Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 7 – Prologue

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Prologue

« L’Été ! La plage ! Les maillots de bain ! Aujourd’hui, le monde est rempli de la PUISSSSANCEEEEE DE L’AMOUUUUUUUURRRRR ! »

Zagan n’avait aucune idée de la raison pour laquelle Gremory criait, mais sa voix était extrêmement problématique. Son groupe se trouvait actuellement sur une petite île inhabitée. Elle était à peu près assez grande pour convenir parfaitement à une ville de la taille de Kianoides qui serait posée sur le dessus. Le centre de l’île était rempli de verdure luxuriante et exotique que l’on ne voyait pas sur le continent. Le soleil chaud et la brise de mer fraîche feraient sûrement de cette île une bonne île à développer. Même de loin, les arbres avaient évidemment beaucoup de fruits sur eux. C’était l’endroit idéal pour faire une pause, mais…

« … Attends, pourquoi es-tu là, Gremory ? Non, attends, avant ça, n’est-ce pas l’hiver maintenant ? » demanda Zagan.

L’Archidémon Zagan n’avait pas pu s’empêcher de laisser entendre une voix emplie d’étonnement. Gremory était de bonne humeur, comme si le paradis était juste devant elle. Il ne savait pas d’où elle tenait ça, mais la grand-mère qui était devenue une belle femme portait un maillot de bain noir glamour. Même s’il savait qu’elle était Gremory en vérité, quand elle courait comme ça… beaucoup de choses se balançaient, alors il était profondément troublé.

Où est Kimaris ? Je veux qu’il vienne emmener cette grand-mère au loin ! Zagan pria pensivement pour que son subordonné vienne le sauver, et Néphy fit un sourire tendu à ses côtés.

« Il semble que Mlle Gremory ait préparé ce maillot de bain depuis un bon moment, » déclara Néphy.

Comme toujours, les cheveux de Néphy étaient d’un beau blanc comme neige et ses yeux d’un bleu azur. Ses oreilles pointues frémissaient d’une manière un peu amusée et ses lèvres réservées souriaient faiblement. Ce n’était certainement pas l’imagination de Zagan que son expression s’était adoucie encore plus dernièrement. Elle ne portait pas aujourd’hui sa robe monobloc d’un bleu habituelle, mais plutôt un maillot de bain plutôt libéral, qui ne couvrait que ses parties intimes comme des sous-vêtements. Elle avait aussi un paréo autour de la taille, ce qui lui donnait une mystérieuse impression de propreté et d’ordre. La façon dont elle se tortillait vu qu’elle n’était pas habituée était si adorable que Zagan ne pouvait pas la quitter des yeux.

« Je pensais sérieusement que j’allais mourir après avoir échappé à la surveillance de mon professeur, contacté la camarade Manuela, reçu ces maillots de bain, et fui jusqu’à Liucaon, vous savez ? » dit Gremory en se peignant les cheveux longs et en regardant au loin.

« Pourquoi fallait-il faire tout cela pour venir ici… ? » demanda Zagan.

« Vous dites des choses si étranges bien que vous soyez mon seigneur. C’est une conférence où les races du monde entier se rassemblent. C’est peut-être ma seule et unique chance d’avoir tant de jeunes filles variées qui m’émerveillent de leur allure ! Cela ne vaut-il pas la peine de risquer ma vie pour ça ? »

La grand-mère criait avec une expression affreuse, ce qui affligeait énormément Zagan.

Si elle continue à risquer sa vie pour de telles conneries, le corps de Kimaris ne tiendra pas ici… Celui qui servait habituellement de frein à Gremory était le Léonin Kimaris, mais il était resté pour s’occuper du château pendant que Zagan était absent.

Et à ce moment-là, Zagan avait soudain remarqué quelque chose. Néphy regarda sa propre poitrine, puis celle de Gremory, et poussa un soupir un peu soulagé. Était-ce possible qu’elle s’inquiète de la taille de ses propres seins ? Il est vrai que le corps de jeune adulte de Gremory avait des seins plus gros que ceux de Néphy, mais…

Hein ? Pourquoi est-elle soulagée quand ceux de Gremory sont plus grands ? Zagan avait été surpris par cela.

Cela faisait six mois que Zagan avait rencontré Néphy. Et jusque-là, Néphy ne recevait pas de repas convenables au village elfique. Quand elle avait commencé à vivre avec Zagan, la qualité de ses repas s’était considérablement améliorée. Cependant, les habitudes alimentaires de Zagan étaient si misérables que c’était elle qui avait fini par préparer les repas. Et donc, il était possible que son corps grandît encore plus.

Je vois… Néphy s’inquiète ainsi pour ça, hein ? Zagan sentit son visage se relâcher en découvrant une nouvelle facette de Néphy.

« Hm ? J’ai juste senti une forte poussée d’amour…, » Gremory se retourna pour les regarder avec un regard sérieusement effrayant.

Si seulement cette grand-mère pouvait se taire… Et alors que Zagan se grattait la tête, une autre voix avait retenti.

« Hein ? C’est Gremory. Quand es-tu venu ? »

Celle qui s’était précipitée avec un seau et une pelle à la main comme si elle avait hâte de commencer était la fille de Zagan, Foll. Elle portait un maillot d’une pièce décorée d’une jupe à volants. Il y a à peine un demi-mois, elle avait une belle silhouette qui rivalisait avec celle de Gremory, mais elle était depuis revenue à sa forme originale alors qu’elle était petite fille.

« Hmm ! C’est un niveau sournois du pouvoir de l’amour ! Merci beaucoup de m’avoir envoyée au paradis ! » déclara Gremory.

Alors que Gremory s’effondrait sur la plage de sable, elle avait utilisé ses deux mains pour former une case en utilisant le sable et y avait posé Foll.

« Mon seigneur ! Je viens d’inventer une sorcellerie incroyable ! Que pensez-vous d’utiliser quelque chose comme un miroir comme support pour préserver l’image d’une scène pour l’éternité ! Ne suis-je pas un génie ? » demanda Gremory.

« Oh, si vous cherchez à accomplir cela, Maître Zagan m’a enseigné une sorcellerie similaire une fois, » dit Néphy en tapant dans ses mains, car elle s’en souvenait avec nostalgie.

Aah, maintenant que j’y pense, j’ai créé une sorcellerie comme ça, hein ? Zagan se souvint également de ce fait et hocha la tête, amenant Gremory à se lever et à se rapprocher de lui.

« Quoi !?? Keeheeheehee, comme on pourrait s’y attendre de mon seigneur ! Vous avez donc déjà réalisé quelque chose que je viens à peine d’y penser ? Alors, partagez vos doux souvenirs avec moi ! » déclara Gremory.

« … Malheureusement, il est défectueux, car c’est quelque chose que j’ai monté sur place. Après avoir enseigné à Néphy, je ne l’ai jamais utilisé une seule fois, » déclara Zagan.

« Huuuuuuuuh !? POURQUOI !? Quel gaspillage ! N’avez-vous jamais pensé à enregistrer la rare expression que Lady Néphy montre en ce moment ? Ou la façon dont elle montre soudain un comportement si charmant !? Si j’étais vous, j’invoquerais la sorcellerie sans arrêt et je remplirais un mur entier… Non, ce n’est pas assez, tout le château avec de telles images, vous savez ? » déclara Gremory.

« Si éhontée… Non, hmm. J’ai compris, » déclara Zagan.

Après mûre réflexion, cela m’a semblé être une merveilleuse proposition. Il était hors de question d’en remplir tout le château, mais la sorcellerie de Zagan utilisait le papier comme support. Ce ne serait pas une mauvaise idée de tout garder dans un livre.

« Maître Zagan, c’est troublant si tu y réfléchis si sérieusement, » déclara Néphy.

Le bout des oreilles de Néphy devint rouge lorsqu’elle protesta timidement.

« Hnnngh ! Si satisfaisant… Quelle expression vraiment satisfaisante, Lady Néphy ! » déclara Gremory.

Gremory avait ensuite formé un cadre avec ses pouces et ses index et y avait jeté un coup d’œil comme pour capturer l’expression de Néphy.

« … Hm ? Maintenant que j’y pense, quel genre de défaut y a-t-il dans la sorcellerie que vous avez faite, mon seigneur ? » demanda Gremory.

« C’est la sorcellerie qui projette une scène à laquelle vous pensez fortement. Mais il semble qu’il ne projette pas vos pensées sur la surface, mais une pensée dont vous êtes vraiment conscient au plus profond de vous. Vous ne pouvez pas sélectionner le sujet, » déclara Zagan.

« Hein ? Alors qu’est-ce que vous avez projeté ? » demanda Gremory.

Cette fois, tout le visage de Néphy était devenu rouge. Et voyant cela, Gremory se contracta sur elle comme une bête affamée.

« Lady Néphy, dites-moi en détail. Si c’est moi, un tel pouvoir de l’amour… non, je veux dire, je peux porter ce défaut à ses plus grands extrêmes… Je veux dire… Je peux peut-être l’améliorer ! » déclara Gremory.

Zagan n’avait même pas envie de répliquer, car les intentions cachées de Gremory s’échappaient facilement. Et peu de temps après, Néphy marmonna, complètement anéantie par sa persistance.

« … Peu importe combien de fois je l’ai utilisé… la seule chose qui l’a montré… était Maître Zagan, » déclara Néphy.

« Hnnngh ! Joli pouvoir de l’amour ! » cria Gremory en se serrant la poitrine et en se tortillant. Puis elle dit. « Keeheeheehee, je me demande quelle sorte d’image de mon seigneur a été projetée par vous, Lady Néphy. J’aurais aimé le voir. »

« Vous ne pouvez pas ! C’est trop gênant à montrer, » Néphy avait nié avec force, quelque chose d’inhabituel pour elle. Cependant, précisément à cause de cela, Gremory avait réalisé quelque chose.

« Hein ? L’avez-vous toujours ? » demanda Gremory.

« Euh, c’est, eh bien…, » murmura Néphy.

Zagan lui avait dit de les jeter, mais Néphy avait gardé plusieurs dizaines de ces projections de lui avec grand soin. Et, alors qu’elle leur expliquait cela… une explosion rouge sang s’était épanouie dans l’air comme une fleur.

« Eek... Mlle Gremory ? » demanda Néphy.

« Zagan, Gremory l’a encore fait…, » murmura Foll. La plage blanche était couverte de sang. Et allongée dans une mare de son propre sang, Gremory avait un sourire incroyable sur son visage.

« Dire que je ne pourrais pas tout capturer… un tel... pouvoir de l’amour…, » murmura Gremory.

Et, alors que la grand-mère poussait un soupir, Zagan repensa à ce qui s’était passé le matin précédent.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. Merci pour le pouvoir de l'amour !

Laisser un commentaire