Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Chapitre 2 – Partie 8

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Chapitre II : Il est mille ans trop tôt pour agir comme un couple marié, même après avoir parcouru trois mille kilomètres pour rendre visite à sa belle-mère

Partie 8

« Haah. J’ai fini. J’ai vraiment fini. Qu’est-ce que c’est que cet endroit ! ? »

Le cri d’une fille avait résonné dans tout le labyrinthe sous la cathédrale de Raziel. Elle semblait avoir environ 15 ans. Ses cheveux blonds descendaient par-dessus son épaule droite et étaient attachés ensemble en une petite touffe à l’aide d’un ruban. Son petit visage était encore un peu enfantin, et ses yeux d’un bleu profond étaient brouillés par les larmes.

Et pourtant, elle portait une tenue décontractée composée d’un plastron avec le nombril exposé ainsi qu’une jupe assez courte pour qu’on puisse presque voir ses sous-vêtements. Pour couronner le tout, elle portait une ceinture qui n’était pas adaptée à sa silhouette élancée, à laquelle était suspendue une épée longue. Le nom de cette fille était Dexia.

« Gaah ! Sérieusement ! Qu’est-ce qu’elle a, cette femme ? Sans elle, nous serions déjà dans cette stupide trésorerie ! »

Elle avait commencé à s’agiter et à piquer une crise de colère sur le sol, alors qu’une lame lui transperçait le visage.

« Qu’est-ce que tu fais, Aristella !? »

« Aristella a déterminé que tu serais mieux morte, Dexia. »

« Pourquoi ? »

Dexia avait battu en retraite tout en restant assise sur ses fesses. Les yeux d’Aristella étaient sérieux.

« C-C-C-C-C-Calme-toi, Aristella ! Ne penses-tu pas que Maître Shere Khan sera triste si nous avions une dispute ? »

« Ce n’est pas le cas d’Aristella. L’abandon de la mission est un crime grave. Il n’est pas nécessaire d’ennuyer le Maître avec cela. Aristella se suicidera avec toi. »

« Je n’ai rien dit sur l’abandon de la mission, n’est-ce pas ? »

La jeune fille qui pointait une lame sur Dexia sans laisser de lumière dans ses yeux, Aristella, portait des vêtements beaucoup plus modestes composés d’une chemise et d’une jupe à froufrou. Et tout comme Dexia, elle avait une ceinture mal assortie autour de la taille.

Cependant, contrairement à Dexia, elle avait deux cimeterres à l’allure vicieuse suspendus à sa ceinture. Les deux filles étaient comme les petits pois dans une cosse. La couleur de leurs cheveux, de leurs yeux et de tous leurs traits de visage était identique. La seule différence entre elles, en dehors de leurs vêtements, était le fait que les cheveux de Dexia étaient attachés à droite, tandis que ceux d’Aristella étaient attachés à gauche.

« Je vais finir la mission, d’accord ? Mais nous avons erré dans cet endroit pendant trois jours, n’est-ce pas ? Je peux me plaindre un peu, non ? »

La femme ne s’était pas nommée, mais le garçon s’était appelé Ginias. Lorsque Dexia et Aristella avaient tenté de s’introduire dans la trésorerie, elles avaient été contrecarrées par une équipe de deux chevaliers angéliques.

Aristella secoua la tête.

« Ce n’est pas juste un peu. Tu as pleurniché pendant trois jours entiers. L’esprit d’Aristella est à sa limite. »

En prenant le temps d’y réfléchir, cela expliquerait probablement pourquoi les yeux d’Aristella semblaient si vides. Et ayant remarqué cela, Dexia avait tourné ses doigts.

« Umm. Désolée. C’est de ma faute. Je ferai de mon mieux, alors sortons de là ensemble, d’accord ? Tout ira bien si nous terminons la mission, n’est-ce pas ? » demanda Dexia.

Dexia s’était sincèrement excusée, et Aristella avait finalement rengainé son cimeterre. Elle avait alors poussé un petit soupir et s’était assise sur le sol. Il était clair qu’elle se sentait déprimée elle aussi, et Dexia s’était mise à côté d’elle.

« Je me demande si Maître Shere Khan s’est bien comporté sans nous pendant ces trois jours, » déclara Dexia.

« … Hm. On doit vraiment y retourner. Aristella craint qu’il soit dangereux. »

Elle faisait référence à l’Archidémon qui était apparu soudainement il y a une semaine. Elles étaient reconnaissantes que Shere Khan ait été sauvé, mais les filles ne pouvaient vraiment pas faire confiance à cet Archidémon. C’était peut-être ce qu’on attendait d’un sorcier, mais celui-ci était différent de leur seigneur.

« À quelle distance cette femme a-t-elle été envoyée ? »

« La périphérie des terres incultes de Katachnia. Les chariots passent rarement par là. Cela devrait nous permettre de gagner trois jours, » répondit Aristella.

« Trois jours ? Alors, le temps est pratiquement écoulé, hein ? »

C’était sûrement la source d’irritation d’Aristella.

Je ne peux pas vraiment me moquer d’eux alors que c’est nous qui avons été totalement bloquées. Dexia s’était ridiculisée. Tout allait bien quand Aristella utilisa sa sorcellerie pour envoyer les deux Chevaliers Angéliques très, très loin. Mais ils avaient fini par trébucher sur les pièges de cette femme dans la chambre du Trésor.

Les murs échangeraient leurs positions les uns avec les autres. Il y avait des pièges classiques comme les embûches et les jets de poison. Cela envoyait même des malédictions malveillantes comme on en trouve chez les esprits des défunts. Ils se demandaient vraiment s’ils se trouvaient sous une église. C’était beaucoup plus convaincant si quelqu’un leur disait que c’était un repaire de sorciers. Et à cause de cela, Dexia et Aristella étaient restées coincées à errer dans ce labyrinthe pendant trois jours.

« Oh oui, je me demande si ces chevaliers angéliques ont été amenés par ce type ? » demanda Dexia.

Dexia lui avait fait un signe de tête, et Aristella avait hoché la tête.

« Les traîtres ? » demanda Aristella.

« Oui. Ils étaient étrangement amicaux. Je me demande si ce sont des agents doubles ou autres choses ? » demanda Dexia.

Si les deux individus avaient pu se faufiler si facilement dans la trésorerie, c’était parce qu’ils avaient des assistants parmi les Chevaliers angéliques. Cependant, la réaction d’Aristella avait mis un bémol à cette situation.

« Si c’est le cas, le maître s’en occupera. Ce n’est pas quelque chose dont Aristella doit s’inquiéter, » déclara Aristella.

« Eh bien, même s’il y a un traître, rien n’est résolu en les éliminant. »

Les deux filles étaient à la limite de leur capacité à tromper leur cerveau pour qu’il n’ait pas besoin de nourriture ou de sommeil en recourant à la sorcellerie. Elles pouvaient rester un peu plus longtemps en se déplaçant moins et en se reposant à tour de rôle, mais ne pas avoir d’eau était vraiment dur. En termes de sorcellerie, la téléportation avait également déclenché un énorme épuisement. L’endurance d’Aristella était actuellement assez faible pour la gêner dans la bataille. Le fait qu’elle était prête à recourir au double suicide montrait vraiment à quel point elle était fatiguée.

Je ne peux pas laisser ça arriver. Nous allons vraiment retourner à Maître Shere Khan ! Et pourtant, elle avait passé tout ce temps à se plaindre. Dexia avait certainement eu tort. Elle avait ensuite retiré un bout de papier de sa pochette.

« Ce n’est pas comme si j’avais erré comme un enfant perdu ou quoi que ce soit. La carte est presque terminée, » déclara Dexia.

Dexia était une fille assez rude, mais elle avait dressé une carte précise de la région en comptant le nombre de pas qu’elles faisaient. La carte couvrait trois étages. Elle était probablement plus familière avec le labyrinthe qu’avec l’église à ce stade.

« Mais nous n’avons toujours pas trouvé le chemin le plus important vers le Trésor, » déclara Aristella.

« Oui, à ce propos. Le bâton d’Azazel est-il vraiment un trésor si effrayant qu’il doit être scellé dans ce genre de labyrinthe ? » demanda Dexia.

« Effrayant, » déclara Aristella.

« … Aristella. Dors un peu. Tu deviens folle, » déclara Dexia.

Après l’avoir fait remarquer, Aristella ouvrit grand les yeux, comme si elle venait de recevoir un choc important.

« Dexia se moque d’Aristella… Aristella n’a pas d’autre choix que de mourir maintenant…, » déclara Aristella.

« Pour qui me prends-tu ? » demanda Dexia.

Dexia lui avait jeté un regard sombre en réponse, mais Aristella s’était simplement retournée et avait posé sa tête sur les genoux de Dexia.

« Ah, hé. N’utilise pas mes genoux…, » déclara Dexia.

Au moment où Dexia avait poussé un soupir, Aristella dormait déjà. Elle brossa doucement la tête de la jeune fille endormie et sourit innocemment en lui chuchotant.

« Faisons de notre mieux et tuons-en beaucoup, d’accord ? Espèces rares. Chevalier Angélique. Les sorciers. Tuons-les tous, et rendons le maître Shere Khan heureux. Tout comme cette fois avec Azazel. D’accord ? Aristella ? »

« … Hm. Faisons de notre mieux et tuons-les tous, Dexia, » déclara Aristella.

Aucune d’entre elles n’avait montré le moindre signe d’hésitation ou de culpabilité. Ces deux sorcières étaient si pures que c’en était presque pitoyable.

◇◇◇

Le soleil s’était couché. Il était un peu trop tard pour profiter de la visite de la Ville Sainte, alors Zagan et Néphy avaient décidé de séjourner dans une auberge.

Comment en est-on arrivé là ? Zagan et Néphy avaient trouvé un seul grand lit dans leur chambre d’auberge. Un seul lit. Et pourtant, il y avait deux oreillers. Comme ils avaient déjà pris un repas et un bain, Zagan était actuellement vêtu d’une robe. Néphy, en revanche, portait un léger déshabillé blanc et était vraiment adorable. Ses cheveux, qui étaient généralement attachés par un ruban, étaient maintenant relâchés. Cela lui avait donné une atmosphère différente de la normale, ce qui était plutôt agréable.

D’ailleurs, Raphaël avait obtenu une chambre séparée pour lui, tout comme un véritable garde du corps. Zagan lui avait dit de passer son temps dans la Ville Sainte comme il le souhaitait, donc il s’occuperait de tout de son côté.

En tout cas, Zagan connaissait en fait la raison de la situation qui l’attendait.

« Ce genre de chambre… est utilisée pour… une lune de miel, n’est-ce pas ? » déclara Néphy nerveusement.

Ils se trouvaient actuellement dans la plus grande auberge de la ville sainte, le Joyau de Raziel. Raphaël avait fait les réservations pour eux, et après que Zagan et Néphy se soient maladroitement appelés « chéri et chérie » à la réception, la réceptionniste avait simplement noté. « Alors, vous êtes en lune de miel, n’est-ce pas ? »

En tant que tel, le personnel de l’auberge les avait naturellement traités comme un couple de jeunes mariés, il serait donc erroné de se plaindre de leur hospitalité.

Mais ! Mais allez ! Que dois-je faire dans cette situation ? Zagan regarda timidement Néphy.

« C’est… ce dont Manuella m’a parlé… » Néphy se chuchota à elle-même comme si elle prenait la résolution d’affronter un événement tant attendu.

Est-ce que c’est vraiment bien… ? Cela signifie-t-il qu’il est possible d’aller de l’avant ? Zagan avait dégluti. Il n’y avait plus rien à hésiter… En fait, il y avait beaucoup de raisons d’hésiter. Zagan était un parfait novice en matière d’amour. Il rougissait encore du simple fait de se promener main dans la main. Il ne l’avait embrassée qu’une seule fois. Il ne savait que théoriquement ce qu’il fallait faire au lit. Pour résumer, il n’avait aucune confiance dans sa capacité à prendre la tête des activités nocturnes.

Zagan secoua vigoureusement la tête.

Gaah ! C’est pathétique ! Et tu te dis l’homme qui rendra Néphy heureuse, Zagan ! Après s’être enflammé, il avait saisi les épaules de Néphy.

« N-Néphy ! » déclara Zagan.

« O-Oui !? » demanda Néphy.

 

 

Aucun d’eux n’avait dit un mot de plus. Le cœur de Zagan battait comme un marteau. Il pouvait dire qu’il en était de même pour Néphy à travers ses épaules tremblantes. Sa chemise de nuit était fine, et il pouvait sentir la chaleur de sa peau à travers elle. La zone autour de sa poitrine était légèrement transparente, ce qui le rendait encore plus nerveux et un peu plus en sueur.

Zagan regardait dans ses yeux azurés et pouvait voir son visage gelé se refléter juste derrière ses cils blancs comme neige. Il tenta à nouveau de s’enflammer, mais surtout, Néphy fit le premier pas. Elle s’était appuyée contre la poitrine de Zagan et avait chuchoté si doucement qu’elle avait eu l’impression que sa voix allait s’évanouir.

L-La suite est de… attendez, non. C’est trop tôt pour ça. Uhh, um… D’abord, c’est… s’allonger ? Juste au moment où cette pensée lui avait traversé l’esprit, il avait réalisé que les deux individus portaient encore des pantoufles. Zagan avait jeté ses propres pantoufles dans le coin, puis avait déplacé l’une de ses mains pour enlever doucement les pantoufles de Néphy une par une.

Ses orteils exposés étaient tendus avec tension jusqu’à leur extrémité, comme si même ses pieds étaient gênés par l’acte. Zagan s’était alors dirigé vers le centre du lit, avait posé sa tête sur un oreiller, et s’était retrouvé dans une position où Néphy utilisait son bras comme oreiller.

« Hwah... »

Un son qui ressemblait à la fois à un glapissement de surprise et à un soupir agréable s’échappa de ses lèvres.

Oh. N’est-ce pas ainsi que cela doit se terminer ? Zagan se creusait la tête, car il ne savait pas quel était le « bon ordre ». Néphy semblait aussi avoir atteint ses limites. Ses yeux tournoyaient et elle respirait fortement par le nez.

« … Cela sent comme Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Hein ? Mon odeur ? » demanda Zagan.

Néphy ne s’était rendu compte de ce qu’elle disait que lorsqu’elle avait été confrontée à la perplexité de Zagan. Tout son visage était rouge vif jusqu’au bout des oreilles.

« N-Non ! Ce n’est pas le cas ! Hum, je veux dire, ce n’est pas mal, mais…, » déclara Néphy.

« U-Uhh. Qu’est-ce que je… sens ? » demanda Zagan.

Il n’avait jamais vraiment réfléchi à ce qu’était sa propre odeur corporelle. Ou plutôt, même s’il se reniflait, il ne pourrait pas le dire.

« Hwah. C’est… euh, comme… de la sueur ? » répondit Néphy.

« Désolée. Je n’ai pas remarqué, » déclara Zagan.

« Ce n’est pas ce que je veux dire. Je ne déteste pas ça ! » déclara Néphy.

Tous deux étaient dans un état d’agitation totale, et Néphy éclata de rire.

« D’une certaine manière… cela me rappelle notre première rencontre, » déclara Néphy.

« Aah... Hm. Nous avons beaucoup tâtonné à l’époque, » déclara Zagan.

« Nous l’avons fait. C’était la même chose cette nuit-là, où je t’ai parlé de moi, » déclara Néphy.

« C’était quand ? » demanda Zagan.

« Quand je t’ai parlé du mysticisme. Même quand je t’ai raconté ce qui s’est passé au village, tu as tout simplement accepté tout comme si ce n’était pas grave. Cela m’a vraiment rendue heureuse, » déclara Néphy.

« C’est parce que j’étais beaucoup plus un bon à rien que toi, » déclara Zagan.

Il était d’ailleurs bien plus étrange que Néphy ne se soit pas enfuie après avoir entendu parler de lui.

Néphy se frotta alors le visage contre le bras de Zagan.

« Cette nuit-là… J’avais prévu de te laisser dormir, comme ça, » déclara Néphy.

« C’est exactement ce que tu as fait. Je ne sais pas depuis combien d’années je n’ai pas eu un sommeil aussi profond, » déclara Zagan.

« Je suis heureuse que tu le dises, » déclara Néphy.

Zagan avait caressé les cheveux blancs de Néphy.

« Tu as appris à sourire beaucoup mieux depuis cette époque, » déclara Zagan.

« Ai-je été aussi brusque avant ? » demanda Néphy.

Elle était certainement consciente de son caractère stoïque, aussi avait-elle élevé la voix avec émotion.

« Je ne dirais pas que tu étais brusque. C’était plutôt mignon en soi, » déclara Zagan.

« Hyu… »

Les oreilles rouge vif de Néphy s’agitèrent alors qu’elle commença sa contre-attaque.

« Mais je crois que c’est toi qui t’es considérablement adouci, Maître Zagan ? » déclara Néphy.

« Hein ? Étais-je si effrayant avant ? » demanda Zagan.

« Je ne dirais pas que tu étais effrayant… Hum, à l’époque, je ne pouvais même pas deviner le sens de tes mots… Comment dire… ? » demanda Néphy.

Le château avait en effet des cadavres et des appareils de torture éparpillés un peu partout à l’époque. Zagan était également conscient que sa conduite était quelque peu trompeuse. Néphy y pensait sûrement à l’époque.

Zagan s’était excusé en se grattant la joue.

« Umm, désolé pour ça. Je n’ai pas été capable à l’époque de te dire honnêtement que je t’aimais ou que tu étais mignonne, » déclara Zagan.

« M-Mignonne ? » s’exclama Néphy.

« Eh bien, oui. Chaque partie de toi est tout à fait mignonne. À l’époque, et maintenant. La façon dont tes orteils s’étendaient tout à l’heure était aussi mignonne, » déclara Zagan.

« Pourquoi as-tu regardé ça ? » demanda Néphy.

Néphy se couvrit le visage au bord des larmes.

Bien que cette partie de toi soit aussi ce qui te rend insupportablement mignonne… Cependant, s’il continuait à l’agresser avec le mot « mignon » plus que cela, elle s’évanouirait probablement, alors Zagan avait sagement gardé sa bouche fermée.

« Nous avons beaucoup de souvenirs aujourd’hui, n’est-ce pas ? » demanda Zagan.

« C’est vrai… Je veux dire, nous n’avons pas pu être seuls comme ça depuis que Foll est venue chez nous, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

Maintenant qu’elle le mentionne, c’est vrai ! Néphy voulait sûrement aussi passer du temps seul avec lui. Alors pourquoi Zagan n’avait-il pas remarqué cela jusqu’à présent ? C’est le cas, mais Néphy enfonça son visage contre la poitrine de Zagan avec un regard satisfait.

« Mais j’ai l’impression que c’est agréable précisément parce que ce n’est qu’une fois de temps en temps, » déclara Néphy.

« V-Vraiment ? » demanda Zagan.

« Si cela arrivait tous les jours, ce serait si embarrassant, et je serais si heureuse, que j’aurais l’impression de m’effondrer, » déclara Néphy.

Le visage de Zagan était tourné pour profiter secrètement de l’embarras de Néphy. Il avait alors commencé à lui frotter le dos.

« Eh bien, tu as peut-être raison, » déclara Zagan.

Cela faisait vraiment six mois depuis qu’ils avaient été complètement seuls ensemble. C’était bien qu’elle soit aussi timide qu’elle le voulait. Et après avoir évoqué le passé, ils avaient tous deux réussi à se détendre un peu.

« Néphy…, » déclara Zagan.

Et maintenant, il était enfin temps de passer à l’étape suivante… mais Zagan était resté complètement abasourdi.

« Hein ? Néphy ? » demanda Zagan.

Néphy s’était profondément endormie, le visage encore enfoui contre sa poitrine.

Hnnngh ! Pourquoi t’es-tu endormi juste là ? C’était parfaitement compréhensible dans un sens. Il l’avait pratiquement traînée jusqu’à la Ville Sainte sans aucune explication. Il était normal que l’épuisement s’accumule après avoir passé toute la journée à être secoué dans une voiture.

Après l’avoir fait se détendre, la fatigue de Néphy avait tout simplement atteint son paroxysme. C’était comme si tous les fils qui la tenaient tendue avaient été coupés d’un seul coup. Et en y repensant, Zagan avait laissé la force sortir de ses épaules.

« … Oh, bien. C’est très bien, » déclara Zagan.

Il avait pu la voir dans de nouveaux vêtements, ils s’étaient appelés chéri et chérie, ils avaient parlé avec Oberon et ce jeune chevalier, et ils avaient réussi à devenir nostalgiques la nuit. N’a-t-il pas pu voir beaucoup d’instants où Néphy était mignonne et charmante ?

Leur voyage à la Ville Sainte allait également durer plus d’une soirée. Il devait juste montrer qu’il pouvait faire mieux demain. Et se sentant quelque peu satisfait, Zagan s’était endormi.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire