Le Dilemme d'un Archidémon – Tome 3 – Chapitre 4 – Partie 6

Bannière de Le Dilemme d'un Archidémon ***

Chapitre 4 : Comme les étoiles semblent sur le point de tomber, j’ai pensé que je pourrais essayer de danser un petit peu

Partie 6

Néphy portait la sirène alors qu’elle attendait derrière la ligne de front.

Que... puis-je faire... ?

Zagan essayait de réaliser le désir de Néphy de sauver Nephteros. Cependant, il avait aussi dit qu’il ne pouvait pas la sauver tout seul. Et il avait demandé si elle se battrait avec lui. Elle savait qu’elle devait se battre, pour Zagan et pour elle-même... Malheureusement, elle n’avait aucune idée de ce qu’elle pouvait faire.

Je ne peux pas utiliser la sorcellerie que Maître Zagan m’a apprise..., il était clair pour Néphy que la sorcellerie des autres sorciers était en train d’être avalée par cette boue. Et comme elle était apparemment une haute elfe, sa capacité de mana était grande. Si sa sorcellerie était dévorée, ça ne ferait que causer des problèmes à Zagan et aux autres.

« Alors... qu’est-ce que je devrais faire... ? » Néphy murmura ces mots quand la sirène se mit à remuer dans ses bras. On aurait dit qu’elle s’était réveillée.

« Hein ? Qu’est-ce qui se passe ? » Incapables de saisir la situation, les yeux de la sirène se mirent à tourner en rond.

« Êtes-vous blessée quelque part ? » demanda Néphy, ce qui fit pâlir la jeune fille et la fit trembler violemment.

« Eeek, je suis désolée, pardonnez-moi ! Je ne suis qu’une chanteuse, je ne sais rien ! » déclara la sirène.

Apparemment, Néphy avait l’air en colère. Néphy avait ensuite essayé de toucher sa propre joue.

Je vois... Est-ce que mon expression est trop raide... ? se demanda Néphy. Les gens qu’elle avait eu la chance de rencontrer depuis sa rencontre avec Zagan pouvaient tous sentir ce que Néphy pensait ou voulait dire. C’est pourquoi elle pensait qu’elle pouvait enfin former un sourire, mais il semblait que c’était juste son imagination. Et bien que cela l’ait découragée, Néphy avait quand même essayé de protéger la fille.

« Cachez-vous derrière moi, s’il vous plaît. Ce n’est pas comme si vous étiez encore en sécurité, » déclara Néphy.

« Eh... ? Attendez, on vole ? » demanda la sirène.

Il y avait un cercle magique aux pieds de Néphy. À première vue, cela ressemblait à une simple lumière sans substance, mais cela s’était avéré être un point d’appui utile. Si un tapis volant existait vraiment, alors c’était sûrement ce que cela donnerait. C’était de la sorcellerie grossière qu’on ne pouvait pas utiliser pour se déplacer librement, mais c’était la structure d’appui que Néphy tissait elle-même.

La sirène baissa timidement les pieds... ou plutôt sa nageoire, et se plaça derrière Néphy. Et puis, Néphy s’était concentrée sur le combat qui se déroulait. Comme prévu, la présence la plus puissante était le poing de Zagan. Un seul coup sur l’épaule du Seigneur Démon de Boue, qui s’était immédiatement régénéré, avait été emporté par le vent. Raphaël, Chastille et tous les autres sorciers lançaient des attaques, mais aucun d’eux n’avait jamais porté un coup décisif.

Il était possible que le mana du Seigneur Démon de Boue s’épuise et que sa régénération s’arrête, mais à ce moment-là, Nephteros serait sûrement morte depuis longtemps.

Après avoir regardé le spectacle pendant un moment, la sirène avait dégluti de façon audible.

« Eeek... Ces gens... se battent, non ? Peuvent-ils gagner ? » demanda la sirène.

« ... Ils vont gagner. C’est le Maître Zagan... alors cela arrivera dans tous les cas, » répondit Néphy.

Le problème, cependant, était de savoir s’il y avait quelque chose que Néphy pouvait faire. Et, comme si elle ne pouvait plus rester assise, la sirène éleva la voix.

« Allez-y ! Tenez bon, Monsieur l’Archidémon ! Ah, ce serait mieux de chanter ? Ah, voyons voir... Allez ! Allez ! Archi-dé-mon ! »

« Ferme-la ! » Le rugissement de colère de Zagan s’était retourné contre elle, ce qui avait fait perdre à la sirène son désir d’aider.

« Comme c’est méchant. Même si j’essayais juste de l’encourager..., » déclara la sirène.

« N’était-ce pas parce qu’il trouvait le chant distrayant... ? » demanda Néphy.

« Mais... Je suis chanteuse... Tout ce que je sais faire, c’est chanter, » déclara la sirène.

« Chanter... » Néphy sentit un déclic dans son esprit en répétant ce mot.

La chanson de cette fille... possédait du pouvoir. Le Mysticisme céleste... C’était un pouvoir ancien que l’Archidémon Bifrons avait ressuscité. Si cet Archidémon disait la vérité, alors Néphy aurait pu aussi l’utiliser.

Mais... comment ? Si c’était aussi simple que d’imiter la chanson, alors Nephteros ne se serait pas effondrée. Il n’aurait pas non plus été nécessaire que Bifrons passe plusieurs centaines d’années à faire des recherches à ce sujet.

La sirène leva timidement les yeux vers Néphy, préoccupée par son silence.

« Ai-je dit quelque chose de mal à l’instant ? » demanda la sirène.

« Non... Hum, comment... chante-t-on une chanson ? C’est ce que je me demandais, » demanda Néphy.

Il n’y avait aucun moyen que cette fille puisse lui dire comment utiliser le mysticisme céleste. Cependant, en entendant le murmure de Néphy, la sirène avait fait un rire éclatant.

« C’est tout ? C’est très simple, » répondit la sirène.

« Hein... ? »

« Indépendamment de l’aspect technique, ce qui importe en fin de compte, ce sont vos sentiments. Que ce soit vos désirs, vos aspirations, ou quoi que ce soit d’autre. Dans tous les cas, vous avez besoin de verser vos sentiments dans votre chanson pour atteindre le cœur des autres... En gros, ce que je veux dire, c’est que peu importe à quel point vous avez l’air bien, vous serez toujours de seconde zone si vous ne pouvez pas y mettre tout votre cœur, » déclara la sirène, puis elle prit la main de Néphy et continua. « Il s’est fâché contre moi tout à l’heure, mais chantons ensemble et encourageons-le ! Voilà, c’est parti ! Allez ! Allez ! Archi-dé-mon ! »

Il était clair que la jeune fille parlait sans trop y réfléchir. Cependant, Néphy avait trouvé sa réponse dans ces paroles.

Je dois y mettre tout mon... cœur..., alors qu’elle réfléchissait à ces mots, l’image de Nephteros épuisant toute sa puissance et tombant du ciel lui vint à l’esprit.

Elle avait l’air triste. Elle avait l’air contrariée. Et par-dessus tout, il semblait qu’elle espérait que quelqu’un la sauverait.

Elle ressemblait à... Maître Zagan quand je l’ai rencontré pour la première fois... Ou peut-être était-ce plus approprié de dire qu’elle ressemblait à Néphy elle-même. C’est pourquoi Néphy ne pouvait pas l’abandonner. Peu importe le prix, elle voulait l’aider. Elle voulait la sauver. Et alors qu’elle priait pour ce résultat, les paroles commencèrent à couler naturellement de sa bouche.

« [Tu es celui qui brille comme les étoiles. Celui qui épouse l’équilibre et arbitre le bien et le mal]. » Le corps de Néphy était enveloppé dans la lumière de la poussière d’étoiles alors qu’elle flottait dans les airs avec la lune dans son dos.

***

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, informez-nous en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée s’il vous plaît. Il est conseillé de se connecter sur un compte avant de le faire.

3 commentaires

  1. Merci pour le chapitre.
    Aller Néphy courage !!

Laisser un commentaire