Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 9 – Chapitre 1 – Partie 10

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : Par miracle, nous avons passé un peu de temps seuls, et nous avons fini par partir en lune de miel

Partie 10

Ainsi, Zagan pouvait prévoir sa réaction. Il avait immédiatement tendu sa main libre pour saisir Gremory par le cou.

« Mrrr ! Alors, tu ne me laisseras vraiment pas m’en sortir ? » Raphaël avait dit ça en se tortillant.

« Ah, idiot, si tu fais ça —, » commença Zagan.

La posture de Zagan s’était effondrée parce que Raphaël était encore en train de donner des coups de pied. Même avec cela, il aurait dû être capable de saisir Gremory si elle se déplaçait comme il l’attendait.

« Je vais vivre ! Je dois encore aimer et voir tant de jeunes filles ! » s’écria Gremory.

Les capacités d’évasion de Gremory, lorsqu’elle avait rassemblé toutes ses forces dans le désespoir, avaient dépassé les attentes de Zagan. Sa main l’avait manquée, et la grand-mère s’était échappée dans la forêt avec des mouvements agiles auxquels on ne s’attendrait pas pour une femme aussi âgée.

« Elle m’a échappé… ? Qu’elle soit maudite… Elle est devenue encore plus douée pour la fuite, » déclara Zagan.

Mis à part sa personnalité, Gremory était assez talentueuse, et Zagan lui avait donc donné beaucoup de « récompenses ». Et maintenant, il se demande si elle avait utilisé tout ce qu’il lui avait donné pour renforcer sa capacité à s’enfuir.

« Kimaris, es-tu là ? » demanda Zagan avec un soupir.

« Vous m’avez appelé, Sire Zagan ? »

Un sorcier géant était apparu quelques secondes seulement après que Zagan l’ait appelé.

« Gremory s’est enfuie. Pourrais-tu l’attraper pour moi ? » demanda Zagan.

« Je me le demande… Il est possible de la poursuivre, mais Miss Gremory a récemment amélioré sa capacité à effacer à nouveau sa présence, donc je pense que cela prendra un certain temps, » déclara Kimaris.

« Alors même toi, tu aurais du mal… ? » Zagan demanda, complètement abasourdi. Cependant, il avait ensuite secoué la tête et avait dit. « Peu importe. Je sais où se trouve Orias, donc je me débrouillerai sans doute tout seul. »

« Que faire pour Miss Gremory ? » demanda Kimaris.

« S’il te plaît, va l’attraper pour l’instant afin qu’elle soit punie. Elle a trop taquiné Kuroka et Shax ces derniers temps, » déclara Zagan.

« Laissez-moi faire, » déclara Kimaris.

Zagan avait regardé son bras droit fiable se lancer immédiatement à la poursuite de Gremory, puis avait regardé son majordome, désormais maladroitement silencieux.

« Il faut faire preuve de modération, » déclara Zagan.

« Ne me condamneras-tu pas ? » demanda Raphaël.

Le fait que Gremory se soit échappée était en partie dû à ce majordome. Raphaël faisait une expression inhabituellement surprise, et Zagan lui répondit sur un ton sérieux.

« Je ne crois pas qu’un homme qui force un subordonné à faire quelque chose qu’il est incapable de faire lui-même puisse s’appeler un roi, » déclara Zagan.

Dans l’éventualité où Foll trouverait un amoureux, la réaction de Zagan dépasserait probablement celle de Raphaël. En fait, si elle n’en trouvait pas, ce serait une tout autre source de préoccupation, mais ce qu’on appelle l’émotion humaine ne pourrait pas s’expliquer par une logique aussi simple.

Raphaël croisa les bras et gémit.

« Si ce moment venait à arriver, j’agirais sûrement de la même manière, » déclara Zagan.

« Je vois. Alors il faudra que celui qu’elle choisira devienne assez fort, » déclara Raphaël.

Il était difficile d’imaginer quelqu’un capable de résister à la colère d’un Archidémon et d’un ancien archange, mais Zagan ne pouvait pas laisser sa fille à un homme inférieur. Mais malheureusement, personne n’était présent pour reprocher aux deux hommes leur manque de maturité.

« Maintenant, je vais m’absenter un moment, » déclara Zagan.

Zagan ne l’avait pas informé de tous les détails, mais Raphaël avait sûrement déjà entendu le nom d’Orias. Le majordome avait tourné un regard aiguisé vers son roi.

« Hmm. Orias est le nom d’un Archidémon, n’est-ce pas ? » demanda Raphaël.

« Oui. Son pouvoir est devenu une nécessité. Je vais la voir, » répondit Zagan.

C’est elle qui sera la plus utile à Néphy… Cet Archidémon était probablement la seule personne au monde qui était plus versé dans le mysticisme et la mystique céleste que Nephteros. De plus, Orias était la mère de Néphy.

Je l’ai repoussé un peu, mais le jour est venu de présenter Néphy à Orias. Néphy sera peut-être ébranlée par une telle rencontre, mais il avait néanmoins voulu qu’elles se rencontrent. Zagan lui-même n’avait personne qu’il pouvait appeler ses parents, donc il ne pouvait pas vraiment l’imaginer. Cependant, il pensait qu’un parent était celui qui protégerait et soutiendrait inconditionnellement son enfant. C’est du moins ce qu’il ressentait pour Foll.

C’est pourquoi Orias soutiendrait sûrement Néphy. Il avait déjà indirectement mentionné ces choses à Raphaël auparavant, mais il n’en avait pas fondamentalement parlé. Tel était le cas, mais le fidèle majordome avait répondu par une expression inquiète.

« Pourrais-tu me permettre de t’accompagner ? » demanda Raphaël.

Zagan trouva cette demande plutôt inattendue, alors il regarda simplement le majordome avec émerveillement pendant un court moment.

« Hmm ? Et pourquoi cela ? » demanda Zagan.

Raphaël avait tendu son bras gauche blindé.

« Il y a une autre étape de l’épée sacrée. Cet Archidémon pourrait me donner un indice pour l’atteindre, » répondit Raphaël.

La capacité que l’Archidémon Andrealphus… non, que Michael a utilisée. On disait que c’était la forme finale de l’épée sacrée, réalisée en libérant le séraphin qui y était scellée.

Il y eut une fois une bataille où l’Archidémon Marchosias, le Dragon sage Orobas et plusieurs Archanges perdirent tous la vie. C’était probablement une bataille contre des démons, ou peut-être contre le Seigneur-Démon. Raphaël était l’un des rares survivants de cette bataille. Cet homme était allé jusqu’à boire le sang du Dragon sage et à lancer la Faction d’unification dans l’Église pour coopérer avec les sorciers afin que la victoire puisse être saisie la prochaine fois que ces ennemis devront se présenter. Sa bataille était loin d’être terminée.

Zagan avait appris l’existence d’Azazel et les noms de toutes les épées sacrées grâce au journal qu’il avait trouvés dans la ville natale de Néphy. Il y avait une probabilité assez élevée qu’Orias connaisse quelque chose comme quelqu’un qui venait du même village caché.

Zagan hésita un instant. Il n’y avait aucun inconvénient à ce que les Orias rencontrent Raphaël.

Mais les défenses du château vont s’affaiblir. Ceux à qui il avait accordé le Phosphore des Cieux, Gremory et Kimaris, étaient actuellement indisposés. Il ne pouvait pas compter sur son invitée Alshiera. C’est-à-dire que les seules qui restaient au château pour protéger ses subordonnés étaient Néphy et Foll.

C’était le comble de la folie que d’affaiblir sa défense alors qu’un Archidémon, même infirme, prenait une position agressive contre lui. Et pourtant, Zagan acquiesça.

« … Très bien. Viens avec moi. Je ne sais pas si tu trouveras les réponses que tu cherches, mais je vais autoriser ta compagnie, » déclara Zagan.

Dans leurs états actuels, elles ne se laisseront pas vaincre, même par un Archidémon. C’était le domaine de Zagan. Les barrières autour de la zone avaient servi à protéger ses subordonnés et sa famille. Même si le tapis était arraché de sous ses pieds, elles pourraient sûrement tenir jusqu’à son retour.

« Tu as mes remerciements, » déclara Raphaël.

Et ainsi, les deux hommes maladroits avaient laissé le château derrière eux.

 

◇◇◇

« Super ! C’est fait. Tout le travail de la matinée est fini ! Il est temps de faire une pause ! »

Selphy avait levé les bras avec joie dans la cuisine du château. Le nettoyage après le petit-déjeuner et les préparatifs du déjeuner étaient maintenant terminés, ce qui avait permis aux trois filles de se détendre.

À ce moment-là de la journée, il y avait généralement plus de monde en cuisine, mais Néphy et Raphaël avaient apparemment des affaires à régler et ils étaient parti. Lilith était également absente parce qu’elle ne se sentait pas bien. Heureusement, Alshiera avait été ajoutée à l’équipe de cuisine, de sorte qu’ils avaient malgré tout suffisamment de personnes sur place pour s’occuper du travail. Foll avait admiré comment Selphy était capable d’exprimer pleinement ses émotions de cette manière alors qu’elles faisaient la même chose tous les jours.

C’est peut-être pour cela que Zagan a engagé Selphy au château. On ne peut pas dire que Néphy et Foll soient particulièrement douées pour exprimer leurs émotions. La présence de quelqu’un comme Selphy, qui réagissait à tout par simple réflexe, était pour eux une forme de stimulation. En vérité, Foll s’était parfois servie de Selphy comme base lorsqu’elle avait voulu exprimer ses sentiments à Zagan… Bien qu’il serait plutôt embarrassant de l’imiter exactement.

Et tandis que Foll continuait à observer Selphy, l’autre fille laissée dans la cuisine riait légèrement.

« Teehee, je vois que la jeune dragonne a appris à observer le monde. »

« Hein ? Qu’est-ce que tu racontes ? » demanda Foll.

« Je parle de Shax et Kuroka, » déclara Alshiera.

« Oh, » répondit Foll d’un signe de tête. « Tous ceux qui ont regardé Zagan et Néphy finiront comme ça. »

« Après tout, ces deux-là sont vraiment gênés, » ajouta Selphy.

« Hm. Mais ils sont toutefois beaucoup plus honnêtes qu’avant. Quand je suis arrivée ici, c’était bien pire, » déclara Foll.

« … Ce roi aux yeux d’argent… Que fait-il ? » demanda Alshiera.

« Mais tu sais, voir mon amie d’enfance être aussi maladroite est un peu irritant, hein ? » déclara Selphy.

Le fait qu’une fille qui était à peu près la définition de l’insouciance ait dit une telle chose signifiait que c’était assez sérieux, et Alshiera avait fait un signe de tête grave.

« On ne peut rien y faire. Il n’est pas possible que cette enfant ait eu le loisir de s’enticher de l’amour, en voyant la vie qu’elle a eue. Il semble qu’elle essaie de tirer cet homme obtus, mais il ne sait pas quoi faire quand il est tiré comme ça. » Alshiera avait alors tapé dans ses mains en réalisant quelque chose. « Oh, c’est très amusant. »

« Tu parles comme Gremory, » murmura Foll en soupirant.

Selphy avait alors levé la main vigoureusement. « Oh oui ! Mlle Alshiera ! Le thé vous convient-il ? Je vais en faire un peu. »

« Le vin fera l’affaire pour moi, » répondit la vampire.

« Euhhh ! Peut-être que vous devriez arrêter ça ? Monsieur Raphaël était un peu en colère ce matin, non ? Vous allez vous faire gronder quand il reviendra, vous savez ? » déclara Selphy.

« Oh, bien. Dans ce cas, je me contenterai d’un peu de thé, » déclara la vampire.

« Hehehe, même Monsieur Raphaël a déjà fait l’éloge de mon thé, alors attendez-vous à être étonné en le dégustant ! Maintenant, que faut-il manger pour le goûter…, » déclara Selphy.

Selphy avait placé avec une certaine joie une bouilloire sur le feu, puis s’était mise à la recherche de snacks. Et avant qu’elle ne le sache, Foll s’était retrouvée seule avec Alshiera.

« Oh ouais, je n’ai pas encore montré mes remerciements, » marmonna Foll à elle-même, et Alshiera se mit à baisser la tête avec curiosité.

« Merci ? Ai-je fait quelque chose pour mériter ta gratitude ? » demanda Alshiera.

Alshiera avait regardé au plafond comme si elle cherchait une réponse. Il semblait vraiment qu’elle ne faisait pas l’idiote et qu’elle ne se souvenait pas. Foll avait mis ses deux mains sur ses genoux et avait redressé sa posture, puis elle avait baissé la tête.

« C’est toi qui m’as sauvée à l’époque. Je te remercie, » déclara Foll.

Et après s’être souvenue de ce dont Foll parlait, Alshiera avait rétréci les yeux avec un air de reproche et avait mis le doigt sur ses lèvres.

« Donc, tu t’en souviens. Mais c’est quelque chose dont il ne faut pas parler. S’il te plaît, oublie ça si tu le peux. C’est une chose qui ne doit pas exister, » déclara Alshiera.

Quels sentiments se cachent derrière son avertissement ? Foll avait réfléchi en silence à la signification de ces mots, puis elle avait fait un léger signe de tête.

« J’ai compris. Alors je n’en parlerai pas, » déclara Foll.

« Quelle fille intelligente! » déclara Alshiera.

« Alors, laisse-moi te demander autre chose, » déclara Foll.

Alshiera avait souri d’une manière troublée. « Oh, mon Dieu, il y a beaucoup de choses auxquelles je ne peux pas répondre, tu sais ? »

« Je veux juste demander. C’est bien si tu ne réponds pas. Alshiera, pourquoi ne pas appeler Zagan par son prénom ? » demanda Foll.

C’était censé être une question parfaitement naturelle. Alshiera n’avait jamais appelé Zagan que sous le titre de Roi aux Yeux d’Argent. Selphy et Lilith y pensaient aussi, mais on aurait dit qu’elles avaient décidé qu’elle ne pouvait pas s’en empêcher.

Cependant, la question de Foll n’était pas par simple curiosité. Cela venait d’une certaine conviction de sa part. Et les yeux d’Alshiera s’étaient largement ouverts.

« … Je n’en attendais pas moins de la fille bien-aimée du roi aux yeux d’argent. Tu as identifié la question exacte que je ne veux pas qu’on me pose, » chuchota Alshiera, puis sourit sans broncher en effleurant la tête de Foll.

Sa main n’était pas beaucoup plus grande que celle de Foll. Et en tant que vampire, il n’avait pas de chaleur corporelle et était froid au toucher.

Mais d’une certaine façon… c’est chaud. C’est le même sentiment qu’elle avait eu lorsque Zagan ou Néphy lui ont brossé la tête. Et après que Foll se soit contentée de cette sensation pendant un certain temps encore, Alshiera avait fini par lui répondre sur un ton résigné.

« La réponse à ta question est… Je n’ai pas les qualifications nécessaires pour prononcer le nom du Roi aux yeux d’argent, » déclara Alshiera.

Foll ne pensait pas qu’elle répondrait, et avait fixé le vampire en réponse.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

Laisser un commentaire