Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 7 – Chapitre 1 – Partie 1

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 1 : De toute façon, nous étions au bord de l’océan, alors nous avons décidé d’utiliser la plage.

Partie 1

« Comment te sens-tu, Foll ? » demanda Zagan à sa fille alitée. Elle le regarda avec un regard de mécontentement dans ses yeux d’ambre. Ses mains molles et moelleuses étaient celles d’une fillette de moins de dix ans, et bien que les deux cornes qui sortaient de ses cheveux verts appartenaient à la race des anciens et honorables dragons, à la fois dragon et humain, le fait qu’elle était jeune était assez évident.

Assis à son chevet, Zagan portait sa robe habituelle avec un manteau cramoisi alors qu’il caressait la tête de la jeune fille. Ses yeux argentés fixaient sa fille et se balançaient naturellement avec un sentiment de gentillesse indigne d’un Archidémon.

Ils se trouvaient actuellement dans la ville d’Atlastia, qui existait au fond de l’océan qui divisait le continent et Liucaon. C’était une ville sous-marine, mais grâce à la puissance des sirènes, ils avaient pu respirer comme s’ils étaient au-dessus de l’eau et traverser à pied le fond marin.

Cette terre était maintenant sous la domination de Zagan, alors ils avaient pu emprunter une chambre individuelle pour Foll. C’était une très belle pièce, et bien qu’ils soient dans l’océan, la pièce était remplie d’air.

Bien que nous ayons passé trois semaines sans même voir le soleil… Trois semaines s’étaient écoulées depuis l’incident où les âges de Zagan et de Foll avaient été échangés. Et en incluant le temps qu’il avait fallu pour résoudre l’incident, ils étaient là depuis un demi-mois.

Zagan avait complètement retrouvé sa forme adulte habituelle et Foll avait pu reprendre la forme d’une petite fille. Ils avaient réussi à dissiper la malédiction qui rongeait leur corps, mais en raison de la perte excessive de mana à l’époque, Foll était encore clouée au lit.

« Je te dis que je vais bien…, » dit Foll en se gonflant les joues alors qu’elle était allongée sur son lit. Ses vêtements étaient éparpillés dans le désarroi alors qu’elle se reposait dans son lit, portant un pyjama plutôt que sa robe de natif habituelle. Ses cheveux verts étaient correctement noués avec des tresses, et elle insistait pour pouvoir se lever et aller jouer à tout moment. Sans autre choix, Zagan s’était cogné la tête.

« Même si tu penses que tu vas bien, tu n’as récupéré qu’environ la moitié de ton mana. Inutile de me dire de ne pas m’inquiéter, » déclara Zagan.

« Mais je m’ennuie, » répliqua Foll.

« Hm… Il n’y a rien à y faire. Je te lirai un livre plus tard, alors ne boude pas comme ça, » déclara Zagan.

« Tu m’en liras au moins trois ? » demanda Foll.

« Ouais, bien sûr, » répondit Zagan.

Foll semblait toujours mécontente, mais son humeur semblait s’être rétablie.

Mais je suppose que c’est la limite pour pouvoir la tromper… En tant que fille du Dragon sage Orobas, le mana de Foll était extraordinaire. Son mana n’avait pas seulement été dépensé, il avait été perdu à cause d’une malédiction. Ce n’était pas quelque chose que l’on pouvait récupérer simplement en se reposant, alors elle se rétablissait en étant alimentée en mana par la forme du Dragon de l’Écaille des Cieux qui était chargée de protéger la ville océanique.

C’est pourquoi ils n’avaient pas pu partir. Le problème n’était pas le traitement, mais le fait qu’à ce rythme, son rétablissement prendrait encore deux semaines.

Foll était relativement docile, mais il était déraisonnable de demander à un enfant de dix ans de rester immobile et de s’enfermer dans une pièce pendant un mois entier. Un changement de rythme s’imposait immédiatement. Et, alors que Zagan se creusait la tête, un petit coup s’était fait entendre sur la porte.

« Foll, es-tu réveillée ? »

C’était Néphy. Quand ils étaient arrivés dans la ville de l’océan, Néphy portait une robe élégante, mais maintenant qu’ils avaient été obligés de rester pour un certain temps, elle portait sa robe d’un bleu d’outremer en une pièce avec un tablier blanc pur, comme au château de Zagan. Il semble aussi qu’elle aidait aux tâches ménagères au temple comme ils vivaient ici.

D’ailleurs, Zagan essaya d’aider aussi parce qu’il voulait passer du temps avec Néphy, mais les citoyens d’Atlastia refusèrent avec véhémence.

Tandis que Zagan regardait le visage de Néphy, son regard était naturellement attiré par ses lèvres roses.

On s’est embrassés… hein… ? Zagan était couvert de sang à ce moment-là. En plus de ça, il était tout petit à l’époque. De plus, c’était dans le but de créer un lien pour le mana, donc ce n’était pas comme si c’était vraiment romantique, mais la sensation de ses lèvres douces pressées contre les siennes n’était pas une sensation qu’il oublierait un jour.

Après avoir peut-être remarqué son regard, le bout des oreilles de Néphy devint rouge vif et se tortilla.

« Donc tu es là aussi, Maître Zagan… Euh, il y a quelque chose dont j’aimerais… te consulter, » dit Néphy, essayant de garder son sang-froid malgré l’agitation.

D’une certaine façon, c’est aussi rafraîchissant… Zagan l’avait souvent vue bouleversée lorsqu’elle essayait de lui faire une demande, mais il n’y avait pas beaucoup de situations où elle voulait dire quelque chose avec sa propre gêne comme ça. Cependant, Néphy jetait des coups d’œil vers Foll pendant qu’elle parlait.

Qu’est-ce que c’est ? Est-ce quelque chose qu’elle ne veut pas que Foll entende ? Le visage troublé de Néphy était l’un de ses plats préférés, mais il ne voulait pas le perdre. Alors, Zagan avait tapoté la tête de Foll une fois de plus, puis s’était levé et s’était dirigé vers Néphy.

« Qu’est-ce qu’il y a ? » demanda Zagan.

« Euh, prête-moi l’oreille…, » Néphy le lui demanda, et Zagan le rapprocha d’elle.

Je me demande ce que c’est ? Elle sent bon malgré le fait d’être dans la mer… Cette pièce et la zone qui l’entourait étaient remplies d’air, mais elles étaient toujours dans l’océan. En tant que tel, il sentait tout simplement l’eau de mer partout. Après avoir passé plusieurs semaines ici, son odorat avait été pratiquement engourdi par ce fait, mais cette odeur douce et fleurie ressemblait à une oasis dans le désert, étreignant son cœur desséché.

Néphy porta ses deux mains à l’oreille de Zagan, puis lui murmura à l’oreille.

« En vérité, Mlle Lilith et les autres nous ont suggéré de faire une promenade sur une île voisine pour nous détendre. » Une sensation un peu chatouilleuse avait fait frissonner Zagan. Son visage se détachait du bonheur avec cela, mais le sens de ce qu’elle disait lui avait tout de suite traversé l’esprit.

« Une île ? » demanda Zagan en un murmure.

« Oui. Une île inhabitée. C’est apparemment très beau même pendant cette saison. Je me le demande si nous pouvions y aller avec Foll ? » demanda Néphy.

« Je vois, » répondit Zagan. Il pensait que Foll avait besoin d’un changement de rythme, mais il semble que Lilith avait aussi cela en tête. Ce n’était pas une sorcière, mais c’était une fille tout à fait capable. Cependant, il était possible que Zagan saute à une conclusion hâtive, alors il avait chuchoté en retour qu’il voulait discuter de la question plus avant.

« Est-ce proche ? » demanda-t-il.

« Je me demande ? Il semble qu’il s’agisse d’une distance qui peut être parcourue par bateau en peu de temps, » répondit Néphy.

« Hm… Eh bien, à cette distance, l’approvisionnement en mana de la forme du Dragon devrait encore l’atteindre. Foll s’ennuie aussi beaucoup, alors je pense que c’est une bonne idée, » déclara Zagan.

Et après cela, l’expression de Néphy s’était illuminée en un clin d’œil.

« Pourrais-je en informer Foll immédiatement ? » demanda Néphy.

Après que Zagan ait hoché la tête, Néphy était allée au chevet de Foll.

« Foll, veux-tu aller jouer sur une île dehors ? » demanda Néphy.

« Une île ? Est-ce que je peux ? » demanda Foll.

« Oui. Maître Zagan a aussi dit que tout irait bien, » répondit Néphy.

Foll déplaça son regard vers Zagan comme si elle n’arrivait pas à le croire, ce à quoi Zagan acquiesça en retour.

« … Si heureuse, » déclara Foll.

Incapable de le supporter, Foll enlaça Néphy.

« Oh mon Dieu, » s’exclama Néphy.

Et pendant qu’elle caressait sa tête en souriant, Néphy l’enlaça dans le dos.

◇◇◇

« D’après ce que je vois, ça va être un bon changement de rythme pour elle, » déclara Zagan.

Puisqu’ils sortaient, il fallait se préparer. Eh bien, Zagan n’avait rien contre les vêtements sur son dos, mais ce n’était pas suffisant pour des filles comme Néphy et Foll. C’est ainsi que Zagan avait quitté la pièce par considération pour elles et qu’il avait trouvé une fille qui l’y attendait. Ses cheveux roux étaient attachés sur le côté de sa tête, et ses yeux écarlates le regardaient avec douceur. Elle ne portait pas actuellement son armure sacrée, mais plutôt une robe de cérémonie bleu foncé avec une épée sacrée à la taille. Elle était l’alliée jurée de Zagan et un Archange de l’Église, Chastille.

« Quoi, tu es toujours là ? » demanda Zagan.

Il était plutôt impoli, mais Chastille avait simplement poussé un seul soupir et n’avait pas du tout perdu son sang-froid.

« … Bon sang de bonsoir. Tu es le même que d’habitude, » répliqua Chastille.

Voyant sa réaction calme, Zagan s’était rendu compte que Chastille était en mode travail. Chastille était une pleurnicheuse sans pareille dans sa vie privée, mais elle avait beaucoup de talent autrement. Zagan et Chastille avaient des raisons différentes d’être ici, mais ils étaient alliés. Il semblait qu’elle soit venue lui demander quelque chose qu’elle avait en tête.

« Cette conférence ou quoi que ce soit d’autre, a-t-elle duré si longtemps ? » demanda Zagan.

Bien qu’ils aient été invités, un Archidémon et un archange avaient beaucoup à faire. Cela faisait environ un demi-mois qu’ils n’avaient pas pu se rencontrer face à face comme ça.

« Non, il n’est pas possible de garder les représentants de toutes les races ici aussi longtemps. La conférence elle-même a pris fin, mais l’Église a de nombreuses tâches à accomplir, depuis le tri des plaintes et des rapports de chacune des races jusqu’à la consultation en privé avec elles. C’est pourquoi je n’ai pas encore pu y retourner, » répondit Chastille.

« N’est-ce pas bien de laisser ces affaires aux fonctionnaires civils ? » demanda Zagan.

« Kuroka et Richard m’aident… et Nephteros aussi, » répondit Chastille.

En d’autres termes, elle ne se contentait pas de faire tout le travail toute seule. Cependant, dans ce cas, il lui semblait d’autant plus pratique pour elle de retourner à Kianoides…

Il y a donc des questions qu’elle ne peut pas laisser aux fonctionnaires civils, alors… Et ce qui lui était venu immédiatement à l’esprit était…

« Enquêtes-tu sur l’incident impliquant Foll ? » demanda Zagan.

Alors que Zagan l’avait fait remarquer, les yeux de Chastille s’étaient écarquillés.

« … Je vois que je ne peux rien te cacher, hein ? » répliqua Chastille en se trémoussant avec ses cheveux. « Il y a beaucoup trop d’aspects inexplicables dans cet incident, » poursuit-elle. « D’après vous tous, cette personne appelée Alshiera est la principale suspecte, mais elle a complètement disparu et nous n’avons pas été en mesure de la retrouver. Même si c’était elle la coupable, quel était son but ? A-t-elle échoué ? Ou bien l’a-t-elle accompli ? »

Il parlait de la vampire désagréable Alshiera. Il semblait qu’elle était profondément impliquée dans la cause profonde du déchaînement de Foll, mais en même temps, elle montrait des signes pour aider le groupe de Zagan à y faire face. Alors, c’était quoi au juste ? Zagan lui-même voulait rapidement la poursuivre et l’achever, mais…

Néphy semble penser qu’elle n’est pas une ennemie… Dans ce cas, il avait des réserves sur le fait de la tuer carrément, même si ce n’était pas vraiment le terme approprié à utiliser avec un membre du Clan de la nuit. Quoi qu’il en soit, puisqu’il n’avait pas pu rencontrer directement Alshiera, essayer de recueillir des informations était aussi inutile que d’essayer de saisir un nuage. Toutefois, comme il y avait une forte probabilité qu’elle interagisse à nouveau avec Foll, Zagan avait prévu de coopérer avec Chastille à ce sujet.

« Son caractère nous est après tout complètement inconnu. Cependant, elle a mentionné un nom qui me dérange, » déclara Zagan.

« Azazel... ? » demanda Chastille.

Zagan hocha la tête en réponse. Il n’était pas clair s’il existait vraiment, mais c’était le nom de la treizième épée sacrée. Au moins, l’Église ne la possédait pas. Il y avait une organisation dans l’Église qui partageait le même nom, mais cela n’indiquait pas nécessairement l’existence d’Azazel.

Cependant, cela semble vraiment être quelque chose de très spécial... De toute façon, cela ne ressemblait pas à une épée sacrée que l’Église avait tout simplement perdue.

« Elle sait quelque chose sur Azazel. Si nous continuons, elle se montrera sûrement une fois de plus, » déclara Zagan.

« C’est… probablement vrai. Je te laisse cette partie, » répondit Chastille.

« C’est ce que tu dis, mais je n’ai encore trouvé aucune piste, » répondit Zagan.

Il en allait probablement de même pour Chastille. Elle croisa les bras et poussa un gémissement, puis éleva la voix comme si elle se souvenait soudainement de quelque chose.

« Oh ouais, il y avait quelque chose dont je devais te parler. L’enquête semble prendre du temps, alors l’Église va envoyer des renforts, » déclara Chastille.

« Hmm, donc tu seras soulagée d’une partie du boulot ? » demanda Zagan.

« Ce serait sympa… Mais ce ne sont pas mes subordonnés. Et en vue de la situation ici, je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de membres de la faction d’unification qui seraient envoyés à l’extérieur. Il vaudrait peut-être mieux que tu ne te montres pas, » déclara Chastille.

Il y avait toutes sortes de gens qui faisaient partie de l’Église. Chastille était très amicale, mais sa subordonnée Kuroka faisait partie à l’origine d’Azazel, la faction de l’Église qui détestait particulièrement les sorciers. De plus, l’organisation connue sous le nom de l’Église elle-même considérait les sorciers comme des ennemis, et ceux qui, au sein de l’Église, étaient amis avec des sorciers étaient sûrement en minorité.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Un commentaire

  1. ''il était déraisonnable de demander à un enfant de dix ans de rester immobile et de s’enfermer dans une pièce pendant un mois entier.'' Courage a tous les parents a travers le monde devant gérer cela en confinement 😉

Laisser un commentaire