Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Épilogue – Partie 3

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Épilogue

Partie 3

L’essence du mysticisme était la prière. C’était une technique où l’on priait les innombrables esprits et où l’on attendait que nos vœux soient exaucés. C’est pourquoi Néphy avait jeté toutes les hésitations et avait prié sincèrement. Et pourtant…

Les esprits vont-ils vraiment me répondre ? Ce pouvoir n’avait pas été acquis parce qu’elle le voulait. C’est pourquoi elle n’avait jamais essayé d’y faire face correctement. Et pourtant, si elle ne s’y fiait que dans des moments comme celui-ci, les esprits lui répondraient-ils vraiment si commodément ? De tels doutes s’étaient développés en elle pendant un instant. Néphy avait chassé de son cœur son moi faible dans l’instant qui avait suivi et s’était concentrée sur sa prière.

Cependant, cet instant d’hésitation avait progressivement empiété sur son mysticisme. Sa poitrine s’était bloquée, puis…

« Ce n’est pas comme ça qu’on fait. Tu dois diriger tes prières en toi-même. »

Une voix, telle une cloche, résonna dans l’air. Néphy en avait été stupéfaite et ouvrit les yeux lorsqu’elle remarqua qu’une fille aux cheveux blancs se trouvait juste à côté d’elle. La jeune fille portant l’armure d’un chevalier angélique avait placé ses deux mains au sommet de Néphy.

« Il n’y a pas de dieu dans le monde. Mais si quelque chose comme ça est bien présent, il n’existe qu’en toi. C’est pourquoi tu diriges tes prières en toi-même. Crois en toi. C’est la façon d’utiliser le mysticisme. »

Cette fille était quelqu’un que Néphy n’avait rencontré qu’une ou deux fois, et c’était la première fois qu’elle voyait son visage. Et pourtant, ses paroles avaient résonné dans le cœur de Néphy dans une mesure surprenante.

« C’est vrai ! » déclara Néphy.

J’ai besoin de croire en moi… Néphy était restée aux côtés de Zagan, elle s’était liée d’amitié avec Chastille et Manuela, elle avait eu une fille, Foll, et elle avait même eu une sœur, Nephteros. Elle était aimée par beaucoup. Et donc, elle avait prié. Elle avait prié pour ne pas ressentir de honte d’être aimée et de s’être tournée vers l’avenir.

Je vois. C’est la partie de moi en laquelle je veux croire…, Néphy voulait être quelqu’un de convenable pour tout l’amour qu’elle avait reçu. Il était certain que Néphy ne tomberait pas sur une telle chose. Elle guérirait sûrement parfaitement les yeux de Kuroka sans laisser de séquelles. Le mysticisme qui commençait à vaciller s’était stabilisé et était devenu calme comme la surface d’un lac. La salle du trône avait sombré dans le silence.

« Est-ce fini ? » demanda timidement Shax.

Et après que Néphy ait hoché la tête, au moment où Kuroka allait ouvrir les yeux…

« Oh, attends un instant, » Néphy l’avait arrêtée, puis avait tourné Kuroka vers Shax.

La première personne que Kuroka devrait voir, c’est cet homme… Il avait eu l’air agité pendant un moment, mais il avait immédiatement pris son courage à deux mains. Puis, il s’était agenouillé devant Kuroka et avait aligné son regard sur le sien.

« D’accord, Kurosuke, » déclara Shax.

Les oreilles du chat de Kuroka frémirent d’un simple mouvement. Ses yeux rouges s’étaient alors lentement révélés. Et en y reflétant un jeune homme épuisé, de grandes larmes s’étaient formées en leur sein. Incapable de le supporter plus longtemps, Kuroka s’était couvert le visage.

« Comment ça s’est passé… ? » demanda Shax.

« Je peux… voir… C’est encore un peu flou. Mais je peux correctement… voir ton visage, » dit Kuroka en faisant un petit signe de tête à Shax.

« Ah — ! Dieu merci, » déclara Shax.

« Eep ? »

Devant le sourire sincère de Kuroka, Shax l’enlaça sans hésitation. Et comme si elle avait eu un sentiment d’impureté se présentant sur son visage, elle avait timidement enroulé ses bras autour de son dos. Derrière eux, Raphaël semblait faire de son mieux pour supporter quelque chose et s’agrippait si fort le bras qu’il avait l’impression qu’il allait l’arracher. Cependant, Néphy n’avait pas eu l’énergie nécessaire pour lui demander ce qui n’allait pas.

J’ai réussi à la guérir… Et alors que Néphy contemplait cette scène incroyable, Zagan lui avait posé la main sur l’épaule.

« Tu as bien fait, Néphy, » déclara Zagan.

« … Je te remercie. »

Néphy était si heureuse d’être louée que ses larmes s’étaient mises à couler.

« Félicitations, Kuroka. Et bon travail, Néphélia, » déclara Nephteros.

Nephteros l’avait également félicitée en souriant, mais le regard de Néphy était déjà fixé sur la jeune fille qui se tenait immobile à côté de Zagan. C’est précisément grâce à ses conseils que le mysticisme de Néphy avait réussi.

« Hum, merci beaucoup. Lady Oberon… n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

Elle ne portait pas son casque aujourd’hui, alors Néphy l’avait demandé pour confirmer. Après qu’elle l’ait fait, Zagan avait eu l’air quelque peu troublé, tandis que Nephteros avait été étonnée.

« Néphélia, Grand Frère t’a offert un pendentif, n’est-ce pas ? » demanda Nephteros.

« Un pendentif ? » demanda Néphy.

Il est vrai qu’elle avait reçu un pendentif en Mithril de Zagan à un moment donné. C’était à l’époque où ils étaient dans la ville au fond de l’océan. Il lui avait dit que c’était un souvenir de sa mère. Néphy avait sorti son pendentif de sa poitrine et l’avait ouvert, révélant ainsi une seule image. C’était le portrait d’une elfe avec son enfant. L’enfant était soi-disant Néphy, et les mots « À ma fille bien-aimée » étaient gravés en son sein. Mais le visage de sa mère était le plus surprenant… c’était le même que celui de la fille devant elle.

« … Hein ? » s’exclama Néphy.

Elle n’avait pas pu suivre ces faits, alors son esprit était devenu vide. Zagan avait alors poussé la fille devant elle en avant.

« Néphy, permets-moi de te présenter. Voici Titania Nimueh, alias Oberon. Elle se fait aussi appeler Orias, mais… c’est ta mère, » déclara Zagan.

« Ma… mère… ? » demanda Néphy.

Oberon avait souri avec une expression troublée bien visible sur son visage.

 

 

« Je ne pense pas avoir le droit d’être appelé ainsi après tout ce temps, mais oui, c’est notre lien de parenté, » répondit Oberon.

Néphy ne savait pas comment réagir. Nephteros avait dit un jour que sa mère était vivante, mais Néphy ne comprenait même pas la notion de famille avant de rencontrer Zagan, elle ne savait donc pas comment la considérer. Elle avait levé les yeux vers Zagan pour lui demander de l’aide, et bien qu’il ait eu l’air un peu troublé, il avait fini par sourire et lui avait répondu.

« Je n’ai même jamais rencontré mes propres parents, mais elle semble ressentir la même chose pour toi que toi et moi pour Foll, » déclara Zagan.

Après s’être inquiété encore plus de la façon de le formuler, il avait fini par l’énoncer tel quel, laissant Néphy avec un sourire bien à elle. Elle avait finalement fait face à Oberon une fois de plus.

« Hum, je pensais que ma mère serait un peu plus âgée, » déclara Néphy.

Oberon regarda de haut sa propre figure.

« C’est à cela que je ressemblais quand je t’ai donné naissance. Je pensais que ce serait plus facile à comprendre…, » déclara Oberon.

Néphy ressentait vaguement que sa mère serait quelqu’un de terrifiant, mais elle semblait vraiment anxieuse et ne montrait pas le moindre signe de rejet sur son visage.

« Même si tu me dis soudainement que tu es ma mère, je ne comprends pas encore vraiment ce que cela signifie. Donc, euh… Je serais heureuse… si tu pouvais me l’apprendre… à partir de maintenant, » déclara Néphy.

Néphy avait réussi à mettre ses sentiments en mots, et les yeux d’Oberon s’étaient ouverts en grand lorsqu’elle avait entendu la réponse inattendue.

« Cependant, je suis venue ici en prévoyant d’être frappée par toi…, » déclara Oberon.

« Penses-tu que je suis devenue une personne qui ferait une telle chose ? » demanda Néphy.

Et comme elle lui renvoyait cette idée, Oberon avait formé un sourire tendu.

« Je vois. Nous ne nous connaissons certainement pas, n’est-ce pas ? » déclara Oberon.

« Oui. C’est pourquoi, euh… J’aimerais te connaître davantage… N’est-ce pas, Nephteros ? » déclara Néphy.

« Ah… ! Eh bien, je suppose que oui, Néphélia, » répondit Nephteros.

Nephteros, qui affichait un regard inquiet tout ce temps, avait finalement souri. Néphy n’était pas sûre que ce soit le bon choix. Cependant, tout comme Foll l’avait acceptée à travers tous ses tâtonnements, les trois elfes n’avaient sûrement pas eu d’autre choix que de s’accepter mutuellement en tâtonnant elles aussi.

Oberon tendit alors un balai avec hésitation.

« Prends ceci, » déclara Oberon.

« Cela ? » demanda Néphy.

Cela me semblait vaguement familier.

Oh, c’est vrai. C’est le balai qui se trouvait dans la trésorerie de la Ville Sainte… C’est celui qu’Oberon avait récupéré après la prise du bâton.

« Voici le bâton d’Azazel. C’est quelque chose que j’ai utilisé quand j’ai tué l’Archidémon Orias, » déclara Oberon.

Zagan et Nephteros regardèrent tous deux le balai en état de choc.

« Hein ? C’était le bâton ? » demanda Zagan.

« Doit-on vraiment parler de bâton ? » demanda Nephteros.

Oberon haussa les épaules.

« Je ne connais pas la raison de son nom. Mais c’est très utile, vous savez ? Il rend le mysticisme et la mystique céleste plus faciles à utiliser. Et regardez, vous pouvez même l’utiliser pour voler, » déclara Oberon.

Oberon s’était mise à essayer d’expliquer les choses de manière énergique. Elle avait alors tenu le balai de côté et s’était assise dessus. Elle s’était mystérieusement mise à flotter dans les airs.

« Oh, une sorcière comme celle-là est apparue dans un des livres d’images que j’ai lus à Foll, » déclara Zagan.

« Une sorcière… ? Ce n’est pas faux, mais as-tu d’autres exemples ? C’est la première chose que je donne à ma fille, tu sais ? » déclara Oberon.

Le bout des oreilles d’Oberon devint soudain rouge, et Zagan se pinça le front comme si un mal de tête s’annonçait.

« … Désolé, mais pourrais-tu retourner à ta formulation habituelle ? Cela me déconcerte, » demanda Zagan.

« Contrairement à Gremory, même son ton change, hein ? » demanda Nephteros.

Nephteros, elle aussi, avait du mal à l’accepter.

Et alors que la première rencontre entre la mère et la fille se poursuivait, Shax et Kuroka s’étaient murmurés à un pas de l’autre.

« Il semble que nous devrions nous excuser. »

« Tu as raison… Mais… Lady Néphy a l’air si heureuse. Je suis un peu soulagée. »

Kuroka n’avait fait que récemment ses adieux à sa propre mère, alors elle avait répondu d’une voix vraiment joyeuse, mais pleurante. Et juste au moment où les deux individus s’étaient levés, quelque chose était sorti de la poche de Shax.

« Oh merde — ! » s’exclama Shax.

« Qu’est-ce que c’est ? » demanda Kuroka.

Au moment où Shax s’était figé, Kuroka avait ramassé l’objet qui était tombé par terre. Et c’était… des sous-vêtements. Des sous-vêtements féminins. Et dispersé autour de lui… se trouvaient les vêtements que Kuroka portait habituellement.

Maintenant que Néphy y avait pensé, elle ne le portait plus ces derniers temps.

Alors… est-ce que c’est à Kuroka… ?

Peu de temps après, Kuroka avait semblé réaliser que c’était ses sous-vêtements. Elle se mit à trembler violemment sur place, les larmes aux yeux. Le visage devint rouge, et ses deux queues se dressèrent sur le sol.

« Attends… Hein ? Pourquoi ? Cela ? Les miens… ? » demanda Kuroka.

« Attends, tu te trompes. Calme-toi, Kuroka. C’est, hum, vrai, que, » Shax marmonnait ces mots, devenant pâle, et ce qui était finalement sorti de sa bouche était… « J’en ai pris soin en tant que matériel de recherche. »

« MYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Kuroka avait mis toute sa force dans ses griffes et avait commencé à frapper Shax. Elle n’avait jamais pensé qu’elle reverrait la lumière. Et bien que pensant cela, immédiatement après avoir recouvré la vue, le bienfaiteur qu’elle idolâtrait avait ses sous-vêtements sur sa personne. Personne ne pouvait lui en vouloir.

« M-Maître Zagan ! Ne regarde pas ! » déclara Néphy.

Néphy avait soudainement bloqué la vue de Zagan avec ses deux mains.

« Je comprends, mais que quelqu’un arrête Raphaël. Shax va mourir, » déclara Zagan.

« A-Arrête ça, qu’est-ce que tu fais !? »

Après avoir tourné son attention vers Raphaël, Néphy avait repéré Nephteros qui s’accrochait à Raphaël par la taille, essayant désespérément de l’arrêter. Cela ne semblait cependant pas faire grand-chose.

« Ne m’arrêtez pas, Lady Nephteros. Cela va au-delà de ce qu’un parent peut autoriser, » cria Raphaël.

« … Quand vous le dites comme ça, il devient plus difficile de vous arrêter, » déclara Oberon.

Oberon était d’accord avec le raisonnement de Raphaël et hésitait à l’arrêter. Les retrouvailles miraculeuses avec sa fille étaient devenues un véritable désastre, mais au moins Néphy souriait. Cependant, une certaine pensée lui avait traversé l’esprit.

Je me demande, qui sont les personnes qui sont les parents de Maître Zagan… ? Elle ne pouvait pas s’empêcher d’être curieuse, à la fois comme parent et comme fille.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire