Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 1 – Chapitre 25

☆☆☆

Chapitre 25 : L’histoire d’un certain aventurier (8)

« Ahh ! »

« Ne t’approche pas ! »

Je donnais un coup de pied et envoyais le zombie qui s’approchait de moi voler plus loin. Avant que le zombie qui avait trébuché après avoir reçu un coup de pied reprenne sa position, j’avais sorti mon épée et lui avais poignardé au niveau du cou. Bien que le zombie dont le cou avait été poignardé essayait de me mordre, je le poussais vers l’avant tout en m’assurant de ne pas être mordu.

En même temps, des flèches avaient été tirées depuis le toit. Je me cachais dans l’ombre du zombie que je poussais et je l’utilisais comme bouclier. Les vibrations de flèches que je sentais venaient de son corps. C’était proche, j’étais content d’avoir pu le voir avant que cela arrive, car j’aurais été frappé si j’avais agi un peu plus tard.

« Lynk, vas-tu bien ? »

« Ah, je vais bien ! »

Je répondis en retiré l’épée qui avait été poignardée dans le zombie. Derrière, Gand protégeait Marie des habitants et des zombies qui l’attaquaient.

Je ne savais pas depuis combien de temps nous étions entrés dans cette ville. Nous avions vaincu un bon nombre de zombies ainsi qu’assommé je ne sais pas combien de villageois, mais je pensais que ce n’était qu’une petite quantité sur le total. Mais pour ce faire, Gand, moi et les autres, nous avions accumulé fatigues et blessures. Et c’était surtout vrai pour Gand qui était responsable du bouclier. Il était probablement plus blessé que moi.

« Avançons toujours. »

Parmi nous tous, un homme était en train d’écraser les zombies proches et d’envoyer voler les habitants de la ville, les rendant inconscients. Arashi marchait devant nous. Il avait revêtu son épée d’une magie de vent qui n’était pas inférieur à son surnom et il avançait.

Bien que notre nombre avait diminué d’environ un tiers par rapport à notre arrivée, nous avions réussi à nous rapprocher du centre de la ville. C’était probablement correct de dire que Mylène devrait être là où se trouvait le maire.

Nous serions en mesure de percer si nous continuions comme ça. Quand j’avais pensé cela, quelque chose était tombé. Cette chose qui était tombée avec un fort « Dosun! ». Cela regardait tout autour de lui sans cesse. Et quant il nous avait finalement trouvés, nous qui étions sa proie, il avait poussé un cri.

« Qu-Qu’est-ce qui se passe avec cette chose ? »

« C’est... utilise-t-il les villageois ? »

Le nouveau monstre qui était apparu sous nos yeux était un monstre d’aspect grotesque qui avait la forme d’un empilement de nombreux cadavres humains. Avec une hauteur d’environ 3 m et des bras qui étaient anormalement grands. Naturellement, ses bras étaient également fabriqués à l’aide de cadavres humains.

« AIDE, AIDEZ-MOI. »

« CELA FAIT MAL, CELA FAIT MAL, CELA FAIT MAL, CELA FAIT MAL. »

« TUEZ, TUEZ-MOI. »

Et puis, de la bouche des cadavres qui ne devraient pas être en mouvement, s’échappaient toutes sortes de voix. Mon cœur me faisait mal et je me sentais nauséeux chaque fois que j’entendais leurs voix. Qu-Qu’est-ce que c’est ?

« Uu! Ces voix sont des malédictions ! Gardez votre volonté ferme ! »

De l’arrière, j’entendis la voix de Marie. Gardez ma volonté ferme, c’était ça. J’irais la sauver, j’irais sauver Mylène. D’ailleurs, je n’allais certainement pas perdre contre un gars qui jouait avec les morts comme ça !

« Renforcement du corps ! »

J’activais l’une des rares compétences que je pouvais utiliser, le renforcement du corps, et j’approchais de la chose grotesque. Le gars qui s’approchait en même temps que moi quand je commençais à courir, Arashi, me jeta un rapide coup d’œil tout en s’approchant de la chose grotesque.

La chose à l’allure grotesque qui nous avait reconnus comme des ennemis éleva son gros bras au-dessus de nos têtes. Le bras qui avait une masse considérable bascula vers nous, mais Arashi et moi nous nous étions séparés à droite et à gauche.

Quand son bras s’écrasa dans le sol, le sol se fendit et des fragments volèrent tout autour, mais nous avions continué à nous approcher de lui.

« Oraa ! »

« Fhun! »

Arashi coupa la main qui avait été enfoncée dans le sol avec son épée qui était couverte de vent, j’étais entré dans la poitrine de la chose grotesque et avait tranché son flanc. Bien que l’agonie de la mort puisse être entendue des cadavres, je n’y prêtais pas attention, je me retournais et je balançais mon épée vers le haut.

La chose grotesque, je ne savais pas si elle souffrait ou quoi, mais elle criait. Elle se tourna pour balancer son bras restant pour nous chasser au loin. Arashi et moi, nous avions alors abaissé nos postures pour passer sous le bras et couper chacune des jambes.

La chose grotesque qui avait perdu son soutien s’effondra dans le sol. Quand nous avions pensé à continuer ainsi, la chose grotesque avait poussé un cri qui était différent de ceux qu’il avait poussés jusqu’à présent. Cela ressemblait à un cri qui demandait de l’aide.

Effectivement, cette réflexion s’était révélée correcte. Les zombies qui avaient entendu le cri étaient venus se rassembler contre la chose grotesque. Ils nous ignoraient, nous qui étions leurs ennemis, et ils sautèrent sur la chose grotesque.

« R-Réduis-les en cendres, Ouragan de flamme ! »

Peut-être qu’elle pensait qu’il y avait maintenant une opportunité, car Marie avait libéré la plus forte magie qu’elle pouvait utiliser. Grâce à la tornade de flammes que Marie avait relâchée, les zombies qui s’étaient rassemblés avaient été brûlés.

« AaaaAaaa! »

Cependant, la chose grotesque sur laquelle sautaient les zombies balança son bras et la tornade de flamme s’éteignit en un instant. En outre, le bras et les jambes qui auraient dû être coupés par Arashi et moi-même avaient récupéré. En plus de cela, les bras avaient doublé de taille... peut-être, la raison pour laquelle il avait rassemblé les zombies tout à l’heure était pour guérir son corps ?

« Tsk, quel ennemi ennuyeux ! De plus, les zombies se sont rassemblés ici à cause du cri de tout à l’heure. »

C’était exactement comme Arashi l’avait dit. Peut-être à cause du cri de la chose grotesque à l’instant, même les zombies qui n’étaient pas dans le voisinage s’étaient rassemblés ici.

« Uu! Lynk, esquive ! »

Quand je regardais mon environnement, Gand commença soudainement à crier. Dans le champ de vision de Gand, il y avait la chose à l’aspect grotesque, et ce qu’il avait saisi dans ses mains, c’était des zombies. Ne me le dites pas !?

Alors que j’étais en train de me rendre compte de ce qu’il allait faire, dans l’instant suivant, les zombies avaient été jetés. De plus, cela s’était fait à une vitesse considérable. C’était grâce à la voix de Gand que j’avais pu l’éviter tout de suite, mais les soldats qui n’avaient pas pu l’éviter à temps avaient été frappés par ça et avaient été écrasés.

Un objet avec le poids d’une personne avait volé vers eux. C’était probablement scandaleux. Merde, c’était vraiment difficile à faire face à ça. Devant mes yeux se trouvait la chose grotesque qui guérissait même quand je la coupais en utilisant les zombies qui étaient la source de cette récupération. Et puis, il y avait les habitants de ville qui étaient manipulés. Nous serions anéantis si cela continuait.

Je ne savais pas comment c’était dans les autres endroits, mais si cela continuait, nous devrions envisager de nous enfuir. Merde, j’allais me sauver, encore une fois.

La chose grotesque lançait les zombies les uns après les autres comme des armes vers nous. C’était une vitesse considérable donc je l’évitais à peine, mais, ils entrèrent en collision avec les soldats qui n’avaient pas pu l’éviter à temps et les écrasaient.

« Lynk, je vais bloquer le bras de cette chose ! En attendant, tu dois vaincre cette chose ! »

« Mais, si c’est le cas alors, tu le feras ! »

« Nous ne pourrons pas aller de l’avant si nous ne le détruisons pas ! Allons-y ! »

Gand avait annoncé ça. Puis il avait tenu son bouclier en place tout en chargeant vers la chose grotesque. Si c’était Gand qui avait le rôle du guerrier lourd, alors il pouvait aussi supporter l’attaque grotesque. Mais... il n’y avait pas le temps d’y penser. Gand était déjà devant les yeux de la chose grotesque. Comme les choses avaient tourné de cette façon, j’allais devoir le vaincre rapidement !

« Marie ! Je compte sur toi pour le soutien ! »

« J’ai compris ! Vitesse, Défense, Puissance Enchantée ! »

La magie de Marie avait été appliquée sur mon corps, il s’était amélioré. Moi, dont la vitesse avait augmenté, avais suivi Gand. Le poing de la chose à l’allure grotesque descendit vers lui. Gand mit son bouclier et cela entra en collision avec le poing.

Les bruits forts, « Gan ! », pouvaient être entendus plusieurs fois et, en même temps, j’entendis le gémissement de Gand. Cependant, je ne pouvais pas hésiter maintenant. Pour le bien de Gand qui tenait autant le coup !

J’étais passé sur le côté de Gand tel qu’il était et je me dirigeais vers la chose grotesque. Et face à moi qui étais apparu soudainement derrière Gand, la réaction de la chose grotesque avait également été retardée.

« Allons-y, Arts d’occupation : “Huit flashs consécutifs”. »

J’activais mes Capacités Martiales, ses pouvoirs qui étaient différents de la magie. Ma profession était épéiste. Naturellement, les Capacités Martiales qu’un épéiste pouvait acquérir étaient toutes des techniques liées à l’escrime. C’était la technique la plus forte que je puisse utiliser parmi elles !

Alors que j’avais activé mes Capacités Martiales, j’avais commencé à trancher dans la chose grotesque. J’avais découpé les 4 bras, avais fait un signe de croix à la poitrine, et un signe de croix au cou. Un total de 8 frappes avait assailli la chose grotesque.

Bien que j’avais été capable de couper la chose grotesque sans qu’elle ait le temps de réagir, la fatigue avait assailli mon corps. Tout comme la magie dépensait le pouvoir magique, les Capacités Martiales dépensaient de la force physique. Le fait de ne pas pouvoir l’utiliser de façon consécutive était un inconvénient, mais même avec cela, les Capacités Martiales étaient puissantes.

« C’est plutôt bon. »

En regardant la chose grotesque qui avait été décapitée et qui s’effondrait, Arashi me disait ça en me frappant dans le dos. Haha, c’était un honneur d’avoir quelque chose comme ça dit par un Rang A.

Gand avait reçu des soins par Marie. Bien qu’elle ne soit pas aussi puissante que Mylène, Marie était également capable d’utiliser la magie curative.

Je voulais que ma force physique se rétablisse, mais je devais aller de l’avant. Je poussais avec force mon corps qui criait de fatigue pour aller de l’avant. Cependant, je n’étais pas capable de bouger.

La raison était juste devant mes yeux. Gand me retint et m’arrêta. Parce que deux choses ayant l’aspect grotesque que nous avions vaincu étaient récemment apparues sous nos yeux.

Même si c’était déjà pénible avec seulement les zombies eux-mêmes, plusieurs de ces trucs grotesques pouvaient aussi être envoyés !?

« Avec cela, nous n’avons pas d’autre choix que de battre en retraite. »

Arashi marmonna lentement. Mais je ne pouvais pas faire ça. Je ne pouvais pas revenir en arrière après être arrivé si loin. C’était le nombre maximum de soldats que le seigneur féodal était maintenant capable de fournir, tu sais ? Si nous ne pouvons pas gagner même avec ce nombre de personnes, alors il n’y avait pas d’autre choix que de compter sur le pays. Mais, si nous devions le faire, alors Mylène allait... Je comprenais que mes pensées étaient centrées sur elle-même. Mais encore, mais quand même... !

À ce moment, une ombre noire était apparue sur le sol entre les choses grotesques. Arashi et moi étions tous les deux sur nos gardes contre l’ombre qui était soudainement apparue. De l’intérieur de l’ombre, « Katsun katsun », on entendit des sons qui semblaient indiquer que quelqu’un montait les escaliers. Et puis, ce qui était apparu était une personne portant une robe noire. Es-tu :

« La personne qui a enlevé Mylène, hein !! »

Je déplaçais de force mon corps fatigué et commençais à courir vers la personne en robe noire. Les choses grotesques essayaient de me gêner, mais Arashi d’un côté avec Gand et Marie de l’autre les retenaient pour moi.

J’avais mes yeux fixés sur la personne en robe. Rien n’indiquait que la personne en robe se déplaçait même quand il me voyait approcher. Est-ce que quelqu’un comme moi n’était rien ? J’allais te faire regretter ça !

« “Frappe du tonnerre” ! »

J’activais ma capacité tout en déplaçant vers le bas mon épée depuis le ciel en une fois. Je visais au-dessus de la tête de la personne. Elle était déplacée avec force afin de l’écraser, mais il n’y avait toujours aucune indication qu’il bougeait. Je m’étais abaissé sans savoir pourquoi, mais j’avais immédiatement compris la raison.

Si cet homme restait figé, c’était parce qu’il n’avait pas besoin d’esquiver. Une barrière s’activa pour bloquer mon épée. C’était parce qu’il y avait ça. De plus, cette barrière me semblait familière. C’était...

« Sainte rafale. »

Des frappes de lumière avaient été libérées depuis le dos de la personne revêtue de la robe. J’avais utilisé la barrière qui avait bloqué mon épée pour me protéger et ainsi, j’avais évité les attaques, mais les zombies et les habitants de la ville qui étaient derrière moi avaient été abattus et avaient explosé. Quel pouvoir !

Puis, ce qui était apparu de l’arrière de la personne en robe était notre chère camarade qui portait une tenue entièrement noire avec des lignes d’or. C’était Mylène qui nous montrait ses mains quand elle était apparue.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre !

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire