Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 47

☆☆☆

Chapitre 47 : L’histoire d’une certaine famille 6

« ... Me tuer, dis-tu ? »

« Ah. »

J’avais préparé mon épée tout en regardant Darl. Pour être honnête, cette bataille était assez difficile. Il y avait un fossé entre nous à partir du moment où cela se résumait à Darl qui pouvait déjà utiliser contre moi {Maître épéiste} dans une certaine mesure, et moi qui ne comprenais pas tout à fait la classe de Chevalier Noir.

Du peu que j’en savais, c’était approximativement ce que m’avait enseigné le Seigneur Hardt. C’était donc moi qui n’avais jamais tenu une épée avant, et Darl qui était presque invaincu quand il s’agissait d’épée. Je savais que ce serait assez difficile, mais je ne pouvais pas reculer.

« Merde ! Ça n’aurait pas dû être comme ça. Si c’est ainsi, alors la raison qui m’a poussé à vous trahir est... »

Darl marmonna de manière autodérisoire. Il secoua alors la tête plusieurs fois et me lança un regard noir.

« Je suppose que je serai quand même tué, je t’emmènerai dans la mort en même temps que moi ! »

Et puis, Darl s’approcha. Il avait attaqué vers le haut en diagonale vers mon côté gauche. J’avais bloqué avec mon épée d’une manière ou d’une autre son attaque, mais l’impact semblait avoir traversé mon bras. Tsk, ça faisait mal.

J’étais sur le point de bouger après avoir repoussé l’épée de Darl tandis qu’il frappait déjà une nouvelle fois avec son épée. J’avais immédiatement bougé mon corps, mais ma poitrine avait été superficiellement coupée. Le sang lentement, mais régulièrement se propageait sur ma chemise.

Jusqu’à présent, j’avais été frappé un nombre de fois inconnu, mais quand il était question d’une bataille à la vie à la mort, c’était une première. Mon cœur battait fort, comme s’il était sur le point d’exploser, mais je ne pouvais pas me dégonfler et céder maintenant !

Cela ne servait à rien, même si moi, qui ne connais rien à propos d’une épée, me plaignais et me faisais des excuses à propos de ma capacité dans le maniement de l’épée. J’avais ma façon de faire les choses.

J’avais sorti un petit sac de ma poche. C’était une relique du passé. J’avais toujours caché un petit sac de sable dans ma poche pour que je puisse m’enfuir quand j’étais poursuivi. J’avais lancé sur Darl. Toutefois...

« Combien d’années penses-tu que j’ai vécues avec toi ? Il est clair que tu ferais quelque chose comme ça ! »

Darl repoussa avec son épée le petit sac que j’avais jeté. Cependant, tu n’étais pas le seul qui avait été ensemble pendant toutes ces années, et je savais ce qui allait être fait ! Le petit sac se déchire au moment où Darl l’avait repoussé. Et de l’intérieur, de la poudre jaune flottait.

Ce n’était pas du sable à l’intérieur. Lady Mylène, qui avait entendu parler de mon style de combat, m’avait donné des champignons engourdissant. Je les avais transformés en une poudre fine et les avais placées à l’intérieur.

Naturellement, Darl qui ne connaissait pas une telle chose inhala la fine poudre et les spores. Parce que cela avait un effet immédiat, l’effet avait été immédiatement perceptible sur son corps. Bien que très légèrement, ses mouvements étaient devenus plus lents.

« Ah ! Mars, qu’est-ce que tu as fait ? »

« Ce que je t’ai dit ! »

J’avais fait un coup de pied à Darl qui était désorienté. Il avait bloqué mon coup de pied avec son bras gauche, mais il avait tremblé si violemment que son équilibre fut brisé. Juste après ça, j’avais frappé avec mon épée. Qu’importe même si je ne faisais que la balancer sans l’ombre d’un style d’épée, c’est même plus que suffisant contre Darl qui ne pouvait pas bouger son corps engourdi.

« Sh... ça... tu aurais dû faire attention à moi ! Capacité martiale [Taillade de la montée au ciel] ! »

Cependant, ce n’était pas à Darl de reculer maintenant. L’épée avait soudainement été soulevée venant d’en bas. J’avais été incapable d’éviter complètement son attaque spéciale que je voyais pour la première fois. J’avais ainsi été découpé au niveau de mon épaule gauche de la même façon que j’avais été coupé auparavant. En outre...

« Capacité martiale [Frappe décapitante] ! »

L’épée avait été placée haute et elle visait ma tête en descendant vers le bas. J’avais ignoré mon épaule blessée et j’avais soulevé mon bras gauche. Et puis j’avais intercepté l’épée qui avait été balancée vers moi avec ma paume gauche.

Tierra avait crié mon nom à ce moment-là. Comme si elle se mêlait au cri, un son « kan » pouvait être entendu. À ce moment-là, je...

« Capacité martiale [Contre de l’épée] ! »

C’était une capacité martiale que toute personne qui avait l’occupation de Chevalier apprenait. Bien qu’il repoussait simplement l’épée, si elle était activée au bon moment cela agissait de la même manière qu’un bouclier, c’était la seule capacité martiale que je pouvais utiliser à l’heure actuelle.

L’épée de Darl avait été repoussée par ma capacité martiale. Darl m’avait regardé les yeux grands ouverts. Ce n’était pas quelque chose d’étonnant, pas vrai. Moi aussi, comme toi, j’avais obtenu une classe. C’était naturel que je sois capable d’utiliser mes Capacités martiales, non ?

Et puis je m’étais approché de Darl dont l’épée était repoussée et dont l’équilibre s’effondrait. J’avais placé mon épée horizontalement et l’avais avancé droit devant moi. Darl essaya de tordre son corps d’une manière ou d’une autre, mais le bout de mon épée frappa le flanc de Darl.

J’avais ainsi heurté Darl avec mon propre corps après ça et je l’avais poussé sur le sol. Darl essaya de me mettre de côté alors qu’il crachait du sang, mais, parce qu’il était poignardé dans le flanc avec une épée en plus d’être engourdi, on dirait qu’il n’avait plus la force de me repousser.

Je m’étais immédiatement levé et j’avais appuyé sur son bras droit qui tenait l’épée avec ma jambe gauche. J’avais ressorti l’épée qui était plantée dans son flanc et j’avais pointé le bout de l’épée vers Darl.

« ... Ahh ! Je ne pensais pas que je pouvais perdre si facilement. À bien y penser, même dans un combat, je n’ai jamais gagné contre toi par le passé, hein. »

« ... Pourquoi nous as-tu trahis ? N’étions-nous pas une famille qui avait vécu plusieurs années ensemble ? »

Je demandais ce que j’avais en tête. Même après tout ce qui était dit et fait, Darl avait fait diverses choses avec moi jusqu’à maintenant pour le bien de la famille. Et il y avait aussi des moments où nous étions proches de la mort, mais, sur la notion de « si c’est pour le bien de tout le monde », nous l’avions fait ensemble.

Je voulais demander à Darl la raison qui, malgré cela, l’avait poussé à trahir notre précieuse famille, quoi qu’il arrive.

« Le gros te l’a dit, c’est vrai. C’est parce qu’on m’a dit que je pouvais vivre une vie inimaginable par rapport à la vie que j’avais vécu jusqu’à maintenant. »

« ... Vraiment ? »

J’avais fermé les yeux un instant et j’avais fait une courte pause. Et puis, je levais mon épée au-dessus de moi et la plantée violemment dans la poitrine de Darl, un coup d’épée au cœur. Alors que Darl crachait du sang, il déclara dans ses derniers moments : « Je laisse Tierra entre tes mains », et il avait arrêté de bouger... Pourquoi avait-il dit ces derniers mots ?

« Mars, tu... »

« Eh ? Tierra, qu’est-ce que tu as ? »

Alors que je regardais Darl qui ne bougeait plus, Tierra, qui était montée sur un squelette de style chien, était venue à mes côtés. Et puis elle avait touché mon visage. J’avais été surpris par cet événement soudain, mais, parce qu’elle m’essuyait les yeux plusieurs fois, j’avais finalement réalisé que je versais des larmes.

« ... Pourquoi des larmes. »

« C’est naturel, n’est-ce pas ? Même si nous étions trahis, la famille est la famille. C’est naturel d’être triste. »

Tierra qui disait cela était aussi en train de pleurer. Après cela, nous nous étions serrés dans les bras et nous avions pleuré.

Après l’avoir étreinte pendant un moment, j’avais vu des zombies se rassembler autour de Darl. Je m’étais mis à terre du côté du seigneur Hardt et j’avais baissé la tête. Devrais-je ou non donner le cadavre de Darl aux zombies ?

« Seigneur Hardt ! Je comprends que je ne sois pas autorisé à vous demander une telle chose puisque je suis votre subordonné ! Cependant, puis-je en quelque sorte ne pas donner le cadavre de Darl aux zombies ? »

« D’accord. »

« Je vais faire tout ce que... hein ? »

« Aucun problème. Mars, c’est une personne que tu as tuée. Fait comme tu veux. Tu peux utiliser les zombies librement. Eh bien, nous rentrons, Mylène. »

« Oui, seigneur Hardt. »

Lady Mylène s’accrocha joyeusement au bras du Seigneur Hardt tout en quittant la pièce. Tierra et moi avions été surpris, mais j’avais donné des instructions aux zombies et ils avaient transporté le cadavre de Darl à l’extérieur.

Nous avions quitté la maison du noble. Puis, tout en passant par la ruelle de derrière, comme si nous nous cachions, nous était retourné à un certain endroit. C’était la maison dans laquelle nous étions restés jusqu’ici. Elle avait été laissée dévastée, vu qu’elle était déjà en ruine, mais je pensais que c’était approprié d’enterrer cet homme ici.

J’avais retiré le parquet de la maison et avais utilisé un pied de table cassé pour creuser le sol. Je pensais que ça prendrait un peu de temps alors j’avais essayé de demander de l’aide aux zombies et les zombies avaient également aidé.

Cela avançait naturellement plus vite que si je l’avais fait seul et j’avais mis Darl dans le trou qui était ouvert dans le sol.

« Je ne peux pas te pardonner, toi qui as trahi notre famille, mais à la fin je vais pleurer pour toi en tant que membre de la famille. Repose en paix. »

Après avoir dit ça, j’avais remis de la terre sur son corps. Comme prévu, j’avais également été capable de remplir cela rapidement avec l’aide des zombies. Je pense que je ne reviendrais plus dans cette maison.

« Allons-y, Tierra. »

« Oui, Mars »

Darl, bien que ce ne soit pas en raison de ce que tu as dit, je protégerai Tierra. C’est pourquoi, tu peux reposer en paix.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

  1. Merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre !

Laisser un commentaire