Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 5 – Chapitre 4 – Partie 7

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Aimer quelqu’un comporte de nombreux malentendus fastidieux, mais ils en valent tous la peine

Partie 7

« … Attends ! Qu’est-ce qui se passe ici ? » demanda Zagan.

Une lame était arrivée sur Zagan quand il était arrivé de l’autre côté de la zone d’ombre. Devant ses yeux se trouvait une pitoyable chimère avec le visage de Nephteros, et Chastille qui était tombée à terre. On aurait dit qu’elle était au milieu d’une bataille avec la chimère. Et celle qui s’était jetée sur lui était… Kuroka. Elle portait un masque étrange, mais il pouvait dire que c’était elle par ses vêtements et ses oreilles.

Il avait attrapé l’épée courte sur l’impulsion du moment, mais il n’avait pas pu éviter d’être touché par le tranchant de la lame. Elle semblait être une arme de l’Église, car elle faisait très mal alors que son sang coulait sur la lame.

« Hein… ? Cette voix… Monsieur… ? Qu’est-ce que vous faites là ? » Kuroka, portant toujours ce masque étrange, avait laissé échapper une voix désorientée. Zagan ne lui avait pas répondu et avait cherché Nephteros à la place. Cela semblait être la place devant l’église. Des chevaliers angéliques entouraient la zone, et Nephteros était à genoux un peu loin de la chimère elle-même.

C’est bien qu’elle soit en vie…, après qu’il eut fini de vérifier sa sécurité, la chimère se leva lentement.

Ce foutu Bifrons… A-t-il fait d’autres clones que Nephteros ? Il était plus susceptible de dire que Bifrons avait échoué d’innombrables fois dans le processus de création de Nephteros, et tous ces échecs avaient été transformés en chimères, mais Zagan n’avait aucun moyen de le savoir.

La chimère avait déclenché un déluge de membres vers Zagan. Les membres étaient assez forts pour transformer un chevalier angélique en viande hachée d’un seul coup, mais Zagan avait légèrement bougé son bras en l’air en réponse. C’était un geste apparemment dénué de sens, car il n’était pas assez près des membres de la chimère, encore moins de la chimère elle-même, mais…

« Ferme-la. Je suis en train de parler ! » s’exclama Zagan. D’une manière extraordinaire, son geste insignifiant avait enfoncé la chimère dans le sol comme si son poing avait touché le centre de la créature. Ce n’était pas de la sorcellerie spécialisée. Il avait simplement projeté son mana dessus comme un marteau. C’est ainsi que la chimère avait été écrasée et avait cessé de bouger, laissant les Chevaliers angéliques dans le secteur en état d’agitation.

« Il a écrasé cette chimère… avec juste un seul coup… »

Apparemment, Chastille et les autres étaient dans une difficile lutte contre la chimère. Tous les Chevaliers angéliques semblaient confus par sa facilité à gagner, et Chastille l’appela d’une voix de reproche.

« Z-Zagan, cette chimère est…, » commença Chastille.

« Comme si ça m’intéressait. Cela ressemble peut-être à Nephteros, mais ce n’est pas vraiment elle, » répondit Zagan. Celle qu’il avait décidé de sauver était Nephteros, pas les clones de Néphy. Même s’il s’agissait d’existences pitoyables créées par la même méthode, il n’y avait aucune raison pour Zagan d’hésiter.

« Alors Kuroka, qu’est-ce que tu fais ? Est-ce là le “devoir” ou quoi que ce soit d’autre, que tu devais faire ? » demanda Zagan en se tournant vers Kuroka.

« Ça n’a… rien à voir… avec mon devoir. Je vais me venger… de cette personne… et la tuer, » dit Kuroka avec des coupures dans sa voix, mais elle avait quand même réussi à répondre d’une voix froide.

« Qu’as-tu fait à cette fille ? » demanda Zagan en regardant Chastille.

« C’est un malentendu. Euh, il semble qu’elle soit… euh, la parente du Seigneur Raphaël…, » répondit Chastille.

De cette seule déclaration, Zagan avait compris toute l’étendue du piège de Bifrons.

Impressionnant. C’est la première fois que je vois un harcèlement aussi complexe… La fille dont parlait Raphaël était Kuroka. C’est pourquoi Bifrons était allé jusqu’à la guider ici et à attaquer Chastille. Naturellement, Raphaël n’avait pas été en mesure de faire un geste, car il se cachait comme le majordome de Zagan.

Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que ça ? Le nombre de personnes que je dois sauver ici vient de passer à deux… Il était toujours convaincu qu’il n’était pas fait pour un rôle aussi pénible, mais pour une raison ou une autre, seuls des gens pénibles s’étaient présentés devant lui.

« Eh bien, je suppose que si c’est arrogant de supposer que quelqu’un a besoin d’être sauvé, alors il n’y a pas de problème avec un Archidémon qui assume ce rôle…, » Zagan s’était parlé à lui-même sans le vouloir, puis il avait regardé Kuroka et lui avaient dit. « En d’autres termes, tu veux la tuer parce que tu crois que Chastille a tué Raphaël ? »

« C’est la vérité. J’ai entendu… cette personne… parler de l’avoir tué, » déclara Kuroka en regardant Chastille. Zagan ne savait pas comment les choses étaient devenues si compliquées, mais Chastille était simplement assise là, incapable de fournir une vraie réponse.

« Tu te trompes, Kuroka. Ce n’est pas elle qui a tué Raphaël, » déclara Zagan.

« Non, c’est impossible ! » cria Kuroka.

« Je te dis que tu as tort, et j’ai des preuves indéniables…, » Zagan s’était frappé la poitrine, puis avait continué. « Après tout… C’est moi qui ai tué Raphaël ! »

« Vous ne faites que couvrir cette personne, n’est-ce pas… ? S’il vous plaît, arrêtez ça, Monsieur. Si vous dites une telle chose, je vais…, » Kuroka se mit à trembler quand elle lui répondit avec hésitation.

« Maintenant que j’y pense, je ne t’ai jamais dit mon nom, n’est-ce pas ? Écoute-moi, Kuroka ! Je m’appelle Zagan ! »

« … » Le choc de Kuroka était visible même à travers son masque.

« Confuse ? Alors, est-ce plus facile à l’accepter si je me présente à toi comme l’un des Archidémons ? Raphaël osa bêtement lever la main sur ma fille. C’est pour ça que je l’ai tué. Dis-moi, veux-tu savoir exactement comment il est mort ? »

« Zagan ! Pourquoi dis-tu ça !? » Chastille cria comme si elle le critiquait, mais Zagan secoua simplement la tête en réponse.

Raphaël lui-même voulait qu’on simule sa mort… Ce fidèle majordome avait décidé de garder le secret, même si cela signifiait abandonner la seule personne qu’il considérait comme de la famille. Quel genre de roi serait-il s’il ne respectait pas ce souhait ?

« WAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! » Kuroka avait poussé un cri et avait balancé son autre épée courte pendant que Zagan la jetait sur le côté. Et cette seule action avait fait tomber le masque de Kuroka par terre.

La cait sith s’était tordue et avait tourné en l’air, réussissant à atterrir d’une manière ou d’une autre avec grâce. Mais comme on pouvait s’y attendre, elle pouvait sentir qu’elle serait frappée sans pitié si elle chargeait directement à nouveau. Bien que sa respiration soit devenue difficile, elle n’avait pas attaqué.

« Maintenant, Chastille. On dirait que Kuroka est mon problème. Je m’occupe d’elle. Si tu veux, je peux même nettoyer cette chimère là-bas. Cela ne me demanderait pas beaucoup de travail, vois-tu… Cela prendra probablement un certain temps, mais je ramènerai même Nephteros avec moi et je la sauverai… Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? » Zagan cria à Chastille, l’aiguillonnant presque avec ses questions, tandis qu’il regardait Kuroka attendre sur place.

« Je… »

Zagan était généreux envers ses propres subordonnés, mais Chastille n’en faisait pas partie. C’était l’amie de Néphy, pas celle de Zagan. Dans ce cas, qu’était-elle exactement ? Était-elle l’une des faiblesses que Zagan devait protéger ? Ou ne l’était-elle pas ?

Chastille n’était pas si bête qu’elle ne comprenait pas ce qu’il insinuait. Elle n’avait gardé le silence qu’un instant avant de prendre sa décision et de se lever sur ses deux pieds.

« Ce ne sont pas tes affaires, Zagan. J’ai promis de protéger Nephteros, donc cette enfant est aussi quelqu’un que je dois vaincre moi-même, » affirma Chastille en montrant la chimère.

On n’a même pas besoin de moi ici, Orias.

« Très bien, très bien. C’est ce qui fait de toi mon alliée jurée, » déclara Zagan. Cette fille était une alliée jurée à qui il pouvait confier son dos, et se battre à ses côtés. C’est pour ça qu’il la croyait. Et au moment où Zagan se retournait pour affronter Kuroka une fois de plus…

« Attends ! Ne trouves-tu pas ça injuste que tu te mêles de ça ? » Bifrons parla par la bouche de la chimère, continuant. « Zagan, permets-moi de te donner quelques conseils en tant que ton aîné. Tu as beaucoup trop de faiblesses. Ton talent est monstrueux, mais ce n’est pas comme si ceux qui te suivent avaient suivi le rythme de ta force… Tu comprends ce que je veux dire, n’est-ce pas ? »

Plusieurs lumières s’étaient levées autour de la place alors que Bifrons libérait ses critiques. Et dans ces lumières étaient projetés le château de Zagan et le palais de l’Archidémon, deux emplacements dans le domaine de Zagan.

« Non, ce n’est pas possible…, » Chastille parla d’une voix tremblante. Les subordonnés de Zagan étaient au palais de l’Archidémon, et Néphy et Foll avaient été laissées au château. C’était probablement le même scénario qui s’était produit à l’époque où Orias avait vaincu un Archidémon. Elle avait perdu tout ce qu’elle voulait protéger et avait fini par garder Néphy à distance.

Maintenant, c’était au tour de Zagan de souffrir. Il avait jadis écarté Néphy parce qu’il craignait un tel sort, mais cette tentative avait complètement échoué. Bifrons écouta le silence comme s’il était agréable, puis se mit à rire.

« Fufufu, ne me dis pas que tu pensais que c’était ma seule chimère ? J’en ai envoyé d’aussi puissantes que celle-ci dans ton château et au palais de l’Archidémon de Marchosias. Malheureusement, il n’y a qu’un seul être comme toi. Alors, qu’est-ce que tu vas faire ? » demanda Bifrons.

Zagan baissa les yeux vers la chimère qui s’était effondrée au sol. Il ne savait pas combien d’échecs avaient été créés avant la naissance de Nephteros, mais cela ne s’était certainement pas arrêté à un ou deux. Si tous avaient été transformés en chimères, alors il y en avait probablement tout un tas. Et si elles étaient toutes imprégnées de cette boue, elles étaient pratiquement inarrêtables.

Cependant, je le savais depuis le tout début… C’était pour ça que Zagan avait haussé les épaules.

« Fais ce que tu veux. J’ai déjà beaucoup à faire ici, » déclara Zagan.

« Oh mon Dieu… Tu crois que c’est une menace en l’air ? Je sais que les otages ne sont utiles que de leur vivant, mais je m’en fiche, » déclara Bifrons.

« Arrête de japper. Si tu veux attaquer, alors vas-y. Je suis occupé ici, » Zagan avait froidement coupé toute autre partie du discours de Bifrons avec ces mots. À ce moment-là, Bifrons avait émis un « hmph » comme s’il parvenait à comprendre la situation.

« … Je vois. Tu t’y es déjà préparé, hein ? Je me demande qui va gagner entre mes chimères et ton petit piège… Comme c’est amusant, » déclara Bifrons.

Une chimère aux membres innombrables apparut dans la projection. Il l’avait utilisée pour charger directement vers l’un des deux châteaux.

« Zagan ! Qu’est-ce que tu prépares ? Néphy, Foll, et Ra… euh, tes subordonnés ne sont-ils pas tous là !? » Chastille était tout agitée, mais Zagan ne déclara rien en levant les yeux vers la projection. La première à montrer de l’activité avait été celle du Palais de l’Archidémon. Un golem modelé sur l’apparence d’un démon était sorti de l’intérieur de la bâtisse. Et sur son dos se trouvait Gremory, qui avait pris la forme d’une belle femme.

« Keeheeheehee, donc il est vraiment apparu. »

« N’est-ce pas… le golem de l’époque… ? »

C’était le golem qui avait arraché le bras de Raphaël, que Zagan avait réparé. L’enveloppe du démon lui-même avait été entièrement détruite lors de cette rencontre, mais les techniques utilisées pour la créer avaient été laissées de côté dans l’héritage de Marchosias.

En d’autres termes, il s’agissait d’une fusion des actifs de deux Archidémons, Marchosias et Zagan. Le faisceau de lumière émis par le golem avait traversé la chimère. Cependant, la chimère contenait également un fragment du Seigneur Démon des boues qui avait instantanément restauré ses blessures sous la forme d’une boue noire éparpillée dans la zone.

« C’est futile — mauvais œil de Balor ! » L’œil de Gremory cligna d’un violet profond et réduisit la boue de la chimère en cendres alors qu’elle laissait échapper ce cri. Malheureusement, cela ne semblait pas avoir assez de puissance pour terminer le corps principal de la chimère, car elle avait quand même réussi à charger et à atteindre le golem malgré les dégâts qu’elle avait subis. Cependant, à ce moment-là, les préparatifs du golem étaient déjà terminés.

« Tu as bien fait d’aller aussi loin. Ici, tu peux réclamer ta récompense — Phosphore du Ciel ! »

C’était le nom de la sorcellerie que Zagan avait donné naissance et qui avait brûlé la vie elle-même. Alors que Gremory criait ce nom, le golem ouvrit la bouche et déclencha un faisceau de lumière pour la deuxième fois. Cependant, la couleur de la lumière cette fois-ci était aussi noire que le vide. C’était quelque chose que Kimaris avait mentionné auparavant, mais la sorcellerie de Gremory était peu compatible avec le Phosphore du Ciel. C’est pourquoi Zagan lui avait accordé ce golem. C’était quelque chose qu’il avait remodelé pour qu’il soit capable de tirer le Phosphore du Ciel. Et, quand le faisceau de lumière noire était entré en contact avec la chimère, la chimère avait été vaporisée.

« Impossible…, » Bifrons marmonna en état de choc.

« Zagan, il y a aussi une chimère au château ! » Chastille lui cria dessus. Il y avait deux projections, et l’autre montrait une chimère en train de charger vers le château de Zagan. Cependant, cette chimère particulière était encore plus téméraire que la précédente.

Des racines d’arbres s’étaient glissées dans le sol à ses pieds et l’avaient maintenu en place. C’était un piège créé par le mysticisme de Néphy. Pour y échapper, il faudrait utiliser une technique de téléportation comme celle de Barbatos, ou posséder une puissance brute suffisante pour se comparer à un Archidémon ou une haute elfe.

Je suppose qu’il était temps de leur donner à tous une leçon… Auparavant, Zagan avait besoin de se retenir contre tout intrus, car il voulait qu’ils survivent et qu’ils disent aux autres combien il était inutile d’essayer d’attaquer le nouvel Archidémon. Cependant, une telle méthode n’avait de sens qu’au début. En ce moment, ceux qui n’avaient pas encore appris leur leçon ne l’apprendraient jamais. Un Archidémon comme Bifrons en était un parfait exemple.

Dans ce cas, il valait mieux renforcer ses défenses avec des pièges assez meurtriers. Mais cette fois, l’adversaire était la chimère de Bifrons, donc ce n’était pas suffisant pour l’arrêter. La chose devrait simplement vomir suffisamment de boue pour ronger les racines de l’arbre afin de se libérer. Mais à ce moment-là, les sorciers qui étaient restés dans le château pour le défendre avaient terminé leurs préparatifs, ce qui était évident à cause d’une rafale qui soufflait dans la forêt.

« Le typhon du Phosphore du Ciel. »

C’était Kimaris, qui était actuellement sous la forme d’un lion.

Kimaris a une assez bonne compatibilité avec le Phosphore du Ciel… La rafale qui soufflait dans la forêt n’était pas une rafale venteuse, mais la sorcellerie sonore spéciale de Kimaris combinée avec le Phosphore du Ciel. C’était sa propre création, et unique à lui seul.

En touchant ce qui ne pouvait s’exprimer que par un vent noir, la chimère et sa boue se transformèrent en cendres en un instant. Les deux chimères qui avaient été envoyées pour attaquer les bases de Zagan avaient été vaincues sans même avoir la chance de se défendre, laissant Bifrons crier d’une voix tremblante.

 

 

« Impossible… Zagan, comprends-tu au moins ce que tu as fait ? Es-tu en train de dire que tu as partagé ce pouvoir avec d’autres sorciers ? » demanda Bifrons.

« Oui, je l’ai fait. Et alors ? » Zagan pencha la tête sur le côté quand il posa cette question rhétorique.

« Je ne comprends pas. Tu viens de donner un pouvoir qui pourrait même servir à te tuer. Qu’est-ce que tu es? Penses-tu être un Archidémon du peuple ? C’est beaucoup trop dangereux ! » cria Bifrons.

« Les humains peuvent être tués avec n’importe quelle lame ordinaire, mais ils sont toujours vendus sur le marché et offerts en cadeau aux autres, n’est-ce pas ? » répondit Zagan avec un sourire tendu.

« Ce n’est pas du tout comparable ! » Bifrons se fâcha instantanément.

« Ce n’est pas si différent, » déclara Zagan sans hésitation.

Il n’y avait aucun moyen qu’ils s’entendent sur la question, et Bifrons ne serait jamais en mesure de changer cela.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

2 commentaires

Laisser un commentaire