Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 55

☆☆☆

Chapitre 55 : Des visiteurs

« Tes coups manquent de puissance, Mars ! Regarde mes mouvements et attaque ! »

« Euh ! Oui ! »

Mars attaqua avec toute son agilité en dispersant partout de la sueur. Il faisait face, avec son épée se situant haut à droite, et il la balança en diagonale depuis le haut par le bas, mais Liscia, qui lui faisait face, bloqua son épée sans même faire un seul pas.

Il semblerait que Mars savait qu’il en serait ainsi, il déplaça immédiatement l’épée repoussée et attaqua à nouveau. Liscia repoussa l’attaque avec aisance, trouvant l’ouverture chez Mars.

« Pas assez bon ! »

« Gufuu !? »

Elle avait enfoncé de toutes ses forces l’épée de bois dans le flanc de Mars. Mars qui n’avait pas pu arriver à temps pour se défendre avait reçu l’attaque de Liscia dans son intégralité et avait fait un vol plané sur plusieurs dizaines de mètres.

Elle attrapa maintenant la peau du cou de Mars qui avait rebondi plusieurs fois sur le sol et elle l’avait finalement arrêté pour lui montrer ses mauvais points. Je me demandais si c’était mon imagination, mais les yeux de Mars n’avaient-ils pas légèrement roulé en arrière ?

Je pensais à ce qui se passerait dans l’avenir en regardant comment les choses se déroulaient.

Environ six mois s’étaient écoulés depuis que Fia était devenue la reine du royaume Mestoa.

Pendant ce changement de règne, il avait été décidé que le comte était mort suite aux blessures reçues lors de la bataille précédente. Nous avions aussi annoncé que le prince-héritier avait également subi de lourdes blessures, alors il avait cédé le trône à sa sœur aînée, Fia.

Bien qu’il semblerait que les gens pensaient que les choses ne se soient pas passées comme cela, la nouvelle s’était répandue sans problème particulier.

J’avais donné cette explication à Fia, afin qu’elle puisse la donner à la reine mère et à l’épouse du prince héritier. Et parce que j’avais supposé qu’elles connaissaient mon existence, il semblerait que toutes les deux acceptèrent cette explication sans rien relever de particulier.

Tous les ministres avaient pris leur retraite et avaient été complètement remplacés. Je laissais Nero à la tête des ministres. Il utilisait son corps charnel quand il sortait en public, donc je supposais qu’il n’y aurait pas de problème.

Nous nous étions également réunis et avions rencontré les nobles, et parmi eux, il y avait aussi ceux qui avaient demandé Fia en mariage. Dire que ce pays serait paisible s’ils étaient là, etc..

Eh bien, j’avais bien eu ces gars que j’avais chassés après qu’ils voulurent se battre en duel contre mes dullahans, que j’avais placés comme garde personnelle de Fia.

Il y avait actuellement près de 20 dullahans. J’avais utilisé les âmes des chevaliers morts qui avaient été invoqués par la force de Liscia et je les avais créés. Bien que les plus forts n’apparaissent qu’occasionnellement, je les faisais tous escorter Fia. Naturellement, je leur faisais porter leur tête.

La raison pour laquelle j’étais obligé quant à avoir une telle escorte avec elle, c’était que les assassinats avaient augmenté depuis qu’elle était devenue la reine. C’était comme s’ils en avaient après ce pays, et c’était devenu quotidien au début. Par conséquent, je l’obligeais à avoir une escorte avec elle.

Bien que ce soit bien d’avoir des dullahans à l’extérieur de la chambre, je me sentais mal de les mettre dans la chambre quand Fia dormait, donc en plus des dullahans, j’avais aussi créé plusieurs ombres démoniaques avec le sang de Fia.

Bien que leurs rangs soient un peu plus bas que les miens, elles étaient capables de retenir les assassins et de gagner du temps, de se transformer en Fia et de devenir des leurres. Je pensais qu’elles seraient très utiles.

Après cela, les zombies et squelettes avaient également augmenté. J’avais aussi obtenu des espèces supérieures et des espèces mutantes, de sorte que le potentiel de guerre se mettait également en place. J’en avais maintenant que 50 000 au total, mais nous n’aurions aucun problème à nous mesurer à un pays ordinaire.

Cependant, pour nous mesurer à notre objectif numéro un, l’Empire, c’était encore loin d’être suffisant. Si je devais augmenter le nombre de soldats encore plus que cela, le Royaume de Mestoa n’était tout simplement pas suffisant.

« À quoi penses-tu, Sire Hardt ? »

Alors que je regardais, l’entraînement de Liscia et Mars qui avait recommencé, Tierra qui était assise sur le fauteuil roulant qui était un objet magique créé par Chrono, Mylène étaient venus à mes côtés en poussant le fauteuil roulant de Tierra.

Mylène enseignait les enfants que Mars et les autres avaient emmenés, la lecture l’écriture et la magie. Je lui demandais aussi de m’apprendre diverses choses de temps en temps.

Il semblerait qu’elle avait aidé dans un orphelinat quand elle était allée à l’église. On dirait qu’elle aimait les enfants. Il allait sans dire que les nuits étaient devenues intenses depuis leur arrivée.

« Nn ? Je pensais aux choses à faire dans le futur. Bien que la force de notre armée ait augmenté, il est devenu difficile d’augmenter nos effectifs encore plus que cela dans ce pays. Je pensais qu’il était temps d’aller dans un autre pays. »

« ... Ouais. En effet, il peut être difficile d’augmenter notre nombre avec la population de ce pays. Dans ce cas... »

« Créateur, avez-vous une seconde ? »

Alors que Mylène et moi discutions de ces sujets, Nero était apparu dans le sous-sol avec l’appareil de téléportation que Chrono avait créé. Mylène avait été un peu boudeuse parce que sa conversation avec moi avait été interrompue, mais, cela devait être une question assez urgente pour que Néron utilise l’outil de téléportation, elle tira légèrement le fauteuil roulant de Tierra et attendit.

« S’est-il passé quelque chose ? »

« Aah, des visiteurs sont venus dans ce pays »

Des visiteurs ? Si c’est le cas, c’était à Fia et non à moi, qui devions nous en occuper. Pourquoi étais-tu venu jusqu’ici pour m’en informer ? Je penchais la tête sans savoir ce qui se passait.

« Ce sont des visiteurs qui viennent du pays des demi-humains. Si cela n’était que cela, ça se terminerait en leur donnant le droit à une audience avec la reine, mais leur objectif en venant ici est de rencontrer mon Créateur. »

Haa ? Pourquoi sont-ils au courant de mon existence ? Il était vrai que j’avais rencontré le roi et les ministres dans ce pays, mais je portais une robe et je m’assurais de ne pas me montrer la plupart du temps.

De plus, parce que je m’assurais de ne pas sortir ouvertement, les autres pays ne devraient pas connaître mon existence. Il n’y avait que cette déesse de merde qui connaissait mon existence.

« ... Quelqu’un a parlé de moi ? »

Reste à savoir si quelqu’un parmi les anciens ministres qui avaient été autorisés à vivre avait parlé de moi aux autres pays. Cependant, Nero me déclara que c’était peu probable. Un squelette de type oiseau était à côté de ceux qui avaient été autorisés à vivre.

Il les observait constamment et rapportait à Nero que s’ils faisaient quelque chose d’inquiétant, il répondit donc que c’était peu probable.

« C’est plus fort que moi. S’ils connaissaient mon existence, ça ne servait à rien de se cacher. Allons les rencontrer. Hé, Liscia ! »

Bien que je n’avais pas l’obligation de les rencontrer, je voulais au moins savoir comment ils me connaissaient. En plus, ce sont des gens du pays des demi-humains. Je voulais aussi savoir quel genre de personnes ils étaient.

J’avais quitté Mylène, Tierra, et Mars dans le sous-sol. Mars était sur le point de s’évanouir et les yeux étaient à moitié roulés en arrière. J’avais laissé Nero me montrer le chemin et j’amenais Liscia comme escorte. Je montais à l’étage.

J’étais monté dans le château et on m’avait conduit bien sûr à la salle d’audience. Quand je rentrais à l’intérieur de cette pièce, des personnes étaient présentes, et sur le trône se trouvait assise Fia qui portait une robe rouge magnifiquement ornée et les dullahans se tenaient des deux côtés comme s’ils étaient en train de prendre Fia en sandwich.

Et puis, devant les yeux de Fia, il y avait ceux qui semblaient être ceux qui étaient venus du pays des demi-humains. Les dullahans étaient aussi debout le long du mur pour s’assurer qu’ils ne feraient rien de bizarre.

Maintenant, je me demandais ce qu’ils avaient à faire avec moi ?

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire