Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 5 – Acte 2 – Partie 3

***

Acte 2 : Le Loup de Bataille

Partie 3

Le mont Éljúðnir était situé à environ une demi-journée de marche vers le nord à pied depuis le fort Gnipahellir, et était l’un des sommets qui composaient la chaîne de montagnes connue sous le nom de Himinbjörg.

L’unité de Sigrun s’était rendue au pied de la montagne sur une zone à environ deux heures à cheval. Plus haut, la pente abrupte du mont Éljúðnir était encombrée de squelettes d’arbres qui avaient perdu leurs feuilles, avec à peine un sentier animal serpentant entre eux. Il ne semblait pas possible d’escalader la montagne sur leurs chevaux.

Ils avaient donc laissé leurs chevaux, avec un peu d’argent, dans un village au pied de la montagne, et avaient engagé comme guide une personne qui connaissait bien le terrain de la montagne.

« Des bandits ? Ohhhh oui, ce groupe qui vit sur la montagne depuis l’été, » raconta leur guide. « Ils sont arrivés et ont commencé à dire des choses comme : “C’est notre territoire” et à monopoliser toutes les ressources de la montagne pour eux-mêmes. Ils nous causent des ennuis sans fin, vous savez. »

« On dirait qu’on a touché le but, » déclara Sigrun. « Très bien, alors, emmenez-nous là où ils dorment. »

« D’accord ! »

Sigrun et son groupe de stagiaires avaient suivi leur jeune guide alors qu’il les conduisait vers la cachette des bandits.

Pendant qu’ils marchaient, il expliquait que jusqu’à récemment, les bandits des montagnes se nourrissaient en chassant le gibier et en mangeant les fruits et les plantes sauvages qui y poussaient. Mais une fois l’automne passé et l’hiver arrivé, peut-être le manque de nourriture les avait-il poussés à attaquer les villages voisins.

C’était en fait un phénomène très courant à Yggdrasil. Cela ne voulait pas dire qu’il pouvait être ignoré ou pardonné.

« C’est par là, » dit leur guide.

À peu près au moment où le soleil avait commencé sa descente vers l’ouest, le jeune guide du village s’arrêta et se dirigea vers l’avant. Loin et en contrebas, sur une section de pente plus légèrement inclinée, il y avait quelques petites huttes alignées les unes à côté des autres dans une sorte de village.

La vue extraordinaire de Sigrun avait permis de repérer un certain nombre de personnes qui avaient l’air d’être des résidents. Il semblait qu’elle avait eu de la chance, ils n’attaquaient pas un autre village en ce moment.

« On peut tous les avoir d’un seul coup. Merveilleux, » tandis que le Loup d’argent le plus fort fixait son regard sur la proie qu’elle chassait, elle chuchota ces mots d’une voix à la fois calme et féroce à mort.

 

***

Soudain et sans prévenir, une voix belle et vaillante retentit dans le village comme un coup de tonnerre.

« Écoutez-moi, ordure de bandit ! Je suis Sigrun, la fille assermentée du grand Seigneur Yuuto et la commandante de ses forces spéciales de Múspell ! »

Les bandits sursautèrent et se tournèrent vers la voix pour voir une fille d’une beauté incomparable, les cheveux longs et argentés attachés derrière elle, debout à la tête d’une formation de soldats.

Tout cela s’était instantanément transformé en une agitation chaotique.

« Qu’est-ce… qu’est-ce qui se passe !? »

« Elle a dit qu’elle s’appelait Sigrun ? Alors ça ne veut pas dire que… c’est le Mánagarmr !? »

« Impossible, alors, ces types derrière elle, ils pourraient être l’Unité Múspell !? »

« Idiot, elle vient de le dire ! »

« Whoa, ouah ! Attendez, qu’est-ce que le groupe le plus fort du Clan du Loup fout ici !? »

Les bandits étaient complètement paniqués. Et c’était tout à fait naturel.

La Mánagarmr Sigrun et son unité spéciale de cavalerie étaient craintes et célèbres pour leurs compétences d’élite. Dans le passé, ils avaient facilement mis en déroute les forces du Clan de la Griffe dirigées par Botvid, capturée le patriarche Linéa du Clan de la Corne, vaincu et tué le patriarche Yngvi du Clan du Sabot, et chassé le patriarche Hveðrungr du Clan de la Panthère.

Les bandits avaient eu leur part de pratique avec l’arc et la lance pour chasser les bêtes des montagnes pour leur survie au cours de la dernière moitié de l’année. Ils étaient persuadés qu’ils pourraient être en mesure d’affronter les soldats actuellement en poste au fort Gnipahellir.

Cependant, aucun d’entre eux n’avait osé imaginer qu’une division de troupes qui était pratiquement une légende viendrait les trouver ici, à mi-chemin d’une montagne au milieu de nulle part.

« Si vous jetez vos armes immédiatement, alors, conformément aux lois établies par mon père, vos vies seront épargnées, » déclara Sigrun. « Mais si vous résistez, je n’aurai aucune pitié. Je vais tous vous abattre ! »

Elle finit par un autre cri qui secoua l’air, sa voix belle, mais aiguisée, tout comme une lame.

« Qu’est-ce qu’on fait, hein !? »

« Elle a dit que si on abandonne maintenant, elle nous laissera vivre, non ? »

Alors que les bandits effrayés et agités commençaient à envisager de se rendre, il y avait un homme qui n’avait pas perdu son sang-froid, qui s’était tenu ferme et avait ricané.

« Hmph ! Ce n’est qu’une petite fille ! De quoi avez-vous si peur ? »

Il était énorme. Il avait au moins une tête ou deux de plus que tous les autres bandits. Il semblait encore jeune, peut-être au début de la vingtaine, et il avait le visage d’un homme qui n’avait peur de rien. En fait, il avait l’air plutôt à l’aise dans cette situation.

« Chef ! » cria l’un des bandits.

« Vous dites ça, chef, mais comment sommes-nous censés gagner contre eux ? »

« Oui, c’est les forces spéciales du Clan du Loup, Patron, l’Unité Múspell ! »

« Ha ! Quel tas de conneries ! Regardez de plus près ! »

L’homme énorme que les autres avaient appelé leur chef montra du doigt Sigrun, puis les soldats derrière elle.

« Regardez-les. Ce ne sont que des enfants. Même leur visage a l’air raide, comme si c’était de la viande fraîche. Est-ce que ça ressemble vraiment à des soldats d’élite pour vous ? » demanda le chef.

« Maintenant que vous le dites, vous avez raison. »

« Et la fille aux cheveux argentés qui est à leur tête a aussi l’air toute mince, » déclara un autre bandit. « Elle n’a pas l’air faite pour le combat. »

« N’est-ce pas ? » s’était moqué le chef. « Et d’ailleurs, même s’il s’agit de l’Unité Múspell, n’avons-nous pas toujours eu pour objectif, dès le départ, de faire tomber le Clan du Loup ? On allait finir par se battre contre ces types, de toute façon. Il s’agissait juste de savoir si c’était arrivé tôt ou tard ! Alors ne restez pas là à trembler dans vos bottes ! »

En criant, le chef des bandits claqua du poing de toutes ses forces dans le mur de la hutte.

Avec cette seule frappe, des fissures éclatèrent dans toutes les directions le long du mur, suivies d’un grincement tendu, jusqu’à ce que tout le bâtiment s’effondre enfin sur lui-même. C’était une force incroyable au-delà de ce qu’un humain normal devrait être capable de faire.

« F-Fantastique ! » s’exclama un bandit.

« Oui, c’est vrai, on a le patron avec nous ! »

« Ouais, il n’y a personne au monde qui pourrait gagner contre le Chef ! »

« Et maintenant que je les regarde, ils ont à peu près le même nombre de personnes que nous ! »

« C’est vrai ! En plus, on a le patron de notre côté. Il n’y a pas moyen qu’on ne puisse pas gagner ! »

Les expressions pâles de peur avaient disparu des visages des bandits, remplacés brusquement par l’anticipation et l’excitation.

Alors qu’ils devenaient de plus en plus confiants et excités, se criant l’un à l’autre en augmentant leur esprit combatif, leur chef les regardait avec un sourire confiant et satisfait.

Sur son épaule droite, un symbole rouge brillait de mille feux.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire