Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 45

☆☆☆

Chapitre 45 : L’histoire d’une certaine famille 4

« J’espère que c’est bon, Seigneur Hardt. J’ai rempli ma promesse. »

L’homme qui portait des vêtements magnifiques parlait à l’homme en robe qui était en face de moi. L’homme vêtu d’une robe ignorait le fait qu’on lui parlait et nous regardait d’un air empli de doute.

« Hey, pourquoi n’y a-t-il que des mâles dans cette famille ? Où est le père, la mère, les frères et sœurs ? »

« ... Ces camarades sont des orphelins qui vivent dans les bidonvilles. Parmi eux, nous les avons amenés d’un endroit où ils étaient les seuls à vivre. »

« Fhu ~ n? »

Il semblerait que l’homme en robe ne croyait pas à ce que disait l’homme qui portait de magnifiques vêtements. De plus, pour une raison quelconque, cela s’était transformé en une situation où seuls des hommes vivaient là. Qu’est-ce qui se passait ?

Alors que j’y pensais sans savoir ce qui se passait. Tel, qui avait 5 ans, commença à pleurer, peut-être qu’il ne supportait pas cette atmosphère sombre. Et alors

« Nous ne sommes pas les seuls membres de notre famille ! Il y a aussi grande soeur Emma, grande soeur Tierra et les autres ! »

Il avait crié aux hommes. L’homme qui portait de magnifiques vêtements essayait de faire cesser les cris de Tel mais, l’homme vêtu d’une robe donna des instructions et, un mur de lumière qui brillait avec un aspect translucide était apparu autour de nous et nous en étions enveloppés.

« Fufu, as-tu menti au Seigneur Hardt, roi Mestoa ? »

Même quand elle souriait, la belle femme aux cheveux dorés regardait fixement l’homme qui portait de magnifiques vêtements. En vérité, cette personne était donc le roi. En le regardant comme ça, il ressemblait plus à un vieil homme ordinaire.

« Hehe, le roi essayait de me tromper ? »

« C-Ce n’est pas ça ! Oh, de quoi s’agit-il !? »

Le roi paniqua soudainement. Ignorant cela, l’homme vêtu d’une robe avait marché vers l’endroit où nous étions. L’homme en robe alla droit vers Tel en pleurs.

« Alors, tu as d’autres membres dans ta famille ? »

« ... sniff... oui, il y avait ma grande soeur et les autres, mais elles avaient été emmenées par un étrange groupe d’individus... »

« Grande soeur Tierra avait également été emmenée ! »

Les enfants parlèrent à l’homme vêtu d’une robe l’un après l’autre. L’homme vêtu d’une robe était venu à moi après avoir écouté silencieusement.

« Es-tu le chef de ces enfants ? »

« ... Je ne suis pas leur chef. Ils sont ma précieuse famille. »

Alors que je lui répondis honnêtement, pour une raison inconnue, l’homme vêtu d’une robe me regarda en souriant. La femme aux cheveux dorés se rapprocha de lui comme pour se blottir à ses côtés.

« Bien, peu importe. Pour l’instant, amenons-les. Mylène, Fia, amenez-les. »

« Compris. »

« ... Compris. »

Nous étions menés par la femme aux cheveux dorés et la femme aux cheveux roux qui sortirent de la pièce. À l’avant se trouvait l’homme en robe. J’étais gêné par les expressions totalement aux antipodes de la femme aux cheveux dorés souriante et de la femme aux cheveux roux montrant une expression terriblement mal à l’aise.

L’endroit où nous avions été conduits pendant que je pensais à quelque chose comme ça était un sous-sol. Je pensais qu’on était probablement dans le château puisque le roi était là, mais, qui aurait pensé qu’il y avait un tel endroit sous le château ? Et surtout :

« Tu es revenu, Créateur. »

C’était aussi la première fois que je voyais des monstres, un squelette qui portait une robe et un grand nombre de zombies dans les environs. Ces rumeurs disant que le pays avait été assailli par des monstres étaient vraies, hein.

« Ah, Nero. Quelque chose est arrivé ? »

« Non, tout se passe comme prévu »

« Alors, est-ce que c’est bon ? Eh bien ! Vous, les gars, dois-je vous faire parler de votre famille. »

Nous qui étions entourés de monstres dans les alentours, nous ne pouvions rien faire d’autre que d’obéir aux instructions de cet homme en robe. Après cela, nous avions parlé des événements qui s’étaient produits jusqu’à aujourd’hui.

Les hommes vêtus de robes écoutaient silencieusement ce que nous disions, bien que je sois dérangé par le fait que la femme aux cheveux roux devint terriblement mécontente alors qu’elle écoutait ce que nous disions.

« Heh, Sorcière des esprits, hein. C’était une bonne trouvaille. De même que cette aptitude rare appelée Chevalier Noir. »

« Fufu, ça a l’air sympa, Seigneur Hardt ! »

« Bien sûr. J’ai obtenu de manière inattendue un potentiel de guerre. »

L’homme vêtu d’une robe se dirigea vers moi alors qu’il parlait joyeusement avec la femme aux cheveux d’or. Et alors :

« Je vais te laisser choisir. Veux-tu leur servir de nourriture, ou veux-tu devenir mon subordonné afin de protéger ta famille. »

Si on me disait quelque chose comme ça, je n’avais plus le choix.

◇ ◇ ◇

« Fuhehe, comme je le pensais, tu es mignonne. »

« ... Ne me touchez pas avec vos sales mains. »

J’avais frôlé la main de l’homme devant mes yeux, si gros. Les tintements des menottes résonnaient chaque fois que je le faisais. C’était vraiment déprimant. Je voulais les enlever.

« Kuku, j’aime les filles fortes comme toi. Ça me donne envie de faire déformer ce visage têtu. »

... Il est vraiment dégoûtant. Est-ce que quelqu’un comme ça avait vraiment le même âge que nous ?

« Oh, Darl. Tu veux aussi regarder, n’est-ce pas ? »

Le gros disait cela tout en l’appelant Darl, l’ancien membre de la famille qui nous avait trahis. Darl garda le silence tout en nous regardant.

« Fufu, quel camarade non amusant ! Bien, peu importe. Tout avait été reporté jusqu’à aujourd’hui grâce à diverses procédures, mais je peux enfin t’apprécier. »

Disant ça, le gros attrapa ma main et me poussa sur le lit. Peu importe à quel point je me battais, moi dont les jambes ne bougeaient pas, j’étais impuissante, j’étais incapable de repousser le gros.

« Gu, ge, fuis ! »

« Il n’y a aucun moyen que je m’en aille, pas vrai. Kuku, je vais profiter de ta virginité ! »

Le gros se pencha sur moi et il attrapa mes seins. Mes larmes étaient sur le point de sortir dues à la frustration écrasante, mais d’une manière ou d’une autre je l’avais enduré.

Mars, j’allais le supporter. Je ne donnerai certainement rien, peu importe à quel point ce type m’humiliait. Avec ses souvenirs en moi que j’utilisais comme source de ma force...

« Oraa! »

À ce moment, la porte s’était ouverte vigoureusement. Non, je pense que je ne me trompais pas même si je disais que cela avait été ouvert. Et puis celui qui était apparu était...

« Tierra ! »

Mars qui ne devrait pas être dans un endroit comme ça.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

5 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Ouaiiiiiiii merci à hardt sauve les

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire