Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 2 – Chapitre 42

☆☆☆

Chapitre 42 : L’histoire d’une certaine famille 1

« Haa, haa, haa »

« Tsk, gamin de merde ! Attends ! »

Qui va attendre ? Je serai tué si je faisais ça ! J’avais continué à courir jusqu’à l’emplacement prévu. Bien que le marchand de légumes, qui portait un bâton, me poursuivait, je n’allais certainement pas m’arrêter !

J’avais tourné à droite vers l’emplacement prévu. J’avais ensuite passé en baissant la tête et en regardant par-dessus mon épaule, le marchand de légumes avait aussi fait un détour. Toutefois...

« Gaaa !? »

Le vendeur avait été pris par une corde avec force. C’était une corde qui avait été placée à la hauteur de son cou. Bien ! Ça s’était bien passé ! Le patron tomba vigoureusement sur son dos. Là-bas

« Oraa! Mange ça ! »

« Uoo !? Ça pue !! OeeEE ! »

Mes camarades, Darl et Pirk, avaient visé le visage du vendeur et l’avaient éclaboussé avec les excréments des animaux. Le marchand de légumes avait gémi face à cette puanteur excessive.

« Hé, il faut courir, Mars ! »

« Ouu ! »

J’avais été appelé par Darl et j’avais commencé à courir. Je courais tout en veillant à ne pas laisser tomber les légumes que je tenais dans les deux mains. Et après avoir couru pendant un moment, Darl s’arrêta. Pilc et moi le suivions et nous nous étions également arrêtés.

« Kakka, ça s’est bien passé, n’est-ce pas, Mars »

« Ah, j’ai été capable d’en amener autant ! »

« Incroyable, Mars ! »

Pilc, qui voyait les légumes dans mes bras se réjouissait. Je voulais en vérité aussi apporter de la viande, mais la vieille dame du boucher était tout le temps debout avec son couteau. C’était impossible.

« Revenons vite là où tout le monde se trouve ! »

Pilc avait dit ça alors qu’il courait devant moi. L’endroit où nous nous trouvions maintenant était une rue qui était légèrement éloignée de la rue principale, mais, maintenant, c’était une ruelle souillée et ombragée où le soleil ne brillait pas bien.

Alors que nous avancions dans cette rue, une maison usée fit son apparition. C’était là-bas que se trouvait notre maison. Les enfants qui avaient moins de 11 ans jouaient joyeusement devant la maison. Bon sang, quelle bande de camarades insouciants !

« Ah, c’est grand frère Darl et les autres ! »

« Nous saluons votre retour ! »

« Content de vous revoir ! »

Les enfants étaient tous venus nous enlacer. Nous n’étions pas tous liés par le sang. Des enfants abandonnés, pour ainsi dire. Il semblerait que j’avais été également abandonné devant cette maison il y a plusieurs années. Je n’en connaissais pas la raison, étant donné que je n’avais jamais vu mes parents avant.

Ceux qui parmi eux étaient mes coéquipiers étaient Darl, Pilc, et une autre personne qui était dans la maison. Nous étions déjà tout ensemble quand nous avions réalisé la vérité. C’était devenu ma précieuse famille.

Nous étions les plus âgés de cette famille. La raison pour ça était qu’au moment où tous ceux qui étaient plus âgés que nous allaient recevoir l’oracle, ils avaient ensuite été embauchés quelque part, c’était pour cette raison qu’ils n’étaient pas revenus.

Bien que nous recevrions bientôt notre oracle, je ne partirais probablement pas. La raison était cette personne qui me tournait autour. J’étais entré dans la maison pour rencontrer cette personne.

Lorsque nous ouvrions la porte qui semblait sur le point de casser, Mint, Tigre et Emma, ​​qui étaient des enfants d’un an ou deux ans plus jeunes que moi, se trouvaient à l’intérieur. Et puis il y avait une fille aux cheveux bleu foncé qui était assise sur une chaise et qui tricotait. C’était une personne qui avait le même âge que nous.

« Je suis de retour, Tierra. »

« Ah, tu rentres tôt aujourd’hui. »

Je m’étais dirigé directement vers le côté de Tierra et plaçais une chaise à côté d’elle. Elle ne pouvait plus marcher depuis longtemps. La raison était inconnue, mais il semblerait que ses jambes ne bougeront plus. C’était peut-être pour ça que j’avais été abandonnée par mes parents, disait-elle.

« Hmm, je voulais te retrouver rapidement, Tierra »

Alors que je disais cela, Tierra me frappa de toutes ses forces. Ça faisait mal.

« Bon sang, ne dis pas des choses stupides et va ranger les légumes. Tu les as achetés, n’est-ce pas ? »

Tierra me demandait ça. Tout le monde ici ne savait pas comment nous obtenions la nourriture. Non, c’était bien pour eux de ne jamais le savoir, parce que c’était bien pour nous d’être les seuls à faire le sale boulot. Par conséquent, je hochais la tête de façon ambiguë. Tierra me regarda fixement, mais je portais les légumes dans notre petite cuisine sans y penser.

Alors que j’avais remis les légumes à Mint et aux autres qui pouvaient cuisiner, Darl et les autres étaient aussi entrés dans la maison.

« Oh, je suis rentré, Tierra. »

« Je suis rentrée ! »

« Fufu, bienvenu à la maison, tout le monde. »

Les enfants qui jouaient dehors entrèrent simultanément et l’intérieur de la maison devint instantanément animé. Tierra, qui regardait les enfants qui étaient si animés même dans la maison sourit délicieusement. J’étais charmé par le profil de Tierra et par son aura et...

« Hmm, quel est le problème ? Regarder mon visage comme ça. »

« ... Ce n’est rien. »

Quand j’étais un peu embarrassé et que je détournais mon regard, Tierra se moquait de moi. C’était un peu exaspérant.

« Hé, tout le monde ~, vous êtes revenus jouer de dehors alors allez-vous laver les mains. »

Emma, ​​qui était la seule à pouvoir utiliser la magie de l’eau parmi nous, avait rempli le seau d’eau. Les enfants frappaient joyeusement l’eau... ces gars-là, le sol n’était pas complètement trempé avant ça...

On ne pouvait pas faire grand-chose alors j’avais nettoyé le sol mouillé et, avant que je le sache, le dîner était prêt, bien qu’en matière de dîner, ce soit juste de la soupe fade avec les légumes que nous avions ramenés et du pain de seigle moisi. Eh bien, ça suffisait quand même.

J’avais poussé la chaise de Tierra pour elle. Deux grandes roues étaient attachées au centre de la chaise et de petites roues étaient attachées aux pieds de la chaise, c’était un outil magique qui, quand la puissance magique était versée dedans, faisait tourner les roues.

Ceci, je l’avais eu de la vieille dame du magasin d’outils magiques qui faisait des affaires tordues dans cet endroit reculé. Le prix était... un secret.

Tout le monde avait fini le dîner en discutant avec clameur. Il restait encore une autre demi-année jusqu’à l’oracle, je voulais avoir une occupation juste un peu meilleure et espérer que ces gars aient une vie un peu meilleure.

Avant tout, je voulais que Tierra vive dans un endroit plus joyeux. J’étais capable de faire de mon mieux si c’était pour elle.

Cependant, je ne m’étais pas rendu compte que l’effondrement de cette vie se rapprochait.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. J'espère qu'il pourront être ramener à la vie par hardt, j'imagine qu'il vont tous mourir

    Ou que ce mars va devenir un héros et un problème pour lui

  2. Merci pour le chapitre !

  3. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire