Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte Supplémentaire – Partie 4

***

Acte Supplémentaire : Les épreuves quotidiennes de Þjálfi

Partie 4

« Vite ! Les gars, dépêchez-vous ! On ne peut pas se permettre de le laisser mourir ! » cria Þjálfi pendant qu’il courait à travers le terrain, menant cinq cents hommes derrière lui.

Ils avaient traversé la rivière Gjálp en toute hâte, sans incident, et s’approchaient de la forteresse du clan du Serpent.

La prise de la forteresse et de son territoire de l’autre côté de la rivière était un objectif désespéré du Clan de la Foudre depuis bien longtemps déjà. Ce n’était pas une fausse déclaration que de dire que leur objectif était enfin à portée de main.

Cependant, à ce moment-là, ce qui coulait dans le cœur de Þjálfi n’était pas des vagues d’excitation, mais de regret.

« Qui peut bien charger par la porte !? Sérieusement, c’est juste un animal stupide !? » Þjálfi avait craché ses mots avec mépris pendant qu’il courait.

Le simple fait de détruire la porte avait été un accomplissement plus que suffisant. Tout ce que le jeune homme aurait dû faire à ce moment-là, c’était de se replier et d’attendre l’arrivée des soldats de Þjálfi, mais il semblait que « charger » était le seul mot que le garçon idiot connaissait.

Officiellement, ce jeune rouquin était le précieux « trésor du clan », confié à Þjálfi par son patriarche. S’il mourait ici, il était possible que tout l’honneur et la dignité que Þjálfi avait accumulés au cours de sa vie s’effondrent immédiatement en poussière.

On parlerait sûrement de lui dans les rumeurs comme d’un homme bas et mesquin, si rancunier pour avoir perdu un combat qu’il avait envoyé le garçon seul pour mourir en territoire ennemi. De tels ragots seraient inévitables. Après tout, dans la lutte pour le pouvoir et la position dans le clan, il y avait ceux qui utilisaient impitoyablement de telles choses dans leurs efforts. Quelle que soit la vérité, les gens comme eux ne seraient pas assez stupides pour laisser passer une chance si douce.

Sa sœur cadette de naissance, Röskva, était douée pour manipuler les choses en coulisses, mais même elle ne serait pas capable de couvrir un incident aussi grave que celui-ci.

Cependant, cette préoccupation pour lui-même n’était pas à l’origine des regrets de Þjálfi. Plus encore, ce qui consumait son cœur, c’était le sentiment que la mort de ce jeune homme serait une perte énorme et terrible pour le Clan de la Foudre dans son ensemble.

Le garçon était encore jeune, sauvage et indiscipliné. Mais après avoir acquis plus d’expérience et la capacité de penser avec discrétion, il deviendra sûrement un jour un grand général, fiable et digne de porter sur ses épaules l’avenir du Clan de la Foudre.

« S’il vous plaît, laissez-moi arriver à temps…, » Þjálfi murmura à lui-même.

Dans des circonstances ordinaires, il n’aurait pas eu l’espoir d’arriver à temps. Mais, juste au cas où, il avait pris la précaution de dire à Röskva à l’avance de rassembler ses soldats et de les préparer à lancer un assaut. Grâce à cela, il avait pu rassembler et conduire ses troupes ici en moins de deux heures.

Cela dit, aussi monstrueusement fort qu’il ait été, il était impensable qu’il ait pu survivre pendant deux heures au combat alors qu’il était complètement encerclé par plusieurs centaines de soldats ennemis.

C’était impensable, et pourtant…

Þjálfi s’était retrouvé souriant de satisfaction. « De tous les maudits endroits où tu finirais… »

Il n’y avait aucune trace de surprise sur son visage cette fois.

C’était tout à fait naturel.

Après que ses prédictions et ses suppositions se soient révélées fausses encore et encore, il avait enfin vu exactement ce à quoi il s’attendait.

Au centre de la forteresse, au sommet de la plate-forme la plus haute, un drapeau flottait au vent.

Il y a deux heures, c’était le drapeau du Clan du Serpent, mais maintenant c’était un drapeau avec le symbole du Clan de la Foudre. Elle avait été faite d’un grand tissu blanc, probablement saisi quelque part à l’intérieur de la forteresse, et le symbole runique du Clan de la Foudre y était peint avec du sang humain.

Þjálfi tendit les yeux et scruta l’intérieur de la forteresse par la porte ouverte, et vit d’innombrables corps éparpillés, ainsi que des survivants accroupis sur le sol, affreusement pâles et complètement peu enclins à se battre.

« Hé, là ! Alors, qu’est-ce que t’en dis ? J’ai dit que je le ferais moi-même, non ? » Une voix familière s’était fait entendre à Þjálfi alors que lui et ses hommes atteignaient enfin l’entrée de la forteresse.

Cela ne faisait que quelques heures qu’il ne l’avait pas entendue, mais Þjálfi la trouvait étrangement nostalgique.

Le regard levé, il vit le garçon assis au-dessus de lui avec un sourire arrogant sur son visage. Il n’était pas seulement roux, tout son corps était rouge. Il leur avait souri, se vantant d’une manière qui était en effet assez puérile. Malgré cela, le visage de Steinþórr était couvert de sueur et il respirait lourdement, alors que ses épaules se soulevaient. Comme prévu, même lui était épuisé. Pourtant, il avait l’air en bonne santé.

Apparemment, la plus grande partie de ce sang devait provenir de ses ennemis, et il n’avait pas eu de blessures graves.

« Heh. Putain de monstre. » Þjálfi soupira et répéta les mots qu’il avait déjà prononcés plusieurs fois ce jour-là. Mais cette fois, c’était avec un sourire ironique.

Il en était finalement arrivé au point que quoi que fasse ce jeune homme, cela ne le surprendrait plus.

 

 

… Ou plutôt, il était sûr d’en être arrivé là il y a sept ans, mais le temps allait bien sûr lui prouver qu’il était encore naïf.

Même au lendemain de cet incident à la forteresse, il avait levé les mains en l’air et avait crié. « Au nom de Tyr, donnez-moi une chance ! » quand on avait découvert que Steinþórr n’avait même pas souffert d’une seule égratignure.

Þjálfi se souvenait en effet de tout cela aussi clairement que si c’était arrivé hier, il était donc étonnant de constater que sept années s’étaient déjà écoulées.

Tous les matins, Steinþórr se levait et buvait du lait avant le petit-déjeuner, puis sortait au combat, il complétait son déjeuner avec du lait et sortait au combat, il terminait son dîner avec du lait et sortait ensuite au combat.

En cours de route, ce jeune homme s’était élevé pour devenir le patriarche du Clan de la Foudre, et Þjálfi était devenu l’assistant de son commandant en second, et donc la troisième figure la plus puissante du clan.

En y repensant, les sept dernières années avaient été pleines d’événements fous.

Une fois, à l’époque où le patriarche précédent était encore au pouvoir, au cours d’une bataille acharnée contre le Clan du Serpent, les forces du Clan de la Foudre furent vaincues et presque anéanties. Dans ce moment de désespoir, un idiot suicidaire s’était porté volontaire pour servir avec Þjálfi comme arrière-garde et gagner du temps pour la retraite. Cet imbécile avait ensuite repoussé l’ennemi qui avançait et l’avait même repoussé, rentrant sain et sauf du champ de bataille.

Une autre fois, le Clan du Sabot, au nord, avait lancé une invasion et les bateaux ennemis avaient tenté de traverser la rivière Körmt vers le sud. Pendant ce temps, Þjálfi avait vu quelqu’un monter sur l’un des bateaux et le couler, puis il avait sauté rapidement de là sur un autre bateau et l’avait coulé, et ainsi de suite pour tous les bateaux.

Une autre fois encore, lors de la bataille finale et décisive du Clan de la Foudre avec leur ennemi juré de longue date, le Clan du Serpent, un idiot absurde et imprudent avait crié. « Si un cerf ou une chèvre peut le faire, je devrais aussi le pouvoir ! » et il avait ensuite essayé de sauter le long d’une falaise rocheuse presque verticale.

Bien sûr, tous ces faits étaient de Steinþórr.

« Haaaaaaaahhhhhhh... » Þjálfi s’était retrouvé en train de pousser un très long soupir profondément fatigué.

Il semblerait qu’il était destiné à devoir supporter les bouffonneries téméraires de Steinþórr. Il était probablement né sous ce genre d’étoile malchanceuse.

Et à un moment donné, c’était surtout devenu son rôle d’avoir à nettoyer les dégâts par la suite. À cause de cela, il faisait déjà face à sa part de maux d’estomac et d’ulcères, malgré le fait qu’il n’avait qu’une vingtaine d’années.

« Hm ? Qu’est-ce que c’est ? » Steinþórr fronça les sourcils avec suspicions au long soupir de Þjálfi.

Þjálfi se retourna et fixa du regard le jeune homme qui avait été son frère cadet assermenté à un moment donné, et qui était maintenant son patriarche et son père assermenté. Il avait un sourire malicieux quand il avait répondu. « Ah, eh bien, c’est juste que je me souvenais du passé, et j’ai commencé à penser que j’avais envie de te tuer, mais je ne sais pas comment je vais m’y prendre, c’est tout. »

Il parlait à l’homme qui était entré seul dans la capitale du Clan de la Corne pour se moquer des patriarches de la nation ennemie, qui avait été entouré au combat par une équipe de sept Einherjars, puis qui avait été emporté par une inondation dévastatrice, et qui avait encore trouvé le chemin du retour vivant, disant « Oh mince, c’était un proche ».

Sérieusement, Þjálfi n’imaginait pas de façon réaliste de le tuer.

« Ha ha ha, c’est ma faute, » riait Steinþórr. « Je suppose que je suis toujours en train de te causer des ennuis. »

« Si vous le savez, mon Père, je vous serais reconnaissant d’écouter un peu plus mes avertissements et mes conseils. »

« Hé, je t’écoute parfois, » répondit l’autre.

« Oui, c’est ce que vous faites. Et ce n’est vraiment que de temps en temps, » Þjálfi le déclara catégoriquement.

Il est vrai que ses longues années d’engagement et son rôle de tuteur protecteur avaient porté leurs fruits, ces derniers temps, même ce jeune homme libre d’esprit s’était montré disposé à suivre les conseils de Þjálfi. Mais ce n’était que parfois, et tout au plus, cela n’arrivait qu’une fois de temps en temps.

Même si Þjálfi pouvait faire la leçon et diriger l’homme, Steinþórr choisissait toujours d’aller à l’encontre des instructions et de causer des ennuis d’une manière ou d’une autre, si cela lui semblait être le choix intéressant.

À la fin de la journée, ce jeune homme était un gamin jusqu’au bout. Plus que probablement, il serait comme ça toute sa vie.

« Qui se soucie des détails ? » Steinþórr haussa les épaules.

« Ah, je vois…, » face à l’accroche souvent répétée de l’homme, les épaules de Þjálfi s’affaissèrent.

Il semblerait que ses épreuves quotidiennes se poursuivent pour le moment. D’un autre côté, il ne pouvait pas nier que le fait d’être aux côtés de ce jeune homme avait aussi allumé un feu dans son âme.

Lors de la dernière guerre du Clan de la Foudre, ils avaient été emportés par une eau en furie, une tactique étonnante et ingénieuse, mais qui n’aurait plus jamais fonctionné sur eux. Et, grâce aux dons qu’ils avaient reçus du Clan de la Panthère, les soldats du Clan de la Foudre étaient devenus beaucoup plus puissants.

Pensant à la perspective de la guerre suivante, Þjálfi avait eu un sourire vicieux qui ressemblait beaucoup à celui de son père assermenté. « Hehe. Ô patriarche du Loup, si vous pensez pouvoir vous détourner de ce monstre alors qu’il vous charge une seconde fois, alors vous êtes plus que bienvenu pour essayer. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire