Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 4 – Chapitre 1 – Partie 3

***

Chapitre 1 : Notre famille s’est agrandie, alors il est temps de visiter la demeure de ma femme !

Partie 3

De retour à la salle du trône, Zagan y trouva Raphaël et Selphy... et il n’avait aucune idée de ce dont elle était coupable, mais Selphy était pâle et tremblait alors que Raphaël saisissait la peau de son cou.

« Mon seigneur, nous avons une intruse. Dois-je m’en débarrasser, ou préfères-tu que je la livre à tes satanés subordonnés ? » demanda Raphaël.

Raphaël était un homme qui avait abattu près de cinq cents sorciers en état de légitime défense, alors il avait créé des malentendus et des préjugés en marchant. Selphy, par contre, était le genre de personne qui n’écoutait manifestement pas ce que les autres disaient. Logiquement, il n’y avait aucun moyen qu’ils puissent faire une conversation convenable.

J’aurais dû prédire que ça finirait comme ça... Normalement, il l’aurait remarqué, mais il n’avait pas vraiment prêté attention aux autres depuis qu’il était à la recherche de Néphy.

« Ah... Il semble que Néphy l’ait ramenée. As-tu un boulot à lui donner ? » demanda Zagan.

« Hmm, donc tu prévois de la mettre au travail ici ? » demanda Raphaël.

« N’est-ce pas possible ? » demanda Zagan.

« Ce n’est pas impossible, mais je ne peux pas garantir sa survie, » déclara Raphaël.

« Eeeeeeeek, » Selphy hurla et trembla, mais Zagan hocha la tête comme si cela n’avait pas vraiment d’importance.

« Si nous informons mes subordonnés que Selphy n’est ni du gibier ni un jouet, personne ne la touchera, » déclara Zagan.

« Alors il n’y a pas de problème. Je graverais ce que cela signifie de travailler pour l’Archidémon Zagan au plus profond de son âme, » déclara Raphaël.

« En fait, je vais rentrer chez moi ! Cela me convient vraiment d’être au chômage ! » déclara Selphy.

« Espèce d’idiote. Tu es déjà au service de mon seigneur. Mets ta vie en jeu et travaille, » déclara Raphaël.

« NOOOOOOOOOOOOOOONNNNN ! » cria Selphy.

En fait, il dit qu’il lui apprendra tout ce qu’elle a besoin de savoir pour faire son travail, d’accord... ? Bien qu’il ait compris le vrai sens des paroles de Raphaël, Zagan était resté silencieux et s’était assis au sommet de son trône. Il aurait pu dissiper le malentendu, mais si elle avait vraiment l’intention de travailler dans son château, il valait mieux qu’elle s’y habitue. C’est pourquoi il avait décidé de laisser tomber. Et au fur et à mesure que ce tumulte s’aggravait...

« Maître Zagan, êtes-vous occupé ? »

Une voix aussi mélodieuse qu’un carillon l’appela. Et quand il tourna son regard vers la source, il vit Néphy debout à l’entrée de la salle du trône. Elle portait sa robe et son tablier monobloc outremer habituels, la tenue d’une femme de chambre, et elle avait un collier grossier autour du cou. Ses cheveux blancs comme neige descendaient jusqu’à sa taille, et ses yeux étaient d’azur comme un lac serein.

Les oreilles pointues de Néphy étaient une caractéristique raciale des elfes, mais si cette fille était une elfe, elle était aussi beaucoup plus que ça. Elle était en fait la descendante d’une ancienne espèce appelée les hauts elfes. Et en plus, c’était la femme que Zagan ne pouvait s’empêcher d’aimer.

Oh, c’est vrai, Néphy me cherchait aussi..., Néphy avait peut-être quelque chose d’important à dire.

Zagan secoua la tête et lui répondit. « Non, j’ai terminé ce que je faisais. Ne t’inquiète pas pour ça. »

« Je vois..., » Néphy inclina la tête sur le côté, clairement perplexe à la vue du visage de Selphy, qui était un amas de larmes et de morve.

« Mizz Néphy, sauvezzzzzzzz-moiiiiiii, » supplia Selphy.

« Ah, j’ai fini par l’engager pour aider Raphaël, » expliqua Zagan.

Pendant un moment après que Néphy eut entendu l’explication de Zagan, elle resta sans expression et le bout de ses oreilles frémit joyeusement. Puis, elle avait frappé ses deux mains ensemble.

« Tant mieux pour vous, Mademoiselle Selphy, » déclara Néphy.

« Est-ce que vous m’écoutez au moins ? » L’expression de Selphy sombra dans le désespoir alors qu’elle se demandait s’il lui restait des alliés dans cet endroit.

« Les préparatifs pour le déjeuner sont terminés, mais le déjeuner aura-t-il lieu plus tard ? » demanda Raphaël à Zagan, ignorant complètement Selphy.

« Ouais. Vous pouvez manger sans nous, » répondit Zagan.

Naturellement, il cherchait Néphy parce qu’il avait des choses à faire avec elle. Et comme il voulait discuter d’un sujet assez délicat qui pourrait prendre du temps, il ne voulait pas faire attendre les autres sorciers.

« Comme tu veux, » dit Raphaël en mettant la main sur sa poitrine et en s’inclinant.

« On dirait que tu m’as cherché, » dit Zagan en faisant signe à Néphy de venir. Zagan avait aussi quelque chose dont il voulait parler, mais il voulait d’abord entendre ce qu’elle avait à dire.

« Oui. Il y a quelque chose... dont j’aimerais vous parler, » déclara Néphy.

« ... Je vois. Pour l’instant, assieds-toi ! » déclara Zagan.

« Compris..., » répondit Néphy alors qu’elle montait sur le trône de Zagan. Et puis, juste comme ça, elle s’était placée sur les genoux de Zagan.

Ignorant Selphy, qui semblait stupéfaite par son action, Néphy inclina la tête sur le côté.

« Comme ça ? » demanda Néphy.

« Hmm, très bien, » déclara Zagan.

« Je compr — Ohhhhh !? » s’exclama Selphy.

Zagan pensait que Selphy faisait une sorte de vacarme, mais le temps qu’il la regarde, Raphaël lui avait déjà scellé la bouche.

Il y avait d’autres chaises dans les coins de la salle du trône, mais Néphy n’avait pas hésité à se placer sur les genoux de Zagan. Et pourtant, elle se penchait toujours vers l’avant pour mettre plus de poids sur ses pieds et ne pas surcharger Zagan, ce qu’il trouvait si charmant. Toutefois, Zagan avait également senti son visage commencer à se contorsionner en raison de la sensation de ses fesses douces et des cuisses.

J’ai l’impression que Néphy aime beaucoup plus se faire gâter dernièrement..., pensa-t-il.

Depuis l’incident avec Bifrons, Néphy avait perdu toutes ses réserves sur le fait de s’asseoir sur les genoux de Zagan. On aurait dit qu’elle n’en doutait même plus.

Après s’être prélassé dans la situation pendant un moment, Zagan fit un signe de tête chaleureux à Raphaël, qui prit Selphy et quitta la salle du trône.

« Sacrebleu. Monsieur l’Archidémon est un homme assez généreux, » déclara Selphy.

« L’étendue des attentions de mon seigneur n’est pas quelque chose que nous pouvons deviner, » déclara Raphaël.

« Alors quoi, n’êtes-vous pas sûr de la profondeur ? » Selphy parlait de quelque chose jusqu’à la fin, mais ce n’était probablement pas quelque chose dont Zagan avait à s’occuper.

Après qu’ils se soient éloignés tous les deux, Zagan regarda Néphy. Elle jouait avec ses cheveux avec ses doigts, apparemment en conflit à propos de quelque chose. Ses oreilles pointues tombaient peu à peu et, après être descendues en arrière avec raideur pendant un instant, elles tombaient tout simplement de nouveau. Il était plutôt évident qu’elle avait trouvé le courage de lui parler, mais il semblait que ses nerfs prenaient le dessus sur elle chaque fois qu’elle essayait de dire ce qu’elle pensait.

Hmm, peut-être que je devrais essayer de la calmer d’une façon ou d’une autre ?

Il n’était pas pressé. Non, il voulait simplement forcer la fille qu’il aimait. Alors, après s’en être inquiété pendant un certain temps, Zagan avait ramassé les cheveux de Néphy. Puis, il avait essayé de les caresser.

« Hein... ? » s’exclama Néphy.

« ... »

Les oreilles de Néphy frémirent de surprise et elle leva les yeux vers Zagan. Apparemment, elle ne s’attendait pas à une telle action de sa part. Et honnêtement, même Zagan ne pouvait pas expliquer pourquoi il avait fait une telle chose, alors ils avaient fini par se regarder en silence.

Maintenant que j’y jette un bon coup d’œil, ses cheveux sont transparents, n’est-ce pas ? Hmm... Comme c’est magnifique ! Le pigment s’était décoloré, et il était fondamentalement transparent. On aurait dit qu’il avait l’air blanc parce qu’ils étaient tout groupés.

Néphy avait penché la tête comme si elle délibérait, puis elle avait hoché la tête comme si elle avait eu une idée brillante. Ensuite, elle s’était penchée vers la poitrine de Zagan et s’était servie de la pointe des cheveux qu’elle faisait bouger pour caresser le cou de Zagan.

Hein ? C’est quoi cette situation ? Je veux dire, je ne peux pas me plaindre, mais..., se demanda Zagan.

Quoi qu’il en soit, Néphy était extrêmement mignonne alors qu’elle essayait de chatouiller Zagan avec une expression sérieuse présente sur son visage. Il voulait juste la serrer dans ses bras tout de suite. Cependant, l’Archidémon s’enfonça simplement sur son trône, jouant avec les cheveux de la femme qu’il aimait pendant que Néphy continuait à lui chatouiller le cou.

Un silence un peu gênant s’était prolongé pendant un certain temps alors que les deux personnes poursuivaient leur action. Et le premier à briser ce silence... fut Zagan.

« Ça chatouille..., » déclara-t-il.

« ... Dois-je arrêter ? » demanda Néphy.

« Non, c’est bon, continue, » répondit-il.

Même Zagan lui-même ne savait pas ce qui était « bien » pour de telles choses, mais il ne se sentait pas mal. Ou plutôt, c’était chaleureux et confortable pour lui. Et après cela, Néphy avait finalement repris courage et avait ouvert la bouche pour parler.

« Maître Zagan, en vérité, je suis venue vous faire une demande sérieuse, » déclara Néphy.

C’était la première fois que Néphy faisait quelque chose comme ça, et elle était si formelle en plus. Désorienté par elle, Zagan se crispa en hochant la tête en reponse.

« Hm... Je t’en prie, j’écoute, » déclara Zagan.

Néphy avait pris une grande respiration quand elle entendit sa réponse. La sensation de sa poitrine gonflée par son souffle doux lui avait été transmise directement, ce qui avait fait que Zagan avait enroulé ses bras autour du dos de Néphy de façon réfléchie.

Le corps de Néphy tremblait d’une secousse, mais elle avait quand même ouvert la bouche, se défendant ainsi contre ses nerfs.

« Pourriez-vous... me permettre de prendre un congé pour un court moment ? » Néphy demandait de quitter les côtés de Zagan, ce qui aurait dû faire sombrer Zagan dans la dépression. Cependant, il était allé droit au but sans être du tout agité.

« Je vois... Alors tu veux aller enquêter sur le village elfique ? » demanda Zagan.

« ... H-Hein ? » La bouche de Néphy s’était ouverte et fermée. Elle était choquée, car Zagan semblait avoir lu dans ses pensées.

« Comment l’avez-vous découvert ? » demanda Néphy.

« Je peux le dire rien qu’en te regardant, non ? » demanda Zagan.

« Est-ce que c’est vraiment le cas... ? » Néphy semblait encore un peu perplexe, mais ses oreilles se levaient comme si elle était soulagée d’une manière ou d’une autre.

En vérité, je la cherchais parce que je voulais l’inviter à y voyager ensemble..., cela faisait déjà un mois, mais grâce à une rencontre fortuite avec Archidémon Bifrons, Néphy avait découvert qu’elle était une haute elfe. De plus, elle avait découvert que la langue céleste qu’elle seule était capable de comprendre était les mots des hauts elfes. Cette révélation lui donna envie de quitter immédiatement le château, mais à cause de tous les nouveaux subordonnés que Zagan avait gagnés, elle avait attendu que les travaux ménagers dans le château puissent être gérés par le personnel.

De temps en temps, ses oreilles m’indiquent clairement qu’elle est troublée..., Zagan voulait satisfaire ses désirs le plus tôt possible, mais il n’avait pas l’habitude de compter sur des étrangers. Il lui avait fallu un certain temps avant d’être convaincu qu’il n’avait rien à craindre de ses nouveaux subordonnés. Et c’était après avoir acquis de telles connaissances que Zagan ait répondu nonchalamment.

« J’ai pensé que c’était le bon moment pour t’y emmener, Néphy, » déclara Zagan.

« En m’y emmenant... vous voulez dire que vous viendrez aussi, Maître Zagan ? » demanda Néphy.

« Il y a des gars comme Bifrons qui courent partout, donc je ne peux pas te laisser partir toute seule, » déclara Zagan, puis il se retourna pour regarder vers la porte que Raphaël avait franchie et il continua. « Heureusement, mes nouveaux subordonnés sont obéissants. Laisser le château entre les mains de Raphaël devrait suffire. »

Si Zagan devait partir pour le village caché, il manquerait au château son maître, donc Raphaël pourrait s’en charger seul.

« Maître Zagan, vous avez déjà tout prévu, n’est-ce pas ? » demanda Néphy.

« Pas tout, » répondit Zagan.

« Je vous accompagnerai... où que vous alliez. Alors... emmenez-moi, s’il vous plaît, Maître Zagan, » déclara Néphy.

« C-C’est d’accord..., » déclara Zagan, lui renvoyant un hochement de tête exagéré. À ce moment précis, une idée lui vint à l’esprit.

Le lieu de naissance de Néphy... hein ?

C’était peut-être un endroit plein de souvenirs douloureux pour Néphy, mais il était ravi à l’idée de visiter l’endroit où elle avait grandi.

Et ainsi, la famille de Zagan avait fini par suivre Néphy lors de sa visite à son ancienne maison.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chap ^^

  2. Mère pour le chapitre, et une sirène embauchée sans contrat de travail 😇

Laisser un commentaire