Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 6 – Acte 2 – Partie 4

***

Acte 2

Partie 4

Le lendemain matin, Sigrun fit irruption dans les quartiers de Yuuto, pâle d’inquiétude.

« P-Père ! Vas-tu bien !? » s’écria Sigrun.

Sur le champ de bataille, cette jeune fille pouvait garder son sang-froid même si ses forces étaient complètement entourées par le double de leur nombre, mais en ce moment, elle était hors d’elle.

Sa respiration était déchiquetée, indiquant qu’elle avait couru jusqu’ici à toute vitesse.

« Du calme, Run, » dit Yuuto. Il était assis sur son lit, le dos appuyé contre le mur adjacent. « C’est juste un léger rhume. Félicia est un peu inquiète, comme toujours, et m’a dit de rester au lit pour l’instant et de me reposer. Selon elle, le moment le plus important pour guérir une maladie, c’est lorsque tu l’attrapes pour la première fois. »

Rífa était le Þjóðann, et un sort jeté par elle avait magiquement limité la capacité de Yuuto à bouger son corps. Il était clair que si l’une ou l’autre de ces informations devait s’échapper, cela causerait toutes sortes de problèmes. Yuuto avait donc consulté Félicia et avait décidé de garder le secret.

Cependant, secret ou non, le fait était que Yuuto ne pouvait pas bouger son corps, alors pour couvrir cela, il avait annoncé publiquement qu’il était tombé malade et qu’il allait se reposer de ses fonctions officielles pendant une semaine.

« Est-ce que c’est vrai… ? » Sigrun regarda de près la couleur du visage de Yuuto, puis poussa un soupir de soulagement. « Je suis soulagée d’apprendre que ce n’est pas grave. »

Elle s’adressa ensuite à la femme derrière elle.

« C’était une bonne décision, Félicia. Nous ne pouvons pas laisser la moindre chance que le pire arrive à Père, après tout, » déclara Sigrun.

« … Oui, tu as raison. » Félicia portait déjà une expression douloureuse, mais elle grimaçait visiblement aux mots de Sigrun.

Elle avait tendance à être très dure et à se juger elle-même. Elle s’était probablement sentie responsable de cette situation parce qu’elle n’avait pas été capable de protéger Yuuto.

Mais il s’agissait d’une attaque-surprise de la part d’une invitée dans la pièce, assise juste à côté d’eux, et elle n’avait détecté aucune trace d’hostilité ou d’intention meurtrière qui aurait pu l’alerter.

Dans ces conditions, il ne serait pas faux de dire que même Sigrun ou Skáviðr, tous deux guerriers inégalés du Clan du Loup en termes d’habileté martiale, auraient eu beaucoup de mal à le prévoir et à s’en protéger.

Yuuto en avait dit autant à Félicia tout à l’heure pour essayer de la consoler, mais il semblait qu’elle ne pouvait s’empêcher de ressentir un sentiment de responsabilité et de regret.

Félicia jouait souvent avec un air d’élégance enjouée qui lui donnait l’air énigmatique, mais c’était une fille incroyablement sérieuse dans l’âme.

« S’il y a des plantes, des herbes ou autres dont tu as besoin pour tes médicaments, dis-le-moi, » déclara Sigrun. « Je vais les chercher tout de suite. »

« Merci, Run, » dit Félicia. « Mais ce n’est pas grave. J’ai déjà tout ce dont j’ai besoin. »

« Je vois. Dans ces moments-là, je t’envie vraiment. Je ne suis bonne qu’à me battre, » déclara Sigrun.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? Tes capacités au combat ont servi Grand Frère et l’ont sauvé bien des fois. Chacun d’entre nous fait de son mieux dans ce qu’il fait le mieux, » déclara Félicia.

« Oui, je suppose que c’est vrai…, » le visage de Sigrun était encore sombre.

Elle voulait sûrement pouvoir faire quelque chose pour aider Yuuto, et elle était sûrement frustrée de ne pas savoir ce qu’elle pouvait faire.

*Gémissements !*

Le son révélateur d’un gémissement d’un chiot qui se plaignait avait soudainement coupé l’ambiance dans la pièce, et Yuuto avait fait irruption avant la situation avec un large sourire.

« Hm ? Quoi, tu as amené Hildólfr ici, Run ? » demanda Yuuto.

En baissant le regard, il vit le petit Hildólfr se frotter affectueusement le visage contre la jambe droite de Sigrun, la suppliant de lui accorder son attention.

Peut-être qu’il avait senti la dépression de sa mère porteuse et qu’il essayait à sa façon de la réconforter.

Ce genre de comportement faisait ressembler Hildólfr à un chiot gris ordinaire, mais en fait il était un bébé garmr, une espèce de loup géant originaire des montagnes voisines de Himinbjörg.

Quelques jours auparavant, Sigrun avait rencontré le chiot alors qu’elle était en mission pour éradiquer quelques bandits des montagnes, et elle s’était occupée de lui depuis lors.

Sigrun s’était énervée. « Eh !? Euh, c’est, euh, il semble qu’il m’ait suivi ici de son propre chef, et… »

« Mon Dieu, même si Run a couru tout le trajet, il est assez impressionnant pour un si petit d’être capable de la suivre. » Félicia gloussa et se pencha vers Hildólfr et le gratta sur la tête. Le chiot ferma les yeux avec joie et la laissa faire.

La scène était si attachante que même Yuuto ressentait le besoin de caresser le petit bonhomme.

« Hé, Hildólfr. Viens, petit bonhomme. » Yuuto fit claquer sa langue et appela le chiot par son nom pour attirer son attention, et laissa une main tomber du lit, faisant signe avec ses doigts. C’était à peu près tout ce qu’il pouvait faire sans difficulté sous les effets continus de Læðingr.

Hildólfr se dressa les oreilles et s’en aperçut, mais au lieu de se diriger vers Yuuto, il se coucha sur le sol où il se tenait.

« H-hey, Hildólfr ! Père t’appelle ! » cria Sigrun.

« Ah, ne te fâche pas, c’est bon, » dit Yuuto en souriant. « Il est encore petit, après tout. »

« Non, c’est pendant qu’il est encore petit que je dois lui apprendre comment les choses fonctionnent. Allez, Hildólfr ! C’est Père, le chef de notre meute. Tu dois faire ce qu’il commande, pas Félicia ni personne d’autre. Maintenant. »

Avec l’expression sévère et disciplinaire, Sigrun grondait le chiot avec un ton aussi tranchant qu’un claquement de roseau.

Hildólfr fut surpris par ce ton de voix sévère, et se leva immédiatement, puis courut vers les pieds de Sigrun.

« Non, pas à moi. Vas-y, va voir mon père, » déclara Sigrun.

Sigrun pointa vers Yuuto pendant qu’elle parlait, mais Hildólfr ne se tourna pas pour regarder dans cette direction. Au lieu de cela, il leva les yeux vers Sigrun et remua la queue.

Il ne comprenait clairement pas les ordres de Sigrun. Mais c’était compréhensible, puisque c’était un louveteau.

« Allez, Hildólfr. Écoute-moi bien ! » déclara Sigrun.

« Vraiment, c’est bon, Run, » dit Yuuto.

« Non, mais je dois… oh ? » s’exclama Sigrun.

Alors qu’elle s’apprêtait à discuter de nouveau de ses principes avec Yuuto, sans bouger d’un pouce, Hildólfr se leva et trotta jusqu’à Yuuto.

« Ohh ! Je savais que tu étais intelligent, Hildólfr. » Sigrun hocha la tête à plusieurs reprises et sembla presque submergée d’émotion.

Elle était déjà bien connue pour sa douceur de cœur quand il s’agissait de Yuuto, mais apparemment, elle était aussi très douce quand il s’agissait de Hildólfr.

Sigrun observait attentivement comme seule une mère qui se pencherait au chevet de Yuuto, comme elle le ferait pour son « enfant ».

Elle avait ensuite sursauté quand Hildólfr s’était retourné et avait levé une patte arrière, pissant sur le lit de Yuuto.

« Ah… ! » s’écria Sigrun.

Le temps sembla s’arrêter pendant un instant.

« Arrête ça tout de suite ! Hildólfr ! » cria-t-elle et elle disciplina le louveteau avec une claque.

Mais Hildólfr s’était tourné pour la regarder avec ses jolis petits yeux de chiot et avait incliné la tête d’un côté, laissant sortir un petit gémissement perplexe.

Sigrun s’était figée sur place avec un petit « Urk ! »

Sigrun était souvent comparée à une fleur de glace dans la bataille, belle et froide. Mais il semblerait qu’elle n’ait pas pu se défendre contre la beauté du petit.

Sa main encore levée trembla un moment, puis elle se tourna pour parler à Yuuto.

« Je… Je te présente mes humbles excuses, mon père. Hildólfr a fait quelque chose de terriblement offensant pour toi, et la responsabilité de ses actes m’incombe en tant que son maître. J’accepterai volontiers toute punition que tu me donneras, alors s’il te plaît, pardonne-lui, » déclara Sigrun.

Sigrun était tombée à un genou sur place et avait supplié Yuuto d’une manière qui était en fait assez rare pour elle.

C’était si soudain et si étrange que Yuuto ne pouvait s’empêcher d’éclater de rire. « Ha ha ha ha ha ! Dire que tu as le potentiel de rendre l’actuel Mánagarmr du Clan du Loup comme ça ! T’es un sacré numéro pour un petit bonhomme, Hildólfr. »

Yuuto avait tendu la main pour caresser doucement la tête du plus petit guerrier de son clan, une récompense pour avoir obtenu des résultats inattendus.

Cependant, Hildólfr avait esquivé la main de Yuuto, puis lui avait sauté dessus pour le mordre durement sur son doigt pointé.

« H-H-Hildólfr… !! » Sigrun avait poussé un jappement strident qui était pratiquement un cri.

Yuuto ne pensait pas avoir jamais vu Sigrun agir aussi mal ou l’avoir entendue faire ce genre de son avant, ce qui était « inhabituel » pour elle. C’était quelque chose que même le guerrier ennemi le plus coriace sur le champ de bataille n’avait jamais été capable d’accomplir.

« Ahh, c’est bon, c’est bon, Run, » dit Yuuto. « Il ne fait que mordre. Ça ne fait pas mal. »

Yuuto essaya de rassurer Sigrun et ne fit rien pour déloger Hildólfr, qui avait enroulé ses pattes avant autour du doigt de Yuuto et continuait à le ronger. En effet, il n’avait pas fait mal du tout, si ce n’est qu’il avait été chatouillé. Ce n’était pas un acte agressif envers Yuuto. En fait, c’était affectueux.

Cependant, la mère porteuse du chiot était déjà hors d’elle, et Yuuto ne pouvait s’empêcher de sympathiser avec elle à ce stade.

« D’accord, ça suffit. Retourne vers Run maintenant. » Il avait agité la main à quelques reprises sur le chiot pour l’éloigner, mais le dos de la main de Yuuto ressemblait à un autre jouet attrayant avec lequel il pouvait jouer.

Hildólfr grogna de façon ludique et attaqua à nouveau sa main.

« N-Non, arrête tout de suite ! » Sigrun n’en pouvait plus de tout ça. Le visage rouge vif, elle s’était précipitée et avait pris Hildólfr dans ses bras.

Le désespoir avec lequel elle avait fait cela était trop drôle, et Yuuto n’avait pas pu s’empêcher d’éclater de rire à nouveau.

Grâce à une mère comme Sigrun, ce petit louveteau avait le don de rendre les choses intéressantes.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire