Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 8 – Chapitre 4 – Partie 4

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Une nuit sacrée, une vampire prie pour des miracles et un chat noir porte bonheur

Partie 4

« Alors ? De quoi s’agit-il ? »

Zagan passa dans l’ombre de Barbatos à la poursuite de Shax qui savait probablement où se trouvait Kuroka, et soudain, les griffes de Kimaris lui tombèrent dessus, bien qu’elles s’arrêtèrent juste avant de le frapper.

« Euh… C’est assez difficile à expliquer…, » déclara Kimaris.

« Dis-moi juste un oui ou un non. Sais-tu où est Shax en ce moment ? » demanda Zagan.

Il semblait bien savoir que Kimaris préparait secrètement quelque chose aujourd’hui.

Mais j’ai promis de ne pas m’en mêler davantage.

C’est pourquoi Zagan avait été bref. Les yeux dorés de Kimaris s’ouvrirent avec surprise, puis il inclina respectueusement la tête.

« Oui. Je crois qu’ils se dirigent vers le Palais de l’Archidémon, » déclara Kimaris.

« Je vois. Je ne sais pas ce qui les poursuit, mais je suppose que le Palais de l’Archidémon est plus proche que le château, hein ? » demanda Zagan.

Il fallait s’y attendre de la part de celui qui était resté responsable des subordonnés de Zagan à l’église. Son jugement était tout à fait sain. C’est précisément pourquoi il serait regrettable de le perdre ici. Il fallait le sauver. Zagan avait ensuite jeté sa question suivante.

« Par eux, veux-tu dire Kuroka est avec lui ? » demanda Zagan.

« Oui. Cependant, il semble que Kuroka ait pris la forme d’un vrai chat. Je ne connais pas la cause, » déclara Kimaris.

« Un chat… ? Maintenant que tu le dis, c’est une cait sith, non… ? » demanda Zagan.

On disait que les cait siths étaient une race de fées félines. Ils étaient censés être plus proches des chats que les tabaxis.

« … C’est peut-être un pouvoir que les Cait Siths possédaient à l’origine, » déclara Zagan.

Et il s’était perdu au fil du temps. Cependant, Kuroka était un spécimen rare et c’était visible dans le fait qu’elle avait quatre oreilles. Si c’était un signe d’atavisme comme chez Néphy, alors ce n’était pas si incompréhensible. La documentation historique sur les cait siths était ambiguë au départ, et il n’y avait presque personne dehors qui savait même ce qui les différenciait vraiment des tabaxis.

Selon les informations que nous avons trouvées à Liucaon, de nombreuses races se sont éteintes il y a mille ans.

Si les quelques rares survivants s’étaient tous cachés à Liucaon, il était normal qu’il ne reste que peu d’informations sur eux sur le continent.

Zagan était ensuite passé à sa dernière question. « Alors, qui sont-ils ? »

Il y avait un nombre incalculable de cadavres éparpillés autour de Kimaris qui semblaient se battre avec lui. Beaucoup d’entre eux semblaient morts, mais il y en avait encore qui essayaient de se relever. Il y avait une barrière autour de la ville qui pouvait détecter chaque fois qu’un étranger devait mettre le pied dans le domaine de Zagan.

Des centaines et des milliers d’étrangers allaient et venaient naturellement en une seule journée, mais il était très probable qu’il s’agissait d’un groupe important et organisé. Même si sa barrière était à l’affût de telles choses, il n’avait pas été en mesure de détecter leur intrusion.

Les seuls qui ne font pas sauter la barrière sont ceux comme Barbatos qui peuvent sauter dans l’espace.

Sauter à travers l’espace était une sorcellerie extrêmement avancée, et il y en avait peu capable de le faire. Inversement, cela permettrait de retracer assez facilement qui était derrière tout cela. Mais ici, la populace éparpillée sur le sol ne ressemblait en rien à des sorciers exceptionnels.

« On dirait des homunculus, mais comment sont-ils arrivés en ville ? » demanda Zagan.

Pour une raison ou une autre, Kimaris avait l’air d’avoir été choqué par cette déclaration.

« Homunculus… ? Eux… ? » demanda Kimaris.

« C’est à ça qu’ils ressemblent pour moi, non ? » déclara Zagan.

Les homunculus étaient en dehors du champ d’expertise de Zagan, mais Zagan avait été témoin de la vue de nombreux homunculus qui n’avaient aucune volonté pendant l’affaire avec Nephteros et Bifrons. Les créatures ici ressemblaient à ces pitoyables créations.

Kimaris secoua la tête, étonné de sa propre distraction.

« Avoir des idées préconçues est vraiment terrifiant. J’étais complètement obsédé par le fait qu’ils soient morts-vivants, » déclara Kimaris.

Voyant que Kimaris était exceptionnellement secoué et qu’il faisait des déclarations différentes de ce qu’il était d’habitude, Zagan avait fermé les yeux.

« … Je vois, donc Alshiera est impliquée, » déclara Zagan.

« Erk. »

Le corps de Kimaris s’était sensiblement raffermi.

« C’est un malentendu, Sire Zagan ! C’est l’une des cibles ! Elle n’est absolument pas l’instigatrice de ces agresseurs ! » déclara Kimaris.

« Si tu le dis, alors cela doit être vrai. Cependant, cela ne change rien au fait qu’elle a apporté ces nuisances, » déclara Zagan.

« C’est…, » Kimaris était à court de mots.

« Imbécile, » répliqua Zagan en soupirant. « J’ai dit que je ne fouillerai pas. Il te suffit de répondre par oui ou par non. »

« Hein… ? »

Kimaris ne semblait pas comprendre ce qui se passait, alors Zagan avait simplement répété sa question.

« Ce sont les ennemis. Alshiera n’est pas une ennemie. Est-ce tout ? » demanda Zagan.

« … Oui ! Je ne connais pas leur vraie nature, mais ce sont des ennemis. Ils possèdent également une capacité où un autre individu viendra de leurs cadavres, » déclara Kimaris.

« En d’autres termes, ils continueront à ramper jusqu’à ce qu’ils soient annihilés, » déclara Zagan.

Plusieurs ombres avaient commencé à sortir des cadavres en rampant pendant qu’ils bavardaient. Cependant, Zagan n’était pas resté planté là tout ce temps. De petites lumières comme de la neige poudreuse s’enroulaient autour des ombres. En voyant cela, les yeux de Kimaris s’étaient à nouveau ouverts en grand.

« Est-ce… le Champ de neige de l’Écaille du Paradis ? » demanda Kimaris.

C’était le pouvoir que Zagan avait développé pour le bien de sa fille. Cependant, ce n’était pas tout ce qu’il y avait à cette sorcellerie.

« En effet. Cependant, cela va maintenant devenir autre chose. Le Phosphore des Cieux, Feu-follet, » répondit Zagan.

Zagan claqua des doigts et les lumières enneigées enveloppant les ombres devinrent noires en un instant. Et juste avec cette action, tout était fini. Les ombres tombées, les ombres debout, les ombres rampant hors des cadavres, tout et n’importe quoi étaient teints en noir et disparu dans le vent. Après avoir observé le résultat, Zagan acquiesça d’un signe de tête.

« Hm. Il n’y a rien à critiquer quant à la précision de son utilisation, » déclara Zagan.

Zagan avait promis à Foll qu’il lui enseignerait le Phosphore du Ciel quand elle serait grande. Il croyait que sa fille pouvait utiliser ce pouvoir.

On pouvait entendre une déglutition dans la gorge de Kimaris.

« Donc vous l’avez même développé de telle façon…, » déclara Kimaris.

« Cela dit, c’est une bonne chose qu’il ait touché tout ce que je visais, mais il faut attacher plusieurs lumières à un seul corps pour le transformer en cendres. Il y a un but à l’utiliser comme une variation du Champ de Neige, mais je ne peux pas dire qu’il soit aussi exceptionnel qu’un sort autonome, » répondit Zagan.

Il ne possédait pas le pouvoir de pénétration de la Grande Fleur quintuple ni la vaste gamme efficace de l’Éclair d’Automne, malgré toutes les variations du Phosphore des Cieux. D’un coup d’œil, il semblait être un produit défectueux, mais la vraie valeur du Feu-Follet était de pouvoir sélectionner ses cibles mêmes dans une foule nombreuse. Il faudra un certain temps avant qu’il ne l’accorde aussi à Foll, de sorte qu’il lui restait encore beaucoup de temps afin de l’amélioration.

Mais je suppose que je pourrais dire que le dernier essai pour le Phosphore des Cieux est terminé avec ça.

Le Phosphore du Ciel était un sort qui se vantait d’une puissance offensive inégalée, car il brûlait l’essence même de la vie. Néanmoins, Zagan ne l’avait pas considéré comme complet. Il n’était pas capable de brûler la totalité d’un corps géant et résistant comme celui du Seigneur-Démon de la Boue, et il n’était pas assez flexible pour faire face à un grand nombre d’ennemis. Par-dessus tout, il brûlait tout ce qu’il touchait, donc l’utilisation d’un otage était un moyen facile de sceller le sort.

C’est pourquoi Zagan avait donné naissance à des variations qui couvraient de telles carences. Maintenant qu’il avait terminé le dernier essai, il pouvait passer à la sorcellerie elle-même. Tout cela pour qu’il puisse massacrer tous les ennemis qui se présentent devant lui à partir de maintenant, qu’il s’agisse des Archidémons, du Seigneur-Démon, des démons, de l’Église ou de quiconque. Tout cela pour vivre sous la lumière du jour aux côtés de Néphy et Foll.

Dernièrement, j’ai l’impression que ça pourrait aussi aller sans les massacrer tous.

Mais même ainsi, il avait besoin de puissance. La paix n’était pas si simple qu’elle pouvait être instaurée et maintenue sans conflit. C’était comme un berceau dans un arbre, même une brise pouvait le faire s’écraser.

La paix avait été instaurée sur la base d’un pouvoir et d’une autorité sans pareils, imposant son autorité et amenant tous ceux qui s’opposent à la ruine. C’était le plus grand atout qui ne pouvait être obtenu que par des luttes sanglantes, au sommet d’une montagne de sacrifices.

C’est pourquoi Zagan devait être plus fort que tous les autres. Zagan avait raffermi une fois de plus sa détermination alors qu’il confirmait l’efficacité du Feu-Follet, et se tourna vers un Kimaris stupéfait.

« Maintenant, je dois aller sauver Kuroka et Shax. Si Alshiera est là aussi, je parie que le reste de cette populace sera rassemblé autour d’eux. C’est parfait pour s’en débarrasser, » déclara Zagan.

Zagan ne voulait pas s’engager avec Alshiera, mais il l’avait déjà sauvée une fois, mais c’était à la demande de Néphy. Il permettrait d’avoir à la sauver incidemment tout en sauvant les autres. En tout cas, Kimaris semblait obsédé par la protection de cette vampire.

« Et que vas-tu faire ? Tu viendras avec nous ? » demanda Zagan au lion.

« Permettez-moi de vous accompagner, mon seigneur. » Kimaris répondit avec un salut révérencieux. Il leva ensuite la tête une fois de plus. « Mais, il y a juste un problème. Il devrait y avoir un lanceur qui les manipule. La même chose se répétera si le lanceur de sorts est laissé en liberté. »

S’il s’agissait d’homunculus, l’existence de quelqu’un qui les avait créés était certaine. De plus, d’après ce que Kimaris avait vu, il était possible qu’il y en eût une quantité inépuisable. Et pourtant, Zagan haussa les épaules avec indifférence.

« Eh bien, ça va s’arranger tout seul, » déclara Zagan.

« Que voulez-vous dire par là… ? » demanda Kimaris.

« Cette Gremory est étrangement enthousiaste à ce sujet. Elle veut atteindre son but d’enlacer le monde entier dans ses bras paisibles tout en prêchant pour le pouvoir de l’amour, après tout. Sa volonté de le faire est digne d’admiration. Même si nous la laissons en liberté, elle va sûrement frapper n’importe quel idiot qui essaie de ruiner le festival d’aujourd’hui, » commenta Zagan d’une voix fatiguée.

Zagan lui-même ne voulait pas vraiment se fier à ce fait, mais il était tout à fait vrai qu’il n’avait d’autre choix que de l’accepter. De plus, Barbatos était inexplicablement là aussi pour aider. Peu importe où était le lanceur, ce n’était pas un si gros problème.

« … Comment le dire… ? Je suis vraiment désolé pour le comportement habituel de Mlle Gremory…, » déclara Kimaris.

Il semblait qu’une fois qu’on était impliqué avec Gremory, il finissait par s’excuser auprès des autres, même si ce n’était pas de sa faute.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire