Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 2 – Partie 4

***

Acte 2 : Le Loup de Bataille

Partie 4

« Oh ? On dirait qu’ils ont l’intention de se défendre. »

Les yeux de Sigrun s’étaient élargis et elle n’avait pas caché sa légère surprise en voyant les bandits se bousculer à l’intérieur du village clôturé, prenant des positions défensives et préparant leurs arcs.

Elle était certaine qu’ils se rendraient à elle… et elle était heureuse d’apprendre qu’elle avait mal calculé.

« Réjouissez-vous, néophytes, car le temps de la bataille est venu ! » cria-t-elle. « Je vais vous montrer de première main comment combattre en tant que soldat de l’Unité Múspell ! »

« Yeaahhhhhhhh !! » Une acclamation unifiée s’éleva des rangs de ses soldats.

Dès le début, ils étaient tous de sang chaud, du genre à aspirer à rejoindre les rangs de la famille Sigrun, la faction la plus militaire du Clan du Loup. Et après avoir dû marcher dans la neige et le vent toute la journée d’hier, puis grimper à mi-chemin sur cette montagne gelée aujourd’hui, ils avaient accumulé beaucoup de stress en plus de leur fatigue.

C’était l’endroit parfait pour se déchaîner et se débarrasser de cette frustration refoulée, exactement ce qu’ils avaient tous désiré.

« Levez vos boucliers, » ordonna Sigrun. « Gardez les yeux grands ouverts. N’ayez pas peur. Rappelez-vous ce que vous pratiquiez tous les jours. En ce moment, vous êtes tous l’Unité Múspell. Montrez-moi une bataille qui ne déshonorera pas ce nom. Je ne pardonnerai rien de moins. »

Sigrun avait regardé ses stagiaires dans les yeux et leur avait parlé avec le ton simple et réaliste qu’elle utilisait toujours avec eux. Cette attitude plate et immuable avait fait d’elle un leader si fiable pour eux. Cela avait démontré à quel point elle était inébranlable et résolue en tant que générale sur le terrain de bataille.

Elle était comme une belle valkyrie issue d’un mythe, et l’année dernière, elle avait remporté tant de victoires incroyables l’une après l’autre.

Les jeunes soldats pouvaient croire que, tant qu’elle les commandait, ils ne pouvaient pas perdre.

Ainsi, ils pouvaient attaquer l’ennemi sans aucune hésitation.

« De bons yeux. Vous avez l’air prêt. » Sigrun leva le bras et prit une grande respiration. « Unité Múspell, chargez ! »

« Yeaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhh !! »

Avec un grand cri de guerre, les soldats de l’unité Múspell étaient descendus de leur position à pleine vitesse, puis ils étaient remontés sur la pente opposée vers le campement des bandits.

Les bandits avaient profité de ce moment critique et avaient lâché une volée de flèches d’un seul coup.

Ils avaient encore tiré. Et encore, et encore.

Mais l’Unité Múspell ne faiblissait pas.

Ils avaient continué à faire preuve de détermination. Ils avaient bloqué certaines des flèches qui arrivaient avec leurs boucliers, d’autres encore qu’ils avaient écartées avec leurs épées, et ceux peu nombreux qu’ils n’avaient pas réussi à parer avaient été déviés de leur armure légère en fer.

Quelques instants plus tard, ils avaient réussi à traverser le déluge de flèches et se précipitèrent comme une avalanche en montée vers la collection de huttes de bandits.

Tout s’était bien passé jusque-là, mais les soldats chargeants avaient rapidement perdu leur élan.

C’était à cause du fossé profond et de la haute clôture qui entourait le village proprement dit. Elle limitait les entrées possibles, les engorgeant de sorte que seuls les quelques hommes en avant pouvaient affronter directement l’ennemi.

« En avant ! Continuez d’avancer ! » Sigrun cria à ses combattants de l’arrière-garde, les pressant de continuer.

Dans une bataille normale, Sigrun aurait été à la tête de la charge, ouvrant la voie à l’ennemi. Mais cette fois-ci, elle estimait qu’il était plus important d’entraîner les recrues avec l’expérience d’une vraie bataille, et elle se concentrait donc à leur donner des ordres tactiques.

Pourtant, l’ennemi n’était qu’une racaille de misérables bandits des montagnes.

Ses soldats étaient peut-être des stagiaires, et ils étaient peut-être jeunes, mais, en préparation de la vie d’un soldat qui combattait jour après jour, ils s’étaient consacrés à des exercices intensifs et à l’entraînement jour après jour.

Elle était certaine qu’ils se frayeraient rapidement un chemin à travers le goulot d’étranglement et sécuriseraient l’entrée de la base. Cependant, cela ne semblait pas du tout être le cas.

« Qu’est-ce qui se passe !? Pourquoi luttez-vous contre de simples bandits ? » cria Sigrun dans un mélange de colère et de confusion.

« Geh ha ha ha ha ha ! C’est censé être les féroces chevaliers de Múspell !? Vous êtes aussi coriace qu’une miche de pain détrempé ! » Un rire épais et guttural avait surgi de la mêlée à l’entrée de la colonie.

L’instant d’après, Sigrun vit deux de ses soldats se faire lancer en l’air par l’attaque de quelqu’un.

Il faudrait une force physique incroyable pour envoyer deux hommes en armure et adultes voler comme ça. Dans tous les cas, il n’y avait plus personne dans le Clan du Loup, pas même Sigrun, qui pouvait réaliser un tel exploit de force pure.

Dire qu’il y avait quelqu’un comme lui parmi les bandits… pour Sigrun, c’était une malheureuse erreur de calcul.

« C’est un peu trop pour les débutants, » murmura Sigrun, et elle commença à repousser ses subordonnés et à avancer. « Poussez-vous sur le côté ! »

Elle se dirigea vers l’avant, se demandant pendant tout ce temps quelle sorte d’ennemi l’attendait.

Au milieu de l’entrée se tenait un homme énorme, musclé et d’une hauteur imposante. Quelque chose autour de son cou avait immédiatement attiré son attention : un collier de métal qui semblait briller faiblement, émettant une lumière phosphorescente et étrange.

Il devait être fait à partir du métal magique, Álfkipfer. Ce qui la rendrait incroyablement rare et précieuse. Sigrun se demandait où il avait pu l’obtenir, ou plutôt, d’où il l’avait volé.

Elle remarqua ensuite la rune rougeoyante sur l’épaule droite de l’énorme homme, et elle grogna avec une légère surprise.

« Heh. Je n’aurais jamais imaginé que j’allais tomber sur l’un des miens dans un endroit aussi désertique, » déclara Sigrun.

« Alors le général fait enfin son apparition ! » déclara l’homme. « Ha ! Je me fiche que tu sois une femme ! Si tu m’affrontes au combat, je ne garderais rien en réserve ! »

L’homme imposant souleva haut la hache dans sa main droite, puis l’abaissa avec une force incroyable, assez pour trancher de façon audible dans les airs alors qu’elle plongerait vers Sigrun. C’était évidemment beaucoup plus solide et plus tranchant que les armes des autres bandits.

« Haah !! » Sigrun fit tournoyer sa lance, la bougeant vers le haut pour faire face à son attaque.

Leurs armes s’étaient heurtées et avaient été déviées, ayant apparemment rencontré le même pouvoir derrière elles.

Une frappe vers le sol avait canalisé la puissance plus facilement qu’une frappe vers le haut. Cependant, Sigrun maniait son arme avec les deux bras, alors que son adversaire n’en utilisait qu’une seule. Il semblait en effet qu’il y avait un écart indéniable de force physique entre eux.

Sans faire de pause, le chef des bandits avait poursuivi son attaque avec une hache dans la main gauche, la balançant dans un large arc de cercle horizontal.

Sigrun bondit en arrière et évita la lame, mais son dos heurta l’un de ses soldats.

Un membre plus expérimenté de ses forces aurait déjà su quoi faire dans cette situation, mais ces stagiaires en étaient encore à leurs débuts à cet égard.

« Les hommes, reculez un peu, » ordonna-t-elle. « C’est trop pour vous, les petits. Je vais m’occuper de lui. »

« Oy, vous aussi, les gars, reculez. Je m’occupe d’elle moi-même. » Le bandit Einherjar avait également parlé à ses compatriotes, ayant apparemment reconnu la force de Sigrun.

Moins ils étaient nombreux, plus la présence des vrais forts les distingue des autres.

D’un côté se trouvait un groupe des forces spéciales de Múspell qui était presque entièrement formé.

De l’autre, un groupe de bandits lâches qui ne s’étaient entraînés que contre les animaux des montagnes.

On pourrait dire que les deux Einherjars et leurs prouesses au combat se distinguaient beaucoup trop par comparaison.

Ils n’avaient croisé les lames qu’une seule fois. Mais ce seul échange avait été suffisant.

« Donc au lieu d’épées doubles, vous utilisez des haches doubles, » commenta Sigrun. « Intéressant. »

 

 

« C’est donc toi le Mánagarmr, » dit l’homme. « On dirait qu’après tout, les rumeurs ne sont pas des conneries. Je ne pensais pas qu’une petite chose aussi mince que toi serait capable de parer l’une de mes attaques. »

Ils s’étaient rapidement rendu compte de la force de l’autre et avaient tous deux choisi de retirer leurs troupes afin de minimiser les pertes pendant qu’ils se faisaient face individuellement. C’était, d’une certaine façon, le résultat inévitable.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire