Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 1 – Partie 6

***

Chapitre 1 : Acte 1

Partie 6

« Le fruit réel est plus gros, de taille et de forme similaires à celles d’un oignon rouge », déclara Félicia. « Ce sont les graines comestibles à l’intérieur qui ont été découpées et préparées ».

« Hein, vraiment ! »

« Je parlais à une connaissance qui a des enfants, et elle a mentionné que beaucoup de femmes de cette région mangent de la grenade pendant leur grossesse. Normalement, elles sont récoltées plus tard dans l’année, mais il se trouve que, par coïncidence, j’ai vu des grenades cultivées dans le sud à vendre alors que je me promenais dans le bazar. »

Il n’y a aucune chance que ce genre de chose arrive par coïncidence ! Mitsuki avait pensé ça, mais elle avait gardé le silence.

Mitsuki savait ce qui avait dû se passer, même sans le demander. Ayant entendu dire que les grenades étaient bonnes pour les femmes enceintes, Félicia avait dû parcourir tous les marchés à la recherche de grenades. Cette attention avait rempli son cœur de bonheur.

« Merci beaucoup, vraiment », déclara Mitsuki, et elle prit quelques graines de grenade avec une cuillère. Elle plaça timidement la cuillerée dans sa bouche.

« Ngh ! Hmm… ! » Mitsuki n’avait pas pu s’empêcher de fermer les yeux et d’agiter sa main libre.

C’était intensément aigre.

Mais en ce moment, c’était exactement ce dont elle avait besoin.

Ce n’était pas le goût acidulé d’un citron, mais un goût incroyablement acide, comme une baie acidulée.

« C’est trop bon ! C’est vraiment, vraiment délicieux, Félicia ! » Mitsuki s’était exclamée.

« C’est si merveilleux à entendre ! » Avec un sourire élégant, Félicia avait fait une petite inclinaison de la tête à Mitsuki. Chacun de ses mouvements et chacune de ses expressions étaient magnifiques.

Pour Mitsuki, qui était consciente qu’elle était encore une enfant à bien des égards, Félicia semblait être une adulte. Elle se sentait un peu envieuse.

« Merci de t’être donné tant de mal, Félicia », dit Yuuto avec gratitude. « Tu nous as vraiment aidés. Je savais que je pouvais compter sur toi. »

« Oh, merci beaucoup ! Je ne suis pas digne d’un tel éloge. » Félicia réagit à l’éloge de Yuuto par un sourire si plein de joie pure qu’il était pratiquement envoûtant. On aurait dit qu’elle allait se mettre à fredonner un petit air d’une seconde à l’autre.

Elle avait un tel air d’adulte, il y a juste une seconde, et tout cela avait été balayé comme un rien.

Tout ça à cause d’une seule remarque de Yuuto.

Je le savais, pensa Mitsuki. Félicia aime vraiment Yuu-kun du fond du cœur.

Un simple regard sur le sourire de la femme suffisait à le faire comprendre.

Alors que Mitsuki commençait à ressentir une petite inquiétude dans sa poitrine, Félicia prit la parole, la sortant de ses pensées.

« Oh, et j’ai aussi apporté ces dattes. S’il vous plaît, goûtez-les, Grande Sœur. »

Félicia avait tendu un deuxième plat. Celui-ci contenait un tas de fruits qui, pour Mitsuki, ressemblaient à des raisins secs, mais beaucoup plus gros.

« On les fabrique en séchant les fruits des palmiers dattiers qui poussent par ici, non ? » demanda Mitsuki.

« Exacte », répondit Félicia. « Et, depuis les temps anciens, on dit que si une femme en mange six par jour, elle donnera naissance à un enfant en bonne santé. »

« Ohh, intéressant. Six par jour, hein ? » Mitsuki avait attrapé l’un des fruits et en avait pris une bouchée.

Cela avait une saveur sucrée qui semblait se répandre dans sa bouche, rappelant les kakis sucrés séchés qu’elle avait mangés au Japon. Le goût sucré était un peu trop fort à son goût, mais heureusement, il n’était pas assez fort pour lui donner la nausée.

« Ah, ça ne descend pas aussi facilement que la grenade, mais je pense que je peux aussi manger ça », déclara Mitsuki. « Je suis tellement heureuse que nous ayons enfin trouvé quelque chose que je puisse manger ! »

Mitsuki avait poussé un long soupir de soulagement.

La situation était devenue si désespérée pour elle ces derniers temps, que l’idée qu’elle puisse finir par mourir de faim lui avait même traversé l’esprit une ou deux fois.

« Hee hee ! Je suis reconnaissante d’avoir pu vous rendre service. ... Ah, Grande Soeur. Si vous êtes d’accord, puis-je être autorisé à toucher votre ventre ? »

« Oh ! » Mitsuki avait souri, et avait hoché la tête. « Oui, bien sûr que tu peux ! »

Elle gloussa, se rappelant que la nuit dernière, Yuuto avait fait la même demande.

Même dans un lieu et à une époque totalement différents, il semblerait que les questions posées à une future mère soient à peu près les mêmes.

Le bébé n’avait pas encore commencé à bouger ou à donner des coups de pied, mais apparemment les gens voulaient quand même toucher son ventre.

« À l’intérieur, il y a le grand frère…, » Félicia s’était murmurée à elle-même. Elle avait doucement, tendrement caressé le ventre de Mitsuki.

Pour Mitsuki, c’était comme si elle pouvait aussi sentir l’amour de Félicia pour Yuuto communiqué à travers ce toucher.

Soudain, Félicia s’était levée, les yeux brillants de détermination, et elle avait annoncé : « J’ai pris ma décision ! À partir d’aujourd’hui, je vais commencer à m’entraîner pour devenir sage-femme ! »

Elle avait saisi la main de Mitsuki, la serrant fermement, et elle avait continué.

« Grande sœur ! Je vous en supplie, permettez-moi de mettre votre enfant au monde ! »

« U-umm… » Mitsuki n’avait pas pu répondre dans un premier temps. C’était un saut si soudain dans la conversation qu’elle avait du mal à rattraper son retard.

Félicia avait semblé en tirer une conclusion hâtive, car elle avait immédiatement affaissé ses épaules avec tristesse, comme si elle avait été arrachée de force à un rêve heureux pour revenir à la réalité. « Non… ? … Ah, oui, bien sûr, c’est votre premier accouchement, après tout. Plutôt que quelqu’un comme moi, vous préféreriez bien sûr avoir une sage-femme avec beaucoup plus d’expérience… »

Elle devait vraiment vouloir être celle qui le ferait.

« Non, ce n’est pas ça », avait interjeté précipitamment Mitsuki en secouant la tête. « J’étais juste un peu surprise, c’est tout. En fait, j’aimerais beaucoup te demander d’être la sage-femme. Si je pouvais choisir quelqu’un pour le faire, je voudrais que ce soit toi, Félicia. »

« V-vraiment !? »

« Oui. »

« Merci beaucoup ! » Le sourire éclatant de Félicia était revenu, et elle avait laissé échapper un petit rire. « Tee hee hee ! Oh, j’ai tellement hâte maintenant. Je me demande quel visage aura le bébé ? Est-ce que ce sera un garçon ou une fille, je me le demande ? Si c’est un garçon, il ressemblera sûrement au Grand Frère. Ohh, j’ai hâte d’être au jour de notre rencontre… »

Félicia était de nouveau de bonne humeur et parlait avec enthousiasme, prise dans une rêverie où son imagination s’emballait.

Il était clair, sans l’ombre d’un doute, qu’elle était vraiment heureuse du fond de son cœur que Yuuto ait un enfant.

« Hee hee, il est beaucoup trop tôt pour être si excitée, Félicia, » déclara Mitsuki, avec un sourire en coin. Elle avait silencieusement soupiré pour elle-même, soulagée.

Félicia n’était pas seulement l’adjointe de Yuuto. Elle était plus que ça pour lui.

Dès les premiers jours de la vie de Yuuto dans cet endroit, alors que tout le monde le traitait d’inutile, elle l’avait toujours soutenu avec dévotion, faisant tout ce qu’elle pouvait pour lui. Elle était quelqu’un de précieux pour lui, quelqu’un de spécial.

Elle était aussi précieuse pour Mitsuki. Pendant ce premier mois après l’arrivée de Mitsuki à Yggdrasil, Félicia avait été une bouée de sauvetage, une alliée et une amie irremplaçable qui avait pris soin d’elle et l’avait aidée de tant de façons.

Peut-être que Félicia n’avait fait tout cela que pour le bien de Yuuto. Mais même si c’était vrai, elle avait été aussi gentille et attentionnée envers l’amoureuse de l’homme qu’elle désirait ardemment — quelque chose dont peu de gens dans ce monde étaient capables.

Et donc, Mitsuki aimait Félicia.

Si possible, elle voulait qu’elles deviennent des amies proches, de vraies amies.

Plus que tout, elle était remplie d’un bonheur simple, sachant que Félicia avait donné sa pleine bénédiction à cette grossesse et était vraiment heureuse pour elle.

Mitsuki avait doucement posé une main sur son propre ventre, et avait chuchoté doucement, « Tu n’as pas à t’inquiéter, mon petit. Tout le monde ici t’attend à bras ouverts. »

***

« Monseigneur, concernant le Fort Waganea… il a subi un assaut féroce du Clan de la Foudre, et a été saisi ! Le commandant des forces là-bas, Lord Kurtz, aurait été tué dans les combats. »

« Hm, est-ce donc ainsi ? » La réponse du patriarche du Clan de la Flamme à l’annonce paniquée de son messager était froide et détachée. Il resta calmement assis, son menton reposant oisivement contre une main.

Le patriarche semblait avoir une trentaine d’années, un homme dans la force de l’âge. Il avait également des cheveux noirs foncés, un trait extrêmement rare à Yggdrasil.

Sa voix était basse et calme, impartiale, même. Mais quand il parlait, c’était comme si l’air de la pièce autour de lui se gelait instantanément dû à la tension.

Toutes les autres personnes rassemblées ici faisaient partie des capitaines et des officiels les plus haut placés du Clan de la Flamme, mais même ces féroces vétérans pâlissaient et des perles de sueur froide commençaient à couler sur leur visage. Ils ne pouvaient que rester là en silence, déglutissant en silence, les yeux rivés sur les moindres mouvements de leur seigneur et maître.

Se murmurant à lui-même, le patriarche du Clan de la Flamme avait lentement levé le menton de sa main, et s’était assis droit. « Cet enfant du Clan de la Foudre… Il a réussi une sacrée démonstration. »

Il avait agi conformément à l’accord passé avec le Clan de l’Acier, en utilisant ses forces pour attirer l’attention de l’armée du Clan de la Foudre sur la frontière et l’occuper pendant que le Clan de l’Acier menait sa campagne contre le Clan de la Panthère. Il avait seulement l’intention de maintenir ses forces ici pour garder le Clan de la Foudre en échec. Mais l’armée du Clan de la Foudre n’avait pas seulement foncé sur une force de défense deux fois plus grande que la sienne, elle avait même réussi à gagner. C’est vrai que c’était un peu surprenant.

« Donc », avait pensé le patriarche, « sa réputation de guerrier sans égal n’est, semble-t-il, pas une simple exagération. »

Les soldats de l’armée du Clan de la Flamme n’étaient pas des conscrits issus de familles de paysans. Ils étaient tous expérimentés, des soldats de carrière qui avaient subi un entraînement intensif et qui étaient toujours en service actif ou de réserve.

Et Kurtz, le commandant qui avait été à la tête de l’armée de la forteresse frontalière, était un général de renom, peut-être même parmi les cinq plus forts du clan. Il avait fourni des résultats énormes et impressionnants sur le terrain pendant la guerre contre le Clan du Vent.

Et pourtant, en dépit de ces choses, voici le résultat.

Heureux des cadeaux nostalgiques qu’il avait reçus, le patriarche du Clan de la Flamme avait adhéré à cette alliance sur un coup de tête, mais cela s’est avéré être un échange assez coûteux pour lui.

« Le Clan de l’Acier a déjà terminé sa campagne contre le Clan de la Panthère, et notre rôle a donc été joué. Et pourtant, je me trouve tout simplement incapable de laisser une blessure sans réponse… » Un coin de la bouche du patriarche du Clan de la Flamme s’était lentement courbé vers le haut, formant un sourire amusé.

Cet homme avait jusqu’à présent détruit et annexé trois clans entiers et leurs territoires, dont le Clan du Vent. Cependant, de son point de vue, la civilisation de ce monde lui paraissait assez primitive, les armes et les stratégies militaires de ses habitants étant loin derrière celles de sa patrie. Franchement, la conquête était ennuyeuse.

Et maintenant, un adversaire d’une férocité inattendue était apparu, quelqu’un qui avait été capable de percer complètement les lignes de front du Clan de la Flamme, que leur patriarche avait équipé de longues lances d’une longueur terrifiante pour créer une barrière de mort infranchissable. Quelqu’un avait vaincu sa stratégie du « Mur de Lances », et du point de vue de sa position de patriarche, c’était une horrible nouvelle… mais le patriarche du Clan de la Flamme sentit au contraire son cœur se mettre à battre la chamade.

Il y avait eu un bam ! alors que le patriarche du Clan de la Flamme s’était levé avec une telle force que ses pieds avaient heurté le plancher en bois.

« Envoyez l’appel à toutes les armées pour qu’elles se rassemblent ! » avait-il crié. « Nous allons chasser ce tigre ! Et je commanderai les troupes moi-même ! »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire