Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 6 – Chapitre 2 – Partie 7

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 2 : Ma mignonne fille a grandi et j’ai rétréci. Et maintenant ?

Partie 7

« Je suis vraiment désolée pour tous les ennuis que ma disciple insensée t’a causés, » déclara Orias, s’inclinant profondément et s’excusant auprès de Zagan dès qu’ils s’étaient rencontrés. Comme d’habitude, elle portait une capuche qui couvrait la majeure partie de son visage et une robe ample pour cacher sa nature de haute elfe. En fait, elle, Néphy et Nephteros étaient probablement les seuls hauts elfes vivants qui existaient. Et il se trouve qu’elle était aussi l’enseignante de Gremory, ce qui signifiait qu’elle pouvait facilement manipuler son propre âge physique. Cependant, les traits de son visage que l’on pouvait discerner étaient ceux d’une vieille femme, et sa voix était aussi rauque. Au fait, Gremory avait une grosse bosse sur la tête et pleurait. Dès qu’ils s’étaient rencontrés, Orias l’avait frappée du poing.

« Euh, non. C’est dû à ma propre négligence, donc je ne la tiendrais pas pour entièrement responsable…, » déclara Zagan.

« Ne la gâte pas. Il y a aussi ce qui s’est passé au village caché. À l’époque, elle utilisait la sorcellerie pour vous regarder courir comme un poulet sans tête, » déclara Orias.

« D’accord, d’accord. Frappe-la autant que tu le veux, » déclara Zagan, car ses sentiments de sympathie pour elle avaient complètement disparu.

« Mon seigneur, je pense que ce serait bien de me traiter un peu plus gentiment…, » déclara Gremory.

« Demande-le après avoir réfléchi à tes actions, » déclara Zagan.

« Es-tu en train de me dire qu’elle a aussi fait d’autres choses ? » s’écria Orias.

Le fait d’être fusillé du regard par deux Archidémons avait été plus que suffisant pour que Gremory s’agenouille en silence.

« J’ai l’impression d’être à genoux depuis ce matin…, » Gremory marmonna, clairement malheureuse.

« Il semble que tu aies entendu l’essentiel de Gremory, mais j’ai fini comme ça après que nous ayons échoué dans un lancement de sorcellerie. Je cherche un moyen d’inverser cette transformation, alors as-tu des idées ? J’ai bien sûr l’intention de te rembourser d’une manière convenable, » déclara Zagan lorsqu’il s’était tourné vers Orias. Puis, il s’inclina respectueusement devant elle, et Orias haussa simplement les épaules.

« Tu n’as pas besoin d’être si distant. Je te dois déjà beaucoup. Tu as apporté le bonheur à ma fille, ce que je ne pourrai jamais faire, » déclara Orias avant de se tourner vers Foll en disant. « Et celle-ci, c’est la dragonne, non ? J’ai entendu dire que c’est ta fille adoptive, non ? »

« Valefor. Tu peux m’appeler Foll, » déclara Foll.

« Dans ce cas, tu peux m’appeler mamie, » déclara Orias.

« Compris. Mamie, » répondit Foll avec une expression tout à fait sérieuse sur son visage, ce qui fit qu’Orias fronça le bout du nez d’une manière troublée.

« … Désolée. Je voulais dire ça pour plaisanter, » déclara Orias.

Cette personne est toujours en train de s’excuser, n’est-ce pas ? Zagan avait eu un sourire amer quand il avait réfléchi à sa blague. C’était peut-être la tentative d’Orias d’animer l’ambiance, mais elle semblait avoir échoué.

« Tu es la maman de Néphy, donc ce n’est pas étrange pour toi d’être ma grand-mère, » déclara Foll en penchant la tête sur le côté dans la confusion. Orias fut surprise d’entendre cela, puis sourit avec joie.

« Je vois que Néphy a une fille assez directe, » déclara Orias, puis elle jeta son regard vers Zagan et elle continua, « Maintenant, laisse-moi regarder. Montrez-moi vos mains droites, » demanda Orias. Puis, Zagan et Foll les tendirent, et l’Emblème de l’Archidémon apparut sur eux deux.

« Hm… Il semble que ce soit le même sceau, » déclara Orias.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? » s’enquit Zagan. Orias, cependant, avait simplement touché le sceau sans répondre, et l’avait observé pendant un certain temps avant d’émettre un gémissement.

« Cela semble être une situation assez pénible. C’est la première fois que je vois une malédiction aussi compliquée, » déclara Orias.

« Est-ce difficile, même pour toi, de la dissiper ? » demanda Zagan.

« … Tu as raison. Désolée, » s’excusa Orias, inclinant la tête tout le temps profondément.

« S’il te plaît, lève la tête. Ce n’est pas à toi de t’excuser, » s’écria Zagan, apparemment agité.

« Pour l’instant, je vais te dire tout ce que je peux discerner. Tout d’abord, Zagan, ton sceau a perdu la plus grande partie de sa puissance. À ce stade, même si je devais supprimer son pouvoir avec le mien, cela n’aurait probablement qu’un effet sur toi, » affirma Orias en levant les yeux vers Zagan en s’excusant. Foll avait aussi un sceau maintenant, mais la partie principale était toujours celle de Zagan, ce qui signifie que le flux sortant de puissance n’avait aucun effet sur Foll.

« Suivant, Foll. Je suis sûr que tu es l’enfant d’une lignée exceptionnelle, même parmi les dragons. Le pouvoir en toi date de l’âge des mythes. En d’autres termes, c’est littéralement divin. C’est si vaste que je suis certaine que tu pourrais facilement défier la plupart des Archidémons actuels. »

« Je vois…, » Zagan marmonna, puis il déclara. « Foll est la fille du Sage Dragon Orobas, qui aurait vécu à l’âge des mythes, donc cela a du sens. »

Dans un virage inhabituel, les yeux d’Orias s’ouvrirent en grand, choquée d’entendre cela.

« C’est… tout à fait un malheureux destin. Ça me donne presque envie de croire au destin, » déclara Orias.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » s’enquit Zagan.

« Marchosias était l’ami juré du Sage Dragon Orobas, » déclara Orias en se tournant vers Foll avec un regard doux dans les yeux. Foll, d’un autre côté, avait dégluti d’une façon audible en entendant ça.

« D’une manière ou d’une autre, cela me rend nostalgique. »

C’était ce que Foll avait dit quand Zagan l’avait amenée au palais de l’Archidémon. Cela, plus le fait que le Palais de l’Archidémon était rempli de mécanismes qui utilisaient des sorts de dragon, fit Zagan se demander si le pouvoir de l’Archidémon Marchosias lui avait été accordé par Orobas.

« Est-ce une coïncidence… ? » marmonna Zagan.

« Je me le demande… Le successeur de Marchosias a fini par adopter la fille d’Orobas… On se demande si tout ça fait partie du plan de quelqu’un, n’est-ce pas ? » demanda Orias, puis une fois de plus se tourna vers Foll et dit. « Revenons à ce dont nous parlions tout à l’heure. Foll, ton pouvoir est quelque chose qui aurait dû se démêler lentement sur une longue période. La situation actuelle a été créée en essayant de supprimer artificiellement cette limite. C’est presque comme si toute l’eau d’un puits infini jaillissait d’un seul coup et inondait son environnement. »

« C’est… Tout est de ma faute…, » Foll déplaça son regard vers le bas, se critiquant pour tout le malheur de Zagan.

« Non. C’est juste un fragment. Si ton pouvoir devenait vraiment fou, Zagan et ma disciple idiote seraient déjà morts. C’est pourquoi tu devrais te considérer comme chanceuse et en tirer des leçons, » avait affirmé Orias. Ses paroles étaient à la fois gentilles et strictes, ce qui avait fait que Foll avait fait un signe de tête ferme en réponse.

C’est essentiellement ce que j’aurais dû lui dire… Il aurait pu utiliser son changement de forme comme excuse, mais Zagan savait que ce serait la même chose que de se mentir à lui-même. Franchement, toute cette affaire lui avait fait réaliser à quel point il était encore inexpérimenté.

« Maintenant, comme je l’ai expliqué, tu es actuellement comme dans le courant qui coule d’un barrage brisé. La clé, c’est l’Emblème de l’Archidémon, mais il a aussi été emporté par les eaux. Pour arrêter le débit, vous devez soit reconstruire le barrage, soit trouver la clé. Ce sont deux tâches extrêmement difficiles, mais ce sont vos seules options, » déclara Orias en parlant d’une voix douce de leur chemin à suivre. Sa réponse était assez vague, mais Zagan avait l’impression d’avoir saisi le tableau complet de la malédiction grâce à elle.

Dans ce cas, si nous coupons avec force le chemin que nous avons créé, Foll serait plus en danger que moi… S’ils enlevaient la source d’eau derrière le barrage brisé, le lac s’assécherait.

« Hm, peut-être que cette situation a été provoquée par ton sceau, Zagan, » déclara Orias.

« Qu’est-ce que tu veux dire ? » demanda Zagan. Cependant, au lieu de répondre immédiatement, Orias tendit la main droite.

« C’est mon sceau. Peux-tu voir que sa forme est un peu différente de la tienne ? » s’enquit Orias.

« Oui, » répondit Zagan. C’est quelque chose que Zagan avait vaguement réalisé quand il avait vu le sceau de Bifrons. Au premier coup d’œil, ils semblaient identiques, mais les sceaux de Zagan et d’Orias différaient légèrement dans leurs moindres détails.

« J’ai découvert quelque chose de semblable à ça. À savoir, les épées sacrées de l’Église. Ce qui est gravé dessus semble aussi être en Célestian, » déclara Zagan.

« C’est tout à fait exact. On pourrait dire que ces Emblèmes de l’Archidémon sont un type de circuit créé avec le Célestian. Bien qu’il soit peut-être plus juste de l’appeler un texte. Malheureusement, reproduire quelque chose de semblable serait difficile même pour moi, » répondit Orias. Zagan ouvrit les yeux en apprenant qu’il s’agissait d’une technique si avancée que même un Archidémon aurait de la difficulté à la reproduire.

« Néanmoins, j’ai mis du temps à démêler ce texte. Après tout, le temps était la seule chose que j’avais en abondance, » déclara Orias.

« Et qu’est-ce que ça dit… ? » demanda Zagan.

« Ce n’est pas si impressionnant que ça. Sceau, pouvoir, connexion, Dieu, mal. Quelque chose comme ça. Ce sont à peu près les seuls mots qui ont un sens, de toute façon. Les autres sont toutes des choses que je ne peux même pas comprendre. Cependant…, » Orias s’arrêta un moment et regarda Zagan droit dans les yeux avant de dire. « Dans ce sceau, il y a un mot qui signifie la main droite. »

« Main droite… ? » marmonna Zagan, apparemment confus. Pour autant qu’il le sache, tous les Sceaux de l’Archidémon se trouvaient à la droite de ceux qui les possédaient. Est-ce que ça avait un sens ?

« Hm… J’ai déjà pensé que c’est peut-être parce que les sceaux apparaissent toujours sur la main droite d’une personne. Cependant, cela ne semble pas lié, » déclara Orias, puis indiqua le sceau de Zagan et continua. « La partie de mon sceau qui signifie la main droite a été remplacée par quelque chose qui signifie le cœur sur le tien. »

Les yeux de Zagan s’ouvrirent et Orias lui fit un signe de tête silencieux.

« Pour les sorciers, le cœur n’est pas seulement la pierre angulaire de la vie, mais aussi le fourneau qui donne naissance à une énorme quantité de mana. En d’autres termes, il y a une forte probabilité que ton sceau produise le plus de mana parmi les treize. En tout cas, c’était le sceau d’Ancêtre, » déclara Orias.

C’était une révélation plutôt choquante, mais Zagan avait un autre point à l’esprit.

Le cœur, la main droite… Chacun est un morceau de corps. Dans ce cas, le sceau de Bifrons symbolisait probablement une autre partie du corps. Et cela avait fait réaliser à Zagan que…

« En d’autres termes, les Sceaux de l’Archidémon scellent vraiment le corps du Seigneur-Démon…, » marmonna Zagan d’un ton grave. Cela signifiait que le sceau de Zagan contenait le cœur du Seigneur-Démon, qui était comme une fournaise infinie de mana. Cela signifiait que la conjecture de Bifrons était correcte. Cependant, Orias avait fait entendre une voix emplie de doute.

« Seigneur Démon… ? Oh, c’est comme ça que tu l’appelles ? Je vois. C’est assez facile à comprendre, » déclara Orias.

Maintenant que j’y pense, seul Bifrons l’appelait le Seigneur-Démon…

« Eh bien, comment appelles-tu ça ? » demanda Zagan.

« Moi ? Je ne lui ai jamais donné de nom. Il n’y a jamais eu de besoin. Oh, mais voyons voir…, » Orias traîna, puis parla d’un ton quelque peu nostalgique. « Marchosias l’appela… l’Archidémon Primordial. »

Zagan ne pouvait pas dire ce que cela signifiait. Cependant, il correspondait au moins au nom du sceau. Après tout, c’était l’Emblème de l’Archidémon, pas l’Emblème du Seigneur-Démon.

Pourtant, j’ai l’impression que toutes nos hypothèses sont loin d’être fondées… Malheureusement, Zagan était beaucoup trop inexpérimenté pour comprendre la raison. Un Archidémon du niveau de Bifrons avait passé des centaines d’années à l’étudier juste pour créer un mysticisme céleste, donc un nouveau venu comme Zagan avait un long chemin à parcourir avant de pouvoir aller au cœur du sujet. Et comme ces pourparlers touchaient à leur fin, Orias s’était finalement détendue.

« Eh bien, je vais essayer de trouver un moyen de défaire cette malédiction, mais n’en attends pas trop. Une simple haute elfe ne peut pas espérer rivaliser avec le pouvoir des légendes, » déclara Orias.

« Non, tu m’as déjà été d’une grande aide. Permets-moi de te remercier, » déclara Zagan.

Après que Zagan eut humblement exprimé sa gratitude, Orias continua tranquillement.

« Zagan, tu es au courant pour Liucaon ? Je parle de la nation insulaire, » déclara Orias.

« Ouais. En fait, j’ai appris à connaître quelqu’un de là-bas récemment, » déclara Zagan.

« Je vois. Comme c’est fortuit. C’est le dernier conseil que je peux te donner. Essaye de compter sur Liucaon. Il y a plusieurs secrets qui nous sont restés et que nous avons perdus depuis un bon bout de temps. Les objets qu’ils utilisent pour les rituels, qu’on appelle les Trésors sacrés, ressemblent à des épées sacrées. Il y a peut-être là un pouvoir ancien qui peut faire quelque chose pour combattre cette malédiction, » déclara Orias.

Zagan avait entendu dire que des pouvoirs différents de la sorcellerie existaient au Liucaon, et Gremory avait même indiqué que c’était l’un de leurs choix possibles, donc cela semblait être une bonne piste.

De toute façon, c’est mieux que de rester assis sur mes pouces…

« Connais-tu la Conférence continentale interraciale des aînés ? » demanda Zagan.

« Bien sûr que oui. Je suis l’un des derniers elfes restants, donc j’ai au moins entendu son nom, » déclara Orias.

« Des gens de Liucaon seraient-ils présents ? » demanda Zagan.

« À tous les coups. C’est l’un des participants les plus importants, » répondit Orias.

« En fait, j’ai aussi été invité. Je ne sais pas exactement qui y assistera, mais j’envisage de faire une apparition, » déclara Zagan.

« Quoi !? Pourquoi ne me l’avez-vous pas dit !? Rien que de penser à toute la puissance de l’amour de toutes les races qui se rassemblent me fait baver…, » Gremory avait eu une réaction viscérale en entendant ça.

« Tu dois m’aider à chercher un moyen de défaire la malédiction, espèce d’idiote irréfléchie, » Orias avait coupé l’excitation de Gremory d’un ton froid.

« S’il vous plaît, laissez-moi y aller pour l’instant ! Je promets d’aider une fois de retour de la conférence, alors donnez-moi juste une nuit libre ! » s’écria Gremory.

« As-tu été assez sincère avec moi pour que je permette une telle chose ? » demanda Orias.

« Espèce de démooooooooneeeee ! » cria Gremory.

Zagan et Foll retournèrent au château, laissant la Gremory hurlante derrière elle avec son mentor.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

Laisser un commentaire