Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 69

☆☆☆

Chapitre 69 : Augmenter le nombre de sous-fifres

« Ooh, ils sont incroyables, Maître ! Peut-être que je leur demanderai la permission de faire un match ! »

Liscia était devenue tout excitée quand elle vit la manière de combattre d’Elfion et de Relcend. « Cela ne me dérange pas plus que cela, mais fais-le avec modération, d’accord. Ce n’est pas drôle pour des camarades de s’entretuer, OK ? »

Mais pour le dire franchement, je devrais aussi participer à la bataille. Notre adversaire était une armée composée d’environ 300 000 hommes. Il ne faisait aucun doute que leur nombre était beaucoup plus élevé que le nôtre, même si nous avions put réduire un peu leur effectif. Par rapport à cela, notre armée était composée d’un peu moins de 100 000 soldats.

Par rapport à l’Empire, qui avait encore des forces en réserve dans son propre pays, on avait atteint la limite du nombre de personnes que le pays des demi-humains pouvait envoyer. Donc même si par hasard ils gagnaient cette bataille, si vous l’envisagiez à long terme, le fait qu’un grand nombre de soldats soient tués leur coûtera sûrement la guerre... s’ils se battaient normalement.

Cependant, j’étais dans le coin à cette heure-ci. J’avais mis les habitants du pays des demi-humains à l’arrière et j’avais mis en place à l’avant environ 200 escadrons de morts-vivants que j’avais convoqués. Et puis, grâce au Collier d’Absorption d’Âme qui avait déjà absorbé des dizaines de milliers d’âmes, mon pouvoir magique était vraiment devenu très massif. Je pourrai probablement faire de tous les cadavres, qui augmenteront à partir de maintenant, mes sous-fifres. Pour cela, je devais les tuer.

Tout d’abord, je commencerai par les soldats de l’Empire qu’Elfion et Relcend avaient tués plus tôt.

« Brouillard des ténèbres. »

J’avais alors activé ma sorcellerie sur la formation ennemie. Les soldats de l’Empire paniquèrent devant cette brume noire qui s’approchait soudainement, mais cette brume n’avait aucun effet sur les vivants. Cela n’avait d’effet que sur les cadavres. Les cadavres que ce brouillard touchait se transformaient instantanément en soldats zombies.

Les soldats de l’Empire paniquèrent en constatant que des cadavres se mirent soudainement à bouger. C’était inévitable. En effet, quand on laissait des cadavres tels quels sans les brûler ni les purifier, ils pouvaient devenir des morts-vivants, comme des zombies et des squelettes, mais cela prenait un certain temps. En temps normal, cela pouvait prendre une semaine au minimum. Par conséquent, ce n’était pas un phénomène qui se produisait à la suite de la mort de la personne.

« Maintenant, vous aussi, vous allez y aller. »

Mes escadrons de morts-vivants se mirent en mouvement à la suite de mon ordre. Et bien que ces créatures agissent sans moi, ils étaient capables dans une certaine mesure de se battre comme ils le faisaient lorsqu’ils étaient vivants. C’était différent si c’étaient des humains ordinaires, mais chaque demi-humain était plus fort qu’un petit nombre de soldats humains. De plus, c’était des soldats qui continueraient de bouger tant que moi, le lanceur de sorts, ne mourrais pas.

En raison des soldats soudainement ressuscités qui ne pouvaient pas mourir, qui s’approchaient de derrière eux, les soldats de l’Empire se mirent à briser leur formation. Cependant, il y avait aussi certains de commandant qui donnèrent des ordres correctement, même quand la situation devint ainsi. Je pouvais parfaitement dire en ce moment, « Comme prévu ».

Ils allaient sûrement s’effondrer à partir de maintenant.

« Dévores-les, Lo »

« GAUuuuuu ! »

À la suite de mon ordre, Lo se mit à courir. Il s’attaqua aux soldats de l’Empire, mordant mortellement les soldats qui donnaient les ordres tout à l’heure. Bien que les soldats qui l’entourait essayèrent de s’en prendre à Lo, Lo libéra la foudre à partir de la corne présente sur sa tête. La foudre pénétrant dans le corps des soldats les uns après les autres.

J’avais soudainement réalisé que Liscia et Relcend se déchaînaient elles aussi, comme s’ils étaient en compétition l’un avec l’autre, tailladant et frappant des soldats. Ces individus faisaient ce qu’ils voulaient. Eh bien, c’était finalement une bonne chose.

« Humph. Comme prévu du Seigneur Aruji. La différence de nombre, qui faisait une si grande différence est en train de se réduire peu à peu. Si on ajoute à cela le fait que ceux qui sont tués par vos sous-fifres tuent les soldats ennemis à leur tour, c’est encore plus logique. Vous possédez un extraordinaire pouvoir magique »

« Eh bien, c’est grâce à ça. », dis-je tout en montrant le collier d’absorption d’âme présent autour de mon cou.

Cependant, Elfion secoua la tête.

« Je suppose qu’il est vrai que votre pouvoir magique augmente grâce à cela, mais ce collier devrait aussi être maudit. Seigneur Aruji, vous subissez cela tout en restant calme. C’est admirable. »

... Il me couvrait d’un peu trop d’éloges. Est-ce que cela cache quelque chose ? Alors que je regardais avec des yeux un peu dubitatifs...

« Quoi ? J’ai juste pensé que j’étais heureux d’avoir répondu à votre appel. Même parmi nous, les demi-humains, la race des elfes est une race qui vit au minimum plusieurs centaines d’années. C’est juste que, bien que je devienne inconsciemment insensible en vieillissant, je suis indûment excité pour mon âge. »

« Fuuu »

Elfion qui m’avait fait un sourire se dirigea à l’intérieur des lignes ennemies. C’est un beau gosse, et peu importe le visage qu’il fait, il reste cool. Eh bien, peu importe. Cela ne sert à rien d’être jaloux de lui. Je vais aussi y aller.

J’avais alors fait voler dix épées courtes autour de moi alors que je me déplaçais à l’intérieur de l’armée de l’Empire. D’habitude, je faisais en sorte qu’elles réagissent de façon semi-automatique parce que j’avais peur des attaques-surprises, mais je les avais toutes fait avancer à ma guise.

Les zombies me succédaient. Il y avait aussi ceux de mon armée de mort-vivant qui possédaient une force qui était bien au-dessus des autres morts-vivants. Cependant, Liscia, Elfion, Relcend et Lo, étaient de mes subordonnés qui possédaient une puissance qui les dépassaient facilement.

La ligne de front de l’Armée Impériale, qui était attaquée sans cesse par mes troupes, était dans un état si horrible qu’elle n’avait plus maintenu sa formation initiale. Cette répercussion s’étendait également chez les soldats de l’Empire qui étaient en retrait. Ainsi, j’avais décidé de m’enfoncer à l’intérieur de leur formation afin d’agrandir cet effet secondaire.

En même temps, des explosions dues à la magie se produisaient sur les deux côtés. C’était les demi-humains qui lançaient de la magie depuis les flancs. J’avais alors supposé que cela devrait être efficace si les soldats, qui étaient maintenant agités, se mettaient à fuir. Selon moi, je devrais également suivre le mouvement.

J’avais déplacé mes épées courtes qui dansaient dans les airs par ma seule volonté et j’avais tué avec elle des soldats de l’Empire. C’était plus difficile à déplacer que lorsqu’elles étaient en mode automatique, mais d’une certaine manière cela me convenait parfaitement. Je pouvais tuer les personnes que je voulais tuer.

Je contrôlais deux épées courtes à la fois. Avec elles, je perçais les jambes des soldats afin d’arrêter leurs mouvements. Cela créait une faille dans leurs défenses, puis je leur coupais le cou. Je tranchais également leurs mains qui tenaient une épée et je coupais au niveau de leur visage. Ouah, ça fait du bien.

Après ça, j’avais fait tourner les épées courtes autour de moi, vers les soldats qui essaient de m’encercler et de m’approcher. Les épées courtes se déplaçaient en cercle, brisant ainsi leurs épées, perçant leurs boucliers. Ils mouraient ainsi les uns après les autres,

« UOooo ! Crève ! », l’un des soldats, qui était plus grand que les autres soldats, qui portait une masse, s’approcha. J’avais alors envoyé vers lui cinq épées courtes. Il essaya de les bloquer avec son bouclier, mais naturellement, elles pénétrèrent sa garde et trouèrent le corps du soldat.

Les soldats de l’Empire m’entouraient toujours. Cependant, ils avaient peut-être peur de moi, car ils gardèrent leurs distances. Ils ne voulaient pas s’approcher de moi. L’instant d’après, alors que je pensais que c’était à moi de prendre l’initiative, quelque chose était descendu du ciel. J’avais sauté en arrière de l’endroit où j’étais, et je vis que la chose qui était descendue n’était qu’un homme qui portait plusieurs épées sur son dos. Il me regarda tout en prenant une position d’attaque.

« De l’Armée de l’Empire, l’Épée Sainte Suzaku [1] est arrivée »

... Quelque chose était apparu.

Notes

  • 1 Suzaku : スザク. Cela signifie Oiseau Vermillon, c’est l’un des quatre symboles de la constellation chinoise.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour ce chapitre

Laisser un commentaire