Le garçon qui voulait se venger du monde – Tome 1 – Chapitre 16

☆☆☆

Chapitre 16 : Départ

« ... Les monstres de type morts-vivants sont en augmentation récemment ? »

Lorsque je demandais des détails sur le rapport qui m’avait été présenté, le capitaine Lischne, qui était venu faire un rapport sur cette question, acquiesça.

« Euh. Les observations sont particulièrement nombreuses sur la frontière nord. Les marchands ont aperçu des monstres de type morts-vivants entrer et sortir dans de nombreux villages. Mais, c’est un peu bizarre. »

« Bizarre ? Que voulez-vous dire ? »

« Quand les soldats se rendent là-bas après avoir reçu les rapports des marchands, les villages sont paisibles sans aucune anomalie particulière. Si cela n’avait été qu’un seul endroit, alors nous pourrions en rire comme s’il s’agissait d’un malentendu et l’oublier, mais des rapports sont venus concernant plusieurs fois le même village, ainsi que depuis d’autres villages. Le plus grand endroit serait Flink, qui est une ville portuaire, et qui a fait le même rapport. »

« ... C’est évidemment étrange, hein. Compris. Je me sens mal pour les soldats, mais je les invite à aller dans leurs villages respectifs. Après cela, soumettez une demande d’enquête à la guilde. Demandez-leur d’enquêter sur la raison pour laquelle les monstres de type morts-vivants ont augmenté. »

« Compris. »

 

◇ ◇ ◇

 

« Oui ! Comme je le pensais, les poissons sont délicieux ~ ! J’aime aussi la viande, mais j’aime tout aussi les poissons ! »

« ... Ah, vraiment ? Bien qu’au contraire, avoir quelqu’un qui se goinfre devant mes yeux, cela m’a fait perdre mon appétit. »

Devant mes yeux, une fourchette brandie dans chacune de ses deux mains mangeait le plat de poisson. C’était la chevalière sans tête gloutonne, Liscia.

C’était une façon de manger tellement sauvage que ça me donnait envie de demander si elle était vraiment une ancienne noble. Sans réfléchir, je lui avais dit : « Apprécies-en plus », je m’étais légèrement éloigné en pensant : Comment est-elle capable de se bourrer autant le ventre ? 

En plus de ça.

« Quoi, Maître. Pas d’appétit ? Très bien, je vais le manger ! Ce n’est pas bon d’avoir des restes ! »

Elle avait mis ses mains même sur mon plat. Pour cette raison, jusqu’à ce que Liscia finisse de manger, je ne pouvais que regarder la vue des plats se vider les uns après les autres. À ce moment-là, l’envie de commander des plats, comme ceux de Liscia, avait disparu.

« Pfff, je suis repue. Comme je le pensais, une ville portuaire est un super endroit. Je suis capable de manger beaucoup de poissons frais. Il y a longtemps, quand j’étais dans la ville sainte, il n’y avait que des rivières parce que j’étais dans la division intérieure et en plus de cela, les poissons des rivières puaient la boue et ils n’étaient pas comestibles. Les poissons que le marchand avait transportés étaient tous salés afin de l’empêcher de pourrir, c’était donc insupportablement salé et plutôt insipide. Au-dessus de cela, il y avait des frais de transport qui étaient assez élevés, c’était quelque chose que seules les hautes classes pouvaient manger même parmi les nobles. J’en avais aussi mangé pour la première fois quand j’étais devenue capitaine des Paladins. »

Liscia pliait les bras tout en se remémorant cela. Je l’avais simplement écoutée d’une oreille distraite pendant que je buvais mon eau. En attendant, je prêtais l’oreille aux voix environnantes. Ce que j’avais entendu des clients était des choses telles que : récemment, il y avait beaucoup de soldats, ou encore les monstres de type morts-vivants avaient augmenté, ou bien le Seigneur féodal avait soumis une demande à la guilde, et d’autres choses similaires.

Pfff, bien que nous ayons fait le tour de plusieurs villages ces deux derniers mois, les morts-vivants avaient été vus par des marchands, hein, bien qu’il semble que les villageois n’aient rien dit après que je les avais menacés de les tuer s’ils le faisaient.

Eh bien, c’était tout simplement le bon moment, hein. Ce mois-ci, le collier d’absorption des Âmes avait rassemblé un bon nombre d’âmes et les soldats morts-vivants s’étaient également rassemblés en masse.

Mon pouvoir magique était probablement 100 fois supérieur par rapport au moment où j’avais reçu le collier. En outre, parce que j’utilisais la sorcellerie des ténèbres presque tous les jours, j’étais également devenu capable de quelque chose comme une diminution de la consommation d’énergie magique.

En tant que fondement pour les âmes et les morts-vivants, nous avions principalement ciblé des bandits qui ne créeraient pas de tumulte même s’ils étaient tués.

Ce n’était pas un acte de charité. C’était parce que les bandits vivaient souvent loin des colonies, donc j’étais capable d’utiliser les morts-vivants sans me démarquer. Il n’y avait pas non plus besoin de les laisser délibérément en vie.

La raison de l’insertion de morts-vivants parmi les villageois était de pouvoir se déplacer à tout moment et de prendre des otages. Au cas où nous serions découverts et que des soldats seraient envoyés, ils ne pourraient pas attaquer aussi facilement avec les villageois comme bouclier.

Nous allions d’abord prendre ce territoire. Afin d’augmenter le nombre de soldats, il devait y avoir un endroit où les laisser. À cette fin, devais-je prendre cette ville, et lancer ainsi une sorte de déclaration de guerre ?

J’avais versé de la sorcellerie des ténèbres dans toute la ville par l’intermédiaire de ma jambe. Afin de réveiller les morts-vivants que j’avais préparés et mis en attente.

Liscia qui avait réagi à mon pouvoir magique me montra aussi un visage excité. À l’heure actuelle, même se battre en étant entourée de 100 squelettes l’ennuyait terriblement, elle s’attendait probablement à une bataille qui s’éterniserait. Eh bien, je ne savais pas si cette fois-ci, ça pouvait s’appeler une bataille.

Quand nous nous étions levés, des cris résonnèrent dans la ville. Je le savais après avoir été capable de contrôler les zombies, mais, ces gars-là allaient-ils bien résister sans rien manger ? En plus de cela, leurs corps étaient devenus plus forts, et ils étaient capables de supporter presque tout ce que je leur faisais faire.

Cette fois, j’avais donné l’ordre de creuser jusqu’à ce qu’ils soient sous la ville et de rester en attente là-bas. Pourtant, il s’agissait des zombies qui ne pouvaient rien comprendre d’autre que des ordres simples. Je pensais qu’ils ne comprendraient pas, même si je leur disais : « Creuser jusqu’à cette position », j’avais demandé à Chrono de créer un outil qui libérait faiblement ma puissance magique.

Les morts-vivants qui étaient devenus mes sous-fifres étaient apparemment capables de différencier mon pouvoir magique de celui des autres. En faisant usage de cela, je les faisais bouger en les installant à quatre coins de cette ville.

Je confirmais également la réponse des zombies et j’avais confirmé que les zombies que j’avais commandés avaient tous bougé dans la zone désignée, alors ça allait.

Le souci restant était, si les zombies qui étaient sous la terre étaient en mesure de faire le chemin en toute sécurité, cela serait probablement un succès aussi longtemps que j’entendrais ces voix.

Il y avait environ 200 soldats dans cette ville. De plus, ils n’étaient pas tous déployés. Contre cela, dans nos rangs de morts-vivants, on avait 40 zombies, 25 squelettes, 20 spectres. Et, en réserve, ma carte maîtresse, Liscia, était là. Ils ne devraient pas perdre tant qu’il n’y aura pas d’ennemis particulièrement forts.

« Maintenant, Liscia. Je vais te faire travailler dur après que tu aies mangé jusqu’à ce que tu sois rassasiée. »

« Bien sûr, Maître. Je vais vous montrer combien je suis incroyable ! »

Bien que je pensais qu’il y avait probablement aucune chance de le voir cette fois-ci.

☆☆☆

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. merci pour le chapitre

  2. Merci pour le chapitre

Laisser un commentaire