Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Chapitre II : Il est mille ans trop tôt pour agir comme un couple marié, même après avoir parcouru trois mille kilomètres pour rendre visite à sa belle-mère

Partie 7

« Nous avons deux sujets à discuter aujourd’hui. Le premier est le fait que Metatron, l’épée sacrée du Seigneur Hyurandell soit tombée entre les mains de l’Archidémon Zagan. »

Ginias avait commencé la réunion sur un ton ferme. Malgré son jeune âge, il remplissait quand même ses devoirs d’archange en chef.

« C’est une situation grave. Une chose qui ne s’est jamais produite auparavant dans toute l’histoire de l’Église, » continua Ginias.

Cependant, Michael avait immédiatement exprimé son doute.

« Euh, à ce propos. D’où vient l’information sur ce sujet ? Cela fait six mois que Raphaël a disparu. Alors pourquoi n’avons-nous découvert cela que maintenant ? » demanda Michael.

Chastille avait également fait un signe de tête.

« Je suis d’accord avec le Lord Michael sur ce point. La dernière bataille de Lord Raphael et la base de l’Archidémon Zagan se trouvaient toutes deux à Kianoides, qui est sous ma juridiction. Alors pourquoi n’ai-je pas été informée de cela en premier ? » demanda Chastille.

Kaltiainen avait laissé échapper un grognement.

« Hmph. Il y a des tonnes de rumeurs selon lesquelles vous êtes de connivence avec ces maudits sorciers. Soyez honnête, n’avez-vous pas caché cette information pendant tout ce temps ? » demanda Kaltiainen.

Il était tellement sur la bonne voie que Chastille était trop gênée pour répondre.

« Ce n’est pas de la collusion, c’est de l’unification. Ce n’est pas comme si elle servait les sorciers ou quoi que ce soit, n’est-ce pas ? » déclara Michael.

« Exactement ! » déclara Chastille.

Chastille avait saisi la ligne de vie que Michael lui avait lancée, mais la réaction des personnes présentes dans la pièce avait été froide.

Eh bien, il faut s’y attendre… Chastille n’avait pas de partisans parmi les Archanges ni personne de rang équivalent ou supérieur. Michael pouvait être considéré comme neutre, donc même s’il était quelque peu coopératif, il n’était pas l’un de ses alliés.

« L’unification, mon cul. Les épées sacrées existent pour tuer les sorciers. La merde que vous débitez, c’est comme si vous disiez que nous devrions tous nous entendre avec des lames à la gorge, » déclara Kaltiainen.

C’était un homme désagréable, mais il avait raison. Michael commença à gifler joyeusement Kaltiainen dans le dos.

« Haha, je ne peux pas vraiment réfuter cela. J’aime bien la manière que vous utilisez pour éviter de prétendre que votre voie est la justice, vous savez ? » déclara Michael.

« Et qu’est-ce que j’ai à gagner exactement à être apprécié par vous ? » demanda Kaltiainen.

Kaltiainen semblait extrêmement mécontent, mais Michael n’était pas du tout agité. Ginias s’était alors éclairci la gorge en toussant.

« La source de l’information est tenue secrète, » déclara Ginias.

« Ce qui veut dire que cela vient des cardinaux ? Je déteste vraiment ces types. Ils gardent un tas de secrets et ne disent que ce qui leur convient, » déclara Michael.

« Lord Diekmeyer ! Vous allez trop loin ! » déclara Ginias.

« Non. Je vais me défouler. J’ai passé un mois entier à travailler au fond de la mer sombre ! Vous pensez vraiment que vous pouvez m’empêcher de leur en vouloir pour cela ? » demanda Michael.

Michael était pratiquement en larmes, tandis que Ginias était complètement bouleversé par son comportement et se repliait sur lui-même.

« … Je vais faire part de vos protestations aux cardinaux. Je suis sûr qu’ils sont conscients que tout sera fini si vous vous révoltez contre eux, Lord Diekmeyer, » déclara Ginias.

Valjakka avait aussi ensuite parlé. « Lord Galahad, vous avez dit qu’il y avait deux sujets à traiter. L’autre est-il aussi terrible que la perte d’une épée sacrée ? »

« C’est moi qui en parlerai, » répondit Oberon. Elle se plaça debout et continua d’une voix calme. « Il y a une relique stockée dans le trésor de Raziel, appelée “le bâton d’Azazel”. »

Ce nom avait immédiatement attiré l’attention de Chastille.

Azazel… C’est le nom sur lequel Zagan enquête.

Elle avait ensuite jeté un coup d’œil pour vérifier les réactions de chacun.

Un, deux… cinq personnes. C’est beaucoup… C’était sûrement la première fois que la moitié des gens entendaient ce nom. Elle avait pu constater que certains d’entre eux réfléchissaient à la signification de ce nom avec des regards perplexes. Cependant, il y en avait aussi qui ne l’étaient pas.

Le premier était Michael. En tant qu’Archidémon et archange, c’est probablement lui qui détenait le plus d’informations sur les séraphins, Marchosias et bien d’autres sujets. Il avait toujours le même faible sourire, et son expression ne changeait pas du tout à la mention d’Azazel.

Les autres qui n’avaient pas réagi du tout étaient Ginias et Valjakka. Ginias en avait probablement entendu parler directement par Oberon, mais on peut aussi considérer qu’il connaissait quelque chose en tant qu’Archange en chef. Quant à Valjakka, c’était un vétéran dont le seul aîné était Raphaël. Compte tenu du temps qu’il avait passé en tant qu’archange, il était juste de considérer qu’il en avait entendu parler.

Les personnes qui avaient réagi très clairement à cette situation étaient Kaltiainen et les deux Juutilainen.

« Azazel ? » Kaltiainen avait pratiquement craché le morceau. « N’est-ce pas le nom de cet ordre secret que les cardinaux contrôlent ? »

« Vous en êtes donc conscient, Lord Kaltiainen. Mais j’ai entendu dire qu’Azazel a été anéanti, » déclara Ginias.

C’était la première fois que Chastille en entendait parler, et elle avait ouvert les yeux en état de choc.

« Lord Juutilainen, pouvez-vous m’en dire un peu plus à ce sujet ? »

« Cela ne me dérange pas vraiment. C’est arrivé il y a un peu plus d’un an. L’atout d’Azazel de l’époque a apparemment échoué à une mission et n’a pas pu être récupéré. La mission en question semblait être liée à un Archidémon, et profitant de l’absence de l’atout, l’Archidémon a riposté et a anéanti Azazel. Je ne sais pas s’il y a des survivants, » déclara Juutilainen.

Chastille avait gémi face à cette information.

Par atout, il veut probablement dire Kuroka… Elle pouvait s’opposer à un archange sans même utiliser une épée sacrée ou une armure sacrée. S’il y avait plus de gens comme elle à Azazel, ils n’auraient même pas besoin d’Archanges. Si l’histoire de Juutilainen était vraie, l’un des Archidémons était responsable d’avoir volé la lumière des yeux de Kuroka.

Le seul qui me vient à l’esprit est Bifrons. La première fois qu’elle avait rencontré Kuroka, elle avait été poussée à l’action par les manigances de Bifrons. Non pas qu’elle puisse vraiment la blâmer, vu que Chastille en était aussi à moitié responsable. En tout cas, c’était apparemment la source des réactions de Kaltiainen et du plus ancien des Juutilainens.

« Le bâton d’Azazel est un objet que la reine des fées Titania a autrefois manié dans une bataille contre l’Archidémon Orias, » ajouta Oberon.

« Quoi !? » Chastille avait fait une crise de toux.

« Qu’est-ce qui ne va pas ? » demanda Oberon.

« Rien. Continuez, s’il vous plaît » déclara Chastille.

Orias ? Pas question… S’agit-il de la mère de Néphy ? Seules quelques personnes choisies, dont Zagan, savaient qu’Orias n’était autre que la fée Titania.

Titania avait jeté son propre nom et pris la place d’Orias, ce qui signifiait que l’arme qu’elle maniait à l’époque était probablement assez puissante pour renverser un Archidémon. On avait dit qu’Oberon avait déjà vaincu un Archidémon, mais si c’était vraiment l’exploit de Titania, alors cela avait un peu de sens.

Chastille se souvenait de sa conversation avec Zagan lorsqu’il avait commencé à enquêter sur Azazel. À l’époque, il avait l’impression que c’était le nom d’une treizième épée sacrée. Dans un sens, il avait peut-être eu raison.

« Un Archidémon est apparemment à la recherche du bâton d’Azazel, » poursuit Oberon. « Nous devons la récupérer avant qu’elle ne soit volée. S’il vous plaît, ouvrez-moi la trésorerie. »

Et cela avait fait murmurer tout le monde.

Archidémon… J’espère que ce n’est pas Zagan… En tout cas, il était déjà déterminé comment Chastille se comporterait ici.

« Lady Oberon. Ce serait une situation grave si c’était vrai. Permettez-moi de coopérer au mieux de mes capacités, » déclara Chastille.

« Vous avez mes remerciements, Lady Chastille, » déclara Oberon.

Oberon acquiesça sans changer d’expression, mais Chastille ressentit un étrange sentiment de malaise à cause de cela.

Hein ? Quelque chose dans tout ça me semble nostalgique… Elle s’était creusé la tête pour trouver la réponse, mais Valjakka avait parlé avant d’avoir pu la trouver.

« C’est en effet une situation désastreuse, Lady Oberon. Je ne vous accuse de rien, mais y a-t-il une raison pour laquelle vous pensez que c’est le cas ? » demanda Valjakka.

Un chevalier angélique légendaire était arrivé de nulle part et leur avait raconté un incident incroyable. Il aurait été plus étrange de ne pas douter du tout d’elle.

« Ha ! » Kaltiainen s’était mis à rire avec mépris. « Il n’est même pas nécessaire de demander. C’est l’Archidémon Zagan. Je parie que ce bâtard est imbu de lui-même parce qu’il a pris Metatron. »

C’était en soi un excellent exemple d’une hypothèse sans fondement. Chastille était sur le point d’objecter, mais Oberon avait secoué la tête avant qu’elle ne dise quoi que ce soit.

« Non, nos ennemis sont l’Archidémon Shere Khan et Bifrons, » répondit Oberon.

Les Archanges avaient tous été émus par cette information.

« Deux… Des Archidémons ? »

« Je ne connais pas les détails, mais les deux individus ont fait front commun, » répondit Oberon.

« Lady Oberon et moi avons enquêté sur le trésor, et nous avons fini par croiser les lames avec les sous-fifres de Shere Khan. Cependant, ils ont réussi à nous échapper, » déclara Ginias en grinçant des dents. Puis, il s’était arrêté, avait secoué la tête et avait continué. « Non, ce n’est pas tout à fait exact. Nous avons été envoyés au loin. »

« Nous avons été téléportés au milieu des terres désolées de Katachnia par la sorcellerie et nous y sommes restés bloqués pendant trois jours, » déclara Oberon en poussant un soupir profond.

« Trois jours ? Et vous étiez dans la salle de la Trésorerie ? Cela ne veut-il pas dire… ? » marmonna Kaltiainen en se levant.

« Oui. Je crois qu’ils ont déjà infiltré la Trésorerie, » répondit-elle.

La Trésorerie avait réussi à empêcher les sorciers d’accéder à ce qu’elle contenait pendant un millier d’années, mais elle était maintenant dans un état de fragilité extrême.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire :

Laisser un commentaire