Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 6

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Plus un lieu touristique est secret, plus il est excitant

Partie 6

Quelle fiabilité ! Ginias avait scellé les mouvements de la jeune fille en utilisant le vent de son épée sacrée et s’était rapproché d’elle. Il était possible d’échapper à son vent en utilisant les capacités physiques d’un sorcier, mais la sorcellerie ne pouvait pas compenser la compétence à l’épée. Ginias était le plus jeune à se voir confier le rôle d’Archange en chef. Il ne se laisserait pas distancer par une épée.

La jeune fille tenait ses deux cimeterres prêts et marmonnait quelque chose, mais aucune sorcellerie ne s’activait.

« C’est inutile ! Les vents de la purification peuvent facilement emporter toute sorcellerie ! » s’exclama Ginias.

Je ne vous tuerai pas ! Ginias avait enfoncé le plat de sa lame dans le corps de la jeune fille… Ou alors, il l’avait prévu.

« Hein ? Elle est partie ? »

La jeune fille devant lui avait disparu sans aucun mouvement préalable. Ginias n’avait pas non plus senti son épée frapper quoi que ce soit, alors elle n’avait pas été soufflée par elle.

« Derrière vous, Ginias. »

Le jeune Archange s’en était rendu compte en entendant la voix d’Oberon. Son épée était plus lourde que d’habitude. La pointe de sa lame ne bougeait pas du tout, comme si elle était cousue en place. Il avait tourné la tête en état de choc et avait vu la fille se tenir à la pointe de son épée avec un regard somnolent sur son visage.

« Impossible… ! » s’exclama Ginias.

« Il semble que vous n’ayez pas entendu Aristella à cause du vent. Je vais le dire une fois de plus. Voici un cadeau. Vous pouvez faire le premier pas, » déclara Aristella.

Ces mots étaient les mêmes que ceux qu’elle avait murmurés dans le vent de la purification.

Ce n’était donc même pas de la sorcellerie… ? Ginias était sous le choc, et la jeune fille se tordit le corps comme pour danser. Immédiatement après, son cimeterre était arrivé par le bas.

« Argh ! »

Même s’il avait essayé de l’esquiver, la fille était toujours debout sur son épée. Il n’était pas possible de s’enfuir alors que l’on était encore prêt au combat. Ginias lâcha son épée sacrée et roula sur le sol.

« Bon garçon. Vous lâchez cette épée gênante. »

La fille avait donné un coup de pied à l’épée sacrée et l’avait envoyée voler de l’autre côté du passage. Elle s’était alors précipitée sans laisser à Ginias le temps de se relever.

« Je n’ai pas encore fini ! » cria Ginias.

Ginias avait attrapé la lame du cimeterre s’avançant sur son cou avec la paume de ses deux mains. Le calme plat de la jeune fille s’était brisé en voyant cela, et ses yeux s’étaient ouverts en grand.

« Un chevalier angélique est plus qu’une simple épée ! » déclara Ginias.

« Hm. Comme c’est inattendu. »

Il n’était pas clair si elle était vraiment surprise ou non, mais la fille avait déplacé son autre cimeterre. Ginias avait besoin de deux mains pour arrêter une seule lame, il n’avait donc aucun moyen de s’en sortir.

« Viens à moi ! Raziel ! » s’écria Ginias.

Alors qu’il appelait son épée sacrée, elle avait sauté en l’air toute seule et avait attaqué le dos de la fille.

« Tch. »

C’était maintenant au tour de la jeune fille de lâcher son épée et de rouler sur le sol. L’épée sacrée qu’elle avait jetée s’était installée dans la main de Ginias comme si c’était sa place.

« Ce garçon est celui qui est le plus aimé des épées sacrées de toute l’histoire. »

C’était la raison pour laquelle Ginias s’était placé à la tête des Archanges à son âge.

Quant à Oberon, elle croisait les lames avec la manieuse d’épée longue en utilisant son épée pâle et fine… Non, ce n’était pas une épée longue.

« Idiote ! ! Crois-tu que je vais juste jouer au combat à l’épée avec un chevalier ? »

La lame de l’épée s’était brisée en un clin d’œil. Il s’était déplacé dans les airs comme un fouet et avait attaqué Oberon depuis une direction impossible pour une épée.

« Une épée à chaîne ? Quelle habileté! »

C’était le cas, mais Oberon fit tournoyer sa fine épée et s’occupa de la lame en forme de fouet. Si elle essayait de la repousser simplement, l’épée à chaîne s’enroulerait autour de la sienne et se refermerait sur son cou. C’est pourquoi Oberon avait écarté la pointe de l’épée à chaîne pour lui faire perdre le contrôle.

Mais ce n’était pas aussi simple qu’il y paraît. La pointe est la zone la plus rapide d’un fouet en mouvement, de sorte qu’un œil humain ne pouvait pas suivre la pointe d’un vrai fouet. Le fait qu’elle ait dévié l’attaque malgré l’obstruction de sa vue était impressionnant.

La jeune fille avait sursauté en voyant cela, mais elle avait immédiatement souri avec un esprit indéfectible en brandissant une fois de plus son épée à chaîne.

« Pas mal. Mais combien de temps pouvez-vous tenir le coup ? »

L’épée à chaîne s’était déplacée en s’abattant sur les murs, le sol et le plafond du labyrinthe. C’est un maniement d’épée assez téméraire qui avait réussi à sceller tous les chemins de retraite.

« C’est tout à fait un certain nombre d’attaques. »

Oberon avait repoussé avec précision chaque coup individuellement. Aucun d’entre eux n’avait pu faire un pas de plus, les enfermant dans une impasse.

Je dois assister Lady Oberon ! Ginias avait poignardé le cimeterre qu’il tenait dans le sol et s’était retourné pour faire face à la jeune fille qui se trouvait devant lui.

« Il semble que vous soyez également plus habile à manier l’épée entre vous deux. Bien que vous soyez un sorcier, je louerai votre habileté au sabre. Cependant, c’est là que cela s’arrête, » déclara Ginias.

La fille a poussé un soupir d’apathie.

« Aristella est la spécialiste de l’épée. »

« Hein… ? Que voulez-vous dire ? » demanda Ginias.

« C’est exactement ce que j’ai dit. »

Et un instant plus tard, Ginias avait soudain compris le sens de ses paroles.

« Lady Oberon ! Éloignez-vous d’elle ! » cria Ginias.

« Kyahaha ! Trop tard ! »

L’épée à chaîne semblait voler de manière imprudente, mais elle tissait en fait un cercle magique précisément détaillé. Et Oberon se tenait en son centre.

« Dexia est le spécialiste de la sorcellerie. »

Ginias était entré en scène avant d’avoir réfléchi. Il avait repoussé Oberon avec un coup de l’épaule et avait réussi à la faire sortir du cercle magique. Et juste au moment où la sorcellerie s’était achevée…

« Bon vol, imbécile ! »

Le paysage autour de lui s’était déformé. C’était la même sorcellerie de téléportation qu’il avait subie trois jours auparavant, mais il ne l’avait compris qu’un moment trop tard.

◇◇◇

Retour à la salle du dernier étage dans le Joyau de Raziel.

« Pourquoi êtes-vous ici ? » Le jeune garçon avait élevé la voix avec à la fois choc et vigilance, ce à quoi Zagan avait secoué la tête avec étonnement.

« Pourquoi ? Voici notre chambre. Je devrais te demander d’où tu es venu en volant, » déclara Zagan.

Zagan avait interrogé le garçon comme s’il n’avait aucune idée d’où le jeune garçon était apparu.

« Votre chambre… ? Désolé, où suis-je ? Sommes-nous à Raziel ? » demanda Ginias.

Zagan s’était approché de la fenêtre à contrecœur et avait ouvert les rideaux.

« C’est une auberge appelée le Joyau de Raziel. Tu peux voir la cathédrale centrale de Raziel là-bas, non ? » demanda Zagan.

Après l’avoir expliqué, le garçon semblait avoir pris conscience de sa situation. Il regarda autour de lui avec inquiétude, et en apercevant Néphy, il baissa la tête.

« Je vous présente mes excuses. Je vais sortir immédiatement, » déclara Ginias.

Il avait toujours son épée sacrée à la main. Il s’était remis sur pied dans la panique, Zagan l’empêchant de partir.

« Attends. Tu es blessé. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais laisse-nous au moins te soigner, » déclara Zagan.

« Mais —, » commença Ginias.

« Cette mission ou tout ce que tu fais peut-il être accompli dans cet état ? N’est-ce pas le devoir d’un chevalier angélique de défier ses missions dans un état aussi irréprochable que possible ? » demanda Zagan.

Après avoir été admonesté, le jeune garçon était devenu silencieux, incapable de s’opposer du tout.

« Je vous suis redevable, » déclara Ginias.

« Tu peux le faire… m-ma chère ? » demanda Zagan.

« Oui, mon cher, » répondit Néphy.

C’était encore très gênant, mais Néphy avait tout de suite répondu alors que le bout de ses oreilles devenait rouge. Cependant, le garçon se couvrit le visage comme s’il ne pouvait supporter de voir cet échange.

« Je ne vous ai causé que des ennuis, » déclara Ginias.

« Ne t’inquiète pas. N’est-ce pas l’obligation du peuple de coopérer avec ceux qui possèdent des épées sacrées ? » demanda Zagan.

Les humains étaient capables de sourire d’autant plus doucement qu’ils pensaient à de mauvaises choses. Zagan souriait comme si c’était la chose la plus naturelle au monde, ce qui fit ouvrir les yeux du garçon.

« L’avez-vous remarqué ? » demanda Ginias.

« Un croyant pieux ne le remarquerait-il pas ? » demanda Zagan.

Il avait omis de préciser qu’il n’en était pas un lui-même, mais il ne mentait pas.

Le garçon sourit en signe d’admiration.

« Vous n’avez fait que me surprendre. À la fois dans le chariot et ici avec la profondeur de votre raffinement, » déclara Ginias.

« Pas besoin de me flatter. Ça me démange, » déclara Zagan.

Zagan avait haussé les épaules de manière exagérée, et le garçon avait forcé un sourire, ayant considérablement relâché sa vigilance.

Il avait l’air assez sale, mais ses blessures ne semblaient pas particulièrement graves. C’est probablement plus le résultat d’une chute précoce que de tout ce qu’il avait obtenu au combat. Son traitement s’était rapidement terminé, et après qu’ils aient fini, Zagan s’était de nouveau adressé à lui pour le calmer un peu plus.

« Et alors ? Que s’est-il passé ? » demanda Zagan.

« Notre trésorerie a été infiltrée par des voleurs. Lady Oberon et moi sommes allés les soumettre, mais j’ai subi une défaite embarrassante, comme vous pouvez le voir, » déclara Ginias.

Le garçon semblait avoir considérablement relâché sa garde après avoir été traité. Il avait laissé échapper exactement ce qui s’était passé lorsqu’on l’avait pressé afin d’obtenir des informations.

Hmm. C’est donc vraiment ce qui s’est passé… Orias devait également être en route pour reprendre le bâton. Elle agissait en secret, mais il était impossible que l’Église ne fasse pas de bruit à cause d’un Archidémon qui agissait. Eh bien, Shere Khan et Bifrons semblaient également coopérer, donc la probabilité qu’il s’agisse plutôt de leur œuvre était assez élevée.

Zagan avait porté son attention sur le plafond.

Je ne sais pas qui c’est, mais ce sont des sorciers très habiles… Les traces de la sorcellerie que le garçon avait subie étaient restées au-dessus d’eux. Ils étaient plus habiles en matière de téléportation qu’un Zagan novice pour ça. Il était probable qu’ils n’aient pas seulement désigné un changement d’altitude, mais aussi choisi une destination au hasard. Inutile en termes de mouvement efficace, mais parfait pour repousser un ennemi.

Il n’y avait pas tant de sorciers qui pouvaient activer la sorcellerie de vol avant de toucher le sol, et c’était presque sans égal contre les Chevaliers angéliques. Le fait que le garçon ait atterri ici pourrait être dû à une chance inouïe, ou peut-être…

L’épée sacrée aurait pu le guider ici… Grâce à son combat avec Andrealphus, Zagan était pleinement conscient qu’une entité appelée séraphin était scellée dans toutes les épées sacrées. Il n’était pas si étrange qu’elle accomplisse une sorte de miracle pour sauver son maître. C’est peut-être la raison pour laquelle ce jeune garçon avait été choisi comme Archange.

En tout cas, à la fin de son traitement, Zagan avait fini d’analyser la structure de la sorcellerie qui avait fait s’envoler le garçon.

Ce sera difficile à ouvrir, mais je devrais pouvoir me connecter à son origine en utilisant la même sorcellerie. Zagan était capable d’imiter la sorcellerie en utilisant sa capacité à dévorer la sorcellerie sans la dévorer réellement. En fin de compte, la sorcellerie était quelque chose que n’importe qui pouvait utiliser tant qu’il connaissait la théorie.

Zagan avait donc développé sa capacité à réfléchir et à absorber la sorcellerie au point de pouvoir l’imiter. Les conseils d’Andrealphus lui avaient été plutôt utiles, même s’il avait été vexé de l’admettre.

Le garçon avait frappé le sol en signe d’irritation.

« Argh. C’est un soulagement que je sois arrivé à Raziel, mais combien de temps faudra-t-il pour les poursuivre à partir d’ici ? » se demanda Ginias.

« Hm. Je ne connais pas tes circonstances exactes, mais ne peux-tu pas revenir en utilisant cela ? » demanda Zagan.

Zagan avait pointé le plafond comme s’il venait de le remarquer. Le cercle de téléportation que Zagan avait réparé et relié à sa source brillait intensément.

« Il me semblerait que tu sois tombé de là…, » déclara Zagan.

Le garçon s’était mis debout, les yeux grands ouverts.

« Oh ! Je peux revenir en arrière ! » déclara Ginias.

Juste au moment où il était sur le point de plonger, le garçon s’était arrêté et s’était tourné vers Zagan.

« Je dois m’excuser une fois de plus. Je vais certainement rembourser —, » déclara Ginias.

« C’est déjà assez. Tu es pressé, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

« C’est vrai ! » déclara Ginias.

« Bonne chance, » déclara Zagan.

Zagan agita la main, Néphy baissa la tête, et le jeune garçon bondit vaillamment à travers le cercle magique. Après l’avoir vu partir, Zagan avait montré à Néphy son chapeau et son manteau.

« Alors, allons-nous y aller nous-mêmes ? » demanda Zagan.

« Hein… ? » demanda Néphy.

« Au trésor souterrain de Raziel. Tu as dit que tu voulais aller le voir, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

Sur ce, Néphy sourit comme une fleur en pleine fleuraison.

« Oui ! » répondit Néphy.

Ainsi, l’incident sans précédent de trois Archidémons différents ayant réussi à infiltrer le siège de l’Église avait atteint son paroxysme.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire