Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 3 – Chapitre 5 – Partie 2

***

Acte 5

Partie 2

Après la cérémonie étouffante et formelle, c’était l’heure d’un banquet rempli de chants et de festivités enivrantes.

« Félicitations à vous, Grand Frère Yuuto ! » avait déclaré un membre du clan. « J’aurais au moins dû m’attendre à ça de votre part ! En plus, de penser que vous deviendriez si rapidement un officier du clan, et en plus le dixième du clan ! »

« Oh ! Franchement, ce n’est qu’un résultat naturel, vu ce que Grand Frère Yuuto a réussi à faire, » s’interposa un autre. « Maintenant que nos troupes du Clan du Loup sont armées du métal des dieux, elles n’ont rien à craindre du Clan de la Griffe ! »

« Ces arbalètes et ces étriers sont aussi incroyables ! » s’écria un troisième. « Ces deux innovations venant de vous, pour des choses qui exigent normalement une période d’entraînement incroyablement longue, font en sorte que même un novice peut se battre à égalité avec un vétéran en un rien de temps ! »

« Ouais, avec ça, notre victoire dans la prochaine bataille est pratiquement garantie ! »

« Ohhhh ! Cela me fait penser à quelque chose. J’ai eu la chance de manger ce pain sans gravier que vous avez inventé ! C’est exceptionnellement bon ! » déclara un autre.

« Et ce nouveau papier est si léger et incroyablement pratique ! »

« Grand Frère Yuuto, grâce à vous, la ville est inondée de commerçants et de marchands. C’est la première fois que je vois notre ville aussi animée. »

« C’est exactement ce que j’attends de notre Gleipsieg ! Tout le monde avait des doutes sur vous, mais moi, j’ai toujours cru en vous. »

« Vous n’étiez pas le seul ! J’ai répété plusieurs fois à ces voyous dubitatifs qu’ils avaient tort ! »

Le défilé des membres du clan qui venaient vers Yuuto pour lui dire des louanges ne semblait pas montrer le moindre signe de vouloir s’arrêter de si tôt.

Après son succès dans le raffinage du fer, Yuuto avait continué à introduire des technologies de pointe inédites à Yggdrasil, l’une après l’autre.

Il s’était rendu compte que dans le monde réel, les bonnes et les mauvaises choses ne se produisaient pas uniformément ou dans la même mesure. La plupart du temps, elles avaient tendance à se produire d’une manière étrangement déséquilibrée. Ainsi, une longue série de mauvaises choses se succédaient, et l’inverse était également vrai.

Comme pour compenser le long chemin parcouru depuis l’arrivée de Yuuto, six mois après son arrivée, tout ce qu’il tentait de faire ces derniers mois semblait s’être déroulé sans heurts et sans aucun problème réel. Pour l’instant, on aurait dit que tout allait dans son sens. Il se sentait presque tout-puissant, comme s’il pouvait tout faire maintenant s’il essayait.

Maintenant qu’il avait fait de grands progrès dans la société, il n’y avait pas de fin à ceux qui voulaient le mettre sur un piédestal et vouloir être dans ses bonnes grâces. C’était comme ça dans le monde. Et la plupart d’entre eux étaient ceux qui s’étaient moqués publiquement de lui, l’appelant Sköll, le Dévoreur de Bénédictions et Durinn, celui qui dormait trop. Dans son cœur, il n’avait pas pu s’empêcher de ricaner à l’idée qu’ils pouvaient si effrontément changer leur attitude envers lui en agissant maintenant de cette manière.

Sigrun était venue le voir. « Félicitations, Grand Frère Yuuto. »

« Ah, hey, Run. Merci. » Alors que Yuuto en avait marre de toute cette mascarade, il s’était mis à sourire en voyant ce visage familier.

Et puis son sourire s’était élargi et était devenu plus sournois à mesure qu’il imaginait une petite farce géniale.

« Mais comme je suis au-dessus de toi dans le clan maintenant, techniquement, je suis comme ton grand frère. Tu dois utiliser un langage plus respectueux avec moi. Alors, ça devrait être “Félicitations à vous, Grand Frère”, d’accord ? »

Il avait supporté que cette fille lui parle avec mépris pendant tout ce temps. C’était humain pour lui de vouloir utiliser cette chance pour un peu se venger.

Il fallait obéir à ses supérieurs. C’est ainsi que les choses fonctionnaient dans ce monde.

Yuuto espérait la voir trembler d’humiliation alors qu’elle se forçait à lui parler à nouveau de façon formelle et polie, mais...

« C’est vrai que, formellement parlant, tu es mon frère aîné dans le clan, mais ce n’est pas comme si j’avais échangé directement le Serment du Calice avec toi. » Sigrun réduisit ses attentes de façon catégorique et concise. « Je n’obéis qu’aux ordres de ceux que je reconnais personnellement comme étant dignes. »

Bien sûr, Yuuto n’en voulait plus à Sigrun, et il la considérait même comme une amie. J’avais juste l’intention de te taquiner un peu et de te dire : « Je plaisante ! Et franchement, me parler formellement serait si peu drôle que ma peau en souffrirait. Traite-moi comme tu l’as toujours fait. » Et ils auraient clos tout ça avec un rire des deux côtés.

Mais au lieu que cela se déroule ainsi, la façon dont Sigrun refusait de changer son attitude envers lui, quel que soit son rang ou son statut, était si intrépide, même virile, qu’il se sentait frustré.

« Félicitations, Yuuto ! » Loptr l’appela après ça.

Le sentiment de frustration de Yuuto s’était alors dissipé, et son humeur s’était redressée lorsqu’il s’était retourné pour répondre. « Oh... Grand Frère Loptr ! Je te remercie ! »

« Allons... parler dehors, un moment, d’accord ? » Le jeune homme aux cheveux blonds avait fait un geste du menton vers une porte qui sortait de la salle du hörgr.

C’était une invitation directe du commandant en second du clan. Les gens autour de Yuuto semblaient tous réticents à le laisser partir, mais dans cette situation, ils n’avaient d’autre choix que d’acquiescer par respect.

« Merci, Grand Frère, » déclara Yuuto, en inspirant profondément. Dans une pièce aussi bondée, l’air avait tendance à devenir étouffant et stagnant, et l’air extérieur rafraîchissant qu’il y avait dans les poumons de Yuuto était excellent. « Tu m’as sauvé là-bas. »

« Hehe hehe, il n’y a pas de quoi. Ça fait quoi, sept jours maintenant ? Je suis content de voir que tu as l’air en forme, » déclara Loptr.

« Ahh, ouais... J’imagine que je ne t’ai vu qu’en passant ces jours-ci, hein ? » demanda Yuuto.

Ayant justement dit avant ça à Sigrun d’utiliser un langage respectueux envers ses supérieurs, Yuuto faisait exactement le contraire en ce moment, lui parlant de façon complètement désinvolte.

L’inconvénient d’utiliser un langage poli avec quelqu’un était qu’il pouvait aussi sembler raide et distant. Ils vivaient sous le même toit depuis longtemps. Pendant ce temps, l’amour et le respect de Yuuto pour son frère aîné assermenté s’étaient encore approfondis, mais à ce moment-là, sa façon de lui parler était devenue complètement franche et sans réserve.

« Bon sang, j’ai vraiment un frère cadet sans cœur, » avait commenté Loptr. « Tu manques aussi à Félicia, tu sais. »

« Je suis désolé. » Un peu honteux, Yuuto baissa un peu la tête.

Depuis qu’il avait terminé son travail sur le processus d’affinage du fer, il était devenu de plus en plus courant pour Yuuto d’être tellement absorbé par son travail dans l’atelier d’Ingrid qu’il travaillait 24 heures sur 24, sans revenir à la maison pendant plusieurs jours de suite.

La plus grande raison était qu’il agissait ainsi afin de pouvoir rentrer chez lui et pour rembourser la dette de gratitude qu’il avait envers son nouveau frère et sa nouvelle sœur, mais il aimait aussi simplement faire des choses.

« Franchement, quand j’ai entendu la nouvelle de Père l’autre jour, ça m’a pris par surprise, » avait dit Loptr. « Quelque chose t’a-t-il fait changer d’avis ? C’est-à-dire, assez important pour que tu puisses échanger ton Serment du Calice directement avec Père ? Et tu as fait ça sans même m’en parler ? Suis-je si peu fiable en tant que ton grand frère ? » Il y avait une certaine forme d’accusation dans le ton de Loptr.

Jusqu’à présent, Loptr avait invité Yuuto à plusieurs reprises à rejoindre formellement sa faction clanique, mais Yuuto avait toujours refusé catégoriquement, avec l’argument qu’il devait finalement retourner dans son propre monde.

Même s’il avait toujours gardé son calme et sa douceur, Loptr était humain. En tant que personne qui avait apprécié le potentiel de Yuuto depuis le début et qui avait cherché à le recruter depuis si longtemps, il ne pouvait bien sûr pas laisser passer une telle chose sans au moins déposer une plainte ou deux.

« En fait, c’est le contraire, » déclara Yuuto. « Jusqu’à présent, j’ai toujours compté sur toi pour m’aider. J’ai juste pensé que je ne pouvais pas continuer à dépendre de mon grand frère. »

Avec un sourire ironique, Yuuto avait ri et avait haussé les épaules.

Yuuto n’était plus l’enfant faible qu’il avait été, incapable de survivre sans la protection de Loptr et Félicia.

Il voulait montrer qu’il pouvait se débrouiller seul, prendre soin de lui-même et prendre ses propres décisions. Et la raison pour laquelle c’était si important était — .

« De toute façon, tu n’as ni le temps ni l’énergie pour t’occuper de moi en ce moment. N’est-ce pas ? » demanda Yuuto.

La bataille qui allait décider du sort du Clan du Loup était déjà proche.

Son frère aîné assermenté assumait de lourdes responsabilités en tant que commandant en second du clan, et il était extrêmement occupé en ce moment, et chaque instant de son temps était consacré aux préparatifs de la guerre avec le Clan de la Griffe. Yuuto ne voulait pas être un fardeau supplémentaire.

« Ma mission dans ce monde est d’apporter la victoire au Clan du Loup, » poursuit Yuuto. « Je vais faire tout ce que je peux pour que ça arrive. Grand Frère, tu dois juste te concentrer sur ce que tu as à faire. »

Yuuto ne voulait pas être un obstacle pour le frère auquel il était déjà si obligé. Il ne voulait pas être un homme pathétique qui était toujours sauvé par les autres, il voulait être le genre d’homme qui pouvait sauver les autres.

Il voulait lui rendre la gentillesse qu’il avait reçue jusque-là, même si c’était vraiment faible ce qu’il arriverait à faire.

Et c’est pourquoi, malgré les obligations contraignantes qu’il créerait, Yuuto s’était résolu à échanger le Serment du Calice directement avec le patriarche.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

4 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^ Ça sent toujours pas bon... J'arrive pas à déterminer si c'est pour Loptr ou le Patriarche qu'il va y avoir un problème...

  2. Merci pour ce chapitre !

Laisser un commentaire