Le Maître de Ragnarok et la Bénédiction d'Einherjar – Tome 10 – Chapitre 1 – Partie 1

***

Chapitre 1 : Acte 1

Partie 1

Yuuto avait conclu sa campagne contre le Clan de la Panthère et était rentré en triomphe à Gimlé, sa capitale.

À cette période de l’année, la chaleur des rayons du soleil devenait de plus en plus forte, et il semblait que la saison estivale était sur le point de commencer.

« Sieg Reginarch !!! Sieg Reginarch !!! » Les citoyens avaient tous applaudi avec ferveur, leurs voix se répercutant dans toute la ville de Gimlé.

On pouvait sentir l’air frémir à chaque acclamation.

C’était si fort qu’on se demandait si chaque personne dans toute la ville criait en même temps.

Mitsuki se tenait à l’entrée du palais, attendant avec impatience le retour de Yuuto.

« Oh, on dirait qu’il est de retour », dit-elle joyeusement. « Yuu-kun est vraiment aimé par les gens de ce monde, n’est-ce pas ? »

Mitsuki avait les cheveux noirs, un trait incroyablement rare à Yggdrasil. Mais c’était naturel, car elle était japonaise, née et élevée là-bas.

À première vue, Mitsuki semblait être une fille douce et gentille, mais pour être avec le garçon qu’elle aimait, elle était prête à traverser le temps et l’espace pour venir avec lui dans le monde d’Yggdrasil. Elle avait quelque peu du cran.

Debout à côté de Mitsuki, une petite fille avait répondu avec une fierté zélée. « Oh, il l’est vraiment ! À l’école, tout le monde parle toujours de son rêve d’échanger le Serment du Calice avec Maître Yuuto ! »

Cette adorable jeune fille de douze ans aux cheveux coupés juste au-dessus des épaules était Éphelia.

À l’origine, elle avait été capturée et vendue comme esclave, mais Yuuto l’avait achetée, et maintenant elle servait de dame de compagnie à Mitsuki.

« Wôw, vraiment ? » demanda Mitsuki. « Oh, au fait, t’es-tu habituée à ta nouvelle école ? »

Grâce à l’affection de Yuuto pour elle, et à son désir d’avoir un test pour un nouveau système d’éducation obligatoire pour les enfants, Éphelia avait fréquenté une école à Iárnviðr. Après que Gimlé ait été désignée comme la capitale du nouveau Clan de l’Acier, elle avait été transférée dans une nouvelle école ici.

Yuuto avait dit à Éphelia qu’elle pouvait rester avec sa mère biologique à Iárnviðr, mais la jeune fille, d’habitude si timide, avait insisté pour venir avec eux.

Elle était proche en âge par rapport aux jumelles du Clan de la Griffe et semblait s’entendre particulièrement bien avec elles, car Mitsuki les voyait souvent jouer ensemble. Peut-être qu’Éphelia n’avait pas non plus voulu être séparée d’elles.

« Oui ! Tout le monde a été si gentil avec moi ! » Éphelia sourit largement et acquiesça.

 

 

Mitsuki avait entendu de Yuuto que la fille avait rencontré une légère intimidation dans son école précédente, mais en regardant son expression brillante maintenant, il semblait qu’il n’y avait pas besoin de s’inquiéter à ce sujet.

« Je vois. C’est bon à entendre, » répondit Mitsuki.

Elle s’était également prise d’affection pour cette fille honnête et appliquée, et s’en occupait beaucoup, c’était donc un soulagement.

« Oh ! On dirait qu’il est arrivé ! » cria Éphelia.

« Hein ? » Mitsuki se tourna pour regarder vers les portes du palais, où un seul char était apparu tiré par deux chevaux marron foncé. Il était sensiblement plus extravagant qu’un char normal, embelli à divers endroits avec de l’or pur.

Le jeune homme aux cheveux noirs qui chevauchait ce char était descendu et, ce faisant, les dizaines de personnes qui attendaient à l’entrée du palais pour le rencontrer avaient toutes mis un genou à terre.

La seule personne encore debout était Mitsuki, et ses yeux avaient rencontré les siens.

Le jeune homme, Yuuto Suoh, lui avait alors fait signe.

« Hey, Mitsuki, je suis de retour ! Je sais que ça fait presque deux mois. Désolé d’avoir été absent si longtemps. »

« Non, c’est bon », répondit Mitsuki. « Je comprends comment c’est. Bon travail là-bas, et bienvenue à la maison, Yuu-kun. »

« Merci. » Yuuto avait souri joyeusement.

À première vue, Yuuto donnait l’impression d’être une personne joyeuse et douce, mais il y avait aussi quelque chose de plus : une présence lourde et autoritaire.

Ce n’était pas comme s’il était devenu une personne complètement différente. Ses traits étaient toujours ceux du garçon qu’elle avait toujours connu. Et pourtant…

Pourquoi as-tu dû aller de l’avant et grandir si vite tout seul ? Mitsuki pensa cela.

Yuuto était devenu tellement plus cool, et maintenant, tout ce qu’il faisait lui donnait l’impression que son pouls s’emballait. Ça semblait injuste.

« Oh, c’est vrai », dit Yuuto. « Tu te souviens de la promesse d’avant ? »

« Hein ? »

« Celle sur le fait d’avoir un vrai mariage à mon retour. »

Le visage de Mitsuki était devenu rouge, et elle avait fait un petit signe de tête. « … Oui, je me souviens. »

Yuuto cessa de sourire, et avec une expression sérieuse, il prit la main de Mitsuki et se mit à genoux.

« Je vais demander une fois de plus. Mitsuki Shimoya, veux-tu m’épouser ? »

En terminant de parler, il lui fit un petit clin d’œil malicieux.

Cela avait rafraîchi la mémoire de Mitsuki. En y repensant maintenant, elle lui avait dit il y a longtemps qu’elle aimait vraiment ce genre de proposition dramatique.

Il avait dû s’assurer de s’en souvenir, pendant tout ce temps.

Yuuto était vraiment injuste.

Tout ça était vraiment merveilleux.

Elle était submergée par les sentiments de bonheur, d’amour et de nausée qui montaient en elle.

« Désolé, so-mmph ! » Incapable de réprimer sa colère, Mitsuki s’était débarrassée de la main de Yuuto et avait plaqué ses propres mains sur sa bouche, s’enfuyant à toute vitesse.

Yuuto et tous les autres laissés pour compte n’avaient pu que la regarder, abasourdis, alors qu’elle s’enfuyait.

Il suffit de dire que le fait que la proposition de mariage du Patriarche ait été purement et simplement rejetée a été le sujet de discussion le plus brûlant dans tout le palais ce jour-là.

***

« Ohh… oh, je suis désolée. Je suis désolée d’avoir apporté la honte sur toi, Yuu-kun… »

Allongée dans son lit, Mitsuki avait répété ses excuses, de grosses larmes dans les yeux.

Ne deviens pas un fardeau pour Yuuto. Elle s’était juré cela au fond de son cœur, mais maintenant elle l’avait humilié de manière publique. Elle ne pouvait pas se le pardonner.

Yuuto, de son côté, avait juste agité une main avec désinvolture. « Ah, vraiment, c’est bon, d’accord ? Tu es malade, donc tu ne pouvais rien y faire. »

Il ne semblait pas se soucier le moins du monde de ce qui se passait.

Quel mari au grand cœur j’ai... Mitsuki s’était retrouvée à tomber amoureuse une fois de plus.

« Eh bien, le plus important… Oh, euh, je ne parle pas du fait que tu sois malade, je parle du fait que tu m’amènes la honte », déclara Yuuto. « De toute façon, le plus important pour moi est ta réponse à ma proposition, tu vois ? »

« Bien sûr que c’est “Oui” ! Si tu es vraiment d’accord pour m’avoir, alors laisse-moi t’épouser ! »

« Ok. » Yuuto avait souri doucement, et il avait caressé la tête de Mitsuki. « Alors d’abord, tu dois te reposer et te rétablir. »

Un sentiment de chaleur, de sécurité, s’était répandu en elle.

« Oh… mmph ! »

Et pourtant, comme pour contrer ces sentiments chaleureux, une vague de nausée l’avait envahie, et elle avait dû se couvrir la bouche à nouveau.

« Hé, vas-tu bien ? ! » Yuuto cria, et tendit rapidement un pot en terre cuite.

Mitsuki était reconnaissante pour le geste, mais l’idée de vomir juste devant le garçon qu’elle aimait était quelque chose que sa fierté de fille ne permettait pas.

Heureusement, elle avait pu se retenir cette fois-ci, et les nausées avaient fini par disparaître.

« Peut-être que tu as mangé quelque chose qui ne t’a pas convenu », déclara Yuuto en fronçant les sourcils avec une expression douloureuse.

Il avait probablement ressenti un lien personnel avec cette situation, puisqu’il avait beaucoup souffert de troubles digestifs lors de sa première visite à Yggdrasil.

« Hm, c’est ce que c’est, je me demande ? » Mitsuki murmura. « Cependant, mon estomac ne me fait pas vraiment mal. »

« Hmm. » Yuuto avait incliné sa tête, semblant profondément réfléchi. Puis il posa sa main sur le front de Mitsuki. Sa main était un peu froide, ce qui faisait du bien. « Tu as un peu de fièvre. Je suis sûr que tu as probablement juste attrapé un rhume ou quelque chose comme ça. »

« Ahh, ça pourrait être ça. » Mitsuki hocha la tête. « Cela arrive souvent quand les saisons changent, après tout. »

« Bon, alors, assure-toi de manger quelque chose de nutritif et de dormir suffisamment. C’est la meilleure chose à faire pour un rhume. »

« C’est vrai. »

Mitsuki n’avait aucune objection, et elle avait donc décidé de suivre le conseil de Yuuto et de consacrer un peu de temps au repos.

Bien qu’elle soit malade, ses symptômes n’étaient pas si importants, et elle et Yuuto avaient donc supposé qu’elle irait mieux tout de suite. Cependant, en dépit de leurs attentes, après trois jours, son état n’avait montré aucun signe d’amélioration.

Sa légère fièvre continuait, et la fréquence de ses nausées ne faisait qu’augmenter.

Elle n’avait pas d’appétit, et ne pouvait même pas garder la plupart des aliments.

Naturellement, à ce stade, il semblerait que cela pouvait être quelque chose de plus sérieux, et Yuuto s’était inquiété. Déconcerté, il avait appelé Félicia à l’aide.

C’était un monde où tout le monde croyait que les maladies étaient causées par des choses comme la possession par des esprits maléfiques.

Ce sont les prêtres et les guérisseurs qui jouaient le rôle de médecins.

Félicia était une prêtresse qui pouvait utiliser la magie du chant galdr et même les seiðrs, les sorts rituels plus compliqués, et elle avait également une grande connaissance des herbes médicinales et de leurs applications. Dans ce monde, elle était une guérisseuse aussi prestigieuse et efficace qu’on puisse le souhaiter.

Dans le passé, elle avait régulièrement fait des voyages pour rendre visite aux malades dans leurs maisons. Elle s’était également occupée personnellement de Yuuto lorsqu’il était malade, à plusieurs reprises.

Bien sûr, comme Yuuto était une personne du monde moderne, il avait toujours été légèrement réticent à s’en remettre à elle pour des questions médicales parce que sa pratique n’était pas basée sur la science, mais ce n’était plus une situation où il pouvait se permettre d’être comme ça.

Félicia avait mesuré la force de la fièvre de Mitsuki, avait vérifié l’arrière de sa gorge et lui avait posé quelques questions.

Quand elle avait terminé, elle se tourna vers Yuuto, et avec un sourire radieux, elle déclara : « Félicitations, Grand Frère ! En tant que jeune soeur, et en tant que membre du clan de l’acier, c’est un honneur pour moi de pouvoir célébrer cela avec toi. »

Mitsuki savait que ces mots ne pouvaient avoir qu’une seule signification. Par réflexe, elle plaça une main sur son abdomen.

Pendant ce temps, Yuuto n’avait pas encore fait le rapprochement.

« Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ? Alors ça veut dire qu’elle n’est pas malade ? »

Bien sûr, il avait été convoqué du monde moderne à Yggdrasil pendant sa deuxième année de collège, en plein milieu d’une période d’apprentissage très sensible pour les jeunes garçons. Mitsuki réalisa qu’il n’avait probablement pas eu beaucoup d’expositions à la connaissance du sexe et des sujets connexes.

Félicia avait ri, et avait secoué la tête. « Tee hee ! Oh, tu peux être sûr de cela. Au contraire, c’est une occasion de se réjouir ! Je ne peux pas encore le déclarer avec une certitude absolue, mais je crois que Grande Soeur Mitsuki est enceinte. »

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

  1. merci pour le chapitre

Laisser un commentaire