Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Chapitre 3 – Partie 2

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 3 : Plus un lieu touristique est secret, plus il est excitant

Partie 2

Le même soir, Foll s’était posée sur le trône en pleine réflexion.

Je suis heureuse que Zagan soit allé jouer pour son propre bien. Mais… pourquoi en ce moment ? Le Zagan que Foll connaissait était un peu maladroit quand il s’agissait de Néphy. Cependant, ce n’était pas quelqu’un qui laisserait bêtement ses défenses en sous-effectif au milieu des préparations guerrières avec un Archidémon.

Cela signifiait que Zagan devait faire quelque chose qui valait la peine de sacrifier ses défenses.

Mais qu’est-ce que c’est ? Elle ne pouvait pas vraiment faire quoi que ce soit en s’en inquiétant, mais elle y pensait toujours. Et, incapable de trouver une réponse, Foll se pencha à nouveau sur le trône. Mais le soutien dorsal était trop éloigné et elle avait fini par tomber à la renverse. En levant les yeux, elle avait trouvé des yeux dorés qui la regardaient de haut en bas.

« Teehee, c’est une expression bien sombre que vous avez là. » C’était Alshiera. Elle était penchée sur le visage de Foll alors qu’elle était assise sur l’accoudoir du trône. « N’êtes-vous pas satisfaite de la surveillance de la maison ? »

« Pas vraiment, » répondit Foll.

Elle n’était pas insatisfaite, mais elle n’était pas non plus satisfaite. Et voyant à travers son état d’esprit complexe, Alshiera avait frôlé la tête de Foll.

« Alors, où l’objectif du Roi aux yeux d’argent l’a-t-il mené cette fois-ci, je me le demande ? » déclara Alshiera.

Elle était sur la bonne voie, mais Foll était déjà habituée à cela, alors elle avait simplement hoché la tête avant de parler.

« Il n’avait pas l’air perturbé, mais on aurait dit qu’il était pressé. Quelque chose s’est-il passé ? » demanda Foll.

« Et si vous alliez enquêter ? » demanda Alshiera.

« … Je ne peux pas. Je ne veux pas me mettre en travers du chemin de Zagan, » déclara Foll.

Il était finalement parti en voyage tout seul avec Néphy. Si elle allait à leur rencontre, ce serait comme d’habitude. Elle aimait le temps qu’elle passait avec eux, mais elle pensait qu’il valait mieux qu’ils fassent des progrès.

Alshiera avait laissé échapper un rire amusé.

« Même si vous ne poursuivez pas le roi aux yeux d’argent, vous pouvez enquêter sur ce qu’il a vu, » déclara Alshiera.

« … En allant voir Orias ? » demanda Foll.

Zagan était censé avoir visité Orias l’autre jour. Ce qui voulait dire que quelque chose s’était passé là-bas, ou qu’il y avait trouvé quelque chose. C’est pourquoi il avait soudainement dit qu’il allait à la Ville Sainte. Cela avait piqué sa curiosité, mais Foll avait néanmoins secoué la tête.

« Je ne peux pas. Je dois vous protéger, » déclara Foll.

Si Foll avait pu porter un coup à Bifrons, c’était parce qu’elle se trouvait dans le domaine de Zagan. Elle ne croyait pas que ce serait possible si elle partait. Et sachant cela très bien, Alshiera avait hoché la tête.

« C’est exactement pourquoi il n’y a pas de mal à y aller si je suis avec vous, » déclara Alshiera.

Apparemment, elle proposait d’y emmener Foll.

Foll avait hésité, mais elle avait secoué la tête.

« … En guise de remerciement ? Vous protéger, c’est quelque chose que j’ai fait de mon propre chef. Je n’en ai pas besoin, » déclara Foll.

« Non pas en remerciement, mais en récompense. Un bon enfant qui fait de son mieux ne mérite-t-il pas une récompense ? » demanda Alshiera.

Il y avait quelque chose de louche dans sa façon de dire « récompense » qui rappelait à Foll Gremory, mais elle n’avait pas non plus de raison de refuser.

Est-ce que je peux l’accepter simplement parce que je fais de mon mieux, d’une manière adaptée à mon âge ? Elle ne se surpassait pas, alors c’était sûrement bien d’accepter cela. Et après avoir réfléchi pendant une minute entière, elle avait fait un signe de tête en réponse.

« J’ai compris. Alors, allons-y, » déclara Foll.

« Heehee, quelle bonne fille! » déclara Alshiera.

Voyant Alshiera quelque peu satisfaite, Foll avait eu l’impression qu’elle avait tout compris.

« Étiez-vous également inquiète ? » demanda Foll.

« Vous pensiez que je ne l’étais pas ? » Alshiera était descendue de l’accoudoir et lui avait tendu la main. « On y va ? »

« … Dès maintenant ? » demanda Foll.

Il était déjà tard dans la nuit. C’était normalement l’heure du coucher de Foll. Et pourtant, la vampire lui avait souri comme un gamin malicieux. « La nuit est mon heure de gloire. »

Foll était vraiment fatiguée, mais elle avait aussi l’impression qu’elle ne pourrait pas dormir tant qu’elle y penserait. Elle avait hésité, mais avait fini par prendre la main d’Alshiera.

« Bon, allons-y, » déclara Foll.

Quel est ce sentiment ? La chaleur qu’elle avait ressentie d’Alshiera était similaire à celle qu’elle avait ressentie à Zagan et Néphy, mais elle était en quelque sorte différente. Ce n’était pas non plus la même chose que la gentillesse qu’elle avait reçue de Gremory ou de Raphaël. Mais ce n’était toujours pas désagréable…

L’amitié… Ce seul mot lui était venu à l’esprit. D’une part, il y avait la fille d’un dragon qui pouvait se comparer à un Archidémon. D’autre part, il y avait une ancienne vampire que même Zagan disait ne pas pouvoir vaincre.

Cette paire se tenait maintenant côte à côte, mais on aurait dit que ce n’était que deux petites filles qui allaient jouer.

« Keehee, quel merveilleux pouvoir d’amour ! Qu’est-ce qui me donne envie de les adopter ? Il cache en elles un puits infini de pouvoir d’amour ! » s’écria Gremory.

« Gremory, tu viens ? » demanda Foll.

La grand-mère se tortilla de nouveau de bonheur devant la porte de la salle du trône.

 

 

Foll, Alshiera et Gremory étaient arrivées à la base d’Orias vers l’aube. Gremory se présentait sous la forme d’une jeune fille, peut-être pour se mettre au niveau des deux autres.

Gremory est peut-être venue comme escorte à sa manière… Environ 90 % de cette somme correspondait à ses désirs, mais Foll pensait que les 10 % restants étaient peut-être destinés à les protéger toutes les deux. Et 10 %, c’était plutôt énorme pour cette grand-mère, qui n’agissait généralement que par instinct.

Avec la base d’Orias en vue, Alshiera avait penché sa tête.

« Est-ce ici que vit un Archidémon ? » demanda Alshiera.

Elles se trouvaient actuellement loin au nord de Kianoides, au cœur d’une forêt. Il n’y avait pas d’habitats humains à distance de marche, et même les chasseurs ne s’aventuraient pas aussi loin. Il n’y avait évidemment pas non plus de filles dans les environs, c’est pourquoi Gremory avait mis sa vie en jeu pour s’échapper de cette région isolée.

Cette ville était encore plus éloignée du château de Zagan que la ville sainte de Raziel, et il aurait fallu environ une semaine en voiture pour y arriver. Et pourtant, elles étaient arrivées toutes les trois en quelques heures seulement.

Ce n’est pas aussi bien que l’homme à tout faire, mais c’était quand même de la téléportation. Zagan avait préparé des dispositifs capables d’activer la sorcellerie de téléportation. Il ne pouvait pas aller où il voulait comme Barbatos, mais il reliait apparemment entre eux des lieux fixes que Zagan avait décidés. Il était nécessaire d’installer un cercle magique sur le lieu de destination, il fallait donc s’y rendre une fois au préalable. Mais il s’agissait d’une sorcellerie de très haut niveau.

Barbatos était en fait le plus étrange, car il était capable de relier l’ombre de n’importe quelle personne une fois qu’il en avait connaissance. Il possédait vraiment un prodigieux talent de sorcier. Il n’y avait probablement même pas un Archidémon qui pouvait le surpasser quant à la téléportation.

L’homme à tout faire était probablement le numéro un avant que Zagan ne devienne un Archidémon. Gremory et Kimaris étaient également des sorciers qui représentaient leurs domaines de sorcellerie respectifs, mais lorsqu’il s’agissait simplement de savoir qui pouvait utiliser la sorcellerie la plus avancée, Barbatos était probablement en tête. Ce qui placerait Foll en dernière position parmi tous les candidats. À l’époque, elle n’excellait qu’à utiliser la sorcellerie des dragons, et rien d’autre.

Serais-je capable de battre l’homme à tout faire maintenant ? Foll avait essayé de simuler un combat avec Barbatos dans son esprit. Si c’était un combat frontal, elle pourrait probablement gagner. Dans le pire des cas, elle pourrait même manger les ombres et le dévorer.

Mais je ne pense pas que j’aurais une chance s’il était un ennemi… Lorsqu’il se promenait seul la nuit, ou dormait, ou discutait avec un proche, il y avait d’innombrables occasions où Barbatos pouvait facilement se glisser et la poignarder avec un couteau. Il n’y avait pas besoin de quelque chose de plus complexe. Après tout, il était impossible de rester sur ses gardes à tout moment.

Il y avait, bien sûr, des moyens de sceller la téléportation. Cependant, il ne semblait pas que cela puisse fonctionner contre Barbatos. C’était un monstre qui pouvait facilement détourner le cercle magique de Zagan. Ce serait comme essayer de bloquer une épée avec un bouclier en papier.

Zagan avait pu s’occuper de lui parce que son renforcement physique pouvait résister à un coup de poignard surpris, et que toute nouvelle sorcellerie serait simplement dévorée par lui.

En observant le mécanisme de la téléportation, Foll avait répondu à la question d’Alshiera.

« C’est ici que je suis venue la dernière fois…, » déclara Foll.

« Hm. Il semble qu’elle soit sortie, » déclara Gremory, en levant les yeux vers le bâtiment en relief.

« Donc, Zagan n’a pas rencontré Orias ? » demanda Foll.

« Qui sait ? Il est également possible qu’elle soit partie après leur rencontre… Attendez, ce n’est pas juste, » déclara Gremory.

Gremory avait fouillé le sol. Il y avait plusieurs empreintes de pas à cet endroit. Quelqu’un était venu et avait tourné en rond après n’avoir pas pu entrer tout de suite.

Zagan et Raphaël ont remarqué qu’elle n’était pas chez elle et se sont demandé s’ils devaient entrer. La grand-mère était en fait assez douée pour pouvoir trouver de telles pistes.

« Je pensais que les Archidémons avaient tendance à vivre dans de grands châteaux, » commenta Alshiera avec des sentiments mitigés.

« Mon professeur est un vrai misanthrope. Elle a dit que cela lui convenait parfaitement, » déclara Gremory.

La base d’Orias était très différente des autres bases de l’Archidémon. Ce n’était rien de plus qu’une petite hutte. Apparemment, elle avait utilisé un sous-espace créé par la sorcellerie pour stocker sa vaste accumulation de bibliothèques qui contenaient sa sagesse. La hutte elle-même était juste assez grande pour qu’une seule personne puisse y vivre. Le fait de n’avoir que deux ou trois invités rendrait l’endroit plutôt exigu.

Gremory avait apparemment eu une bosse sur la tête alors qu’elle avait été obligée de s’asseoir à genoux ici une fois. Le bâtiment lui-même était recouvert de mousse et était assimilé aux arbres environnants. Cela ressemblait vraiment à la cachette d’un elfe.

Tel était le refuge d’Orias, mais pour l’instant il n’y avait personne à la maison. C’est probablement pour cela que Gremory était venue.

« Devrions-nous y aller ? » demanda Foll.

Foll avait renoncé à observer le mécanisme de téléportation et s’était mise en retrait.

« Il n’y a aucune raison de venir ici si nous ne le faisons pas, » déclara Alshiera d’un signe de tête.

« Keeheehee, allons dévoiler les secrets les plus profonds de mon professeur, » déclara Gremory.

« … Alors pourquoi te caches-tu derrière moi ? » demanda Alshiera.

Même si elle savait que personne n’était là, Gremory n’avait pas pu réprimer son corps qui rejetait l’acte, alors elle s’était collée au dos d’Alshiera.

« On arrive chez mamie, » déclara Foll.

Foll avait mis sa main à la porte. Il n’y avait ni serrure ni trou de serrure. C’était le genre à avoir un loquet le bloquant de l’autre côté. Foll avait poussé légèrement sur la porte, qui s’était ouverte sans résistance.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire