous prenez bonne note de ceux qui vous entourent. » Skáviðr avait prononcé ces paroles d’admiration avec un petit sourire. Pour un homme qui était souvent sardonique, c’était un rare éloge poli et sans réserve.

Linéa était soulagée d’avoir l’impression qu’elle ne l’avait pas mis en colère contre elle.

« Le Dólgþrasir doit vraiment être un ennemi terrible, » fit-elle remarquer, « si une bataille contre lui inquiète même quelqu’un d’aussi fort que vous. »

Linéa n’avait rencontré Steinþórr qu’une seule fois, dans la capitale du Clan de la Corne, Fólkvangr, pendant la célébration de victoire de Yuuto.

Même à l’époque, le jeune homme avait été si intimidant par la puissance de sa présence violente que Linéa en tremblait rien qu’en se souvenant de ça. Cependant, elle ne s’était jamais opposée à lui sur le champ de bataille.

Skáviðr l’avait affronté au combat. Linéa était impatiente d’entendre son évaluation du Tigre affamé de batailles.

Malgré les paroles rassurantes qu’elle avait dites à Skáviðr tout à l’heure, Linéa elle-même était profondément inquiète pour l’homme qu’elle aimait, se rendant au combat dans un endroit trop loin pour qu’elle puisse le rejoindre.

« Si je suis honnête, ni moi ni Sigrun n’aurions une chance de le vaincre au combat, » déclara Skáviðr sans ménagement. « Ce n’est pas humain, c’est une sorte de monstre. »

Skáviðr n’était pas le genre d’homme qui mâchait ses mots pour détendre l’atmosphère d’une situation. Quels que soient l’heure et le lieu, il ne disait que ce qu’il croyait être des faits.

Bien que ce ne soit que depuis quelques mois, Linéa avait appris à le connaître assez bien à cette époque, et elle comprenait cette facette de sa personnalité.

C’est pour cette raison que les mots suivants de sa part l’avaient surprise.

« Cependant, mon maître est bien plus grand qu’un monstre, c’est la résurrection d’un dieu de la guerre. »

« Pft... Ahahahahaha ! » Linéa n’avait pas pu s’empêcher de rire. « Je n’aurais jamais pensé entendre des mots comme ça sortir de votre bouche. C’est un peu inattendu. »

Skáviðr était un réaliste qui ne parlait toujours que ce qu’il croyait être des faits. En d’autres termes, il croyait sans aucun doute que Yuuto était en fait l’incarnation d’un dieu en chair et en os.

Pour Linéa, entendre l’ex-Managarmr dire cela au sujet du jeune homme qu’elle vénérait comme son frère de sang ne faisait que renouveler son sentiment de l’être incroyable qu’il était.

Cette fois encore, il s’emparera de la victoire et rentrera triomphalement à la maison.

Juste au moment où Linéa pensait cela, il y avait eu un petit claquement ! comme si quelque chose à proximité s’était cassé. Le son était étrangement fort dans ses oreilles.

« Hm !? » grogna Skáviðr, le visage obscurci par un air renfrogné et troublé.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Y a-t-il un problème ? »

« … Non. C’est juste que la poignée en cuir de mon épée semble avoir cassé. » L’expression de Skáviðr semblait ouvertement amère.

Elle suivit son regard vers le nihontou à sa taille, et vit que le cordon de cuir enroulé de manière complexe et serrée autour de sa poignée s’était cassé, ses extrémités libres pendaient vers le bas.

Pour un guerrier, une arme était quelque chose sur quoi vous avez misé votre vie. C’était particulièrement vrai pour sa prise en main, où des changements pouvaient fortement affecter sa facilité d’utilisation.

Bien que Linéa appartenait à un autre clan, elle était toujours patriarche, cela pourrait faire honte à un guerrier qu’une telle chose se produise devant elle. C’était aussi très différent d’un vétéran chevronné comme Skáviðr.

Il était si différent de la normale, en fait, que cela remplissait Linéa d’un terrible sentiment d’effroi.

Elle savait que Yuuto avait été celui qui avait forgé l’épée de Skáviðr. Pour qu’une partie de cette épée se brise soudainement…

Linéa n’arrivait pas à se débarrasser de l’horrible prémonition qu’elle ressentait maintenant.

 

☆☆☆

La forme elliptique de la lune gibbeuse était suspendue dans le ciel comme un citron blanc brillant, sa douce lumière illuminant le paysage environnant.

Les crépitements de la combustion du bois se mêlaient aux cris lointains des hiboux, alors que les généraux de campagne de l’armée du Clan du Loup se rassemblaient en cercle autour du feu de camp.

« Aughh, même si c’est le printemps, il fait encore assez froid la nuit. » Enveloppé dans une seule couverture, Yuuto frissonna.

Sigrun était assise à côté de lui, et sans hésitation, elle enleva son manteau de fourrure et le lui tendit. « Père, s’il te plaît, prend ceci si tu as froid. »

« C’est le manteau qui a été transmis de génération en génération à chaque Mánagarmr, » dit-il. « Je ne peux pas juste porter ça. Je ne suis pas qualifié. »

« Si c’est toi, mon Père, je crois que tous les anciens détenteurs du titre l’approuveraient sûrement. »

« Ce n’est pas possible. Je ne peux pas faire comme si j’étais quelqu’un que je ne suis pas, » insista Yuuto, et il avait refusé son offre.

Au sein du Clan du Loup, ce manteau était le symbole même de la force, et presque tous les garçons qui avaient grandi dans ce clan rêvaient de le porter un jour.

En ce qui concerne sa capacité physique au combat, Yuuto était encore, honteusement, confiant qu’il était plus faible que le soldat de base moyen. En tant que tel, il ne se voyait pas digne d’enfiler un objet d’une telle importance symbolique.

« Alors je vais au moins aller te chercher une autre couverture chez… Hm !? » Avec une expression intense, Sigrun sauta soudainement en l’air, la main déjà sur son épée et elle la poussa de son pouce jusqu’aux premiers centimètres de son fourreau.

Cependant, elle ne tarda pas à lâcher prise et s’assit de nouveau.

Qu’est-ce qu’il se passe ? se demanda Yuuto.

Un instant plus tard, une voix soudaine dans l’obscurité derrière lui répondit à sa question. « Bonjour, mon Père. »

« Wôw ! » Yuuto avait failli perdre l’équilibre et s’écrouler en avant alors que deux silhouettes semblaient se matérialiser depuis l’ombre derrière lui. « Bon sang, ça m’a fait peur ! »

C’était Kristina et Albertina.

Beaucoup de généraux assis dans le cercle du feu de camp étaient tout aussi surpris. Leur choc était tout à fait raisonnable, car l’emplacement de ce feu de camp dans un grand champ avait été choisi pour sa vue dégagée sur les environs, pour s’assurer que personne d’inutile ne puisse fouiner dans leur réunion. Et pourtant, deux personnes s’étaient rapprochées à ce point sans que personne ne s’en aperçoive.

« Voici mon rapport. » Kristina était tombée à un genou et avait parlé humblement. « Le Fort de Gashina est tombé, saisi par le Clan de la Foudre. »

« Quoi !?? » Un des officiers rassemblés cria son incrédulité.

« Vous dites que Gashina est déjà tombée !? »

Une vague d’agitation s’était abattue sur eux.

Yuuto s’exclama aussi, avec un air renfrogné comme s’il venait de mordre dans une pomme pourrie. « Tch ! Merde ! Nous n’avons donc pas pu arriver à temps… »

Le Fort de Gashina était la forteresse la plus à l’ouest sur le territoire du Clan du Loup, tout près de la frontière avec le Clan de la Foudre, c’était donc aussi leur ligne de front de défense.

C’est pourquoi il avait assigné Ansgar, le sixième du clan et un homme d’expérience au combat, commandant de la forteresse et de mille soldats. Il n’avait pas prévu qu’ils seraient démantelés aussi facilement.

« Qu’est-il arrivé à Ansgar et aux soldats ? » demanda Yuuto.

« Grand Frère Ansgar est mort au combat, contre Steinþórr, » rapporte Kristina. « Tous les soldats survivants ont été mis à mort… »

« Ghh… ! Putain de berserker. Même cette partie de lui est exactement comme Xiang Yu. » Yuuto avait pratiquement craché les mots avec dégoût.

Dans le monde du XXIe siècle, il existait certaines règles de guerre qui condamnaient le meurtre ou la torture sans discrimination, même pour les prisonniers appartenant à une nation ennemie. Mais, bien sûr, de telles règles humanitaires n’existaient pas ici à Yggdrasil.

Il était particulièrement important de considérer que nous vivions à une époque où l’approvisionnement en nourriture était extrêmement limité. Rien qu’en restant en vie, les prisonniers de guerre épuiseraient leurs réserves de nourriture, et on ne pourrait jamais être sûr quand ils pourraient tenter de provoquer une révolte. Le simple fait de les tuer immédiatement réduisait le nombre de bouches à nourrir et, en même temps, permettait de créer la peur, ce qui réduisait la source de risque. Ce n’était pas une politique rare ici.

Yuuto supprima les émotions violentes en lui et parla d’une voix basse et froide, indiquant à Kristina de reprendre son rapport. « Continue. Qu’est-ce que les troupes du Clan de la Foudre ont fait jusqu’à présent ? »

En tant que commandant, il devait rester calme et sous contrôle en tout temps. Il n’était pas question de se laisser emporter par des émotions temporaires. Il l’avait très bien appris l’année dernière, lors de la bataille contre le Clan de la Panthère.

« Oui, mon Père, » dit Kristina. « Ils ont positionné leur formation principale dans un passage étroit entre deux montagnes, et nous y attendent. »

Kristina sortit une carte qu’elle avait préparée, l’étendit sur le sol et indiquait un endroit particulier.

Yuuto fixa la carte du regard pendant un moment, puis poussa un lourd soupir.

« J’avais peur que ça arrive, et on dirait que c’est le cas. Il a pris position dans une zone qui va être un vrai problème pour nous. »

« C’est comme vous le dites. » Kristina acquiesça d’un signe de tête, fronçant les sourcils.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire