Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 4 – Partie 4

***

Acte 4 : Le beuglement en vain

Partie 4

« Donc, pour la méthode de soufflage du verre, l’outil principal que nous allons utiliser est cette sarbacane en fer. » Ingrid sortit la longue tige de fer de sa place dans un grand seau rempli d’eau et la remit à Yuuto. Elle était à peu près aussi épaisse que son pouce et très longue, à peu près aussi longue qu’Éphelia ou les jumelles du Clan de la Griffe étaient grandes.

« Tu souffles là où c’est le plus étroit. L’autre extrémité est l’endroit où on va coller le verre fondu, et cette extrémité, c’est l’endroit que l’on va placer dans le four. Tu remarqueras que c’est tout noir. » Ingrid avait montré du doigt la façon dont le métal avait été carbonisé.

« Uh huh, okay, » Yuuto hocha la tête.

« Il fait assez chaud, alors, tiens-le le plus près possible du bout, » déclara Ingrid.

« Compris, » déclara Yuuto.

« Et utilise tes doigts pour faire tourner la sarbacane. Ne t’arrête pas, » déclara Ingrid.

« Hm, comme ça ? » Yuuto avait essayé de faire tourner le tuyau avec ses pouces et ses index.

Ingrid avait fait un seul signe de tête dans l’affirmative. « Hm-hm, comme ça. Très bien, je vais vérifier le creuset. »

Ingrid fit un geste du pouce en direction du four de fusion rempli de coke brûlante et du récipient d’argile cuite contenant le verre brut — le creuset — et se dirigea rapidement vers lui.

À l’aide d’une grande pince en fer noir carbonisé, elle ouvrit le couvercle du creuset et regarda à travers le trou rond à l’intérieur le verre fondu, qui dégageait une couleur orange brillante.

« Bien, c’est prêt. Très bien, prends la sarbacane et plante-la dans le trou, puis tourne-la pour rassembler un peu de verre autour de la pointe. Continue de tourner comme je te l’ai dit, d’accord ? » déclara Ingrid.

« Aye-aye ! »

« Tu as l’air correct… euh, oui, c’est à peu près ça. OK, ensuite, amène ça au four de traitement, » déclara Ingrid.

« J’ai compris. » Un peu avec précaution, Yuuto sortit la sarbacane du premier fourneau et la transporta jusqu’à celui d’à côté. C’était le fourneau qu’il avait allumé et qu’il avait été empli de coke pour régler la flamme.

« Allez, tu as déjà oublié de continuer à tourner. » Fermant le couvercle du creuset, Ingrid gronda Yuuto. Elle souriait un peu malicieusement aussi, comme si elle aimait ça.

« Oh… ! » Paniqué, Yuuto recommença à faire tourner la sarbacane, mais la graine de verre à la fin avait déjà commencé à être tirée vers le bas par la gravité, et son contour rond, autrefois propre, s’était allongé et déformé.

« Arg, ai-je merdé ? » demanda Yuuto.

« Ha ha ha ha ha, eh bien, ne t’inquiète pas, ça arrive à tout le monde au début. Donne-le-moi maintenant, » déclara Ingrid.

Ingrid avait arraché la sarbacane des mains de Yuuto et l’avait fait tourner tout en l’insérant dans le four de traitement. Ensuite, elle le plaça contre le dessus de la feuille de fer recouvrant une table à côté du four, et déplaça adroitement la tige, en changeant son angle contre la feuille de fer avec de légers mouvements. Elle l’avait ensuite remis dans le four de traitement pour le réchauffer, puis l’avait déplacé de nouveau contre la tôle de fer, et avait répété ce processus plusieurs fois.

« Tu vois, voilà, c’est bien arrondi, » dit-elle.

« Oooh…, » Yuuto était tellement impressionné qu’il s’était involontairement trouvé en train d’applaudir.

Pour lui, les mouvements habiles d’Ingrid ressemblaient déjà à ceux d’un maître absolu de l’art. Et ce, malgré le fait qu’elle n’avait fait l’essai du travail du verre que depuis moins de six mois.

Ses mains avaient le « don », et il n’y avait pas d’autre façon de le décrire. C’était presque magique.

Même lorsqu’il s’agissait de produire des épées selon une méthode japonaise comme le nihontou, Ingrid avait rapidement acquis toutes les connaissances et les techniques nécessaires auprès de Yuuto tout en travaillant avec lui, et maintenant sa capacité à les fabriquer avait déjà largement dépassé Yuuto.

Pour Yuuto, qui avait passé tant de temps à aider son père dans ce travail depuis qu’il était à l’école primaire, cela avait vraiment fait comprendre à quel point une différence dans le talent naturel pouvait avoir un impact.

« OK, nous allons souffler de l’air dans le verre maintenant, » dit Ingrid. « Vas-y, souffle. Aussi fort que possible. »

« Pfff — ! »

« Pas assez fort. Écoute, ça ne s’étend pas du tout, » déclara Ingrid.

« Phfff !! »

« Pas assez ! Fais-le plus fort ! Plus fort ! » cria Ingrid.

Sérieusement !? Yuuto ne pouvait pas empêcher ses pensées intérieures de se voir sur son visage.

Il avait soufflé de toutes ses forces, d’après ce qu’il savait. Mais la masse de verre n’avait pas gonflé d’un pouce.

« Ugh, tu es vraiment lent dans la tête, tu sais ça ? » Ingrid gémit. « Tu es le premier que j’ai vu qui ne pouvait pas bien faire ce rôle. »

« Ngh... »

C’est parce que les seules personnes qui peuvent travailler avec toi sont des apprentis dont tu as déjà personnellement jugé et trouvé leur talent digne, Miss Génie Naturelle… Yuuto pensa avec rancune, mais il resta silencieux et garda ce bout de conversation fermement dans sa tête. Il avait l’impression que s’il le disait à haute voix, ça ne ferait que le rendre pathétique.

« Tiens, donne-le-moi encore une seconde. » Ingrid lui prit de nouveau la sarbacane et souffla dedans en guise de démonstration.

Elle n’avait pas l’air de souffler si fort. Cependant, la masse de verre gonflait clairement comme une bulle d’air formée à l’intérieur.

« C’est comme ça qu’on fait, » déclara Ingrid.

Yuuto ne trouvait pas ça très agréable. Mais il n’avait aucun droit de se plaindre de ce qu’elle faisait. Donc, à la place…

« Hé, Ingrid ? » demanda Yuuto.

« Hm ? »

« Tu ne devrais pas faire ce genre de choses si facilement, d’accord ? » déclara Yuuto.

« Hein ? »

« Je veux dire, tu sais que j’ai aussi mis mes lèvres sur cette sarbacane, » déclara Yuuto.

« Ghh ! » Le souffle d’Ingrid s’était pris dans sa gorge, et pour la troisième fois ce jour-là, son visage était devenu rouge vif. Cependant, comme elle se tenait juste à côté de la fournaise, Yuuto ne la voyait que comme si elle captait la lumière et la chaleur des flammes qui s’y trouvaient.

« Techniquement, tu es une fille, tu sais, » ajouta Yuuto.

« Techniquement !? Qu’est-ce que tu veux dire, techniquement ? » s’écria Ingrid.

« Je m’inquiète juste pour toi en tant qu’ami, » déclara Yuuto.

« Comme mon ami, hein…, » répondit Ingrid.

« Je te considère vraiment comme une amie et une partenaire importante. Nous formons la meilleure équipe ! Je m’en fiche donc, mais…, » commença Yuuto.

Ingrid baissa les yeux et murmura sous son souffle. « Je veux que tu t’en préoccupes. »

Yuuto continua, incapable de l’entendre. « Mais il y a peut-être des gens qui le voient et se font de fausses idées. »

« Fais-toi cette idée toi-même, » murmura Ingrid.

« Ce genre de choses, c’est… tu sais, tu ne devrais le faire qu’avec la personne que tu aimes, OK ? » déclara Yuuto.

Ingrid marmonnait plus fort que jamais. « Ouais, et je ne l’ai fait qu’avec toi… ! »

« C’est quoi le problème, Ingrid ? Pourquoi marmonnes-tu ? » demanda Yuuto. « Quoi que ce soit, dis-le-moi en face. Et si tu ne peux pas, ça ne te donne pas une excuse pour agir comme ça. »

Les deux avaient le même âge, mais Yuuto la réprimandait comme le ferait un grand frère.

Ingrid prit une grande respiration, puis fit signe avec son doigt pour qu’il s’approche.

Il y avait beaucoup de bruit de fond provenant des flammes rugissantes dans les fours. C’était peut-être seulement parce qu’il ne l’avait pas bien entendue à cause de ce bruit, et qu’elle parlait plus doucement. Si c’est le cas, c’est lui qui avait été impoli d’avoir mal compris son attitude. C’est dans cet esprit que Yuuto s’était rapproché d’elle.

Sans faire attention.

Dès qu’il était à sa portée, Ingrid l’avait attrapé par l’oreille et l’avait tiré près de lui, et avait crié droit dans son oreille.

« J’ai dit, ne t’inquiète pas, parce qu’il n’y en a pas un seul dans mon atelier étant sans réaction et étant comme toi !! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire