Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 1 – Chapitre 34

☆☆☆

Chapitre 34 : Réprimandé

« ... Bien que j’en ai déjà entendu parler, c’est monstrueux. »

« ... Elle s’est retenue très souvent, hein. »

Mes yeux et ceux de Mylène avaient suivi les conséquences de l’attaque tranchante. Elle avait déchiré la première princesse qui était redoutée comme la princesse des flammes en morceaux sans aucun problème, et elle avait réduit le mur du château royal en ruines avec juste l’effet secondaire.

En plus de cela, les soldats qui étaient là avaient également été réduits en petits morceaux. Seule la princesse des flammes possédait encore une apparence humaine, mais, malgré cela, ses mains avaient été coupées et sa taille avait été tranchée.

Et puis Liscia revint triomphalement à nos côtés. Ce visage avec le casque enlevé avait cet air vantard qui quelque part m’énervait légèrement.

« Comment c’était, Maître ? Je suis aussi assez impressionnant, n’est-ce pas ? »

« Les caractéristiques d’un Paladin étaient inexistantes. »

« ... Uu, je souhaiterais que tu ne dises pas ça. Même moi, j’avais pensé vouloir utiliser les Capacités Martiales du Paladin plusieurs fois. Jusqu’à ce que je mette la main sur ces sept épées, je ne pouvais pas du tout l’utiliser. »

Liscia qui était allée jusqu’à dire « je ne peux pas l’utiliser pour une raison quelconque » avec une expression légèrement triste, regardait dans le ciel comme si elle y pensait avec nostalgie... elle pouvait faire une telle expression frêle, mais belle, hein. Mon cœur s’était inconsciemment mis à battre avec force.

« Créateur, les soldats ici sont tous éliminés. »

Alors que je regardais une telle Liscia, Nero me parla. Je regardais autour de moi après avoir entendu les paroles de Nero et les soldats qui s’étaient rassemblés avaient tous été vaincus. Il était inévitable de voir de nombreux corps brisés et des corps en petits morceaux, hein. Cela pouvait être probablement du matériel pour mes Opus Killers.

« Alors, qu’en est-il d’elle, Seigneur Hardt ? »

Je tournais mon visage en entendant les paroles de Mylène, la princesse des flammes... hein.

« Cette fille, elle est toujours en vie, non ? »

Même ainsi, la seule différence était qu’elle allait mourir rapidement si elle était laissée comme ça. Néanmoins, si elle était vivante, alors la méthode de guérison était différente.

« Mylène, peux-tu la guérir ? »

« Oui ! J’ai pratiqué sur les morts-vivants récemment, donc ça va ! »

Mylène qui avait dit ça commença à courir. Elle tenait joyeusement dans ses mains une partie du corps de la princesse des flammes qui avait été coupée, l’apposa sur le corps et activa sa magie. Elle le fit « Pour l’amour du Seigneur Hardt ! » Et elle travailla durement sur diverses choses pour moi. Faisons quelque chose pour elle la prochaine fois.

Tandis que Mylène la guérissait, les Opus Killers rassemblaient les autres cadavres, Nero et Liscia s’occupaient des soldats qui, bien que sporadiquement, venaient attaquer.

« Bien ! Seigneur Hardt, elle est guérie ! »

Alors que je commençais à réfléchir à la question de savoir si je devais aider Nero et les autres, j’entendis la voix énergique de Mylène. Je regardais dans la direction de la voix et il y avait la silhouette de Mylène qui courait vers moi avec bonheur. À l’endroit où elle était jusqu’à maintenant, bien qu’elle ne soit pas encore réveillée, la silhouette de la princesse des flammes qui avait été guérie était là.

« Ohh, tu as fait du bon travail, Mylène. »

J’avais caressé la tête de Mylène, et Mylène souriait joyeusement tandis qu’elle me poussait encore plus sur la paume. C’est mignon, bon sang !

« Créateur, il est temps pour nous de nous diriger à l’intérieur. Il est également devenu difficile de faire face à ces types. »

Alors que je couvrais d’affection la charmante Mylène, Nero nous interrompit. Cet homme, il l’avait fait intentionnellement, hein. Cependant, ce que Nero avait dit était également juste. Au contraire, nous étions un peu trop détendus. Nous ne savions pas ce qui pourrait arriver, donc nous devrions nous concentrer.

Je fis en sorte que Liscia épaula la princesse des flammes alors que nous entrions dans le château royal depuis le mur que Liscia avait abattu. À l’intérieur se trouvait un chemin si large qu’il y avait de la place même si une ligne de 10 personnes marchait côte à côte. D’ailleurs, il y avait beaucoup de virages. D’une certaine manière, j’avais l’impression de perdre mon chemin. De plus...

« On nous propose d’entrer. »

Il semblerait que Liscia et moi étions arrivés à la même conclusion. Depuis que nous étions entrés dans le château, nous avions cessé d’apercevoir des soldats. C’était une possibilité, mais ils nous invitaient probablement à entrer.

« Que faisons-nous, Créateur ? »

« Bien évidemment, nous allons directement de l’avant. Il n’y a aucune raison pour que nous soyons sournois. D’ailleurs, si c’est Liscia et les autres, alors ils seront capables de la maintenir avec force, même si c’est un piège, n’est-ce pas ? »

« Fufuu, bien sûr, Maître ! »

« Je vais aussi faire de mon mieux et protéger Seigneur Hardt ! »

« Kukuu, bien sûr »

D’après ce que j’avais dit, Liscia avançait en premier, Mylène était sur ses gardes à mes côtés, Nero donnait des instructions aux Opus Killers. J’avançais ainsi avec de tels subordonnés.

Et puis nous étions arrivés là, devant une grande porte ostentatoire. Il y avait un certain nombre de personnes derrière la porte. Je posais mes mains sur la porte sans hésitation. J’entendis les voix de Liscia et des autres qui m’arrêtèrent, mais j’ouvris la porte telle qu’elle était. Et puis, après avoir ouvert la porte...

« Libération ! »

Sous le commandement de quelqu’un, mon champ de vision avait été rempli de magie. Cependant, tout le monde savait à peu près que c’était un piège s’ils ressentaient autant de présences. Naturellement, j’étais aussi préparé.

« Soleil de l’érosion »

Un orbe noir comme un jais qui semblait absorber tout apparu sous mes yeux. L’orbe qui ne faisait même pas dix centimètres de diamètre commença à bouger en réponse à la magie qui approchait.

Il vola devant moi à la vitesse de l’éclair, absorbant et effaçant les magies qui se succédaient, peut-être plusieurs centaines. L’orbe qui avait absorbé toute cette quantité de magie, même s’il mesurait environ dix centimètres au début, avait probablement maintenant un diamètre d’environ deux mètres.

Le spectacle qui était visible de l’autre côté de l’orbe était le suivant : des soldats stupéfaits qui étaient encore debout étaient vraiment en état de choc. C’était aussi naturel, hein., puisque nous étions totalement indemnes grâce à cet orbe.

« Alors je vous le rends. Éclatement. »

Au moment où j’avais claqué des doigts, l’orbe qui était devenu grand éclata. Cela se transforma respectivement en lances pointues qui volèrent vers les soldats qui nous avaient envoyé de la magie jusqu’à maintenant. Pas un seul soldat n’avait été capable de s’échapper, et cela avait percé tous les soldats. Au fond de la pièce qui avait été changée en un océan de sang en un instant, un groupe de personnes nous regardait, stupéfait.

C’était une bande d’individus qui portaient des vêtements magnifiques, sûrement le roi et les ministres, hein. Et ainsi, je commençais à marcher triomphalement... ou plutôt, j’essayais de marcher triomphalement, quand j’avais été saisi par la tête de l’arrière. Eh, Outch.

Et puis ma tête avait été forcée à se retourner. Mon cou va se tordre ! Et quand je regardais dans la direction vers laquelle je m’étais tourné de force, j’avais vu : Liscia avait un sourire formidable, Mylène avait les larmes aux yeux, et Nero semblait être... en colère.

« Maître, devrions-nous avoir une petite conversation ? Nero, je vais te laisser les gars de l’autre côté. »

« Je comprends. C’est la faute du Créateur cette fois. »

« C’est vrai ! Je pensais que mon cœur était sur le point de s’envoler ! »

Moi qui avais été saisi à la tête par la force ridicule de Liscia, j’étais si haut que mes pieds ne pouvaient pas toucher le sol et je me balançais. Mon-mon cou me fait mal.

Et puis j’avais été emmené de force par Liscia. Mylène suivait. Les Opus Killers qui entraient dans la pièce à notre place allèrent entourer le roi et les autres sous les ordres de Nero. Je leur parlerai donc ne les tuez pas.

« Prépare-toi, Maître. C’est le temps pour une petite conversation. »

... Et plus important encore, ma vie pourrait être en danger.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire