Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Épiloque 2

***

Épiloque 2

La pièce résonnait des crépitements et des craquements du bois de chauffage provenant de la cheminée centrale.

Un vent glacial soufflait dans la pièce par la fenêtre ornementale.

« Ce soir, c’est vraiment froid. Il fait encore plus froid que d’habitude, » murmura un vieil homme d’une voix sèche, fixant le croissant de lune par la fenêtre.

Son visage mince était couvert de couches de rides, et une longue barbe blanche et pure traînait de ses joues et de son menton jusqu’à l’avant de sa poitrine. Son œil gauche était fermé, et une cicatrice visible courait verticalement à travers lui, apparemment faite par une lame. Cependant, son œil droit était ouvert, et il contenait une lumière sauvage aussi vive qu’une flamme ardente.

« Ah, le froid fait vraiment mal à mes vieux os. »

Le vieil homme aurait préféré barricader la fenêtre par ce genre de temps, mais ce n’était pas vraiment une option pour l’instant.

« C’est peut-être pratique, mais cela comporte un inconvénient gênant, » marmonna-t-il en allant chercher un miroir de la taille d’une paume de la main dans sa poche.

Il avait été fabriqué avec l’Álfkipfer, un métal qui, à première vue, ressemblait beaucoup au cuivre normal. Cependant, l’Álfkipfer contenait en lui un pouvoir mystérieux, le pouvoir divin connu sous le nom d’ásmegin. Qu’il s’agisse des pouvoirs surnaturels des Einherjars et de leurs runes, de la magie du chant galdr ou de la magie rituelle secrète connue sous le nom de seiðr, on croyait que tous ne pouvaient exister que grâce à la présence de ce métal mystérieux.

Baigner l’Álfkipfer dans la lumière de la lune augmentait la puissance de l’ásmegin qui s’y trouvait.

Tandis que le miroir dans la main du vieil homme attrapait la lumière de la lune, une mince lueur l’entourait et commençait à émaner d’elle.

« Alexis, comment ça se passe de ton côté ? » demanda le vieil homme au miroir.

Il n’y avait personne d’autre dans cette pièce éclairée par le feu.

Il y avait quelques hommes qui montaient la garde à l’extérieur de la pièce, près de la porte, mais ils étaient de l’autre côté du mur, et le vieil homme parlait assez doucement pour qu’ils ne l’entendent pas. Pour un observateur de l’extérieur, il semblerait qu’il parlait à lui-même.

Une voix grave et gorgée parlait directement dans l’esprit du vieil homme. « Monsieur, tout se déroule sans accroc. »

Le propriétaire de la voix était Alexis, un prêtre impérial connu sous le nom de goði qui servait comme représentant de l’empereur divin dans les provinces externes. Actuellement, il servait loin à l’ouest dans la région d’Álfheimr.

C’était gardé secret pour tout le monde, mais Alexis était un Einherjar avec la rune Gnævar, le voyageur du ciel. L’un de ses pouvoirs runiques était la capacité de communiquer ses pensées avec les autres à n’importe quelle distance, grâce à l’utilisation de miroirs comme celui-ci.

Le vieil homme avait depuis longtemps perdu la vue dans son œil gauche, mais Alexis avait servi de remplaçant plus qu’exemplaire. Grâce à Alexis, sa vue n’avait jamais été aussi loin. C’est pourquoi le vieil homme était craint par beaucoup, et chuchoté par l’alias de « Skilfingr, le Veilleur d’en haut ».

« Les deux clans passeront le reste de l’hiver à se préparer, et on estime qu’ils seront en pleine possession de leurs moyens lorsque la guerre commencera. Je crois humblement que cette fois, je serai en mesure de produire des résultats à la hauteur de vos attentes, monsieur. »

« Hm, c’est splendide à entendre, » répondit le vieil homme.

Jusqu’à il y a un peu plus d’un an, le Clan du Loup n’avait pas eu d’importance pour lui, à peine plus qu’un petit clan assez faible pour qu’une défaite puisse l’effacer de la carte. Mais avant qu’il ne s’en rende compte, en l’espace de quelques mois seulement, ils avaient vaincu et subjugué leurs clans voisins et étaient maintenant devenus l’un des dix clans les plus importants et les plus puissants du continent.

C’était une situation vraiment alarmante. S’il n’avait rien fait maintenant, les choses pourraient bientôt échapper à sa capacité de contrôle.

Le patriarche du Clan de la Foudre Steinþórr était un grand guerrier aussi fort que mille hommes, et il n’y en avait aucun dans le vaste monde d’Yggdrasil qui pouvait égaler sa compétence et son courage au combat pur. Il y avait aussi le patriarche du Clan de la Panthère, Hveðrungr, qui avait développé le pouvoir et l’influence du Clan de la Panthère avec une vitesse non moins impressionnante que celle du Clan du Loup.

Selon les rapports d’Alexis, chacun des soldats de Hveðrungr, jusqu’à la base, pouvait monter un cheval habilement, même se battre à cheval, et ils étaient tous experts dans l’utilisation de l’arc.

En termes de puissance militaire, ces deux clans étaient égaux ou plus forts que le Clan du Loup. Même si l’on considérait que le jeune homme à la tête du Clan du Loup était en fait un grand héros et un génie, assez merveilleux pour dépasser celui du premier empereur divin Wotan, il était encore difficile de penser qu’il serait capable de surmonter la crise représentant la menace de la collaboration de ces deux clans ennemis.

Cependant, le vieil homme était prudent dans son cœur et méticuleux. Avec un problème aussi grave et important, il fallait être aussi sûr que possible.

« Et comment vont les choses avec l’autre affaire ? » demanda-t-il.

« Comme je l’ai déjà dit, tout se passe sans accroc. Elle a volontiers donné son consentement. »

« Je vois, je vois. Comme toujours, tu travailles vite, » dit le vieil homme, satisfait, et caressait sa longue barbe avec attention.

Il n’y avait plus rien à craindre. Le Ténébreux serait, sans aucun doute, bientôt parti de ce monde.

Un gloussement sec tomba des lèvres du vieil homme. « Keh heh, keh heh heh heh, si je dois réaliser mon vœu le plus cher, alors je ne peux pas encore laisser tomber cet empire. Je crains que les intrus ne soient obligés de partir rapidement… et définitivement. »

 

À suivre…

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire