Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Chapitre 1 – Partie 5

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : Par miracle, nous avons passé un peu de temps seuls, et nous avons fini par partir en lune de miel

Partie 5

La sorcellerie elle-même était quelque chose que n’importe qui pouvait utiliser tant qu’il possédait le savoir, donc Zagan ne la considérait pas comme particulièrement spéciale.

« Selon leurs calculs, le continent n’est apparemment pas plus grand qu’un dixième du monde entier. C’est comme ça qu’est le monde. Il y a des erreurs de mesure qui proviennent des estimations faites avec cette méthode, mais apparemment, le résultat n’est pas si loin, » déclara Zagan.

Après de multiples calculs, une valeur moyenne devait apparaître. Et tous ces calculs ne s’écartaient pas beaucoup de la valeur moyenne.

Lilith était assise là, clignant des yeux, surprise.

« Un dixième ? Les 90 % restants sont-ils entièrement constitués d’océan ? » demanda Lilith.

« Qui sait ? Mais il est vrai que personne n’a jamais découvert d’autre terre, » déclara Zagan en regardant Lilith. « N’est-ce pas étrange ? Penses-tu vraiment que les sorciers ne s’intéressaient pas au monde extérieur loin de ce continent, bien qu’ils aient vécu pendant des centaines d’années ? Il ne devait pas y avoir qu’un ou deux sorciers qui utiliseraient pleinement leur sorcellerie et partiraient sur des bateaux à la recherche d’autres choses dans le monde. Et pourtant, personne n’a jamais rien trouvé. »

C’est pourquoi le monde lui semblait trop confiné. Pourtant, Lilith s’était penchée, incapable de saisir ce qu’on lui disait.

« Mais la sorcellerie est capable de sauter dans l’espace, non ? Il y a ce malsain parmi vos amis qui peut faire ça, n’est-ce pas ? » demanda Lilith.

Elle était sur la bonne voie. C’était précisément le domaine d’expertise de Barbatos. En théorie, cet homme était capable d’aller n’importe où dans le monde. Il y avait cependant un risque de sauter dans l’inconnu, il ne pouvait donc pas le faire.

Cependant, Zagan avait secoué la tête.

« Apparemment, cela ne fonctionne pas. Certains y sont peut-être parvenus, mais aucun n’est revenu. Ou peut-être ont-ils échoué et ont-ils été contraints de revenir sur le continent avant de pouvoir en sortir, » déclara Zagan.

« Cela signifie…, » commença Lilith.

Zagan acquiesça. « Il semble que le continent soit enfermé dans une sorte de petite cage. »

Peut-être que ce qui se trouvait au-delà était l’autre monde, où les dragons et les anciens dieux étaient allés. C’est pourquoi il s’agissait d’un sujet sur lequel les sorciers s’étaient creusé la tête pendant de nombreuses années. Mais après avoir entendu l’histoire de Lilith, Zagan avait trouvé une réponse différente à cette question.

Lilith était restée assise, abasourdie, et Zagan avait poursuivi son explication.

« Nous avons un peu dérapé. Revenons à l’endroit que tu as vu dans ton rêve. Après avoir entendu parler de cela, j’ai l’impression que l’endroit que tu as vu est quelque chose comme “le bord du monde”, » déclara Zagan.

Ou peut-être était-ce quelque chose comme la clé de voûte qui avait scellé la cage.

« Le bord… du monde…, » murmura Lilith.

Ayant peut-être pris conscience d’une chose, Lilith avait serré sa maigre poitrine. Si Alshiera protégeait cet endroit, cela pourrait expliquer la nécessité pour elle de quitter Liucaon malgré son immense pouvoir. Cela avait également donné un indice sur la raison pour laquelle une telle cage avait été construite dans le monde entier.

Zagan avait regardé de haut sa propre main droite, l’Emblème de l’Archidémon.

Il est logique que le Seigneur-Démon, ou même les démons eux-mêmes soient tous enfermés avec ce monde.

Il y a mille ans, il y avait eu un incident qui avait vu l’extinction de nombreuses races. Celui qui avait provoqué cela est probablement le Seigneur-Démon. Aussi, ses pensées résiduelles, ainsi que les démons, pourraient facilement être amenées ici. Et surtout, il y avait le fait que le Seigneur-Démon était scellé dans les Emblèmes de l’Archidémon.

Et cela avait peut-être été jugé insuffisant pour sceller une calamité qui pourrait détruire le monde lui-même. C’est probablement pour cela qu’ils avaient choisi un endroit spécial, comme un rêve, pour servir de clé ou de porte à ce sceau.

Si c’était le cas, cela expliquerait la fixation particulière d’Alshiera sur Lilith parmi ces trois filles de Liucaon. Et si tout cela était vrai, alors tout cela mènerait à une seule conclusion.

En bref, Alshiera est-elle un moyen de dissuasion contre le Seigneur-Démon… ?

Avec les chasseurs de séraphins en main, les pouvoirs d’Alshiera dépassaient déjà largement l’intellect humain. Même dans son état actuel, il serait extrêmement difficile pour Zagan de la vaincre dans une confrontation frontale. Et pourtant, elle paniquait.

Peut-être… qu’il ne reste pas beaucoup de temps. Alshiera avait déjà subi une blessure mortelle. Le moindre fragment de vie lui avait été accordé — bien que l’on puisse se demander si un tel terme était approprié — en raison du sang d’un Archidémon qu’elle avait bu. Mais elle ne disposait sûrement pas de beaucoup plus de temps. Dans le pire des cas, Zagan devait au moins devenir aussi fort qu’Alshiera pour s’opposer au Seigneur-Démon.

Si cela concerne une façon simple de tuer Alshiera, alors il y a des moyens d’y parvenir. S’il n’était pas si pointilleux sur ses moyens, alors c’était effectivement possible. Mais il y avait une priorité à tout. La priorité numéro un de Zagan était de protéger la vie tranquille de Néphy et Foll. Il se débarrasserait volontiers du peu de fierté qu’il avait pour une telle cause. Il y avait simplement un conflit de priorités, donc il ne l’avait pas tuée. Si le moment arrivait où il n’y avait plus aucun avantage à la garder en vie, il le ferait.

Cependant, Néphy ne souhaiterait sûrement pas cela. C’est pourquoi il avait cherché une solution plus amiable. En fin de compte, gagner lui-même plus de force était le moyen le plus rapide et le plus facile de tout résoudre.

Mais il est sans doute préférable de disposer d’une assurance.

Zagan avait rassemblé les informations dans sa tête et s’était adressé à Lilith une fois de plus.

« Lilith. Si jamais tu revois le même rêve, enquête de ton mieux sur l’endroit. Tout est bon. Indique-moi simplement toutes les informations que tu peux obtenir, » déclara Zagan.

« … Compris. » Et alors même que le sang s’écoulait d’une manière splendide de son visage, Lilith acquiesça fermement.

« Cependant, cela s’accompagnera sûrement d’un danger approprié. Si c’est vraiment le bord du monde, cela signifie qu’il y a quelque chose qui serait très gênant si elle traversait. Alors…, » continua Zagan sur un ton grave. « Ce que tu dois prioriser par-dessus tout, c’est ta propre survie. »

Lilith le fixa en silence. « Hein ? La survie… ? »

« Oui, je me fiche de savoir comment. Peu importe ce que tu sacrifies, tu dois le faire. Moi, ou l’un de mes subordonnés viendrons certainement te sauver. Donc, tu dois survivre même une seconde de plus à n’importe quel prix. Après tout, les morts ne peuvent pas être sauvés, » déclara Zagan.

Zagan avait essayé de transmettre cela d’une manière facile à comprendre, mais Lilith avait toujours l’air complètement étonnée.

« Allez-vous… venir me sauver ? » demanda Lilith.

« Bien sûr. Qui suivrait un roi qui ne peut pas protéger ses propres subordonnés ? » demanda Zagan en réponse.

Et avec cela, Lilith avait finalement fait un signe de tête vigoureux.

« … OK. Compris. Je survivrai, quoi qu’il arrive, » déclara Lilith.

« Hm. Très bien. » Zagan acquiesça et Lilith avait souri d’un air soulagé.

« Hé, Votre Altesse ? » demanda Lilith.

« Quoi ? » demanda Zagan.

« Hmm… Merci de m’avoir écoutée sérieusement. Honnêtement… Je pensais que vous vous moqueriez de moi, » déclara Lilith.

Zagan était curieux de savoir ce qui l’avait rendue si anxieuse jusqu’à présent, et il poussa un soupir exaspéré.

« Je peux au moins dire d’un coup d’œil si tu essaies ou non de m’embêter. Ne t’inquiète pas de ces questions insignifiantes. S’il t’arrive autre chose d’étrange, signale-le dans les moindres détails, » déclara Zagan.

« Hm. C’est exactement ce que je vais faire. » Elle sourit à nouveau, puis se souvient soudain d’autre chose. « Hé, Votre Altesse ? »

« Quoi ? » demanda Zagan.

« Je ne l’ai jamais rencontré auparavant, mais Lord Marchosias était-il comme vous ? » demanda Lilith.

Zagan plissa ses sourcils, se demandant pourquoi le nom de Marchosias apparaissait.

Oh oui. Marchosias était également le protecteur de Liucaon. C’était une information importante, mais pour une raison inconnue, l’aîné n’avait laissé aucune trace de lui. Même Zagan, qui avait hérité de tout son héritage, n’avait toujours pas la moindre idée du genre de personne qu’il était. Et pourtant, il était mystérieux de voir comment il entendait ce nom partout où il allait. Ce n’était pas si étrange en soi, étant donné qu’il s’agissait d’un Archidémon qui avait vécu pendant mille ans.

Zagan secoua la tête. « Comme si je le savais. Je ne l’ai jamais rencontré. »

« Est-ce que c’est si… ? C’est un peu décevant. Eh bien, il y a beaucoup de sorciers ici, alors certains d’entre eux n’auraient-ils pas fait connaissance ? » demanda Lilith.

« Veux-tu chercher ça ? Abandonne. S’immiscer dans la vie des sorciers, c’est s’attirer des ennuis, » déclara Zagan.

Les sorciers étaient après tout des êtres méchants. Ils se ressaisissaient immédiatement s’ils étaient soupçonnés de quelque chose sans raison. Cette fille était sous la protection de Zagan, mais quelqu’un qui se mettait la tête dans les ennuis tout seul ne pouvait pas être protégé.

« D’accord, » déclara Lilith.

Ce n’était pas comme si Lilith avait l’intention de fouiner sérieusement. Elle s’était retirée sans aucune plainte et était retournée dans sa chambre.

Mais… Je suppose que j’aimerais aussi enquêter un peu sur Marchosias. Même depuis qu’il avait commencé à courir après le nom d’Azazel, on avait l’impression que le nom de Marchosias le suivait partout. Il n’avait fait aucun progrès jusqu’à présent, mais il aurait peut-être valu la peine de jeter un autre coup d’œil sur le palais de l’Archidémon.

À cette époque, c’était encore tout ce qu’il pensait vraiment de cette affaire.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire