Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Prologue 2

***

Prologue 2

« Ils ont vraiment choisi un bien mauvais moment pour venir ici », avait maudit le jeune homme aux cheveux roux en regardant au loin l’armée du Clan de la Flamme, campée en formation avec les montagnes dans le dos.

Sur le dos de chacune des mains du jeune homme se trouvait un symbole qui brillait d’une faible lumière.

Ces symboles étaient connus sous le nom de runes et conféraient de grands pouvoirs à leurs porteurs, des guerriers choisis que l’on appelait Einherjars.

Normalement, seule une personne sur dix mille environ possédait une rune. Et il était dit que dans toutes les terres d’Yggdrasil, il n’y avait que deux Einherjars qui en possédaient deux.

L’une de ces personnes était la þjóðann, l’impératrice divine et souveraine de tout le royaume. Et l’autre était ce jeune homme, Steinþórr, le patriarche de la nation du Clan de la Foudre qui contrôlait les étendues du nord de Vanaheimr.

Il était plus audacieux et intrépide que les hommes normaux, et il était largement connu comme un guerrier sans égal.

« À cause de ça, j’ai perdu ma chance de l’affronter, lui ! » Steinþórr grommela.

Le « lui » auquel Steinþórr faisait référence était l’homme qu’il connaissait sous le nom de Suoh-Yuuto, le patriarche du clan de l’acier. Cela faisait maintenant un mois et demi que Suoh-Yuuto avait annoncé publiquement sa campagne militaire pour chasser et conquérir le Clan de la Panthère.

Alors que Steinþórr se préparait à le poursuivre pour enfin porter un coup fatal à son rival, il avait reçu un rapport indiquant que le Clan de la Flamme, au sud, avait déplacé ses troupes jusqu’à la frontière du Clan de la Foudre, les concentrant autour de Fort Waganea.

D’après les renseignements, même les estimations les plus prudentes faisaient état d’une vingtaine de milliers de soldats face à la forteresse, une force outrageusement importante. Il serait bien trop téméraire d’ignorer une menace aussi dangereuse pour tenter de poursuivre la bataille contre le clan de l’acier.

Afin d’intercepter la menace venant du sud, Steinþórr avait été obligé d’amener huit mille soldats avec lui à sa frontière sud.

« Père, je comprends ce que tu dois ressentir, mais pour l’instant, concentre-toi sur l’ennemi qui se trouve juste devant toi », l’avait réprimandé poliment Þjálfi, l’assistant du commandant en second du Clan de la Foudre. « Ce n’est pas un ennemi avec lequel nous pouvons nous permettre de baisser notre garde. »

Steinþórr n’était pas un homme de petite taille, et Þjálfi était encore plus grand. Mais contrairement à sa taille, Þjálfi avait une attention aux détails et aux particularités qui faisait de lui un bon complément et un soutien pour Steinþórr, dont la devise était « Qui se soucie des détails ? ».

« Oui, oui, j’ai compris. » La réponse de Steinþórr était agacée et maussade, mais même lui était très conscient que le Clan de la Flamme n’était pas un ennemi ordinaire.

Depuis de nombreuses années, le Clan de la Flamme était considéré comme l’une des dix nations les plus puissantes d’Yggdrasil. Et il y a quelques mois, il avait envahi, vaincu et absorbé son voisin, le Clan du Vent, qui avait été une autre superpuissance parmi ces dix nations.

Rien qu’en termes de force militaire, ils étaient probablement plus de deux fois plus puissants que le Clan de la Foudre. Ce fait était aussi clairement démontré par leur force de vingt mille hommes, une armée plus grande que celle que Steinþórr n’avait jamais vue.

Pourtant, même avec cette vue intimidante devant lui, le sourire confiant de Steinþórr restait fermement planté sur son visage.

En fait, il s’amusait.

Ses yeux étaient illuminés par l’excitation, car ils avaient repéré les armes de la ligne de front ennemie : des lances anormalement longues, hérissées comme un mur de pointes et pointant vers les cieux.

Il ne pouvait s’empêcher de penser à la tactique caractéristique du Clan du Loup, la formation d’infanterie en rangs serrés appelée phalange.

À première vue, des lances de cette longueur semblaient trop lourdes et peu maniables pour être utilisées dans un combat de mêlée, mais utilisé en formation serrée, elles devenaient incroyablement efficaces, comme Steinþórr en avait fait l’expérience lui-même.

Cet ennemi pourrait trouver les mêmes idées que cet homme.

Steinþórr n’avait pas pu s’empêcher d’être excité.

« Très bien, alors ! Voyons ce qu’ils ont dans le ventre ! Tout le monde, suivez-moi ! »

Alors que Steinþórr criait à ses soldats, il donna un coup de pied sur les flancs de son cheval, et chargea droit vers la formation ennemie.

Et à ce moment, l’allumette avait été frottée. La bataille entre les armées du Clan de la Flamme et celui de la Foudre avait commencé.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire