Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 56

☆☆☆

Chapitre 56 : L’Objectif des visiteurs (1)

Il y avait un total de sept visiteurs qui étaient venus du pays des demi-humains dans la salle du trône.

Deux hommes et une femme aux longues oreilles et aux cheveux d’or.

Deux hommes barbus, et dont la taille atteignait à peu près ma poitrine.

Un homme dont l’apparence ressemblait à celle d’un humain, mais qui avait des écailles ici et là et une grande queue.

Une femme encore plus petite que ces hommes aux visages barbus, elle mesurait qu’environ 40 cm et elle avait des ailes qui poussaient sur son dos, ce qui faisait un total de sept personnes.

Donc, pour résumer, ceux qui trouvaient ici étaient les races demi-humaines appelées Elfe, Nain, Dragonewt, Fées.

Les elfes avaient beaucoup d’adeptes de la magie et du tir à l’arc, à tel point qu’on les appelait les chasseurs de la forêt. Leurs caractéristiques étaient les longues oreilles et l’abondance des beaux hommes et des belles femmes.

De nombreux nains étaient fiers de leur force. Bien qu’ils soient généralement aussi grands qu’un enfant, des enfants aux adultes, ils possédaient tous une force ridicule. Il semblerait qu’ils soient capables de soulever facilement un humain d’une seule main.

On dit que les dragonewts étaient les descendants des dragons, c’était le croisement entre un dragon et un humain. Il semblerait qu’en raison de leurs capacités générales élevées et du fait qu’ils avaient une résistance magique élevée qui faisait honte aux dragons, il y en avait parmi eux ceux qui agissaient sur le continent en tant que mercenaire.

Enfin, il y avait les fées, ils étaient encore plus doués en magie que les elfes. Au point qu’ils pouvaient faire tomber un pays sans problème avec une dizaine de personnes s’ils le souhaitaient.

C’était en raison que leur corps et leur pouvoir magique étaient faibles qu’ils ne le faisaient pas. Au lieu de cela, parce que la récupération de leur pouvoir magique était plus rapide que celle d’un humain ordinaire, il semblerait qu’ils n’avaient aucun problème à lancer la magie normalement.

Ce groupe nous dévisageait tout en nous regardant fixement, nous qui étions entrés soudainement. J’avais enlevé la robe que je portais en marchant tout en me dirigeant vers Fia.

Fia se leva du siège et se déplaça sur le côté quand je m’approchais du trône. Elle baissa la tête jusqu’à ce que je m’assoie sur le trône. Je supposais que c’était sa façon d’être loyale.

Normalement, je ne montais pas sur le trône comme ça, même si je venais ici secrètement, mais pour l’instant, mes affaires étaient déjà connues de tous. Je supposais qu’il n’était pas nécessaire de se cacher délibérément.

Depuis qu’elle est devenue reine, elle n’était plus aussi hostile envers moi qu’avant. Bien que la façon dont elle m’appelait ne changeait pas, je me demandais quand même si « elle s’est un peu adoucie » était la bonne façon de le formuler. Elle était devenue douce.

Bien que nous ne l’ayons pas encore fait la nuit, nous dormions parfois ensemble. On ne l’avait pas fait parce que c’était toujours quand elle faisait des cauchemars qu’on dormait ensemble.

D’une certaine façon, il semblerait que dans ses rêves le père qu’elle avait tué et les ministres lui faisaient des reproches. Je supposais que c’était quelque chose de psychologique. La culpabilité quand au fait d’avoir tué son père de ses propres mains la tourmentait.

Depuis que j’en avais entendu parler par l’ombre qui la suivait, je m’assurais que l’ombre m’appelait quand elle faisait un cauchemar. Et puis dormir en lui tenant la main était devenu la routine quotidienne de cette moitié d’année.

Au début, elle avait été surprise quand elle s’était réveillée le matin parce que j’étais à côté d’elle, j’avais été renvoyé par un bon coup de pied, mais, peut-être qu’elle s’y fût habituée récemment, elle avait cessé d’être surprise.

Bien sûr, je n’avais pas oublié Mylène. Fia ne faisait pratiquement pas de cauchemar la nuit suivante, peut-être grâce au fait que j’avais dormi avec elle, je passais ainsi la nuit suivante avec Mylène.

C’était par hasard que j’avais naturellement fini par alterner entre les deux une nuit sur deux. Je me rattrapais en faisant une nuit intense, donc Mylène était aussi satisfaite de ça.

En pensant à de telles choses, j’avais pris place sur le trône. Ouah, c’était dur. Beaucoup d’or et d’argent avaient peut-être été utilisés pour le rendre prestigieux, donc c’est assez robuste. Il était difficile de s’asseoir dessus. C’était incroyable de voir comment Fia pouvait s’asseoir sur une chaise si dure. Je lui ferai un massage du dos la prochaine fois.

D’accord, il était temps d’entrer dans le vif du sujet. En me voyant soudainement assis sur le trône, les demi-humains me regardèrent d’un air méfiant. Parmi eux, il y avait ceux qui tournèrent leur animosité contre moi, eh bien. C’étaient les deux elfes mâles. Pour une raison quelconque, ils me regardaient avec des yeux remplis d’animosité. Ça m’énervait, alors devais-je les tuer ? Cependant, avant que je ne puisse le faire.

« « Ghaa !? » »

Les deux elfes mâles avaient été saisis à la tête et écrasés au sol par l’homme dragonewt. Les seuls qui avaient été surpris par cette action avaient été l’elfe femelle qui se tenait à l’avant et la femme de la race des fées qui se tenait sur l’épaule de l’elfe.

Puisque les deux nains avaient aussi pris une position de combat, si le dragonewt n’avait pas fait un geste, je suppose qu’ils l’auraient fait à sa place.

À l’inverse, la femme de la race des elfes et la femme de la race des fées ne semblaient pas être très douées pour les questions de combat. Toutes les deux n’avaient pas remarqué leurs intentions de tuer.

« Qu’est-ce qu’il y a ? Arg, pourquoi les as-tu frappés tous les deux ? »

« Melda. Ces deux-là libéraient leur intention meurtrière envers le Seigneur Hardt et c’est pour ça que nous sommes venus ici. Nous aurions tous été tués si nous n’avions pas été prudents. Seigneur Hardt, pardonne-nous s’il vous plaît »

Bien que la femme de la race des elfes, Melda, avait été surprise par ce qu’avait dit le Dragonewt, en voyant Arg et les deux hommes de la race des nains baisser la tête, Melda baissa aussi la sienne dans la panique.

« Ça n’a pas d’importance, tant que vous vous en occupez bien. Cependant, il n’y aura pas de prochaine fois. »

Melda et les autres acquiescèrent à mes paroles. Libérer une légère intention meurtrière à leur encontre aurait aussi pu être efficace.

« Et quelle est la raison pour laquelle vous êtes venus ? Après, je veux que vous me disiez comment vous êtes devenu au courant de mon existence. »

Comme je le pensais, celle qui avait réagi à mes paroles était la femme-elfe qui était la personne là plus en avant, Melda. Il semblerait qu’elle assume un certain rôle, comme celle d’un leader parmi ces membres.

« Oui. Tout d’abord, permettez-moi de me présenter. Je viens du pays des demi-humains, je suis la Deuxième Princesse du Royaume Mercure, Melda Mercure. La personne de la race de fées qui se trouve sur mon épaule est Snow, l’homme de la race des dragonewts se nomme Arg, les deux hommes de race des nains se nomment Saygen et Taldor. Et puis, les deux hommes qui vous ont manqué de respect envers le Seigneur Hardt sont... »

« Ah, c’est bon pour ces deux-là. Je n’ai pas l’intention de me souvenir d’eux. »

« Com-Comprise. Et, la raison pour laquelle nous sommes venus dans ce pays cette fois-ci, c’est, Seigneur Hardt, nous sommes venus vous demander de l’aide. »

Pour mon aide, hein. Je ne savais pas comment la conversation s’était transformée en quelque chose comme ça, mais, tout d’abord...

« Et la raison pour laquelle vous me connaissez, c’est ? »

« Ah, oui. La raison pour laquelle nous sommes venus dans ce pays et la raison pour laquelle nous connaissons le Seigneur Hardt, c’est ma mère. Ma mère est la reine du Royaume Mercure, nous sommes venues ici sous l’ordre de Sa Majesté Elfrail Mercure. Nous avons pu connaître l’existence du Seigneur Hardt grâce à un certain pouvoir de Sa Majesté. »

« Un certain pouvoir ? C’est à dire ? »

« ... Mes excuses. Je ne peux pas en parler ici maintenant. Cependant, je peux vous jurer que c’est un pouvoir qui ne vous fera aucun mal, Seigneur Hardt. »

Humph, on ne dirait pas qu’elle mente, alors peut-être qu’elle était liée par quelque chose pour ne pas pouvoir parler ? Si je voulais poser des questions sur la raison pour laquelle ils me connaissent, je n’avais pas d’autre choix que de rencontrer la reine.

Je ne peux pas ne pas la rencontrer. Bien que je ne sache pas quel genre de pouvoir elle avait, c’était une capacité qui était capable de localiser malgré le pouvoir qui me cachait. Je pensais que cela deviendrait réellement problématique à l’avenir si je ne trouvais pas une sorte de contre-mesure.

En plus, je pensais justement aller dans un autre pays. Je m’intéressais aussi un peu à un pays où résidaient les demi-humains. Pour l’instant, j’allais demander pourquoi ils étaient venus.

« Et la raison pour laquelle vous êtes venus, c’est ? »

« Oui, la raison pour laquelle nous sommes venus, c’est que nous sommes venus chercher le messie de notre pays, Seigneur Hardt, notre sauveur ! S’il vous plaît, sauvez notre pays ! »

... Messie, hein. Je ne comprenais pas.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire