Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 6 – Partie 3

***

Acte 6

Partie 3

« Aaaah-tchooum ! »

« Qu’est-ce qui ne va pas, Kris ? » demanda Albertina. « As-tu un rhume ? »

« Ne t’inquiète pas pour moi, Al, mais viens ici une minute, » Kristina avait tendu la main puis elle avait serré sa sœur dans ses bras.

« Hmm ? Pourquoi me prends-tu tout d’un coup dans tes bras ? Hahahaha, Kris, tu es si démunie parfois, » déclara Albertina.

« Depuis les temps anciens, on dit que donner son rhume à quelqu’un d’autre le fait partir plus vite, » déclara Kristina.

« Ohh, j’ai aussi entendu ça... Hé, ne parles-tu pas de moi !? » s’écria Albertina.

Toux, toux, toux, toux !

« Ahhhh, stoooop ! Je vaaaais l’attraperrrrr ! » cria Albertina.

« Oh mon Dieu, mais Al ! Ta douce et précieuse sœur est ici, souffrant d’un rhume. Veux-tu dire que tu ne veux pas m’aider à aller mieux aussi vite que possible !? Quelle personne sans cœur tu es ! » répliqua Kristina.

« Ehhhh !? Mais je veux que tu ailles vite mieux, et je vais aussi m’occuper de toi, alors n’est-ce pas mieux ? » demanda Albertina.

« Mon Dieu ! Donc tu dis que je devrais continuer à souffrir de ce rhume !? Comme c’est cruel ! » s’exclama Kristina.

« D’accord, j’ai bien compris ! Je ferai de mon mieux ! » s’exclama Albertina.

Alors qu’un regard de tragique détermination née de l’amour se solidifia dans ses yeux, Albertina enlaça sa sœur jumelle.

Cette sœur était de loin la plus insensible parce qu’elle était plus que disposée à l’infecter juste pour se remettre d’un rhume un peu plus vite, mais Albertina n’y avait pas réfléchi en profondeur.

Il n’y avait aucune chance que sa sœur lui fasse quelque chose de cruel. Elle le croyait du fond du cœur.

C’était là aussi une forme d’erreur d’orientation. Après tout, Kristina n’avait pas de froid, donc il n’y avait en premier lieu rien à transmettre.

Alors que son visage était enfoui dans la poitrine de sa sœur, Kristina gloussa d’une manière machiavélique.

« Hehe hehe, je vais considérer ça comme une récompense pour moi-même. Je suis contente que tout semble s’être bien déroulé. Pourtant, nous avons dû nous contenter d’un Serment du Calice avec le Clan du Croc qui nous place dans une position désavantageuse à 60:40. De plus, nous avons dû céder ce territoire au Clan des Cendres pour lequel nous nous battons depuis tant d’années maintenant, et notre clan a dû fournir toute la nourriture et les fournitures pour cette guerre. Si nous ne prenons pas tout ce que nous pouvons, ce sera quand même une lourde perte pour nous. Eh bien, on dirait que tout ça vaut la peine de prendre ce risque, alors je vais m’assurer que nous recouvrerons toutes nos dépenses. N’est-ce pas, Gleipsieg ? » déclara Kristina.

 

☆☆☆

 

« Je suis si content que vous soyez revenu en vie ! » s’écria Yuuto.

Loptr et Félicia étaient retournés à Iárnviðr deux jours après l’arrivée de Sigrun. Pendant ces deux jours, Yuuto s’était enveloppé dans des couvertures, après s’être introduit de force dans le poste de vigile près de la porte de la ville, et les attendait tous les deux tout le temps. Puis, repérant leurs silhouettes parmi les nombreux soldats battus et fatigués qui franchissaient la porte, il s’était précipité vers eux en criant et en pleurant.

Il les revoyait maintenant pour la première fois depuis deux semaines, et il pouvait savoir d’un seul coup d’œil le genre de terrible bataille qu’ils avaient vécue avec leurs vêtements, qui étaient couverts de boue dans certains endroits et de sang séché dans d’autres. Leurs luxueux cheveux d’or étaient recouverts de poussière et de gravier, et leurs visages étaient desséchés et affaissés par la fatigue et la faim. Ils n’affichaient rien de leur beauté naturelle.

Mais leurs vêtements et leurs corps pouvaient être lavés. Ils pouvaient se reposer et guérir de leur épuisement. S’ils étaient affamés, ils n’avaient qu’à manger.

Toutes ces choses étaient possibles, parce qu’ils étaient tous les deux vivants ! Sans oublier qu’ils étaient tous les deux en un seul morceau, sans blessures permanentes.

Yuuto n’était pas très conscient de la terrifiante situation qui s’annonçait pour le Clan du Loup, mais pour l’instant, il était simplement reconnaissant du fond du cœur par ce qu’il voyait là.

« Moi aussi, je suis reconnaissante à la déesse Angrboða d’avoir pu te revoir, Grand Frère. » Les larmes commencèrent à monter dans les yeux de Félicia, puis elle sauta dans les bras de Yuuto et se mit à pleurer en se tenant contre sa poitrine. « Il y a eu tant de fois..., tant de fois où j’ai cru que je ne te reverrais plus... »

Cela avait fait une forte impression sur Yuuto. Bien qu’elle soit normalement si calme et posée, bien qu’elle soit une sainte guerrière Einherjar, elle était après tout encore une jeune fille encore dans son adolescence.

« Moi aussi..., moi aussi ! J’étais si inquiet de ne plus jamais te revoir... ! » Yuuto avait enlacé Félicia.

Il voulait sentir sa chaleur. Il avait besoin de savoir qu’elle n’était pas une illusion, mais qu’elle était vraiment et réellement vivante et présente devant lui.

« Je... Je suis vraiment désolée, » bégaya Félicia. « C’était honteux de ma part. Mais une fois que j’ai vu ton visage, les larmes n’ont pas cessé... »

« C’est très bien. Tu as dû avoir si peur. Tu peux pleurer autant que tu —, » déclara Yuuto.

« Hum ! » Le son était comme un seau d’eau glacée jeté sur leur échange dramatique.

C’était, bien sûr, quelque chose venant de leur frère aîné.

« Hé, mon frère, » déclara Loptr. « Il se trouve que j’ai aussi réussi à rentrer chez moi vivant, tu sais ? »

« Ah ! B-Bien sûr, je suis aussi vraiment heureux que tu sois vivant, Grand Frère Loptr, du fond de mon cœur ! » Sentant le regard méprisant de son frère aîné, Yuuto lâcha rapidement Félicia et se retira.

Il pouvait la voir faire la moue en raison de son insatisfaction, mais il avait vite retrouvé son sang-froid. Et avec leur frère aîné et commandant en second juste devant eux, il n’avait pas eu l’audace de la tenir dans ses bras.

« Est-ce vraiment le cas ? » interrogea Loptr. « J’avais l’impression que vous étiez tous les deux dans votre petit monde, et j’ai été complètement ignoré et oublié. »

« Ce n’est pas ainsi que cela s’est passé, vraiment ! » s’exclama Yuuto, agité.

« Non, non, non, c’est bon, vraiment. En fait, je préférerais essayer de te faire prendre soin d’elle à ce stade, tu sais, » déclara Loptr.

« É-Écoute, comme je l’ai déjà dit, je ne peux pas faire —, » commença Yuuto.

« Ne dis pas ça, je t’en supplie. Ce pays est déjà fini. Même s’il ne s’agit que de Félicia, pourrais-tu t’échapper et l’emmener avec toi dans ton propre pays ? » lui demanda Loptr.

Les yeux qui fixaient Yuuto étaient tout à fait sérieux, mais en même temps, ils ressemblaient à ceux d’un homme qui s’était complètement égaré.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Hmmm... Merci pour le chap ^^

Laisser un commentaire